VOTE | 101 fans

Le cartel Hypnoweb a besoin de toi !
Rejoins-nous sans attendre

#108 : Un Tatouage Compromettant

L'anniversaire du Roi Richard se révèle plein de surprises pour les hors-la-loi. Tout d'abord, Djaq est faite prisonnière quand la bande attaque le manoir de Locksley où Gisborne donne une réception "en l'honneur" du souverain. Ensuite, Robin découvre avec stupeur un terrible secret sur Gisborne qui lui fait perdre tous ses moyens. Sans leur chef pour les guider, les hors-la-loi n'arrivent pas à libérer Djaq. Robin doit choisir : aider ses compagnons à sauver leur ami ou se venger de Gisborne.

Captures

Popularité


4 - 1 vote

Titre VO
Tattoo ? What Tattoo ?

Titre VF
Un Tatouage Compromettant

Première diffusion
25.11.2006

Première diffusion en France
14.12.2007

Combat Guy/Robin
Combat Guy/Robin

  

Robin confronte Guy (VO)
Robin confronte Guy (VO)

  

Le Shérif veut que Djaq travaille pour lui (VO)
Le Shérif veut que Djaq travaille pour lui (VO)

  

L'échange (VO)
L'échange (VO)

  

Plus de détails

Réalisateur : Declan O'Dwyer
Scénariste : Julian Mitchell 

Cast secondaire 
Mark Phoenix ... geôlier

[Flashback]

1191 : Un groupe de Sarrasins s'introduit en pleine nuit dans le camp du Roi Richard à Acre en Terre Sainte. Robin les aperçoit et donne l'alerte avant de se précipiter vers la tente du souverain, Much sur ses talons. Le jeune Croisé décoche des flèches et tue les attaquants quand il se fait surprendre par l'un d'eux, arrivé subrepticement dans son dos. Poignardé, Robin s'effondre pendant que l'homme s'introduit dans la tente royale. Quand Much le rejoint, le jeune Seigneur de Locksley lui ordonne d'aller chercher des renforts pendant que lui, rassemblant ses dernières forces, pénètre à son tour sous la tente du Roi Richard.

Le combat s'engage. Robin réussit à repousser l'assassin et à lui entailler l'avant-bras, marquant à tout jamais le tatouage en forme de fantôme noir de son ennemi.


[Fin du flashback]


Au campement de la forêt de Sherwood, Robin s'éveille brusquement. Much comprend instantanément qu'il vient de revivre les évènements d'Acre. Il fait remarquer que c'est aujourd'hui l'anniversaire du Roi Richard et que Gisborne fête l'évènement à Locksley. Le visage de Robin s'illumine, lui aussi compte fêter l'anniversaire de son Roi... à sa manière !

De nombreux nobles ont répondu à l'invitation de Gisborne. Un peu à l'écart, Marian et son père Sir Edward observent leur hôte porter un toast au Roi. Guy poursuit son discours en ajoutant qu'il attend le retour du souverain avec impatience car Marian a accepté de l'épouser lorsque ce jour arrivera. Sous les applaudissements, la jeune femme esquisse un sourire contrit qui n'échappe pas au bras-droit du Shérif.

Guy passe une bague de fiançailles au doigt de sa promise puis lève son verre en son honneur. La petite fête est interrompue par l'arrivée des hors-la-loi. Sans oublier de rappeler qu'il est là dans sa demeure, Robin demande aux nobles rassemblés de remettre leur argent et leurs bijoux à ses hommes. Alors que Gisborne enrage de voir ses invités détroussés, le hors-la-loi descend l'escalier et échange un regard complice avec Marian, visiblement ravie de sa visite impromptue.

Will, qui était resté dehors pour faire le guet, donne l'alerte. Le carrosse du Shérif est en vue, il arrive avec une escorte de soldats. Alors que ses compagnons veulent se replier, Robin déclare froidement qu'il n'a pas terminé. Il s'approche de Marian et enlève délicatement de son doigt la bague que vient de lui offrir Gisborne avant de déposer un baiser sur sa main. Pendant que les hors-la-loi commencent à sortir, Guy, furieux, sort son épée et se jette sur Robin. Le combat entre les deux rivaux fait rage.

Au cours de l'affrontement, la chemise de Gisborne déchire, révélant sur son avant-bras un tatouage en forme de fantôme noir, zébré d'une cicatrice. Le hors-la-loi est sous le choc en comprenant qu'il a en face de lui l'homme qui a tenté d'assassiner le Roi à Acre. Pétrifié, il manque d'être blessé par Guy qui a profité de son inattention, mais Djaq le pousse vers la sortie. La jeune femme n'a pas le temps de lui emboiter le pas. Assommée par Gisborne, elle tombe sur le sol, inanimée.

Le Shérif est arrivé au manoir de Locksley, ses hommes se saisissent de Djaq. Gisborne se rue sur son cheval et se lance à la poursuite de Robin sans que Marian parvienne à le retenir. Il retrouve le hors-la-loi dans la forêt de Sherwood. Affichant un air de froide détermination, Robin l'attend. Il lance à ses pieds la bague de fiançailles qu'il vient de dérober à Marian et le somme de livrer le nom de ses complices dans le complot pour assassiner le Roi. Gisborne se contente de ricaner et l'ancien Croisé lui promet la corde pour trahison au retour du souverain. Le bras-droit du Shérif affirme alors, provocateur, qu'il sera encore gagnant puisqu'il gagnera Marian. C'en est trop pour Robin qui se jette sur son ennemi, lui envoie son poing en pleine figure avant de placer sa lame contre sa gorge. Ses compagnons arrivent et le raisonnent. Rageusement, le hors-la-loi pose son arme puis frappe violemment Gisborne, lui faisant perdre conscience. Will fait alors remarquer à la bande l'absence inexpliquée de Djaq. 

Emprisonnée au Château de Nottingham, la jeune Sarrasine attend dans son cachot. Son attitude calme et tranquille inquiète fortement le geôlier qui y voit une forme de magie païenne. Il a d'ailleurs demandé au Shérif de venir pour constater les faits mais Vaisey n'a pas apprécié d'être dérangé pour rien. Quand elle pense que les deux hommes se sont éloignés, Djaq utilise l'acide qu'elle porte dans une petite fiole accrochée autour de son cou pour fragiliser les barreaux de sa cellule et s'enfuir. Elle tombe malheureusement nez à nez avec le geôlier et se retrouve à nouveau prisonnière. 

A Sherwood, Gisborne est bâillonné et ligoté à un arbre tandis que Robin se querelle avec ses hommes. Il tente vainement de leur expliquer que Gisborne est le soi-disant Sarrasin qui a tenté de le tuer en Terre Sainte avant de s'en prendre au Roi. Ses compagnons sont dubitatifs et leur préoccupation est de se porter au secours de Djaq. Submergé par la colère qu'il ressent, Robin ne les écoute pas, pour lui l'Angleterre est plus importante qu'un seul individu, même s'il s'agit de Djaq. Il commence à frapper Gisborne avant d'être assommé par Petit Jean. 

Au Château de Nottingham, le Shérif est très intéressé par le flacon d'acide de Djaq. Il en verse cruellement quelques gouttes sur le poignet de sa prisonnière qui étouffe un cri de douleur. Vaisey est bien décidé à l'obliger à en fabriquer.

 

Petit Jean, Will et Allan sont partis pour Nottingham, laissant Gisborne et Robin sous la garde de Much. Quand le chef des hors-la-loi reprend conscience et découvre qu'il est attaché à un arbre, il somme immédiatement son compagnon d'arme de le détacher. Much hésite à obtempérer, rechignant à désobéir à Petit Jean mais bientôt, il cède et délivre Robin. Celui-ci se rue immédiatement sur Gisborne, au grand dam de Much qui commence à s'affoler de le voir dans une telle rage. Loin de se calmer, l'ancien garde du Roi Richard malmène son prisonnier, décidé à obtenir des renseignements sur cette tentative de régicide en Terre Sainte et devient même blessant avec Much quand celui-ci tente de s'interposer. 

Alors que le reste de la bande parvient à s'introduire dans le château, Djaq est conduite dans une des pièces du château où officiait l'ancien alchimiste du Shérif. Vaisey lui fait clairement comprendre que sa vie ne tient qu'à un fil et qu'elle n'a pas d'autre choix que de lui fabriquer de l'acide. 

A Sherwood, Robin fait chauffer la lame de son épée dans le feu, affichant un air de froide détermination. Much est effaré et refuse de cautionner un acte de torture, il tente une dernière fois de raisonner son Maître, en vain. Robin est hors contrôle et ordonne à Much de partir s'il n'est pas capable de supporter ce qui se prépare.

Alors que son ancien serviteur obéit, la mort dans l'âme, Gisborne ricane. Le hors-la-loi s'approche et tranche brusquement ses liens avant de l'inviter d'un geste à un combat à mains nues. Les deux hommes se ruent l'un sur l'autre, échangeant coup de poing et avis politiques. 

Petit Jean, Will et Allan se mettent à la recherche de Djaq dans les geôles mais ne la trouvent pas. La jeune Sarrasine se trouve ailleurs dans le château, face à un Shérif impatient qui exige l'acide qu'il a commandé. Au moment où il lui apprend que ses compagnons sont en train de tomber dans un piège, elle verse une préparation dans une coupelle. Une épaisse fumée irritante se dégage aussitôt. Djaq sort de la pièce discrètement en prenant soin de mettre un tissu devant son nez et sa bouche et se précipite pour porter secours à ses amis. Toussant et respirant avec difficulté, le Shérif donne l'alerte. La jeune femme arrive à temps pour prêter main forte à ses compagnons puis tous s'engouffrent dans un corridor à la recherche d'une sortie. Alors que Djaq s'étonne de l'absence de Robin et de la réponse évasive de Will, Petit Jean découvre une issue : les latrines !

Bien que dégoûtés, les hors-la-loi s'y introduisent. Djaq décide de sortir en dernier mais elle n'en a pas le temps. Reprise par les soldats, elle est à nouveau jetée dans un cachot sur ordre du Shérif. 

Le règlement de comptes entre Robin et Gisborne se poursuit sans concession dans la forêt. Sarcastique, le bras-droit du Shérif ne cesse de provoquer son adversaire, se moquant de la tournure qu'a pris sa vie, privé de ses titres et de ses terres. Il finit par s'interroger à voix haute sur les raisons qui font que Robin n'a pas quitté le comté et soudain il comprend : le hors-la-loi est toujours épris de Marian ! En ricanant, Gisborne lance à son rival qu'il va épouser la femme qu'il aime. Robin se rue rageusement sur lui et le combat reprend de plus belle. 

Much est allé chercher la seule personne qu'il pense susceptible de raisonner Robin : Marian. Quand tous deux arrivent sur place, Gisborne git inconscient au milieu des feuilles mortes et Robin est assis à même le sol à ses côtés, épuisé. Pendant que Much s'occupe de ligoter le bras-droit du Shérif à un arbre, la jeune femme tente de comprendre l'attitude du hors-la-loi. Il lui expose les faits qui ont eu lieu en Terre Sainte et, face à son scepticisme, lui reproche amèrement de défendre son futur époux. Marian se défend, argumentant qu'elle a accepté la demande de Guy uniquement sous la contrainte.

Aussi malheureux l'un que l'autre, les deux jeunes gens peinent à s'expliquer. Marian se souvient alors que son fiancé a été souffrant pendant plusieurs semaines au moment de la tentative d'assassinat sur le Roi Richard. Si elle doute toujours de sa culpabilité, Robin est fermement décidé à tuer Gisborne pour sa trahison, ce qu'elle lui interdit. Petit Jean, Will et Allan arrivent au campement, sales, puants et complètement démoralisés. Ils demandent l'aide de Robin pour délivrer Djaq mais celui-ci refuse, plus que jamais déterminé à en finir avec Gisborne.

Au cours de la discussion, Marian découvre avec stupeur que Djaq est une femme. Elle suggère de l'échanger contre Guy ce qui a pour effet de raviver la fureur de Robin. Lassé de discuter, Petit Jean assomme une nouvelle fois le chef des hors-la-loi.

Marian se charge d'aller proposer l'échange au Shérif. Elle affiche un air profondément affecté et implore son aide pour faire libérer son fiancé. Exaspéré par ses pleurnicheries, Vaisey cède à sa demande. 

Quand Robin reprend conscience et constate qu'il est seul avec Much, il comprend que les hors-la-loi sont passés outre ses ordres. Lorsqu'il lui demande où aura lieu l'échange, il se heurte à un Much boudeur et muet. Le hors-la-loi fait alors appel à leur amitié pour obtenir le renseignement dont il a besoin, et il l'obtient. 

Le rendez-vous a été fixé dans une vieille mine. Le Shérif vient de découvrir par hasard que Djaq est une femme et il ne peut s'empêcher de ricaner. Face à Petit Jean qui se tient aux côtés de Gisborne, ligoté, Vaisey s'interroge sur l'absence de Robin. Mais ce dernier s'avance et prend place au milieu de ses amis. Il reconnaît publiquement qu'il avait tort et commence à négocier avec le Shérif. L'échange a lieu. Robin promet à Vaisey qu'il sera châtié au retour du Roi Richard pour avoir organisé la tentative de régicide et lui déclare en détenir la preuve : le tatouage de Gisborne. Aussitôt, le Shérif s'empare du bras de son adjoint et déverse dessus l'acide contenu dans la fiole qu'il a confisquée à Djaq.

Le hors-la-loi voit sa seule preuve partir en fumée sous les hurlements de Guy. Vaisey commet une nouvelle fourberie en ordonnant à ses soldats, dissimulés dans un vieux tunnel d'arrêter la bande mais Robin a prévu un plan de secours, lui et ses hommes s'échappent par un vieux puits de mine. 

De retour à Sherwood Djaq s'approche de Robin, perdu dans ses pensées, et le remercie d'avoir finalement accepté de l'échanger contre Gisborne, malgré la gravité des actes qu'il avait commis.

Le hors-la-loi acquiesce puis Much s'approche avec des victuailles et toute la bande se détend en mangeant.

CAMP DU ROI, ACRE, TERRE SAINTE, 1191
En pleine nuit, un groupe de Sarrasins armés de cimeterres infiltrent le camp du Roi Richard. Un garde surprend l'un d'eux et engage le combat devant la tente où dorment Robin et Much. Le bruit des épées qui s'entrechoquent réveille Robin qui se lève brusquement.
Robin: Much! Les Sarrasins attaquent! Le Roi est en danger!
Robin saisit son arc et son carquois et s'élance hors de sa tente.
Robin: Much!
Much se réveille à son tour et prend son épée. Dehors le combat se poursuit entre les Sarrasins et les Croisés. Robin se dirige en courant vers la tente du Roi Richard. En chemin, il encoche une flèche et tue un premier ennemi puis, quelques mètres plus loin il en élimine un second. Soudain, un Sarrasin surgit dans son dos et le blesse au flanc d'un coup de cimeterre. Much, qui arrive en courant, voit Robin s'effondrer dans un cri de douleur et court pour le rejoindre.
Much: Maître!... Maître!
Rassemblant toute son énergie, Robin se redresse et tue d'une flèche un autre Sarrasin qui s'approchait de la tente du Roi. Much s'agenouille auprès de Robin qui s'est à nouveau effondré.
Much (inquiet): Maître, ah vous êtes blessé!
Robin: Va chercher de l'aide! La tente de Roi! Vite, allez!
Alors que Much s'éloigne en courant pour chercher des renforts, Robin rassemble une nouvelle fois ses forces, il prend appui sur son épée pour se relever et se dirige péniblement vers la tente de Roi. Quand il pénètre à l'intérieur, il surprend un Sarrasin sur le point de transpercer le Roi dans son sommeil. Il s'élance aussitôt.
Robin (en hurlant): Votre Majesté!
Un duel à l'épée s'engage entre le Sarrasin et Robin qui combat avec rage malgré sa douloureuse blessure. Robin parvient à prendre le dessus sur son adversaire et le blesse: il inflige à son ennemi une profonde coupure qui marque en diagonale le tatouage en forme de fantôme noir qu'il porte à l'avant-bras droit. Le Sarrasin s'enfuit.

FORET DE SHERWOOD, Présent:
Au petit matin, assis près du feu, Much observe Robin qui s'éveille d'un sommeil agité.
Much: Acre?
Robin (en soupirant): Oui...
Il se lève et commence à s'étirer.
Much: C'est son anniversaire aujourd'hui... au Roi Richard. Et Gisborne fête cela à Locksley! Vous le croyez vous, ça? Tout ce beau monde en train de trinquer chez vous, sous votre toit, à la gloire d'un homme qui serait mort sans vous. Sans vous, il n'y aurait même pas d'anniversaire à célébrer.
Non mais, vous imaginez! Le Shérif et toute sa clique avec toute leur flagre... leur flagornerie, c'est exaspérant.
Robin dévisage Much avec intérêt.
Robin: À Locksley?
Much: Pire qu'exaspérant!
Much voit le visage de Robin s'illuminer.
Much (intrigué): Qu'est-ce qu'il y a?
Robin (avec un large sourire): Pourquoi est-ce qu'on ne fêterait pas l'anniversaire de notre Roi nous aussi? Hum? Qu'est-ce que tu en dis?
Much: Vous avez vraiment un problème! Je dis ça sérieusement!
Robin éclate de rire.

*** Générique ***

MANOIR DE LOCKSLEY:
Gisborne a invité quelques nobles pour célébrer l'anniversaire du Roi Richard. Sir Edward et Marian assistent à cette petite réception mais se tiennent un peu à l'écart.
Sir Edward: Qu'est-ce que tu as?
Marian (tristement): Ce que j'ai? C'est la maison de Robin... Regardez ce beau monde...
Gisborne: Messeigneurs, Mesdames et Messieurs, je vous remercie de votre présence. Comme vous le savez, nous sommes là pour fêter l'anniversaire du Roi, nous lui souhaitons d'être victorieux en Terre Sainte... (adressant un large sourire à Marian)... et nous prions pour qu'il revienne vite vers ces rivages. Je vous en prie, levons tous nous coupes. Au Roi Richard!
Tous: Au Roi Richard!
Les invités boivent en l'honneur de l'anniversaire du Roi puis Gisborne reprend son allocution.
Gisborne: J'ai moi-même une raison particulière d'espérer le prompt retour de notre Roi en Angleterre... (puis, en fixant Marian)... car, lorsque ce jour arrivera, cette belle dame, Marian, a promis de devenir ma femme.
Marian reste impassible alors que les invités applaudissent.

À l'extérieur du manoir, Allan et Will se laissent tomber du toit et assomment deux soldats. Puis Will va se poster sous le porche pour monter la garde.

Pendant ce temps, à l'intérieur Gisborne poursuit.
Gisborne: Avant de boire à ma future épouse, il y a une chose que j'aimerais lui offrir....(il s'approche de Marian et lui présente une bague en argent finement ciselée et sertie de petites pierres précieuses violettes)... Permettez...
Marian (en chuchotant): Vous ne me laissez guère le choix.
Gisborne (surpris et contrarié): Je croyais que vous aviez déjà fait votre choix.
Marian (avec un sourire contrit): En effet... Ça représente tellement pour vous on dirait...
Gisborne: Ça représente tout pour moi! Ne me suis-je pas exprimé assez clairement? Vous êtes tout pour moi.
Il saisit la main gauche de Marian et lui passe la bague au doigt.
Gisborne (doucement): Pour ma future épouse... (puis, il se retourne vers ses invités)... Mesdames et Messires, je vous demande de bien vouloir lever vos coupes à la future Lady Gisborne!
Tous s'exécutent en félicitant leur hôte. Gisborne s'empare de la coupe de Sir Edward et la lève à son tour. De sa main libre, il saisit le poignet de Marian pour bien montrer à ses invités la bague qu'il vient de lui offrir. La jeune femme et son père restent de marbre. Soudain, une flèche arrache la coupe des mains de Gisborne. Robin apparaît à l'étage de la demeure tandis que Petit Jean ouvre brusquement la porte du manoir.
Robin: Oh quel dommage! On a manqué le discours?
Allan surgit derrière Gisborne en le menaçant de son épée, Much apparaît à son tour à l'étage et pointe son arc en direction des invités. Derrière Gisborne, Marian sourit en direction de Robin, elle est visiblement ravie de cette soudaine intrusion.
Gisborne: Tiens, je ne me souviens pas vous avoir invité.
Robin: Depuis quand un homme a-t-il besoin d'une invitation pour entrer chez lui?
Gisborne: Je ne sais pas... depuis qu'il a perdu ses droits sur cette maison en devenant hors-la-loi?
Robin (avec bonne humeur): J'aurais décliné de toute façon. Mes hommes et moi sommes là pour affaires. S'il vous plaît, vous tous! Si vous pouviez nous aider en enlevant tous vos bijoux et objets de valeur et en les remettant à ce monsieur ici-présent. Much!
Much qui était en train de manger au buffet préparé pour la réception, acquiesce la bouche pleine tandis que Robin poursuit tout en descendant l'escalier.
Robin: Après quoi, vous vous dirigerez vers cette pièce où vous attendrez tranquillement que nous soyons partis.
Gisborne (à ses invités): Allons, faites ce qu'il dit.
Robin: Oui, sage décision Gisborne.
Les deux hommes se dévisagent froidement tandis que Petit Jean pousse les invités vers la pièce destinée à les enfermer.
Petit Jean (en criant): Allons, allons! On se dépêche! On se dépêche, entrez là-dedans!
Robin s'appuie nonchalamment contre une poutre et échange discrètement un regard complice avec Marian qui lui sourit.
Allan (en détroussant les invités): Par ici mes amis, je vous en prie... Merci!... Ne soyez pas timides!
Robin: Il faut voir le bon côté de la chose: vous allez bien dormir cette nuit en sachant que vos dons iront nourrir les pauvres de Nottingham demain à la même heure!
Marian, debout derrière Gisborne, sourit à nouveau à Robin.
Allan (en poursuivant sa tâche): Et voilà, c'est par ici!

À l'extérieur du manoir, Will aperçoit soudain le carrosse du Shérif qui s'approche avec une petite escorte. Il se précipite vers la porte qu'il frappe avec le dos de sa hache.
Petit Jean (à Robin): Le signal...
Robin (fermement): On termine.
Il pose son arc contre la poutre et se dirige vers le petit groupe formé par Gisborne, Marian et son père.
Much (inquiet): Maître?
Robin se place face à Gisborne qui pose la main sur le pommeau de son épée mais Djaq, toute proche, arrête son geste en dégainant rapidement sa propre épée.
Robin: Fort bien.
Sir Edward (réprobateur): Robin, c'est indigne!
Robin: Oui, c'est indigne. C'est ma maison ici. Donc Marian...
Gisborne (l'interrompant): Non! N'approchez pas Locksley. Marian n'a pas d'argent sur elle.
Petit Jean s'approche à son tour de Gisborne et place son bâton tout contre sa gorge.
Robin: Comment le savez-vous?
Marian (à Robin): Il a raison. Je n'ai pas un sou sur moi.
Robin: Mes compliments. Tu es fort avisée d'avoir pris tes précautions avec tant d'individus douteux dans les parages.
Much et Allan écoutent perplexes ce dialogue. Robin saisit la main gauche de Marian.
Robin (faussement admiratif): Oh, mais cette bague!
Petit Jean (en élevant le ton): Robin! Le signal!
En effet, à l'extérieur, le Shérif et son escorte sont presque arrivés.
Gisborne: Vous avez pris tout le reste, vous pouvez laisser cela.
Marian (pressante): Robin...
Robin (innocemment): Quoi?
Il se penche, dépose avec galanterie un baiser sur le dos de la main de Marian puis il lui enlève la bague. Les hors-la-loi commencent à se retirer.
Petit Jean (insistant): Le signal!
Much: Par pitié...
Allan: Allons-y.
Ils sortent par derrière persuadés que Robin et Djaq les suivent.
Robin: Il faudra remettre ça, c'est très divertissant!
Gisborne (en dégainant son épée): Avec un peu de chance, il n'y aura pas de prochaine fois!
Il se jette sur Robin mais celui-ci parvient à parer le coup avec sa propre épée puis il saisit le bras de Gisborne et le lui tord derrière le dos. Il le pousse ensuite vers l'escalier et parvient à lui immobiliser le bras droit en fichant son poignard dans une poutre à travers la manche de son rival. Robin, triomphant, recule tout en le gardant sous la menace de son épée. Soudain, Gisborne rassemble ses forces et parvient à libérer son bras droit, mais ce faisant, il déchire la manche de sa chemise qui laisse apparaître un tatouage en forme de fantôme noir zébré par une fiche cicatrice rectiligne blanche en diagonale. Dès qu'il le voit, Robin reconnaît le tatouage et sa marque caractéristique et reste médusé.
Gisborne: Surprise!
Robin (perturbé): Alors c'était vous!
Robin se remémore alors le jour de son retour à Locksley et la réflexion que lui avait faite Gisborne: "Ne me dites pas que vous n'aimez pas la guerre, c'est faux, je vous ai vu vous battre" / "Quand?" / "Je ne sais plus...". Robin a désormais la certitude que l'homme qui l'a blessé puis a attaqué le Roi à Acre était en fait Gisborne déguisé en sarrasin. Il est pétrifié par cette soudaine découverte. Gisborne en profite pour arracher le poignard de la poutre et se précipite vers lui mais Djaq s'interpose en poussant brusquement Robin devant elle vers la sortie.
Djaq (en criant): Robin! Qu'est-ce qui t'arrive? Réveille-toi!
En utilisant le manche du poignard, Gisborne assomme Djaq qui s'écroule, inanimée. Le Shérif fait son entrée par la porte principale et avise l'étrange situation.
Le Shérif: Tiens... (désignant Djaq par terre)... Il a été empoisonné?
Sans prendre le temps de lui répondre, Gisborne se rue à l'extérieur, Marian sur ses talons. Il voit les hors-la-loi s'enfuir à au galop puis il croise le regard glacial de Robin, planté devant le manoir, immobile sur sa monture.
Much (à Robin): Maître!
Robin part à son tour au galop tandis que Gisborne se précipite vers son propre cheval.
Marian: Guy! Laissez-le partir!
Gisborne: Certainement pas!
Marian: Qu'est-ce qu'il a emporté? Des bagatelles, deux ou trois bourses, ce n'est rien!
Gisborne (en rage): Il a votre bague!
Il s'élance à la poursuite de Robin tandis que le Shérif s'approche de Marian et lui souffle, ironique:
Le Shérif: Vos fêtes sont bien plus drôles que les miennes!
Marian regarde s'éloigner Gisborne avec anxiété. Elle voit ensuite passer devant elle, Djaq, prisonnière, emmenée par deux soldats.

FORET DE SHERWOOD:
Gisborne galope pour rattraper Robin. Il le retrouve facilement car Robin l'attend debout dans la forêt, en train d'examiner la bague dérobée à Marian. Gisborne met pieds à terre.
Robin (très calme): C'est ça que tu viens chercher?... Tiens!
Il lance la bague en direction de Gisborne. Le bijou tombe sur les feuilles mortes devant lui.
Robin (froidement): Qui encore Gisborne?
Gisborne: Qui encore quoi?
Robin: On ne fait pas le voyage jusqu'en Terre Sainte pour assassiner le Roi d'Angleterre tout seul. Ou en tout cas, pas toi... pas assez intelligent.
Gisborne: Ça te surprend que le Roi ait des ennemis? Il n'a rien dans la tête, il ferait la paix avec les Turcs. Et il n'y aura jamais de paix avec les Turcs.
Robin: Tu as fait ce qu'il fallait pour ça, en te déguisant en sarrasin et en attaquant ton propre Roi.
Gisborne: Je l'ai fait parce que c'était nécessaire.
Robin: Ah oui! Et pour qui? Pour le Shérif? C'est lui qui est derrière tout ça?
Gisborne reste muet.
Robin (en hurlant): Qui d'autre?
Gisborne se contente de ricaner et Robin reprend froidement.
Robin: Je finirai bien finir par le savoir et à ce moment-là, je vous ferai tous pendre comme traîtres.
Gisborne (ironique): Oh! C'est prévu pour quand?
Robin: Quand le Roi reviendra.
Gisborne: Si j'étais toi, je ne compterais pas là-dessus.
Robin (fermement): Le Roi va revenir.
Gisborne: Si jamais le Roi devait revenir, je serais encore gagnant! Je gagnerais Marian!
Robin, furieux, se jette sur Gisborne alors qu'il s'agenouille pour ramasser la bague par terre devant lui. Il lui envoie un violent coup de pied qui le déséquilibre et le fait tomber à la renverse puis il dégaine son épée et la place sur la gorge de son rival.
Gisborne: Qu'est-ce que tu vas me faire maintenant? M'entailler l'autre bras?
Robin (glacial): Non, je vais te tuer Gisborne.
Petit Jean (en criant): Non!
Les hors-la-loi arrivent à l'instant et découvre Robin, bien décidé à tuer Gisborne.
Petit Jean: Tuer ça ne se pratique pas chez nous!
Will: Il a raison, c'est toi qui nous l'as appris.
Much: On doit éviter toute effusion de sang, sauf en cas d'absolue nécessité.
Allan se contente de hausser les épaules sans prendre parti. Robin dévisage Gisborne puis le relâche et plante rageusement son épée dans le sol à côté de lui. Gisborne ricane, Robin lui envoie alors son poing en pleine figure: il s'effondre, inconscient.
Robin (à ses hommes): C'était une absolue nécessité.
Petit Jean approuve d'un signe de tête.
Will: Attends... Où est Djaq?

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Nerveux, le geôlier conduit le Shérif vers le cachot de Djaq.
Le geôlier: Il faut que vous voyiez ça! Il fait ça depuis que vous l'avez amené! Ça ne me dit rien que vaille... regardez.
Dans son cachot, Djaq est assise en tailleur par terre, les yeux fixes.
Le Shérif: Quoi donc? Il ne fait rien.
Le geôlier: Oui, et ben justement, ils sont jamais à rien faire, ils tentent toujours quelque chose. C'est pas comme d'habitude. Avec votre permission Monseigneur, j'aimerais le voir pendu plutôt assez vite celui-là!
Le Shérif examine Djaq avec attention et remarque la petite fiole accrochée à son cou.
Le Shérif: Qu'est-ce qu'il a autour de son cou? C'est quoi mon mignon?
Le geôlier: Ça doit être une sorte de magie païenne, j'aime pas ça. Et lui non plus je l'aime pas!
Le Shérif : Je suis vraiment enchanté que tu m'aies fait venir pour ça.
Le geôlier (ravi): Oh merci Monseigneur!
Le Shérif (froidement): Réponse: non. La prochaine fois que tu me fais descendre ici pour rien, je te verrai dans la cellule et plus en dehors. On se comprend?
Le geôlier (à voix basse): Oui Monseigneur...
Le Shérif : Je n'en attendais pas moins de toi.
Djaq attend prudemment que le Shérif et le geôlier se soient éloignés avant de se lever et de dévisser le bouchon de sa précieuse fiole. Elle déverse l'acide à la base de quelques barreaux de sa cellule, laisse agir un court instant puis donne des coups de pieds dans la grille. Les barreaux cèdent et Djaq se faufile à l'extérieur de son cachot: elle avance avec précaution mais se retrouve nez à nez avec le geôlier. Celui-ci lui arrache sa fiole et l'examine.
Le geôlier: Je le savais: de la magie païenne.

FORET DE SHERWOOD:
Gisborne est bâillonné et ligoté à un arbre. Robin se dirige d'un pas décidé vers lui quand Will l'interpelle.
Will: Djaq passe en premier, elle est des nôtres.
Robin (en colère): On a combien de temps avant que les hommes de Gisborne viennent chercher leur maître? J'ai besoin de tirer ça au clair et ce, tout de suite! Cet homme est un traître! Il a tenté de tuer le Roi!
Allan: Oui bien sûr... je ne suis pas drôle mais moi j'ai rien vu!
Will: Moi non plus.
Énervé, Robin se tourne vers Much pour chercher son soutien.
Much: Euh... vous m'aviez envoyé chercher de l'aide, rappelez-vous...
Will (à Robin): T'as failli le tuer! Et ta belle justice, qu'est-ce que t'en fais? Procès, preuves, tout ça...
Robin (hors de lui): Mais je vous dis que c'était lui! Il n'a même pas essayé de le nier! Il a tenté d'assassiner le Roi à Acre. Il m'a poignardé dans le dos et laissé pour mort. Et après, il s'est attaqué au Roi.
Will: Alors fais-le passer en jugement. Là on saura si c'est un traître. Tue-le ici et tu en fais une victime.
Allan: Tu m'avais dit que c'était un sarrasin qui t'avait poignardé.
Robin (furieux): Mais ça c'était avant que je réalise qu'en fait c'était Gisborne!
Allan: Il faudrait que tu te décides!
Robin (hors de lui): Mais je vous ai dit que je me suis battu avec lui! Je l'ai blessé au bras! Son tatouage! Regardez!
Allan: T'avais parlé de tatouage? Moi, ça ne me dit rien un tatouage...
Robin, énervé, marche de long en large, en prenant sa tête dans ses mains.
Allan: Et puis, c'est pas la question-là. La question c'est....
Will (l'interrompant): ...qu'ils ont pris Djaq.
Much: On ne peut pas l'abandonner.
Allan: On doit aller chercher Djaq Robin.
Will: Ils pourraient la torturer...
Robin (toujours en colère): L'un de vous sait-il seulement ce que c'est que la trahison?
Allan: Moi je sais ce que c'est que la torture.
Petit Jean, qui avait écouté en silence jusque-là, s'approche de Robin.
Petit Jean (fermement): Robin! Nous allons à Nottingham, pour Djaq.
Robin (fâché): Et ça, c'est pour l'Angleterre.
Attaché à son arbre, Gisborne ricane et entendant la dispute des hors-la-loi. Robin lui décoche un nouveau coup de poing en pleine figure.
Robin (hors de lui): Et ça aussi c'est pour l'Angleterre!
Robin commence à frapper Gisborne toujours ligoté. Allan et Will se précipitent sur lui et tentent de l'éloigner du prisonnier.
Petit Jean (fâché): Robin!
Il envoie son poing dans la figure de Robin qui s'écroule inanimé aux pieds des autres hors-la-loi, perplexes.
Petit Jean: Pardon.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Devant le cachot de Djaq, le geôlier montre au Shérif la fiole qu'il a découvert.
Le geôlier: Les flammes de l'Enfer dans un flacon Monseigneur.
Le Shérif: Ça fait fondre l'acier trempé?
Le geôlier: C'est l'œuvre du Diable.
Le Shérif (à Djaq): C'est toi qui a fabriqué ça mon petit ami?
Djaq tente de récupérer sa fiole en passant son bras à travers les barreaux mais le Shérif l'attrape par le poignet.
Le Shérif: Allons, tu me le dis?...(Djaq garde le silence)... Tss, tss,tss, fondre l'acier?
Il verse quelques gouttes d'acide sur l'avant-bras de Djaq qui étouffe un cri de douleur.
Le Shérif: Oh, c'est méchant cette affaire, c'est désagréable non?
Le geôlier: Très. Et maintenant, on peut le tuer?
Le Shérif: Le tuer? Ne sois pas ridicule... (montrant la fiole au geôlier)...S'il peut refaire de ceci, je l'embrasserais bien.

FORET DE SHERWOOD:
Robin reprend conscience, il est attaché les bras en l'air à un arbre à quelques pas de Gisborne toujours ligoté. Les hors-la-loi sont partis pour Nottingham excepté Much resté pour surveiller les deux hommes.
Much (gêné): Euh... désolé, c'est difficile...
Robin: Détache-moi.
Much: Et voilà, c'est là qu'on entre dans la phase difficile... Jean a dit... Petit Jean a dit... Oh, je crois qu'il vaudrait mieux qu'on attende qu'il revienne.
Très contrarié Robin soupire tandis que Much est très mal à l'aise.
Much (lui tendant sa gourde): Vous voulez un peu d'eau?
Robin (avec autorité): Much! Détache-moi immédiatement.
Much: Ça, je savais que ça devait arriver.
Robin (désignant Gisborne de la tête): Cet homme-là a trahi l'Angleterre. Si le carnage continue en Terre Sainte, c'est à cause de lui. Les autres ne peuvent pas comprendre.
Much: Alors il faut leur expliquer dans ce cas!
Robin: Exactement! Je dois discuter avec lui. Et attaché à un arbre, comment veux-tu que je le fasse? Détache-moi.
Much (hésitant): Vous me promettez? Parce que tout à l'heure... vous n'étiez plus vous-même... Vous étiez.... Bon, je le fais!...(Much commence à détacher Robin)... Vous avez été contrarié alors maintenant, vous allez vous asseoir, vous reposer un peu.
Much vient à peine de libérer Robin que celui-ci court en direction de Gisborne sans qu'il ait le temps de le retenir.
Much: Robin! … Robin!
Robin est déjà face à Gisborne, il abaisse son bâillon et place ses mains autour de sa gorge.
Robin (énervé): Qui a comploté pour tuer le Roi?
Gisborne: Qu'est-ce que tu fais si je garde le silence?
Robin (en colère): Et bien je vais te tuer! Et que tu parles ou que tu ne parles pas, je te tuerai!
Gisborne: Non, tu as changé Locksley. Tu me l'as dit toi-même: "Citez-moi un seul conflit qui se soit résolu par le sang".
Robin relâche son emprise sur Gisborne et s'éloigne de quelques pas.
Gisborne: Tu es devenu un pacifiste mou et nébuleux qui donne des pièces à des pauvres.
Furieux, Robin sort son poignard de son étui et revient vers Gisborne. Much s'interpose entre les deux hommes et prend Robin par les épaules.
Much (affolé): Qu'est-ce que vous faites! Vous m'aviez promis! Vous m'aviez dit que vous alliez leur expliquer! C'est pas ça "expliquer"!
Robin (hors de lui): Ce sont des hommes simples! Ils ont vécu pendant des années cachés au fond des bois! Qu'est-ce qu'ils peuvent comprendre à la politique?
Much (effaré): Qu'est-ce qui vous arrive! Moi j'ai pas vécu au fond des bois! Et pourtant je ne comprends rien à tout ça!
Robin (en criant): Ça Much, c'est parce que toi aussi tu es un être simple!
Profondément blessé, Much s'éloigne de quelques pas sous les ricanements de Gisborne. Robin se rend compte que, sous l'effet de la colère, ses paroles ont dépassé sa pensée.
Robin: Ce n'est pas ce que j'ai voulu dire.
Much (attristé): Je ne vous ai jamais vu comme ça... Et si je peux me permettre, heureusement...
Les paroles de Much ont réussi à atteindre Robin qui s'éloigne à nouveau de Gisborne. Mais quand celui-ci se remet à ricaner, Robin se retourne brusquement et lance son poignard qui vient se ficher dans l'arbre tout près du visage de son ennemi. Robin repart plus loin pour tenter de retrouver son calme laissant Gisborne sous la garde de Much, médusé par ce qui vient de se passer.

NOTTINGHAM:
Déguisés en paysans, Petit Jean et Allan se présentent aux portes de la ville conduisant une charrette remplie de légumes. Les gardes leur font signe de s'arrêter.
Allan: Une livraison pour le château.
Le garde: Un sou: droit de péage. Payez!
Allan (tout en payant le garde): C'est du vol autorisé!
Un pauvre hère s'approche.
L'homme: Oh ben ça, je vous connais vous autres!
Petit Jean se hâte d'entrer dans la ville.
Allan: Ah tu vois! Qui a besoin de Robin? C'est simple comme bonjour!

Le Shérif précède Djaq, encadrée par deux gardes, dans le laboratoire du château.
Le Shérif: Ah l'alchimie! Une merveilleuse idée! Pour des résultats frustrants... enfin, en particulier quand on est "mon" alchimiste... (tendant un crâne à Djaq)... Voici le dernier!... (Djaq remarque que le crâne possède une charnière et l'ouvre)... Un encrier, pauvre garçon. ...Il était gentil, mignon, un peu comme toi, des mains délicates mais côté alchimie, c'était lamentable, déprimant. D'ailleurs je dois avouer que je suis sans doute très déprimé mais voilà que tu m'es apparu avec ta merveille sarrasine. Donc, qu'est-ce que c'est?
Pour toute réponse, Djaq lui adresse quelques mots d'arabes.
Le Shérif: Oh! Bien. Quoiqu'il en soit... un liquide qui transperce et qui brûle le métal... Oui, qui y aurait songé? Alors donc, je voudrais que tu m'en prépares en gros.
Djaq: Je ne vois pas comment.
Le Shérif: Ah...
Le Shérif tapote sur le crâne de l'ancien alchimiste d'un air sous-entendu. Djaq comprend immédiatement l'allusion.
Djaq: J'aurai besoin de certains ingrédients et je ne les vois pas ici.
Le Shérif: Nous avons des gardes là de l'autre côté, ils vont t'amener tout ce dont tu as besoin. Tu disposes de … allez, on va dire... bon deux jours... ah, ah, je plaisante! Tu as deux heures!

FORET DE SHERWOOD:
Accroupi devant le feu, Robin fait chauffer la lame de son épée. Pensif en regardant les flammes, il a l'air très sombre. Much retire le poignard de Robin de l'arbre auquel est toujours attaché Gisborne et revient vers son ami.
Much: C'est pas bien. Maître, c'est pas bien!
Robin: Je ne vais pas le tuer... juste le faire parler.
Il va vers Gisborne en approchant la pointe rougie de son épée.
Robin: Le complot contre le Roi... je veux les noms de tes complices.
Gisborne: Quel est ce Roi qui délaisse son peuple pour aller mener on ne sait quelle guerre à l'étranger?
Robin: Mais si c'est toi son peuple, alors je comprends mieux pourquoi il l'a délaissé.
Robin approche la lame brûlante tout près du visage de Gisborne qui se crispe.
Much (totalement dépassé par l'attitude de Robin): Non! Stop! Je refuse de participer à une telle chose! Vous allez le regretter. Vous allez revenir à vous et vous allez le regretter!
Robin: Ça ne te concerne en rien Much.
Much (en criant): Vous êtes mon Maître! Tout ce que vous faîtes me concerne! Je vous ai suivi dans vos batailles, je vous ai suivi au fond de la forêt! Mais là, je refuse de vous suivre dans la torture!
Robin (hargneux): Alors laisse-moi!
Much (anéanti): Si je vous prenais au mot...
Robin (en hurlant): Pars!
Les larmes aux yeux, Much part en courant, monte sur un cheval et s'éloigne rapidement. Robin recule alors de quelques pas et fait face à Gisborne.
Gisborne: Tu commences à être à cours d'amis Locksley. Et tous ces paysans dont tu t'es fait le champion, ils vont être tellement déçus le jour où ils vont découvrir que, sous tes belles paroles, tu es aussi brutal que n'importe qui. Il n'y a pas que les paysans d'ailleurs, quelques nobles que tu as défendus et séduit par tes gestes charitables: Edward... Marian...
L'épée rougie toujours à la main, Robin lance rageusement son bras en avant et, d'un coup, tranche les liens de Gisborne à son grand étonnement. Robin tourne ensuite le dos à son ennemi et s'en éloigne un peu avant de lui faire face à nouveau.
Robin (froidement): Ce n'est pas ce que tu te figures. On va régler ça ici, traître! Tout de suite.
Robin lance alors son épée qui va se planter dans le sol plus loin. Il invite d'un geste Gisborne à se mesurer à lui. Les deux hommes se ruent l'un sur l'autre et commencent à combattre à mains nues. Ils se battent rageusement dans une lutte équilibrée où chacun prend tour à tour le dessus sur l'autre.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Petit Jean, Allan et Will se faufilent dans les couloirs du château.
Will: J'imagine que personne ne s'est demandé comment on allait repartir après.
Petit Jean: On verra. On est venu pour Djaq!
Pendant ce temps, dans le laboratoire, Djaq examine les différents produits laissés par l'ancien alchimiste.

FORET DE SHERWOOD:
Le combat entre Robin et Gisborne n'est pas terminé. Aussi boueux l'un que l'autre, ils recommencent cependant à discuter en se tournant autour comme deux lions enragés.
Gisborne: Regarde la vérité en face! Tu es loyal à un Roi faible!
Robin: Un Roi qui a des principes!
Gisborne: Non, c'est un pion, tu le sais. Cette guerre ne regarde que Rome.
Robin: Alors pourquoi est-ce que tu l'as envenimée dans ce cas? Votre attaque a brisé une trêve qui aurait pu mettre fin à la guerre!
Gisborne: Non, il y aura toujours la guerre. Alors autant avoir un Roi qui se batte pour nos intérêts et pas pour le Pape!
Robin: Tu sais pourquoi je suis parti à la guerre? Pour reprendre Jérusalem! Reprendre notre Terre Sainte!
Gisborne: Quelle noble cause!
Robin: Non. Une fois là-bas j'ai découvert les Musulmans et les Juifs, et j'ai vu que c'était leur Terre Sainte à eux aussi!
Gisborne: Tu es qui là? Le grand prêtre de la forêt?
Enragé, Robin envoie son poing dans la figure de Gisborne et le combat reprend de plus belle.
Robin: Tu avais raison, il y aura toujours la guerre! Tant que les gens comme toi se complairont dans leurs préjugés!
Gisborne ramasse un bâton et l'utilise pour frapper Robin au ventre. Les deux hommes enchaînent les coups de poings puis, soudain, ils roulent ensemble le long d'une pente. Robin reprend alors le dessus sur Gisborne et lui envoie un violent direct en pleine figure.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Le Shérif arrive dans le laboratoire. Djaq l'attend, une coupelle remplie de poudre blanche placée devant elle.
Djaq: J'ai terminé.
Le Shérif: Tiens, déjà? On va l'essayer sur tes amis hors-la-loi. D'après mon chef cuisinier, ils seraient déjà là! Ils sont tellement prévisibles... (il ricane) …Oh, tu espérais être secouru? Ils ne penseront jamais à venir te chercher en ce lieu.
Djaq saisit une petite casserole et déverse son contenu dans la coupelle qu'elle a préparée. Le mélange dégage instantanément une épaisse fumée irritante.
Le Shérif: Qu'est-ce que tu fais?...Qu'est-ce que tu fais?... Gardes!
Toutes les personnes présentes commencent à tousser. Djaq, qui a pris la précaution de retenir sa respiration, en profite pour se glisser discrètement dans le couloir où elle se retrouve face à une poignée de soldats.
Djaq (désignant le laboratoire): Venez vite, il faut arrêter cet homme! Il faut sonner l'alarme!
Comprenant qu'il a été dupé, le Shérif est fou de rage.
Le Shérif: Gardes!

Pendant ce temps, Petit Jean, Allan et Will sont arrivés dans les geôles.
Will: Pas un chat!
Allan: Ça peut pas être vrai!
Will: Pas un seul prisonnier, pas de geôlier, c'est...
Allan: On plaisante ni l'un ni l'autre, tu crois que ça pourrait être...
Allan n'a pas le temps de finir sa phrase, des soldats arrivent dans les geôles. Les hors-la-loi dégainent leurs épées.
Petit Jean: Un piège, oui!
Allan (aux soldats): Écoutez Messieurs, on peut peut-être discuter, hein?
Le combat s'engage entre les soldats et les hors-la-loi. Petit Jean et Allan combattent à l'épée tandis que Will se bat à coup de hache. Djaq arrive et se joint au combat. Les quatre hors-la-loi parviennent à maîtriser leurs ennemis.
Will (à Djaq): Ça va toi?
Djaq: Et toi, ça va?
Allan: Ben, je croyais qu'on était venu pour te sauver!
Djaq: En fait, c'est moi qui vous sauve!
Allan (en riant): Ben non, toi t'es une femme et nous des hommes!
Djaq (en souriant): C'est énervant n'est-ce pas?
Petit Jean leur fait signe qu'il est temps de partir. Ils errent dans les couloirs du château.
Djaq: Par où maintenant? Vous avez un plan?
Allan: Je ne suis jamais venu dans cette partie du château... (à Petit Jean) Et toi?
Petit Jean: Non.
Djaq: Robin, où il est?
Allan: Euh... et ben il est... comment dire...c'est difficile à expliquer!
Djaq: Robin n'est pas venu...
Will: Il était euh... il était euh... énervé!
Djaq: C'est parce que je suis une fille!
Sans lui répondre, Petit Jean désigne une porte.
Petit Jean: Par ici! Vite!
Ils s'engouffrent tous les quatre dans une toute petite pièce qui se trouve être les latrines du château. Allan soulève une trappe par terre, une odeur nauséabonde s'en dégage.
Allan: Hé, vous avez vu ça? Des latrines!
Will: Et alors?
Allan: Et alors, ça mène dehors!
Les trois autres se regardent, peu enthousiastes à l'idée de s'échapper par là.
Allan: Et alors, vous avez une meilleure idée?
Will: Il doit y avoir un autre chemin.
Petit Jean (en poussant Will): Allez hop, on y va! Allez, allez!
Will se laisse glisser et atterrit sur un tas d'immondices à l'extérieur du château. Il est bientôt rejoint par Allan.
Djaq (à Petit Jean): Tu m'attrapes en bas!
Petit Jean: D'accord.
À son tour, il se laisse glisser dans la trappe. Soudain la porte s'ouvre laissant apparaître le Shérif. Djaq se hâte de refermer la trappe.
Le Shérif (ironique): Voyons, si c'était si pressé, il fallait demander!
Deux soldats saisissent Djaq.

Le Shérif: Amenez-le au cachot. S'il ne veut pas la jouer gentille alors on va la jouer méchante!
Le Shérif soulève la trappe et a un haut-le-cœur quand il sent l'odeur qui s'en dégage. À l'extérieur, sur leur tas d'immondices, Petit Jean, Allan et Will échangent un regard dépité en constatant que Djaq n'a pas réussi à les rejoindre.
Will: Il nous faut Robin.

FORET DE SHERWOOD:
Robin et Gisborne poursuivent inlassablement leur combat. Ils sont de plus en plus épuisés. Ils finissent par s'effondrer sur le sol et, essoufflés, ils reprennent leur discussion.
Gisborne: Tu pensais que tu allais revenir de la Terre Sainte couvert de gloire! Et ben tu sais quoi, ça n'intéresse pas les gens ici. Même montrer la Terre Sainte sur une carte ils savent pas! Alors, à quoi ça t'a servi? Robin de Locksley, Comte de Huntington, héros de Saint-Jean d'Acre, et regarde-toi maintenant! Tu n'es plus qu'un vulgaire hors-la-loi! Tu as perdu ta maison et tes terres... (Gisborne se relève)... Et qu'est-ce que tu crois? Que ça ne me fait pas rire à chaque fois que je me couche pour dormir dans ton lit! Et Marian! La femme que tu as délaissée. Elle va m'épouser! Tu crois que je ne vais pas rire à chaque fois que...
Robin ne lui laisse pas le temps de finir sa phrase. Rassemblant toutes ses forces, il se relève et lui envoie son poing en pleine figure. Ils retombent tous les deux lourdement sur le sol.
Gisborne: Tu vois, j'ai été surpris que tu veuilles rester à Nottingham alors que tu avais certainement des amis ailleurs qui t'auraient accueilli. Mais j'aurais dû comprendre... Marian... Je croyais que tu avais renoncé depuis longtemps mais elle te fait toujours autant d'effet, pas vrai? Et bientôt, elle sera à moi!
Robin: Je parlerais pas trop vite si j'étais toi.
Gisborne (rageusement): Elle m'a accordé sa main!
Robin (en riant): Quand le Roi reviendra!
Gisborne: C'est un détail.
Il se relève lentement.
Robin: Elle saura que tu es un traître, je vais le lui dire.
Gisborne: Je nierai.
Robin: Elle n'est pas bête.
Il se relève péniblement à son tour.
Gisborne: C'est vrai, et elle a quelques doutes sur moi. Mais je la trouble en même temps. Elle croira ce que je lui dirai.
Robin envoie une nouvelle fois son poing dans la figure de son rival. Gisborne s'effondre, inconscient tandis que Robin retombe assis sur le sol à bout de forces. Much et Marian arrivent en courant à ce moment-là et, atterrés, ils découvrent la scène.
Gisborne est à nouveau attaché à un arbre, il est bâillonné et un bandeau a précautionneusement été noué autour de ses yeux. Much le surveille. Un peu plus loin, Robin, sale et en sueur, est épuisé. Il est assis à même le sol adossé à un arbre et Marian, debout face à lui, tente de le raisonner.
Marian (d'un ton réprobateur): Qu'est-ce que tu fais? Tu es un tueur maintenant?
Robin: Quand j'y suis obligé...
Marian (fâchée): Grandis un peu!
Robin: Gisborne a fait un choix. Tout est une question de choix dans tout ce qu'on peut faire, c'est toi qui me l'a dit.
Marian: C'est quoi ce choix?
Robin: … En Terre Sainte des Sarrasins ont tenté de tuer le Roi... Mais ce n'était pas des Sarrasins... C'était lui.
Marian: C'est absurde!
Robin (en fixant Marian droit dans les yeux): Il m'a d'abord poignardé et laissé pour mort. Il a tenté de tuer le Roi dans son lit après.
Marian: Je n'en crois pas un mot! Tout ça c'est à cause...
Robin (l'interrompant): De quoi?
Marian: De toi et de moi!... (Robin soupire et Marian reprend, mal à l'aise) Je voudrais que tu saches que je n'avais pas compris qu'il allait annoncer le mariage.
Robin (amer): Tu n'avais pas l'air troublé le moins du monde...(puis, vivement) J'ai une preuve! Je l'avais blessé sur son bras, sur son tatouage!
Marian: Quoi? Quel tatouage? Et puis j'étais troublée!
Robin: Il a un tatouage sur le bras....(puis, ulcéré) Tu as pris sa bague!
Marian (vivement): Non! Tu as pris sa bague! (puis, posément) Et puis comment aurait-il pu être en Terre Sainte alors qu'il était ici chez toi?
Marian se tait soudain et jette un regard en direction de Gisborne ligoté plus loin.
Robin (intrigué): Qu'est-ce qu'il y a?
Marian: Il a été souffrant pendant plusieurs semaines...Personne n'était autorisé à le voir.
Robin soupire en hochant la tête.
Robin: Voilà pourquoi je dois le tuer.
Marian: Non! Même si tu as raison...
Robin (l'interrompant): Mais j'ai raison!
Marian: Un procès est le cours normal de la Justice.
Robin (en se redressant): Quelle Justice? Il n'y en a plus aucune! Tant que Richard n'est pas là, c'est le Shérif la Justice! C'est Gisborne la Justice! Et c'est pour ça que je dois le tuer moi-même.
Marian (fermement): Non, ça je te l'interdis.
Découragé, Robin se laisse retomber en arrière contre son arbre.
Robin: Donc tu ne me crois pas...
Marian (perturbée): Je ne sais pas ce que je dois croire ou non! Guy... Guy ne serait pas du genre à … Non, c'est clair...
Robin (amer): Bien sûr... et puis il va quand même être ton mari!
Marian: Écoute, tu sais très bien que j'ai accepté sous la contrainte! Tu sais que je ne peux agir que de cette façon-là, de l'intérieur, pour mon père si ce n'est pour le reste! ... Je n'ai pas la possibilité de m'enfuir comme ça dans la forêt!
Robin la regarde tristement en hochant négativement la tête.
Marian: Quoi?
Robin (lentement): Tout est toujours... une question de choix ...
Much observe de loin Robin et Marian en plantant et replantant nerveusement son épée dans le sol.
Les hors-la-loi reviennent dans la forêt, déprimés par l'échec de leur tentative pour libérer Djaq. Petit Jean donne rageusement un coup de pied dans un panier lorsqu'il arrive vers Much. Celui-ci sursaute car il n'a pas la conscience tranquille d'avoir désobéi à Petit Jean en détachant Robin.
Much (à Petit Jean): Écoute! Il est mon Maître depuis dix ans! Que voulais-tu que je fasse?... (personne ne lui répond)... Qu'est-ce qu'il y a? (puis, sentant leur odeur nauséabonde) ...Vous sentez mauvais! ... Mais où est Djaq?
Petit Jean: C'était un piège!
Allan: On est sorti par les latrines.
Will: Elle était juste derrière nous.
Allan: Ils l'ont reprise.
Much soupire, démoralisé lui aussi. Petit Jean lui désigne Gisborne toujours inanimé.
Petit Jean: Et lui?
Much: Il est vivant... On va dire que ça a été à un cheveu mais... Depuis la Terre Sainte, je ne l'avais jamais vu... (Petit Jean grogne, contrarié)... J'ai dû user de tous mes pouvoirs pour le calmer!... Et aussi... (désignant Marian)... aussi des siens! ... Mais c'est moi qui suis allé la chercher donc tout ça, c'est un peu mon œuvre.
Petit Jean: On a besoin de lui.
Il se dirige vers Robin et Marian. Les autres hors-la-loi lui emboîtent le pas.
Petit Jean (à Robin): Allez! On va à Nottingham!
Robin: Je croyais que vous y alliez sans moi. J'ai des affaires à finir ici.
Allan: C'est Djaq!
Robin: Le Shérif nous attend de pieds fermes. Il vaut mieux patienter et réfléchir.
Will: Robin, réveille-toi! C'est Djaq!
Robin (élevant la voix): Vous, vous n'avez qu'un seul homme en tête. Et moi, j'ai le Roi et toute l'Angleterre!
Will (fâché): Sauf que Djaq n'est pas un homme, c'est une femme! Tu t'imagines ce qui peut arriver si le Shérif s'en rend compte!
Marian (surprise): Mais Djaq, c'est une femme? Le Sarrasin?
Allan: Oui, c'est une longue histoire.
Petit Jean (désignant Gisborne): Celui-là, il peut attendre. Djaq, non.
Robin (fermement): C'est non.
Much (hésitant): S'ils savent qu'on va venir, on peut tous mourir!
Allan: C'est vrai, mais c'est Djaq!
Will: C'est Djaq!
Much: C'est pas une réponse ça! "C'est vrai, mais c'est Djaq!" Ça veut rien dire!
Allan et Will lui répondent en même temps:
Allan: Oui mais tu vois, moi je l'aime bien!
Will: Je crois que je l'aime!
Tous deux se regardent, étonnés chacun par la réponse de l'autre. Leurs déclarations laissent les autres sans voix.
Much (embarrassé): Bon... Oui ben, même dans ce cas, c'est... c'est pas une raison pour se jeter la tête la première dans une embuscade.
Marian: Robin a raison, on a besoin de réfléchir... (désignant Gisborne)... Regardez, la solution est juste là! Échangez-le contre elle!
Robin (furieux): Non!
Les autres échangent des regards désapprobateurs tandis que Robin se relève péniblement.
Robin: Je ne permettrai pas qu'il s'en sorte comme ça!
Petit Jean (élevant la voix): Robin!
Il s'approche de Robin et d'un seul coup, il lui envoie son poing en pleine figure. Robin retombe, inconscient. Much soupire, désolé qu'il ait fallu en arriver à nouveau à cette extrémité.
Petit Jean (fâché): Pas pardon.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM:
Devant le cachot de Djaq, le Shérif s'entretient avec le geôlier.
Le Shérif: Est-ce qu'il a parlé?
Le geôlier (en jouant avec un instrument de torture): Il allait s'y mettre à l'instant.
Le Shérif: Alors, dépêche-toi.
Le geôlier ouvre la porte de la cellule de Djaq.
Le Shérif: Essaye de faire ça en silence, je ne supporte pas les hurlements.
Marian arrive soudain en courant dans les geôles.
Marian: Monseigneur! Je vous en prie! J'ai besoin de votre aide!
Après avoir jeté un regard à Djaq, le Shérif décide d'écouter ce que Marian veut lui dire. Ils vont s'entretenir dans son bureau. Marian tend au Shérif un des insignes des hors-la-loi.
Marian: Il m'a dit de vous remettre ceci.... Il a dit que vous comprendriez.
Le Shérif: Ceci?... Hum... Ce hors-la-loi vous a détroussée?
Marian: Tout ce qui l'intéressait, c'était de faire cet échange: Guy contre votre prisonnier. Mon futur époux contre un sarrasin!
Le Shérif (dubitatif): Vous savez, il y a une chose qui ne va pas. Comment être sûr que ce n'est pas une ruse?
Marian: Guy est votre lieutenant, votre allié... votre ami.
Le Shérif (faussement étonné): Ami? On parle bien du même Guy? C'est à peine si j'avais remarqué qu'il avait disparu!
Marian (suppliante): Monseigneur, je vous en prie! Ils tiennent Guy... (puis, faussement bouleversée)... S'ils devaient lui faire le moindre mal, je crois que je...
Le Shérif (l'interrompant): D'accord, oui d'accord, mais cessez ces pleurnicheries!
Marian: Les hors-la-loi vont tuer Guy si vous faites du mal au sarrasin avant de le leur remettre. Vous ne lui avez pas fait de mal?
Le Shérif: Hum... non.... (il claque les doigts à l'intention d'un garde)... Bon, préparez le sarrasin pour le voyage.
Le Shérif se retire et Marian pousse un soupir de soulagement.

FORET DE SHERWOOD:
Much est assis à quelques pas de Robin, toujours inanimé sur le sol. Celui-ci se réveille douloureusement et l'interroge immédiatement.
Robin: Où est-ce qu'il est?
Much (en boudant): Ils l'ont emmené.
Robin soupire, visiblement contrarié.
Much: C'était le seul moyen pour Djaq!
Robin: Comment ont-ils pu décider sans moi! Où est-ce qu'ils sont allés?... Où ça?
Much (fâché): Je ne vous dirai rien!...(Robin soupire)... Ah non! Vous ne pourrez pas m'obliger!
Robin: Si tu es mon ami... si vraiment tu es mon ami, il faut que tu fasses cette chose-là pour moi. Je t'en prie.
Much prend rageusement sa tête dans ses mains et rabat son bonnet sur son visage. Robin a atteint un point sensible en faisant appel à leur amitié.

LA MINE:
Dans la mine, Petit Jean pousse devant lui Gisborne, les mains liées et un bandeau sur les yeux. Quant au Shérif, il traîne derrière lui Djaq attachée à une corde.
Petit Jean (à Gisborne): Allez baisse la tête, dépêche-toi.
Le Shérif (à Djaq): Robin des Bois se donne du mal pour toi mon mignon. Pas un sauvetage, mais deux!
Djaq: Il n'est pas venu la première fois.
Le Shérif: Ah, et tu te sens mal-aimé?
Djaq heurte une pierre et perd l'équilibre. Elle heurte alors le Shérif qui, à son contact, se rend brusquement compte qu'elle est une femme.
Le Shérif: Ah tiens! Mon petit mignon n'est pas un petit mignon du tout! Pas étonnant qu'ils veuillent te ramener dans leur forêt! Toutes ces longues nuits si froides... Enfin, bien évidemment, tu ne vas pas y retourner. Vois-tu, Robin croit qu'il n'y a que deux tunnels en tout: un pour entrer, un pour sortir. C'est malin mais pas tout à fait assez!
Dans la galerie, le Shérif et Djaq se retrouvent face à Petit Jean et Gisborne.
Le Shérif: Où est Locksley?
Petit Jean pousse brutalement Gisborne qui tombe à genoux devant le Shérif. Cependant, il garde le silence. Une lampe s'éclaire et Robin apparaît dans la galerie.
Robin (calmement): Ici.
Petit Jean (inquiet à l'idée que Robin perturbe l'échange): Robin? Non!
Robin: Je n'étais pas d'accord avec cet échange...
Le Shérif (sarcastique): Des dissensions dans les rangs?
Robin: … Je n'étais pas d'accord avec cet échange ... mais j'aurais dû.
Petit Jean le dévisage, stupéfait.
Robin (désignant Djaq): Lâchez-le!
Le Shérif: Oh allons, le secret est éventé! … (il pousse brusquement Djaq vers Robin) Ton petit sarrasin chéri est une fille! ... (montrant la fiole de Djaq qu'il tient dans sa main) La grande chance, c'est qu'elle m'a offert ça!
Robin: Votre secret aussi est éventé. Il est impensable que Gisborne ait pu aller en Terre Sainte sans votre accord.
Le Shérif (faussement étonné): En Terre Sainte? Gisborne?
Robin: J'en ai la preuve: sur son avant-bras, son tatouage. Des hommes de la garde du Roi ont entendu parler de ce tatouage et quand ils rentreront de la Terre Sainte, il va payer! Et vous aussi vous paierez!
Le Shérif saisit l'avant-bras de Gisborne, ligoté à genoux devant lui.
Le Shérif: Un tatouage?
Il verse l'acide contenu dans la fiole sur le tatouage. Gisborne pousse un cri de douleur étouffé par son bâillon.
Le Shérif: Quel tatouage?
Fou de rage, Robin veut se précipiter sur le Shérif mais Petit Jean le retient.
Le Shérif (à Gisborne qui continue de gémir): Tais-toi espèce de clown!
Djaq: On y va!
Le Shérif: Vous n'allez nulle part! Gardes!
Cachés dans une galerie désaffectée, des soldats commencent à casser les planches qui la condamnent pour en sortir.
Le Shérif: Oh! Un vieux tunnel! Surprise! Je vous tiens!
A cet instant, une corde descend depuis le haut de la galerie devant les hors-la-loi.
Robin: Un vieux puits! Surprise! On y va!
Petit Jean: Allez!
Robin: C'est parti! On se retrouvera Gisborne!
Petit Jean retient le Shérif et Gisborne en leur assénant des coups de son bâton pendant qu'au dehors le reste de la bande hisse simultanément Robin et Djaq. Puis Petit Jean assomme le premier soldat qui surgit de la galerie désaffectée. Djaq et Robin sont arrivés à la surface face à Will et Allan, tout sourire.
Will: Djaq!
Allan: Ça va?
Dans la galerie, Petit Jean a réussi à repousser ses adversaires. Il saisit la corde à son tour.
Le Shérif (en rage): Poursuivez-les!
Robin: Vite! Remontez Jean! Tirez! Tirez!
Petit Jean atteint à son tour la surface dans un grand éclat de rire. Il échange en suite un regard avec Robin: ils sont réconciliés. En dessous, le Shérif trépigne de colère tandis que Gisborne continue à geindre sous son bâillon.
Le Shérif (énervé): Oh, ne beuglez pas comme ça Gisborne! Peut-être à l'avenir réfléchirez-vous un peu avant de peindre vos bras comme une fille!

*** Épilogue ***

 FORET DE SHERWOOD:
Au complet, les hors-la-loi sont de retour dans la forêt. Djaq s'approche de Robin qui se tient à l'écart, pensif.
Djaq: C'est la vérité que... qu'il y aurait eu la paix sans ce... sans ce Gisborne?
Robin acquiesce tristement.
Djaq (émue): Pourtant, tu l'as laissé partir... pour moi…
Robin évite le regard de Djaq sans lui répondre. Les autres membres de la bande se rapprochent, chargés de victuailles. Much tend une assiette remplie à Robin.
Much: Je vous ai apporté à manger.
Robin se détend et commence à manger. Petit Jean lui donne un coup de coude pour réclamer un peu de poulet. Robin lui en donne en souriant et toute la bande se régale dans la bonne humeur retrouvée.

*** Fin de l'épisode ***

The King’s Camp, Acre, the Holy Land, 1191
Robin is asleep. There is fighting outside. The noise awakes him.
Robin: Much! Saracen raid! The king’s under attack! Much!
The run out of the tent, and fight the Saracens. Robin shoots at them. A Saracen attacks Robin and leaves him for dead. Much runs towards him.
Much: Master!
Robin: in pain Ah. Ah. He shoots a Saracen entering a tent and collapses.
Much: Master! You’re wounded.
Robin: Get help – the king’s tent. Now. Now! Robin gets up and runs towards the king’s tent. Your majesty!
Robin fights the masked man, preventing him from killing the king. He slashes through the clothing of the man, cutting through the dark tattoo on his arm.

Sherwood Forest
Robin jolts awake. Much is already awake, watching him.
Much: Acre?
Robin: nods Yes.
Much: It’s his birthday today, the king’s. Gisbourne is celebrating in Locksley, can you believe that? The great and the good raising their cups in your house to a man who wouldn’t be there if it wasn’t for you. Without you there would be no birthday to celebrate. Can you imagine them? The sheriff and his cronies and their syco… sycophantic. He shakes his head It’s galling.
Robin: In Locksley?
Much: More than galling.
Robin raises his eyebrow
Much: …What?
Robin: Hmm. Why don’t we celebrate the king’s birthday too, hmm? What do you say ?
Much: There is something wrong with you.
Robin laughs
Much: I’m serious!

Titles: Robin Hood: Tattoo? What tattoo?

Locksley Manor
Edward: What is it?
Marian: What is it?! This is Robin’s house! Look at these people.
Guy: My lords, ladies and gentlemen. Thank you for your attendance here today. As you know we are here to celebrate the king’s birthday. We wish him success in the holy land and we pray for his speedy return to these shores.
Guy hands a drink to Edward, looking at Marian.
Guy: Please raise your goblets in a toast to King Richard.
All: King Richard. They all drink.
Guy: I myself have a particular reason to hope for the king’s early return to England. For when that day comes, this fair lady, Marian, has consented to be my wife.
The gathering applauds.
Cut to outside the manor. Will and Allan jump down and take out two soldiers from behind. Cut back to the interior
Guy: Before I toast my future bride there is something I would like to present to her. Guy approaches Marian, holding a ring Marian.
Marian: You leave me little choice.
Guy: I thought you had already made your choice.
Marian: I have. This means so much to you, doesn’t it?
Guy: This means everything to me. Have I not expressed myself. You mean everything to me.
Guy puts the ring on her finger.
Guy: Lords and ladies, I give you the future Lady Gisbourne. Guy holds up Marian’s hand.
All: Hooray!
Gisbourne’s goblet is shot out of his hand. Robin is looking down at them from the stairs.
Robin: Have we missed the speeches?
The rest of the outlaws enter from various doors surrounding those inide. Marian looks pleased.
Guy: Hood! I don’t remember inviting you.
Robin: Since when has a man needed an invitation to his own house?
Guy: I don’t know, perhaps since he lost all rights to the house by becoming an outlaw.
Robin: Ha, ha, ha. I would’ve declined anyway. My men and I are here on business. Please! Everyone! If you could assist us by removing all of your jewellery and valuables and handing them to that man over there, Much!
Much is rather guiltily eating something
Robin: And then proceed to that room where you will all wait quietly until we’ve gone.
Guy: Do as he says.
Robin: Wise decision, Gisboune.
John: Well come on! Move it, move it! Get out there.
Conversation
Allan: This way, please, my friends.
Robin: Thank you..
Allan: Don’t be shy.
Robin: Look on the bright side. You’ll all sleep well tonight knowing your donations will be feeding the poor of Nottinghamshire by this time tomorrow.
[Indistinguishable (Allan?)]
Cut to exterior of Locksley Manor. Will sees the sheriff’s coach approaching. Runs to the door, and knocks it with his axe.
John: Signal!
Robin: Nearly done!
Much: Master!
Robin: So.
Edward: Robin , this is ugly.
Robin: Yes, this is ugly. This is my house. So, Marian…
Guy: Back off Locksley. Marian does not carry money about her person.
Robin: How do you know? `
Marian: He is right, I do not carry money.
Robin: My compliments. You are very wise to take precautions when there are so many unsavoury characters around. This ring..,
John: Robin! Signal!
Outside, the coach is approaching
Guy: You’ve taken everything else. You can leave that.
Robin takes the ring
Much: Robin!
Robin: What?
John: The signal!
Robin: We should do this again sometime. Entertaining.
Robin and Guy fight. Out side the coach is almost at Locksley Manor. Robin pins Guy’s sleeve to the wall with his sword, tearing it. It reveals a dark tattoo with a white scar across it.
Guy: Surprise.
Robin: It was you!

Flashback
Guy: Do not pretend that you do not love war. I have seen you fight.
Robin: When?
Guy: I do not recall.
The Sheriff’s coach pulls up outside Locksley Manor.
Djaq: Robin, what is the matter with you? Wake up!
She pulls Robin to go, Robin leaves, but she is knocked down
The Sheriff exits his coach and walks towards Marian

Sheriff: Food poisoning?
Gisbourne goes to follow them, Marian goes after him
Much: Master!
Marian: Guy, leave him!
Guy: I don’t think so.
The outlaws ride away on horseback, Guy mounts his horse.
Marian: What has he taken? Trinkets, a few purses, nothing.
Guy: He has your ring.
Guy follows the outlaws
Sheriff: Your parties are much more fun than mine!
The Sheriff walks away, Djaq is escorted by guards

Sherwood Forest
Horses are galloping through the forest. Guy dismounts, Robin is standing by a tree nearby, examining the ring.
Robin: Is this what you’re after? Take it.
Robin throws the ring to the ground
Robin: Who else Gisbourne?
Guy: Who else what?
Robin: You do not travel to the Holy Land to try and kill the king on your own. At least you don’t. You’re not that clever.
Guy: Are you surprised that the king has enemies? He has no idea. He wouldn’t make peace with a Turk and there will never be peace with a Turk.
Robin: You made sure of that. Dressing as Saracens and attacking your own king.
Guy: I did what was necessary.
Robin: For who? The sheriff? Is he behind this? He shouts Who else?
Gisbourne laughs
Robin: I will find out and when I do I will see you hang for treason.
Guy: Oh, and when will that be?
Robin: When the king returns.
Guy: I wouldn’t hold your breath if I were you.
Robin: If the king returns, I still win. I win Marian.
Gisbourne picks the ring up off the ground. Robin attacks him and he falls to the ground. Robin holds a sword to his neck.
Guy: What are you going to do now? Cut my other arm?
Robin: No, I’m going to kill you.
The other outlaws arrive.
John: No! Killing we do not do!
Will: He’s right. ‘cause that’s what you taught us.
Much: We do not take part in bloodshed unless absolutely necessary.
Robin looks at Allan, who shrugs. Robin puts down his sword. Gisbourne laughs. Robin kicks him in response.
Robin: That was necessary.
Will: He looks around. Hang on, where’s Djaq?

Nottingham Dungeons
Jailer: I think you should see this. He’s been acting like this since you brought him in. He’s up to no good. Here.
Sheriff: What? He’s not doing anything.
Jailer: That’s how I know. They never do nothing. They always try something. Something’s wrong. With your permission, Lord, I’d like him hanged sooner rather than later.
Sheriff: Glad you got me here for this.
Jailer: Thank you, my Lord.
Sheriff: A clue: no. The next time you get me here for no reason I shall see you inside the cell, not outside it. Do you understand me?
Jailer: Yes.
Sheriff: I thought you were.
Djaq takes a vial of acid out of her pockets and pours it on the iron hinge of the door making it fizzle. She kicks the door, and escapes, running straight into the prison guard.
Jailer: I knew it. Heathen magic.

Sherwood Forest
Gisbourne is tied to a tree and gagged.
Will: Djaq is our priority. She is one of us.
Robin: How long before Gisbourne’s men arrive looking for their master? I need to sort this and sort it out now. This man is a traitor. He tried to kill the king.
Allan: Look, I’m not being funny, but I didn’t see it.
Will: Nor did I.
Robin shrugs, and looks at Much.
Much: you sent me for help, remember.
Will: You were about to kill him. What happened to your famous justice? Trials, and evidence and…
Robin: Shouts I’m telling you it was him! He’s not even trying to deny it! He tried to kill the king in Acre. He stabbed me and left me for dead and then he went for the king.
Will: Then have him tried in public. Then he will be seen to be a traitor. Kill him here and he is a victim.
Allan: I thought you said a Saracen stabbed you?
Robin: That was before I realised it was Gisbourne!
Allan: Well get your story straight.
Robin: I told you, I fought him. I cut his arm, his tattoo.
Allan: You didn’t mention tattoos! I don’t remember tattoos. Any way, that is not the point. The point is-
Will: They’ve got Djaq!
Much: We can’t leave her.
Allan: We’ve got to get Djaq. Robin, they could be torturing her.
Robin: Do any of you understand what treason is?
Allan: I understand what torture is.
John: Robin, we go to Nottingham. For Djaq.
Robin: This is for England!
Gisbourne laughs; Robin punches him.
Robin: And this is for England too.
John: Robin!
John punches Robin, knocking him out.
John: Sorry.

Nottingham Dungeons
Djaq is back in a cell. The Sheriff and the guard are outside. The sheriff has the vial of acid.
Jailer: Bottled hell fire, my Lord.
Sheriff: Melts solid iron.
Jailer: It’s the devil’s work.
Sheriff: Did you make this yourself, my friend?
Djaq tries to snatch the vial through the bars.
Sheriff: Oh, come on, do tell. Tut, tut, … solid iron.
The sheriff pours the acid on to Djaq’s bare arm. Djaq cries out.
Sheriff: Vicious and nasty. Nasty.
Jailer: Very. Shall we have him killed now?
Sheriff: Killed? Don’t be so ridiculous! If he can make more of this I might even kiss him.

Sherwood Forest
Much is sitting on the floor drinking, Robin is tied to a tree. He is just regaining conciousness.
Robin: Aah.
Much turns around
Much: Heh. Sorry.[beat] This is difficult.
Robin: Untie me.
Much: That’s the difficult bit. John said… Little John said… I think we should wait ‘til they get back. Do you want some water?
Robin: Much! Untie me. Now.
Much: I knew this would happen.
Robin: That man betrayed England. The slaughter in the Holy Land continues because of him. The others would not understand.
Much: Then you must make them understand.
Robin: Exactly! I need to talk to him, and I cannot do that tied to tree. Untie me.
Much: You promise me, because earlier… earlier you were not yourself. You were… I’m doing it!
Much unties Robin
Much: Now you’ve had an upse. You need to just sit down and relax and have a nice hot- -
Robin is released entirely from his bonds and runs straight for Gisbourne.
Much: Robin!
Robin: Who else was in the plot to kill the king?
Guy: What are you going to do if I don’t talk?
Robin: I will kill you. I will kill you whether you talk or not.
Guy: No. You changed Locksley. You told me so yourself. “Show me an argument ever settled with bloodshed” was it? You became a peace lover, warm and woolly, taking trinkets for the poor.
Much: What are you doing? You promised me. You said you would explain things. How is this explaining things.
Robin: They are simple men. They have spent years hiding in a forest. They cannot understand politics.
Much: What has happened to you? I have not hidden in a forest and I cannot understand it.
Robin: That is because you are also simple!
Gisbourne laughs as Much walks away. Robin goes after him
Robin: I did not mean that.
Much: I have never seen you like this, and may I say, I am glad.
Gisbourne laughs again. Robin turns and throws a dagger at him. It lands between his head and arm. Gisbourne flinches. Robin storms off.

Nottingham Town
A cart is approaching the gates. John and Allan (and Will) are in disguise.
Allan: Delivery to the castle.
Guard: Toll charge. Ha’penny.
Guards on horseback are seen approaching the gates.
Allan: Daylight robbery! He hands over the money
Guard: Here, I know you fellers, don’t I?
The outlaws ignore him and go through the gates.
Allan: See, who needs Robin? It’s as easy as shelling peas.

Nottingham castle
The Sheriff leads Djaq into a room filled with ingredients and a work bench
Sheriff: Alchemy. Mark’s idea. Frustrating results. Especially if you’re my alchemist. This The sheriff picks up a skull, and hands it to Djaq. is my last one. The skull opens in half Inkwell, poor fellow. Good boy. Handsome. Bit like you. Soft hands. But his alchemy, well, it was wretched depressing. Actually, I have to say, I did get very depressed. But then you came along with your wonderful Saracen … what is it?
Djaq: Zeit-a-zage.
Sheriff: Well, whatever. Hmm. Liquid that can burn through solid metal. Hmmm well…… I want you to make me up a batch.
Djaq: I do not know how.
The Sheriff sighs and taps the skull
Djaq: I need particular ingredients. I do not see them here.
Sheriff: We have guards. Two over there on the door. They’ll get you whatever it is that you need. You have…shall we say…two days? Hmm? Joke. Two hours.
The Sheriff leaves.

Sherwood Forest
Robin is watching the fire heat his sword. Much checks Gisbourne’s neck.
Much: This is wrong. Master, this is wrong.
Robin: I’m not going to kill him. Just make him talk.
Robin gets up and approaches Gisbourne, holding the red-hot sword
Robin: Plot against the king. I want names.
Guy: What kind of king deserts his people to fight someone else’s war in some foreign land?
Robin: If you are his people then he was right to desert them.
Much: No! Stop! I will not take part in this. You will regret this; you will come to your senses and you will regret it.
Robin: This does not concern you, Much.
Much: You are my master! Everything concerns me. I have followed you into battle. I have followed you into the forest, but I will not follow you into torture.
Robin: Then leave me.
Much: If I thought you meant that-
Robin: shouts Go!
Much leaves. Robin backs away from Gisbourne.
Guy: Aww. You seem to be shot of friends Locksley. And what about all those peasants you’ve championed? They’ll be so disappointed when they realise that under your fine words you’re just as violent as the next man. And not just the peasants, either. Some of the nobles you’ve championed swayed by your charitable acts. Edward. Marian.
Robin cuts Gisbourne’s bonds.
Robin: Make no mistake. This ends here, Traitor.
Robin throws his sword down, and Robin and Gisbourne fight.Robin falls down a slope.

Nottingham Castle
Will: Don’t suppose anyone’s given any thought as to how we get back get out again.
John: Later! We came for Djaq!
In the alchemy chamber in the castle, Djaq works. Time Passes.

Sherwood Forest
Robin and Guy are still fighting
Guy: Face it. You’re loyal to a weak king.
Robin: A king with principles.
Guy: He’s a pawn and you know it. It’s not England’s war – it’s Rome’s.
Robin: Then why have you made it worse? Your attack broke the ceasefire.
Guy: There will always be war. So lets have a king who will fight for our gain, not the Pope’s.
Robin: Do you know why I went to war? To recover Jerusalem. To recover our Holy Land.
Guy: How noble.
Robin: No. When I got there I met the Muslims and the Jews. I saw it was their Holy Land too.
Guy: What are you Locksley? The lord of the dance?
Robin punches Gisbourne, and they continue to fight.
Robin: And you were right. There will always be war. As long as people like you revel in their own ignorant bigotry.
Robin and Gisbourne tumble down a slope.

Nottingham castle
The Sheriff enters the Alchemy room
Djaq: I have finished.
Sheriff: So quickly. You can test it on your outlaw friends. According to my kitchen master, they’ve arrived already. They’re so predictable. He laughs. Ooh. Were you expecting to be rescued, hmm? They won’t think of looking for you in here.
Djaq pours a liquid onto a powder. It starts a fire, and causes heavy smoke.
Sheriff: panicked What are you doing?
The smoke causes the sheriff and guards to cough.
Sheriff: shouts Guards!
Djaq crawls out and escapes into the corridor
Sheriff: Get on your knees. Guards!
Djaq: Quickly! Sound the alarms! Stop the fire!
Sheriff: shouts Guards!
John, Will and Allan are in the dungeons.
Will: There’s no one here.
Allan: That can’t be right.
Will: No prisoners, not even a jailer.
Allan: I’m not being funny; you don’t think this could be a-
Guards enter, surrounding them
Allan: Trap! Listen, gents, you don’t think we could just talk about it, eh?
The outlaws and the guards fight. Djaq arrives and helps them. Will is held by his neck, but the guard is killed and he is released.
Will: You alright?
Djaq: Are you alright?
Allan: I thought we came to save you?
Djaq: Now I’ve come to save you.
Allan: You’re a woman. We’re men.
Djaq: Irritating, isn’t it?
John: [_________]
They leave the dungeons and are walking down a corridor
Djaq: Where now? Do you actually have a plan?
Allan: I’ve never been in this part of the castle before. Have you?
John shakes his head.
Djaq: Robin! Where is he?
Allan: Well, he’s basically… That’s difficult to explain.
Djaq: Robin did not come?
Allan: He’s kind of…
Will: Distracted.
John: Here – Go.
John opens the door into a room – the toilet.
Allan: Have you seen this? Indoor privy!
Allan opens the toilet seat
Will, John & Djaq: Urgh.
Allan: So? Leads outdoors. Well, what? You got any better ideas?
Will: Out of the way.
John: We go.
Allan and Will slide down the toilet and land in a pile of muck outside the castle
Djaq: To John Catch me at the bottom.
John slides down the toilet.
John: Ooh. Aah.
Sheriff and guards enter the toilet; Djaq can’t escape.
Sheriff: well if you’re that desperate to go all you had to do was ask.
Djaq tries to run but is caught by guards
Sheriff: Take him into the dungeons. If he doesn’t want to play nice we’ll be nasty.
Djaq is held by the guards. The Sheriff looks down the toilet, and then closes the lid.
Will: We need Robin.
The outlaws are covered in muck. Will spits.
John: Aah.

Sherwood Forest
Robin and Guy are still fighting
Guy: You thought you’d come back from the Holy Land covered in glory, didn’t you? Well guess what? No one here cares! They couldn’t even point to the Holy Land on a map! So what was it all for, eh? Robin of Locksley, Earl of Huntingdon, hero of Acre. And look at you know. You’re just a common outlaw, house and lands lost. Do you think I don’t laugh every time I go to sleep in your bed? And Marian. The woman you gave up, lost, to me. You think I won’t laugh everytime I-
Robin punches Gisbourne
Guy: To be honest, I was surprised you stayed in Nottingham when surely you would have friends elsewhere who would take you in. No, I should have realised. Marian. And I thought you’d given up long ago. You still carry a torch for her, don’t you? And now she is to be mine!
Robin: I wouldn’t hold my breath if I were you.
Guy: She has accepted me!
Robin laughs
Robin: When the king returns.
Guy: Detail.
Robin: She will know you are a traitor. I will tell her.
Guy: I will deny it.
Robin: She is astute.
Guy: True. And she has her doubts about me. But she is also stirred by me. She will believe my denial.
Robin punches Guy, knocking him out. Much returns bringing Marian with him. Marian shakes her head. Gisbourne is tied to a tree.
Marian: What are you doing? You’re a killer now?
Robin: When I have to be.
Marian: Grow up.
Robin: Gisbourne made his choice. Everything is a choice, everything you do. You taught me that.
Marian: What choice?
Robin: In the Holy Land the Saracens came to kill the king. But it wasn’t Saracens. It was him.
Marian: Rubbish.
Robin: He stabbed me and left me for dead. And then he went to kill the king in his bed.
Marian: I don’t believe you. This is about--
Robin: [_________]
Marian: You and me. And I want you to know I didn’t realise he was going to announce the marriage.
Robin: Well you didn’t seem uncomfortable. I have proof. His arm. I wounded him. His tattoo.
Marian: What tattoo? And I was uncomfortable.
Robin: He has a tattoo on his arm. You took his ring.
Marian: You took his ring! And how could he have been in the Holy Land. He was here in your house.
Robin: What?
Marian: He was unwell for many weeks. No one was allowed to see him.
Robin: That is why I have to kill him!
Marian: No. Even if you are right.
Robin: I am right.
Marian: A trial. The process of law.
Robin: There is no law. Until Richard returns the Sheriff is the law; Gisbourne is the law. That is why I have to kill him.
Marian: No. I forbid you.
Robin: He sighs. You don’t believe me.
Marian: I don’t know what to believe. Guy is not a man who would … surely?
Robin: Of course, he is to be your husband.
Marian: You know full well I agreed to that under duress. You know I have to play things this way, from the inside, for my father, if for nothing else. I do not have the option to just run off into the forest.
Robin shakes his head
Marian: What?
Robin: Everything is a choice.
Shot pans to Much, who is sitting by a tree. Robin and Marian can be seen in the background. John, Will and Allan arrive back. John kicks a basket in frustration.
Much: Now look, he’s been my master for ten years. What did you expect me to do?
John ignores him
Much: What happened? You stink! Heh.
Much looks around
Much: Where’s Djaq?
John: It was a trap.
Allan: We came out from the privy.
Will: She was right behind us.
Allan: Took her back.
John: Him?
John nods towards Gisbourne.
Much: Alive. It has been somewhat touch and go. Not since the Holy Land have I seen…
John: Well
Much: Took all my powers to calm him. [_______] And… and hers. Much nods towards Marian, who is talking to Robin
Much: But it was I who fetched her, so you could say it was all my doing.
John: We need him.
The outlaws gather around Robin
John: We go to Nottingham.
Robin: I thought you were going. I have unfinished business here.
Allan: It’s Djaq…
Robin: The sheriff will be expecting a rescue. It is better to wait. To think.
Will: Robin, wake up. It’s Djaq.
Robin: You are thinking of just one man. I’m thinking of the king and the whole of England.
Will: Djaq is not one man; she’s a woman.
Marian looks shocked.
Will: Have you even thought of what could happen if the sheriff realises?
Marian: Djaq … is a woman? The Saracen?
Allan: Long story.
John: He can wait.
Looks at Gisbourne
John: Djaq cannot.
Robin: No!
Much: If they know we’re coming then we could all die.
Allan: True. But it’s Djaq.
Will: But it’s Djaq.
Much: But what does that mean? “True, but it’s Djaq”! It’s not even an answer.
Allan: Look the thing is …
in unison

Allan: I like her.
Will: I think I love her.


Allan and Will look at each other. Everyone is shocked, and speechless.
Much: Well… Even then … That is… That is no reason to knowingly walk into a trap.
Marian: Robin is right. You need to think. Look. That is your solution. Marian looks at Gisbourne who is still tied to the tree.
Marian: Trade him for her.
Robin: No! I am not letting him get away with this.
John: Robin!
John punches him knocking him out
John: Not sorry.

Nottingham dungeons
Sheriff: Has he talked yet?
Jailer: Just about to start.
The jailer sharpens his knife
Sheriff: Well, hurry up then.
The jailer opens the cell with Djaq in.
Sheriff: Try and do it quietly. I can’t bear bawling.
Marian hurries in
Marian: My Lord Sheriff, I need your help.

Nottingham main hall
Marian and the Sheriff are on either side of the long table facing each other. The Sheriff sits, Marian leans over the table.
Marian: They said to give you this.
Marian slides a tag down the table.
Marian: Said you’d understand.
Sheriff: So did this outlaw rob you?
Marian: He was only interested in the exchange. Guy for your prisoner. My husband-to-be for a Saracen.
Sheriff: You see, something’s not right. How do I know this isn’t an outlaw ruse?
Marian: Guy is your lieutenant, your ally … your friend.
Sheriff: Friend? Are we talking about the same Guy? I mean I barely notice he was missing!
The Sheriff laughs
Marian: My Lord Sheriff, please. They have Guy. If they should do something to him, I…
Sheriff: Oh, yes, alright.
The Sheriff gets up
Sheriff: If it can stop your snivelling.
Marian:The outlaws will kill Guy if you harm the Saracen boy. Have you harmed him?
Sheriff: No.
The sheriff sighs and clicks his fingers.
Sheriff: Okay. Prepare the Saracen for travel.
The sheriff chucks thetags on the table, and walks out.

Sherwood Forest
Robin regains consciousness.
Robin: Where is he?
Much: They’ve taken him.
Robin sighs.
Much: It was the only way for Djaq.
Robin: it was not their decision to make. Where have they gone?
Much shakes his head.
Robin: Where?
Much: I’m not going to tell you!
Robin inclines his head
Much: Please! You can’t make me!
Robin: If you are my friend, if you are my true friend, you must do this one thing for me. Please.
Much leans back, pulling his hat over his eyes in frustration.
Much: Aaarrgghh!

Nottingham; a tunnel
The sheriff is leading Djaq down the tunnel by the rope which is around her neck.
Sheriff: Robin Hood has gone to a lot of trouble for you, pretty boy. Not one rescue but two.
Djaq: He didn’t come the first time.
Sheriff: Aah. Are you feeling unloved? Aah.
The Sheriff looks under Djaq’s jacket.
Sheriff: Aah. Pretty boy, not a pretty boy at all. Oh, no wonder they want you back in the forest, hmm? All those long cold nights. Well, obviously, you won’t be going back. You see Hood, he thinks there are two tunnels that are clear. One in, one out. Clever. But not clever enough.
The Sheriff has led them to a place within the tunnel. John is there
Sheriff: Where’s Hood?
John: [_______]
Robin: Here!
John: Robin! No!
John looks around
Robin: I did not agree to this trade, John.
Sheriff: Dissent in the ranks.
Robin: I did not agree to this trade. But I should’ve done. Let him go.
It’s alright hood. Your secret’s out. Your pet Saracen … He shouts as he pushes Djaq across
Sheriff: …is a lady! The great thing is, she gave me this.
The sheriff holds up the vial of acid and sniffs it.
Robin: Your secret’s out too. There is no way Gisbourne went to the Holy Land without your say so.
Sheriff: Holy land? Gisbourne?
Robin: I have proof. On his arm. His tattoo. People in the King’s guard have heard about that tattoo and when they return from the Holy Land, he will pay. And you will pay.
Sheriff: Tattoo?
He pours acid onto Gisbourne’s tattoo. Gisbourne screams.
Sheriff: What tattoo?
Robin No!
Robin is held back by John.
Sheriff:To Gisbourne Shut up you big jester!
Djaq: Let’s go.
Sheriff: You’re not going anywhere! Guards!
Guards crash in from the blocked tunnel entrances.
Sheriff: Look, an old tunnel. Surprise. Gotcha.
Robin: Surprise. An old shaft. Surprise. Let’s go.
John: Go!
Robin & John: Go! Let’s go!
The Robin and Djaq begin to escape using a rope to climb out of the shaft.
Robin: Another time Gisbourne.
John punches a guard, whilst Robin and Djaq are pulled up by Allan, Will and Much.
Will: Djaq.
Sheriff: Get after them!
Robin: Quick. Get John out. Pull! Pull!
John is pulled out.
Sheriff: He groans Stop mewling Gisbourne. Maybe in future you’ll think twice before painting your arm like a girl.
Change of scene, archery target on screen.

Sherwood Forest
Robin is sitting on a log.
Djaq: Is it true? There would have been peace without this Gisbourne?
Robin nods
Djaq: And yet you gave him up. For me?
The other outlaws approach.
Much: Brought you some food.
Much hands Robin some bread. John nods in Robin’s direction, asking for some. Robin hands him some. They all laugh.

END 

Kikavu ?

Au total, 21 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

stella 
18.06.2017 vers 23h

naadd 
18.04.2017 vers 16h

SonAltesse 
03.04.2017 vers 20h

Kiraven 
26.03.2017 vers 20h

clothilde 
27.10.2016 vers 15h

blady 
02.10.2016 vers 16h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 2 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Illustration pour le sixième numéro d'HypnoMag avec Graham Patrick Martin en couverture.
HypnoMag | Découvre le numéro 6 !

Le quartier The Good Doctor ouvre ses portes sur HypnoSeries
Nouveau quartier | Vidéo d'ouverture

Activité récente
Actualités
Cible du shérif n°98

Cible du shérif n°98
Après la discrète mais néanmoins indispensable sarrasine préférée, le shérif a décidé de...

Liar sur TF1 le 7 décembre

Liar sur TF1 le 7 décembre
Chose rarissime pour une série britannique, Liar avec Joanne Froggatt et Ioan Gruffudd avait été...

Prêts pour la Bataille des Cinq Armées ?

Prêts pour la Bataille des Cinq Armées ?
Préparez vos arcs ! Affûtez vos épées ! Ce soir aura lieu la Bataille des Cinq Armées, 3ème et...

Hobbit 2 : poursuite du voyage ce soir sur France 2

Hobbit 2 : poursuite du voyage ce soir sur France 2
On repart pour la 2ème étape du grand voyage entrepris par Martin Freeman, jeune hobbit, et la...

Northanger Abbey sur Arte

Northanger Abbey sur Arte
Arte diffusera ce jeudi 26 octobre dès 20h55 Northanger Abbey adaptation du roman éponyme de Jane...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Partenaires premium
HypnoPromo

choup37, Avant-hier à 22:43

Supers calendrier et sondage d'ailleurs *tire ses manches et repart*

arween, Hier à 11:21

Bonjour ! Nouveau sondage sur The Walking Dead ! N'hésitez pas venir voter pour le personnage que vous aimeriez voir dans un spin-off !

grims, Hier à 11:30

Le quartier The Tudors vous propose un nouveau sondage !

grims, Hier à 11:30

Et si on fêtait Thanksgiving à la cour? Drôle d'idée bien sûr, mais essayons juste de savoir pour quoi Henry remercierait ?

grims, Hier à 11:30

Nous vous attendons nombreux

HypnoBlabla

Locksley, Hier à 13:48

Bonjour Malice825 : désolée pour ce petit désagrément sur notre page d'accueil, ça se produit de temps en temps...

Locksley, Hier à 13:48

... et jusqu'ici, nous n'avons pas encore réussi à solutionner ce problème.

Locksley, Hier à 13:49

Quand ça se produit, inutile de recharger 5 fois ta page, ça se remet en place tout seul au bout de quelques minutes

Locksley, Hier à 13:49

Bonne journée !

Supersympa, Hier à 15:21

Bonjour z'à toutes z'et à tous !

Viens chatter !