VOTE | 101 fans

Le cartel Hypnoweb a besoin de toi !
Rejoins-nous sans attendre

#211 : La Chasse au Trésor

Robin est intercepté par des membres de la garde rapprochée du Roi Richard venus lui transmettre un message codé de sa part. C'est alors que Marian vient l'avertir que le Shérif a décidé de transformer Locksley en "ville-garnison" pour ses mercenaires. Robin décide de différer le sauvetage du village, il doit d'abord essayer de retrouver le "Trésor de la Nation" pour le Roi.
Marian ne supporte pas de rester les bras croisés alors que les villageois de Locksley sont malmenés. Sans attendre le retour de Robin, elle se met dans la peau du Veilleur de Nuit pour les aider.
Tandis qu'une course poursuite s'engage entre le Shérif et Robin pour trouver le mystérieux trésor, Marian est prise en flagrant délit par Gisborne qui découvre qu'elle est le Veilleur de Nuit ! Démasquée, elle doit faire face à une mort prochaine.

Captures

Popularité


5 - 1 vote

Titre VO
Treasure Of The Nation

Titre VF
La Chasse au Trésor

Première diffusion
15.12.2007

Première diffusion en France
26.10.2008

Guy démasque le Veilleur de Nuit (VO)
Guy démasque le Veilleur de Nuit (VO)

  

Les hors-la-loi sauvent la reine (VO)
Les hors-la-loi sauvent la reine (VO)

  

Scènes finales (VO)
Scènes finales (VO)

  

Plus de détails

Réalisateur : Matthew Evans
Scénariste : S.J. Ashford

Cast secondaire
Lynda Bellingham ... Reine Eleanor
Stephen Beckett ... Legrand
Andrew Hefler ... Paxton

Sur ordre du Shérif, Locksley est devenue une "ville-garnison" et les villageois sont forcés de quitter leur maison afin de les laisser à de vils mercenaires. Pendant que Robin et ses hommes mettent au point un plan pour les stopper dans le but d'éviter que de pauvres gens dorment dans les rues, ils sont interceptés par trois hommes appartenant à la Garde du Roi Richard. Parmi eux se trouve le redoutable Legrand qui apporte à Robin un important message de la part du Roi .

En effet, le Roi a envoyé des informations codées qui dissimulent le plan pour retrouver le "Thesaurus Patriae" soit le "Trésor de la Nation" en latin. Déchiré entre sauver Locksley et trouver ce trésor, Robin décide d'aider le Roi et essaye de déchiffrer les messages codés, abandonnant ainsi Locksley.

Marian, quant à elle, estime que les habitants de Locksley doivent être protégés. Désobéissant à sa promesse de ne pas intervenir faite à Robin, le Veilleur de Nuit entre en action, assouvissant sa vengeance sur les mercenaires venus envahir le village.

Cependant Allan et Gisborne sont préparés à une éventuelle attaque, et Marian se retrouve coincée. Elle est finalement démasquée par Gisborne! Son secret étant dévoilé, Gisborne jure qu'elle mourra, punition pour sa trahison.

Robin est complètement accaparé par sa mission, il se hâte car le Shérif a déjà tué le contact de Legrand, qui s'est avéré être un espion, juste après que ce dernier ait dévoilé un morceau de réponse à l'énigme. Ainsi c'est une véritable course poursuite qui s'engage entre le Shérif et Robin.

Lorsque que ces deux-là trouvent enfin le "Thesaurus Patriae", tout le monde est surpris de voir que le Trésor du Roi Richard n'est constitué ni d'or, ni de bijoux ...



Avis du Veilleur de Nuit : un épisode plaisant qui nous offre de belles situations cocasses pour Petit Jean. De plus, le personnage de Marian étant au bord du gouffre, le spectateur attend jusqu'à la dernière minute une issue de secours, avec un Gisborne déchiré entre son devoir et son amour ...

FORÊT DE SHERWOOD
Robin dévale une ravine en courant, suivi par toute la bande. Il remonte de l'autre côté puis se jette à plat ventre.
Robin : A terre, couchez-vous !
En contre-bas, Allan passe à cheval à la tête d'une petite troupe d'hommes à la mine patibulaire.
Robin (à Petit Jean) : Où est Much ?
Petit Jean : Je ne sais pas.
Much arrive à son tour, essoufflé, et se jette à son tour à terre en poussant un cri de douleur.
Robin : Chut !
Much (protestant) : J'suis juste sur ma blessure !
Robin : Chut !!
Allan tourne la tête et scrute la forêt tout en poursuivant sa route. Pendant ce temps, Much geint encore.
Robin : Des mercenaires... avec Allan à leur tête, évidemment ! Le Shérif a dû revoir ses plans en grand... (il avise un chariot bâché)... Il y a de quoi nourrir tout un régiment là-dedans. Avec ça, le village de Locksley tiendra tout l'hiver. Allez venez !
Il se relève prestement et le reste de la bande lui emboîte le pas. Les hors-la-loi contournent discrètement le groupe mené par Allan et arrivent dans leur dos. Sur un signe de tête de Will, Petit Jean se rapproche et assomme les deux derniers mercenaires avec son bâton. Il indique ensuite à Robin que la voie est libre et celui-ci entreprend de grimper à l'arrière du chariot.
Robin (se retournant vers la bande) : Venez !
Il marche avec agilité sur la bâche et rejoint le conducteur auquel il décoche un violent coup de pied en pleine figure. L'homme tombe du chariot et Robin prend sa place. Les mercenaires continuent d'avancer devant lui sans se rendre compte de rien. Arrivés à un croisement, le hors-la-loi s'éloigne par un chemin différent de celui emprunté par le groupe, un grand sourire aux lèvres.

RESERVE DE VIVRES DES HORS-LA-LOI
La bande a entrepris de décharger le chariot. Petit Jean s'empare de deux lourds sacs qu'il porte sur ses épaules et croise Robin qui ressort d'un abri dissimulé dans la forêt.
Robin : On a bientôt fini, c'est bon.
Will : Ils avaient prévu de quoi nourrir toute une armée.
Robin : Oui, je sais, c'est bien ce qui m'inquiète. Ils préparent un gros coup et il faut qu'on soit prêt.
Much fait un signe à Djaq qui lui lance un sac de grain. Il le rattrape puis s'arrête et tend l'oreille : un drôle de cri d'oiseau vient de retentir entre les arbres. Interpellés eux aussi, ses compagnons scrutent les alentours. Un grand homme masqué surgit derrière Much et lui envoie son poing en pleine figure. Il s'effondre sur le sol et Robin se rue sur l'inconnu qui le menace alors d'un grand bâton. Deux autres hommes surgissent et engagent le combat contre la bande. Alors que les hors-la-loi se battent contre leurs agresseurs munis d'épées, Robin est tombé à terre et évite de justesse un coup de bâton de son adversaire. L'homme s'apprête à le frapper mais il suspend son geste.
L'inconnu (surpris) : Robin !
Il commence à rire mais Robin profite de ce moment de relâchement pour donner un coup de pied dans l'entrejambe de son agresseur qui se plie aussitôt de douleur. Il tombe à terre et Robin se jette sur lui, place son poignard contre sa gorge avant de lui arracher le foulard qui lui masque le visage.
Robin (sidéré) : Legrand, c'est toi ?
Legrand : J'apporte un message du Roi.

*** Générique ***

Robin examine un parchemin que lui a remis Legrand.
Robin (pensif) : Rien d'autre, c'est le message du Roi...
Legrand : Vous n'êtes pas faciles à trouver, ça fait des jours que nous arpentons cette maudite forêt.
Il se cogne dans Petit Jean qui, sac sur l'épaule, continue à décharger le chariot. Celui-ci laisse alors échapper un grognement rageur.
Much (tâtant sa joue endolorie) : N'empêche que vous auriez pu vous annoncer un peu plus délicatement, hein ?
Mais Robin ne lui prête pas attention, concentré sur le parchemin.
Robin : Ça là, un œil regardant un roi d'au-dessus, ça peut être ce qu'on veut ? Le Roi t'a pas donné d'autres indices ?
Les bras chargés de denrées volées aux mercenaires, Legrand hoche négativement la tête.
Robin : Mais, on a au moins un contact ?
Legrand : Oui, un marchand de laines, il s'appelle Paxton. Il nous attend.
Petit Jean s'approche et sans un mot, il prend le lourd panier surmonté de deux sacs que tenait Legrand et se dirige vers la réserve pour les y déposer.
Legrand : Le Roi veut que nous accomplissions notre mission le jour du solstice.
Robin : Et qu'est-ce que nous cherchons ?
Legrand : Thesaurus Patriae.
Djaq : C'est du latin, ça signifie 'Le Trésor de la Nation'.
Legrand (épaté) : Elle parle le latin ! Waouh, quelle femme !
Petit Jean vient se planter devant Legrand, un bâton dans chaque main.
Petit Jean : Hé.
Le hors-la-loi remarque alors que son arme est plus courte que celle de leur visiteur et que de surcroît, le bâton de Legrand est une véritable masse d'arme ornée de clous en métal.
Legrand (avec un sourire narquois) : Merci.
Les hors-la-loi poursuivent le déchargement du chariot tandis que Robin, perplexe, examine avec attention le parchemin et tente de comprendre sa signification.

LOCKSLEY
Les mercenaires entrent au grand galop dans le village, terrorisant les habitants qui s'enfuient.
Gisborne (hurlant) : Allan !
Allan (s’adressant à un mercenaire) : Hé, tiens-moi ça.
Il descend de cheval, confie les rênes à l'étranger puis s'approche de Gisborne qui est dans une colère noire.
Gisborne : Où sont les vivres ? Les hommes sont harassés, ils ont faim et nous n'avons rien à leur donner à manger. C'est une plaisanterie ?
Allan : Écoutez, je crois que je sais où les retrouver. Robin avait une réserve près de Nettlestone. On y mettait nos provisions pour l'hiver.
Gisborne : Ça ne te revient que maintenant ?
Allan : Oui.
Gisborne : C'est pratique. Tu mens !
Allan : Non, je ne mens pas !
Gisborne l'empoigne par le col de sa veste et le sermonne hargneusement.
Gisborne : Je suis fatigué et excédé d'être pris pour un imbécile par toi et tes amis alors que tu connais leurs petits secrets !
Allan : Quels secrets ?
Gisborne : Tu sais pertinemment de quoi je parle et tu vas tout me raconter, là, tout de suite.
Allan : Écoutez, Robin vous le connaissez et les autres c'est...
Gisborne perd son sang froid, se met à hurler tout en menaçant Allan de son poing. Marian, qui vient d'arriver à cheval à Locksley et de découvrir que le village est envahi par des mercenaires, s'avance rapidement vers les deux hommes.
Marian : Qu'est-ce qui se passe ?
Aussitôt, Gisborne lâche Allan.
Gisborne (à Allan, froidement) : Toi, tu attends là.
Il entraîne ensuite Marian plus loin.
Marian : Pourquoi est-ce que tout le village a été évacué ?
Gisborne : Le village a été réquisitionné à des fins militaires Marian. Vous ne devriez pas être là avec tous ces hommes.
Marian (en colère) : Parce que je suis une femme ? Que faites-vous donc des femmes et des enfants qui ont été mis dehors de force ?
Gisborne : Je n'y peux rien, c'est un ordre du Shérif. Il n'y a pas à discuter, c'est comme ça !
Marian : Il n'y a pas si longtemps, vous vouliez défier les hommes du Prince Jean.
Gisborne : Oui ! Mais la situation a changé !
Marian : Parce que le Shérif est là ?
Gisborne soupire et détourne le regard. Elle reprend d'une voix plus posée.
Marian : Pendant son absence, j'ai décelé un autre côté chez vous Guy, gentil, brave... (puis froidement) mais je me trompais.
Elle fait volte-face et se dirige vers sa monture.

FORÊT DE SHERWOOD
La bande traverse la forêt avec Legrand et ses compagnons d'armes.
Robin : Vous devez vous reposer toi et tes hommes. Trois jours sans repos...
Legrand (l'interrompant) : J'aurais pu en passer dix sans dormir à vous tourner autour.
Robin rit, amusé et satisfait d'être difficile à trouver.
Robin : Donc, tu crois que le Roi veut récupérer un trésor ?
Legrand : Il lui faut des hommes et du matériel pour contrer le Shérif et le Prince Jean, ça demande de l'argent. J'crois qu'il cherche à sortir ce qu'il a en Angleterre.
Le groupe marque une pause.
Robin : Le Roi s'est donné beaucoup de mal, non ? Deux messagers différents, un code, un rendez-vous un jour donné... L'enjeu doit être bien plus important, je pense. Je suis sûr que tout ceci est en place depuis longtemps.
Will : En tout cas le solstice d'été tombe après-demain, il va falloir qu'on fasse très vite.
Robin : On va aller rendre visite à ce Paxton, allez venez.

DEMEURE DE PAXTON
Le marchand de laines déballe un petit assortiment de poignards soigneusement alignés dans une trousse en cuir et en glisse un dans une de ses bottes. Il en glisse un second dans sa ceinture puis sursaute en entendant des hennissements dehors. Il jette alors un coup d’œil par la fenêtre avant de revenir vers ses armes. Derrière lui, debout et silencieux, Robin l'observe.
Robin : Vous attendez une armée ?
L'homme s'approche, un poignard en main.
Paxton : Sortez de chez moi immédiatement !
Il est ceinturé par Legrand qui, arrivé dans son dos, le désarme. Sans ménagement, l'envoyé du Roi Richard plaque le marchand sur la table et lui tord le bras.
Legrand (agressif) : Mot de passe ?
Paxton (à voix basse) : Thesaurus Patriae.
Legrand lui tord davantage le bras.
Paxton (plus fort) : Thesaurus Patriae.
Legrand le relève prestement puis lui donne une tape forte mais amicale sur l'épaule en affichant un large sourire.
Legrand : Enchanté Messire Paxton !
Il éclate de rire. Appuyé contre la poutre de l'entrée, Robin fait alors les présentations.
Robin : Messire Legrand de la Garde Personnelle du Roi, et moi c'est Robin des Bois.
Paxton (s'excusant) : J'ai eu peur que vous soyez des sbires du Shérif, je me préparais, on ne sait jamais, je suis navré...
Robin (l'interrompant) : Je sais. Est-ce que vous avez le message ?
Paxton acquiesce, met la main à l'intérieur de sa veste et en retire un parchemin.
Paxton : Ce fut un lourd fardeau et un honneur de le porter.
Legrand et Robin se penchent sur le document.
Legrand : Ça veut dire quoi ?
Robin examine le parchemin puis le hume.
Robin : Attendez...
Il s'empare d'un bougeoir et le pose sur la table sous les regards intrigués des deux autres hommes. Puis il approche doucement le parchemin de la flamme. Se méprenant sur ses intentions, Legrand lui empoigne brusquement le bras.
Legrand : Mais qu'est-ce que tu fais ?!
Paxton : Oh laissez-le voyons, il sait très bien ce qu'il fait.
Robin place le document à quelques centimètres au-dessus de la flamme de la bougie.
Robin (souriant) : Ici... vous voyez ?
Il leur montre des points qui apparaissent sur le parchemin.
Robin : Du safre, c'est un élément utilisé en alchimie, il ne se révèle qu'à la chaleur.
Il se saisit de l'autre parchemin - celui que lui a remis Legrand dans la forêt - et recommence le même procédé. Des points apparaissent également.
Paxton : Très astucieux.
Legrand regarde les deux parchemins, perplexe.
Legrand : C'est p'têtre astucieux, n'empêche que ça ressemble à rien.

RESERVE DE VIVRES DES HORS-LA-LOI
Allan ouvre brusquement la porte de la réserve où les hors-la-loi ont entreposé les vivres dérobés aux mercenaires.
Allan (à Gisborne) : Qu'est-ce que je vous avais dit ? Tout est là !
Dissimulée non loin de là, Marian observe la scène, tandis qu'Allan ressort avec un premier sac.
Allan : On entreposait souvent ce qu'on avait volé ici. Du grain, tout ça, pour les pauvres.
Gisborne : Bien. Emportez tout.
Le bras droit du Shérif s'éloigne à cheval, laissant Allan avec une poignée de mercenaires.
Allan : Bien, allez les gars, on va charger tout ça dans le chariot.

FORÊT DE SHERWOOD
Rassemblés autour de Robin, les hors-la-loi tentent de déchiffrer les parchemins. Debout derrière eux, Legrand et Paxton font de même.
Much : Ça, c'est une carte du ciel, c'est moi qui vous le dis ! Djaq, là c'est la Lune, ici la voûte céleste et là les étoiles.
Djaq : Non Much, ça ne peut pas être ça, ce n'est pas la bonne forme.
Will : Et ça ne peut pas être la Lune, à la rigueur le soleil.
Robin (approuvant) : Oui, oui.
Paxton : Et si tous les points formaient un cercle ?
Robin : Hein ?
Paxton : Oui, un cercle.
Robin superpose alors les deux parchemins.
Robin : Attendez... Mais oui, c'est ça ! Cette fois, on approche.
Will : Regarde, ce ne serait pas un bâtiment ? Ces points figureraient les piliers des fondations et l'épée indiquerait la porte.
Robin : Oui mais rien ne nous dit de quel bâtiment il s'agit, ni où il peut se trouver.
Petit Jean fronce puis se détourne brusquement. C'est alors qu'un sifflement aigu vient troubler le silence de la forêt. Aussitôt, les hommes de Legrand sortent leurs épées.
Robin : Attendez ! Attendez, attendez, attendez.
Un nouveau sifflement retentit.
Much (regardant Robin) : Ça pourrait bien être pour vous.
Robin acquiesce.
Robin : Continuez dans cette voie, je reviens.
Il confie les documents à Will puis part rapidement.
Paxton (intrigué) : Ce signal, c'est quelqu'un de votre bande ?
Much : On peut dire ça, oui.

Robin s'est éloigné du groupe dans la direction d'où venait le sifflement. Assise sur un tronc d'arbre couché, Marian sourit en le voyant approcher sur un sentier en contrebas.
Marian : Un peu plus haut !
Aussitôt qu'il la voit, le hors-la-loi sourit à son tour, hâte le pas pour la rejoindre puis l'enlace et l'embrasse avec passion.
Robin (murmurant) : Tu m'as manqué.
Il l'embrasse à nouveau.
Marian (lui souriant) : Toi aussi tu m'as manqué.
La jeune femme noue ses mains derrière la nuque de Robin, puis son sourire s'efface pour faire place à un visage grave.
Marian : Tu sais ce qu'il se passe à Locksley ?
Il hoche négativement la tête et l'écoute, grave à son tour.
Robin : Dis-moi.
Marian : Gisborne a fait évacuer tout le village, il l'a transformé en garnison pour ses mercenaires.
Robin : Et les habitants ? Où sont les villageois ?
Marian : Dans la forêt, ou dans leurs familles dans d'autres villages.
Contrarié, le hors-la-loi tente de réfléchir rapidement.
Robin : Bon, très bien. Il faut au moins les nourrir.
Marian : Non Robin. Allan a montré à Gisborne où vous entreposiez vos vivres et il a tout pris.
Robin (outré) : Qu'est-ce que tu dis ?!
Marian : Mais si on y va tout de suite, on peut prendre la garnison par surprise.
Robin (en soupirant) : Oui je sais mais... mais là on ne peut rien faire.
Marian : Comment ça ?
Robin : On a eu un message du Roi Marian !
La jeune femme est interloquée.
Robin : Je te promets que je vais sauver Locksley mais d'abord je dois accomplir ma mission.
Marian (irritée) : Et les villageois sont censés faire quoi en attendant ?!
Robin : Tu sais que si je le pouvais, j'irais tout de suite. Le Roi Richard a plus que jamais besoin de moi.
Marian ne peut cacher sa déception.
Robin : Allez, nous serons bientôt réunis, je te le promets.
La jeune femme acquiesce d'un signe de tête et Robin s'approche à nouveau pour l'embrasser. Elle effleure doucement sa joue avant que tous deux se séparent une nouvelle fois. Alors que le hors-la-loi repart pour rejoindre ses hommes, Marian pousse un lourd soupir. Robin se retourne et l'observe.
Robin : Marian, promets-moi que tu ne tenteras rien à Locksley toute seule.
Elle lève les yeux au ciel si bien qu'il insiste.
Robin : Marian !
Marian (à contrecœur) : Je te le promets. Je te promets que je ne tenterai rien...
Il sourit, soulagé, puis s'éloigne alors qu'elle poursuit à voix basse et qu'il ne peut plus l'entendre.
Marian (murmurant) : … mais le Veilleur de Nuit pourrait, lui...

Pendant que Robin conversait avec Marian, Petit Jean a entrepris de dégager des feuilles mortes pour tracer un disque sur le sol et il a disposé des cailloux tout autour. Quand Robin revient, Much s'avance vers lui.
Much : Tout va bien ?
Robin : Ouais... Qu'est-ce que tu fais Jean ?
Petit Jean : Le cercle de pierres.
Robin : Les pierres dressées, tu veux dire ?
Petit Jean : Hum.
Robin (excité) : Les pierres dressées de la lande de Hathersage !
Petit Jean se retourne vers les autres en affichant un large sourire.
Petit Jean : Je vous avais dit qu'il trouverait !
Much : Moi aussi j'aurais trouvé.
Petit Jean : Non, aucune chance.
Paxton n'a pas perdu une miette de cette information et il se retourne vers le chef des hors-la-loi.
Paxton : Euh Robin, je suis contraint de vous laisser. Je vais affréter un bateau pour prendre la mer demain soir de Hull, avec le trésor.
Robin se relève et lui sert chaleureusement la main.
Robin : Merci mon ami, le Roi est votre débiteur.
Paxton : Je suis fier de l'avoir servi.
Il s'éloigne prestement tandis que Robin s'adresse au groupe.
Robin : Bon, compagnons, en route pour Hathersage !

HATHERSAGE
Le groupe arrive bientôt à l'endroit identifié par Petit Jean. D'immenses pierres taillées parallélépipédiques sont dressées et forment un cercle dans une prairie. Au centre, deux autres pierres s'élèvent.
Legrand : Qu'est-ce que c'est que cet endroit ?
Will : De mémoire d'hommes, il a toujours été là... une forme d'habitation.
Much (un peu inquiet) : Ou un lieu saint.
Djaq compare les lieux avec un des deux parchemins puis désigne une des pierres.
Djaq : L'épée pointait sur celle-là !
Robin : Ces pierres sont toutes parfaitement alignées... et si l'épée ne pointait pas le nord mais qu'elle nous indiquait l'alignement qui est là ?
Joignant le geste à la parole, il s'est rapproché d'une des pierres, puis s'est penché vers l'avant pour mettre son œil au niveau d'une petite encoche semi-circulaire faite dans l'imposant bloc. Legrand le rejoint et regarde à son tour. Robin prend alors son arc en main, encoche une flèche et tire à travers l'encoche. La flèche traverse le cercle, passe à ras de l'encoche de la pierre diamétralement opposée puis disparaît dans le petit bois qui jouxte la prairie. Le hors-la-loi s'élance aussitôt.
Robin : Allez venez, suivez la flèche !
Tous le suivent en courant. C'est Much qui le premier retrouve la flèche fichée dans le tronc d'un arbre.
Much : Regardez !
La zone semble particulièrement venteuse et les feuilles mortes virevoltent tout autour d'eux.
Much : Qu'est-ce que ça veut dire !
Clignant des yeux à cause de la poussière soulevée, les hors-la-loi scrutent les alentours. Soudain Robin aperçoit une anfractuosité dans le sol.
Robin : Hé regardez ! Ça doit être l'entrée.
Much : L'entrée ? L'entrée de quoi ?
Robin commence à s'engager dans ce qui ressemble à un long dolmen semi-enterré.
Robin : Venez !
Much allume des bougies alors que le groupe progresse dans un couloir sombre sous terre.
Much : Je savais qu'elles allaient nous servir.
Robin : Oui... un instant..
Il s'arrête pour observer puis hoche la tête et continue d'avancer.
Robin : C'est bon.
Much s'immobilise soudain, effrayé.
Much : Oh, sous mon pied ça vient de bouger !
Djaq (grimaçant) : Oui, c'est mon pied.
Elle s'empare d'une de ses bougies et prend la tête aux côtés de Robin.
Robin : Venez ! Allez on avance.
Face à eux, une lourde pierre obstrue le passage. Djaq ne peut cacher sa déception.
Djaq : Oh, un cul de sac.
Alors qu'elle approche la bougie de l'obstacle, Robin arrête son geste. Il passe sa main tout autour de la grosse pierre.
Robin : Attends, la flamme vacille, il y a un courant d'air qui passe là. Ah oui, je le sens.
Legrand bouscule Petit Jean pour s'avancer.
Legrand : Pousse-toi de là !
L'envoyé de Richard crache dans ses mains, s'agenouille devant l'obstacle, glisse ses doigts en dessous et tente de le soulever. Il crie sous l'effort et Petit Jean soupire, agacé par sa démonstration de force.
Robin : Legrand, tu n'as rien à nous prouver mon ami ! Tu ne la bougeras pas tout seul.
Legrand (articulant péniblement sous l'effort) : Mes hommes !
Robin : Allez, allez-y.
Les deux hommes qui accompagnaient Legrand s'agenouillent à ses côtés et tentent de l'aider mais en vain, la pierre ne bouge pas. Robin se retourne alors vers Petit Jean qui observe, renfrogné et les bras croisés.
Robin : Jean, on a besoin de toi là !
Petit Jean : Très bien, poussez-vous !
Il fait craquer ses doigts et s'avance. Sans le faire exprès, son coude heurte une pierre dans la paroi du couloir et celle-ci s’enfonce. Un grand bruit retentit et, sous les yeux ébahis de tous, la lourde porte en pierre s'ouvre. Ils découvrent alors une petite pièce avec un puits en son centre. Legrand entre le premier, suivi par le reste du groupe. Robin s'avance prudemment, une flèche encochée sur son arc. Alors que Petit Jean passe vers Legrand, celui-ci ne peut s'empêcher de le provoquer.
Legrand : C'est moi qui l'ai décoincée.
Petit Jean : Mais oui, c'est ça...
Robin : Il y a de la lumière qui rentre par je ne sais où, et ça augmente.
Will (levant les yeux au plafond) : Oui, elle vient d'ici. Il est presque midi... J'ai compris ! Quand le soleil est à son zénith, elle doit arriver jusque-là où il faut.
Il s'agenouille vers le petit puit et des gouttes se mettent à tomber au centre de la surface, faisant sourire les hors-la-loi. Alors qu'une douce lumière baigne désormais la pièce, ils aperçoivent un œil sculpté dans un des murs.
Djaq : Mais, on dirait l’œil qui est sur le message du Roi !
Legrand se précipite et tente de voir s'il s'agit d'un autre mécanisme mais Robin l'arrête d'un geste.
Robin : Attends, attends ! Cherche où va le regard.
Legrand se retourne et tous commencent à examiner le mur opposé. Djaq s'agenouille.
Robin : Qu'est-ce que c'est ?
Djaq : Je l'ai !
Dans une fissure du mur, elle vient de découvrir un rouleau de cuir et le tend à Robin.
Robin : Très bien ! Thesaurus Patriae.
Legrand s'approche alors que Robin déroule le document.
Legrand : Qu'est-ce que c'est ?
Djaq : C'est quoi ?
Robin : C'est un plan cette fois !
Ils observent le morceau de tissu qui était soigneusement emballé et tentent de se repérer sur la carte qui est dessinée.
Robin : Une croix ! C'est Kirklees !
Much : Oui, c'est la croix de Kirklees ! Oui, c'est l'Abbaye !
Une voix bien connue s'élève soudain derrière eux.
Le Shérif : A Kirklees ? L'Abbaye ! Comme c'est intéressant !
Petit Jean reconnaît l'homme qui se tient derrière Vaizey avec une poignée de mercenaires.
Petit Jean : Paxton ! T'es un traître !
Le Shérif : Le dernier à Kirklees est un œuf pourri !
Il éclate de rire tandis que les hors-la-loi, effarés, le voient faire tomber les bâtons de Petit Jean et de Legrand qui soutenaient la lourde pierre à l'entrée.
Robin (hurlant) : Empêchez-le de fermer la porte !
Le Shérif : Au revoir Robin ! Au revoir !
Le groupe se retrouve enfermé et Legrand se rue sur la porte, tentant une nouvelle fois de la soulever.
Will : La lumière baisse, le soleil va redescendre.
Much (anéanti) : Qu'est-ce qu'on fait ?
Legrand : On est pris au piège.
Le Shérif ressort, déterminé.
Le Shérif : Rassemblez les hommes, nous partons immédiatement.
Paxton : A propos du trésor, j'en mériterais une part ? Pour services rendus.
Le Shérif : 'Méritez' ? Ma foi...vous voulez ce que vous méritez ? Attendez, je vais vous le donner.
Il glisse sa main dans son manteau, en ressort prestement un poignard et transperce le marchand. L'homme s'effondre tandis que Vaizey récupère son arme.
Le Shérif : Payé rubis sur l'ongle ! … A l'Abbaye de Kirklees !

LOCKSLEY
Sur une colline, Marian observe le village puis elle ajuste son foulard et son masque de Veilleur de Nuit, rabat sa capuche sur ses cheveux et s'élance. Elle se faufile entre les tentes dressées par les mercenaires. L'un d'eux aperçoit sa silhouette et tente de déterminer où elle se rend. La jeune femme l'a repéré elle aussi, elle revient discrètement par le côté, fait rapidement une roue de sorte à envoyer ses pieds dans le visage de l'homme qui s'effondre. La voie est libre désormais, elle pénètre dans la grange où sont déposés les vivres et referme soigneusement les portes derrière elle. Allongé sur des sacs, Allan prenait du repos quand il aperçoit l'intruse. Il se relève aussitôt.
Allan : Oh mon Dieu ! Qu'est-ce que vous faites là ! Allez-vous en tout de suite, personne ne saura que vous êtes venue.
Avant que Marian ait pu lui répondre, les portes s'ouvrent en grand et Gisborne apparaît à l'entrée de la grange. Il stoppe net en découvrant la scène. Allan réagit aussitôt.
Allan : Sir Guy ! J'ai coincé le Veilleur de Nuit !
Alors que Gisborne referme la porte derrière lui, Marian empoigne un sac et le balance de toutes ses forces sur Allan qui s'écroule. Gisborne se rue sur le mystérieux justicier masqué, l'épée à la main.
Gisborne : Dans la gueule du loup !
Marian le frappe à son tour avec le sac qu'elle n'a pas lâché et parvient même à le désarmer mais alors qu'elle vient d'atteindre la porte, Gisborne la frappe à son tour avec un autre sac. Profitant de son déséquilibre, il l’attrape par les épaules et la projette sur un empilement de vivres.
Gisborne : Bravoure... ou inconscience, hein ?
Le combat devient de plus en plus violent et Marian peine à retenir des cris étouffés alors qu'il la malmène. Elle tente une ultime manœuvre et s'élance sur les mains pour tenter de reprendre le dessus sur son adversaire en le frappant de ses pieds. Gisborne l'évite et lui décoche un coup de poing sous le menton. Sonnée, la jeune femme tombe lourdement à plat dos sur le sol.
Gisborne : On va voir qui tu es vraiment !
Il place une main contre sa gorge et s'empare d'un tisonnier chauffé au rouge qui se trouvait dans un foyer à sa portée. Allan intervient et maintient le bras de Gisborne.
Allan : Laissez-le, il en a pris assez.
Avec dépit et en lançant un regard noir à Allan, le bras-droit du Shérif jette le tisonnier à terre. Il arrache alors le masque de son prisonnier et reconnaît aussitôt Marian.
Gisborne (abasourdi) : Non...
Comme pour s'assurer qu'il ne fait pas erreur, il fait alors glisser le foulard du visage de la jeune femme.
Gisborne : Pas vous !
Tremblante, Marian ne répond pas. Gisborne se relève brusquement et se rue hors de la grange. Marian soupire et croise le regard inquiet d'Allan.

PROXIMITE DE HATHERSAGE
Les hors-la-loi sont toujours enfermés et Robin examine le document qu'ils ont découvert.
Robin : Nous n'avons plus que quelques heures pour atteindre le lieu de rendez-vous, et je suis sûr que l'Abbaye de Kirklees est au nord de la rivière... à moins qu'elle ne soit au sud ?
Much (énervé) : Nord, sud, qu'est-ce que ça change si on doit mourir là ?
A l'entrée de la pièce, Legrand se relève, découragé.
Legrand : Et personne ne fera bouger ce rocher.
Petit Jean lance un regard appuyé à Robin qui hoche la tête.
Robin : Vas-y Jean.
Petit Jean s'avance vers l'entrée de la pièce et croise Legrand qui le bouscule sciemment au passage.
Legrand (méprisant) : Ah ! T'as aucune chance !
Les hors-la-loi entourent leur compagnon pour l'assurer de leur soutien.
Robin : Vas-y Jean, allez !
Petit Jean s'étire puis s'agenouille devant la porte et glisse ses doigts sous la lourde pierre.
Robin : Vas-y Jean !!
Le visage rouge écarlate sous l'effort, Petit Jean parvient à décoller la porte de quelques centimètres du sol. Legrand est estomaqué.
Robin : Vas-y !
Much : Ouais !!!
Robin : Vas-y Jean !
Djaq : Oui !!!
Alors que la pierre s'élève encore un peu plus haut sous les efforts nourris du hors-la-loi, tous se mettent à l'encourager, y compris Legrand.
Legrand : Allez Jean !! Vas-y !!!
Will : Vas-y Jean !!
Robin : Vas-y, continue, tiens bon !
Much est surexcité à mesure que Petit Jean progresse.
Much : Oui ! Lève-là.
Legrand : J'y crois pas.
Robin lance sa hache à Will alors que tous crient pour encourager Petit Jean qui vient de se glisser sous la lourde pierre et la soulève désormais avec son dos. Suant, soufflant, le hors-la-loi fait de terribles efforts. Quand il parvient à la bloquer à mi-course en prenant appui de chaque côté de la porte, des cris de triomphe s'élèvent dans la pièce. Il écarte alors les pans de son manteau, supportant entièrement la charge sur ses épaules et crie.
Petit Jean : Maintenant dehors, et vite !!
Much : Ouais !!!!
Robin : Fonce !
Much se faufile entre les jambes de Petit Jean, suivi par Robin puis Djaq. Will passe à son tour, puis les deux hommes de Legrand. Après s'être assuré qu'il ne restait plus personne, l'envoyé de Richard sort à son tour.
Robin : C'est bon Jean, tu peux lâcher ! Allez Jean, lâche ! Lâche tout !
Djaq (affolée) : Non, s'il fait ça, le rocher va l'écraser !
Robin : Jean ! Pousse-le en arrière, allez vite !
Mais Petit Jean tremble de tous ses membres et semble tétanisé.
Petit Jean (articulant avec difficulté) : Je n'ai plus... de forces !
Robin (inquiet) : Jean !
Legrand se jette alors à genoux aux pieds de Petit Jean et relève la tête vers lui.
Legrand : Je t'aide ?
Petit Jean (dans un souffle) : Oh oui !
Legrand se relève et empoigne Petit Jean par les épaules. Le reste du groupe les encourage.
Tous : Allez !
Legrand tire brusquement Petit Jean vers lui, les deux hommes tombent à terre tandis que la porte de pierre retombe lourdement sous le sol. Le groupe se retrouve bientôt à l'air libre. Robin tend aussitôt son carquois et son arc à Djaq.
Robin : Djaq, tiens-moi ça.
Il examine à nouveau la carte qu'ils ont découverte.
Robin : Bon, on va à Kirklees.
Much : Mais le Shérif va y arriver avant nous, il va prendre le trésor.
Robin : Pas s'il se trompe d'endroit.
Will : L'Abbaye de Kirklees, tu l'as dit, c'est là qu'il va.
Robin : C'est ce que j'ai dit avant de regarder la carte de plus près. Regardez, la croix est sur la rive sud de la rivière. L'Abbaye de Kirklees, celle que nous connaissons, est sur la rive nord.
Djaq : Donc nous cherchons une église sur la rive sud.
Robin : C'est ça...
Much rit, heureux de leurs progrès, tandis que Robin poursuit.
Robin : … sauf que le Shérif ne le sait pas. Maintenant il faut faire vite ! On va passer à travers champs, éviter les routes.
Il replie soigneusement la carte et donne une tape amicale sur l'épaule de Much.
Robin : Ça veut dire qu'on va courir Much !
Much : Si c'est pour le Roi !
Much part en courant derrière Robin. Derniers à être sortis, Legrand et Petit Jean reprennent brièvement leurs souffles lorsque le hors-la-loi s'aperçoit qu'ils ont échangé de bâtons sans le faire exprès.
Petit Jean : Hé !
Il rend son arme à l'envoyé de Richard qui, spontanément lui tend la main. Les deux colosses échangent une franche poignée de main avant que Legrand n'éclate d'un rire tonitruant et attire vers lui Petit Jean pour une accolade. Les deux hommes rient et dépassent en courant Will qui se tenait debout vers le corps sans vie de Paxton. Le groupe se déplace aussi vite que leurs jambes leur permettent et ils regagnent bientôt la lande de Hathersage.

KIRKLEES
Arrivé à l'endroit où il pensait trouver le trésor, le Shérif ne cache pas son courroux.
Le Shérif : Où est le trésor ?!
Il désigne un des mercenaires.
Le Shérif : Il n'est pas à Kirklees donc toi, tu vas me trouver une église et tu vas me la trouver à l'instant !
Alors que le Shérif et le groupe de mercenaires repartent au grand galop, Robin et ses compagnons traversent les bois en courant sur la rive sud.

LOCKSLEY
Assise par terre, Marian s'adresse à Allan.
Marian : Aide-moi. Occupe-les juste le temps que je puisse courir jusqu'à la forêt.
Allan : Mais le bâtiment est encerclé !
Marian : S'il te plaît ! Il faut qu'on fasse quelque chose.
Allan : Non, mais moi je ne peux rien faire du tout ! Navré Marian, mais si je gâche tout avec Gisborne, il ne me reste rien.
La jeune femme se relève.
Marian : Je peux parler à Robin en ta faveur.
Allan (en ricanant) : Hein, qu'est-ce que vous croyez ? Même si je voulais revenir en arrière, il est trop tard, c'est fini. Je vous ai aidée à chaque fois que j'ai pu Marian et vous le savez...
Marian (l'interrompant) : Mais...
Allan : ... mais là...
Il s'interrompt à nouveau, alerté par le grincement de la porte de la grange. Gisborne entre, le visage fermé. Il sort lentement sa dague fétiche à lame recourbée.
Gisborne (calme et froid) : Il y a un an, j'ai planté cette dague dans le ventre du Veilleur de Nuit. Montrez-moi.
Il s'approche lentement d'elle et, ne pouvant faire autrement, la jeune femme relève sa veste révélant la cicatrice qui zèbre son ventre là où il l'avait poignardée. Gisborne n'a désormais plus aucun doute et il contient au mieux les émotions qui l’étreignent. Il se retourne vers Allan.
Gisborne : Prépare la prisonnière. Nous retournons à Nottingham. J'ai fait dire au Shérif que nous tenons le Veilleur de Nuit.
Allan acquiesce tandis que Gisborne tourne les talons et s'éloigne à grands pas.
Marian (doucement) : Guy...
Il se retourne brusquement et laisse éclater sa colère en pointant son doigt vers elle et en articulant chaque mot.
Gisborne : Vous ! Ne m'adressez plus la parole !
Il sort rapidement laissant la jeune femme désemparée.

EGLISE DE BARNSDALE
Le petit groupe mené par Robin est arrivé à destination. Ils pénètrent prudemment dans l'édifice.
Much : Pourquoi le Roi placerait-il une chose si précieuse dans un endroit pareil ?
Legrand : Cette carte doit encore nous jouer des tours.
Robin : C'est le seul lieu saint au sud de la rivière.
Will : Je ne sais pas moi, je crois que ça pourrait bien être ici.
Arrivé au bout du corridor, Robin aperçoit une pièce éclairée décorée d'icônes religieuses, dont l'accès est simplement fermé par des tentures à peine opaque. Il fait signe aux autres de s'arrêter et s'avance prudemment.
Robin : Ne bougez pas.
Les autres le suivent malgré tout, sans faire de bruit. Le hors-la-loi entrevoit une silhouette agenouillée devant un autel. Lorsqu'il écarte le rideau, la femme se relève et lui fait face. Richement vêtue, elle porte une couronne et aussitôt qu'il la voit, Robin met genou à terre et s'incline respectueusement.
Robin : Majesté !
Ses compagnons restent interloqués, puis Much, les yeux écarquillés, parvient à articuler une phrase.
Much : Je vous connais ! La Reine Aliénor d'Aquitaine !
A ces mots, il met lui aussi genou à terre aussitôt imité par le reste du groupe.
Much : La Reine Mère !
Robin : Thesaurus Patriae, c'est vous le Trésor de la Nation.
Elle s'avance alors vers lui affichant un large sourire.
Reine Aliénor : Pourquoi faire tant de manières Robin de Locksley ? Je croyais que nous étions des amis ?
Il saisit la main qu'elle lui tend et se relève en souriant.
Reine Aliénor : Vous êtes en retard Robin !
Robin : Pardonnez-moi Majesté mais nous nous sommes heurtés à quelques problèmes.
Alors que la souveraine baisse sa capuche, Legrand s'approche à son tour.
Legrand : Mais, je vous croyais en France ?
Reine Aliénor : Je comprends que vous ayez mis si longtemps à me trouver Legrand si c'est là-bas que vous me cherchiez ! Mon fils, le Prince Jean, m'a invitée à fêter Noël avec lui. Les festivités comprenaient entre autres, l'idée de m'enfermer dans le donjon du château de Pontefract.
Robin : Ainsi le Prince Jean annonçait que vous lui prêtiez allégeance et s'assurait le soutien de l'armée d'Aquitaine pour combattre le Roi Richard.
La Reine confirme d'un signe de tête.
Legrand : Mais vous êtes la Reine Mère !
Reine Aliénor : Vous pouvez dire 'la Reine' tout court.
Elle se tourne vers le groupe en souriant.
Reine Aliénor : Ainsi, vous êtes les fameux hors-la-loi de la forêt de Sherwood !
Much hoche la tête timidement tandis qu'elle poursuit.
Reine Aliénor : Il s'avère que c'est vous qui avez accompli le plus gros du travail pour mon fils, le Roi Richard.
Elle vient se mettre devant Djaq et la dévisage avec étonnement.
Reine Aliénor : Et elle, qui est-ce ?
Robin : Djaq, qui vient de Terre Sainte Majesté.
Reine Aliénor : Intéressant, vous êtes bien loin de chez vous Djaq. Pourquoi avoir choisi de mener ce combat ici ?
Djaq (impressionnée) : C'est lui qui m'a choisi Majesté, et je combats ici pour mes amis.
La Reine lui sourit, appréciant visiblement sa réponse.
Reine Aliénor : J'aimerais vous connaître un peu mieux.
Much s'avance alors vaillamment vers la Reine, saisit sa main et y dépose un respectueux baiser.
Much : Moi c'est Much Majesté !
Il se retourne alors vers Will debout à ses côtés.
Much : Et euh, lui c'est... euh...
Will (souriant à la Reine) : Will.
Much (confirmant) : Will.
Will baise à son tour respectueusement la main de la souveraine qui se tourne ensuite vers Petit Jean. Les yeux de la Reine pétillent alors qu'elle le dévisage.
Reine Aliénor : Bien sûr, mais qui est ce grand gaillard ?
Robin : Lui, votre Majesté, c'est Petit Jean.
Reine Aliénor : Petit ? Je ne vois pas ce qu'il pourrait y avoir de petit chez vous, même caché.
En entendant sa remarque, Legrand émet le rire tonitruant que le caractérise. La Reine poursuit, souriante.
Reine Aliénor : Il me faut un homme comme vous dans mon château en Aquitaine, nous en reparlerons en temps voulu.
Soudain, deux flèches viennent se planter dans la table en bois, juste à côté de la Reine. Un groupe de mercenaires armés d'arcs tirent en direction de la souveraine. Aussitôt Legrand retrouve ses réflexes.
Legrand : Derrière moi Majesté !
Il offre à la Reine la protection de son corps. Petit Jean vient aussitôt se placer à ses côtés tandis que les compagnons d'armes de Legrand referment la porte.
Robin : Il est temps de filer !
Djaq (désignant le corridor) : La seule issue c'est celle-là !
Much vient de jeter un coup d’œil dehors et se retourne, alarmé.
Much : Et c'est reparti.
Les hommes de Legrand consolident la porte.
Reine Aliénor : Des dispositions ont été prises pour parer à toutes les éventualités.
Elle désigne une trappe dans le sol de la pièce où ils sont désormais enfermés.
Reine Aliénor : Ceci mène directement dans la forêt de Barnsdale.
Alors que des cris retentissent à l'extérieur, elle désigne Petit Jean.
Reine Aliénor : Pourquoi pas vous, hein ? A vous l'honneur ! Vous, bel ours brun !
Petit Jean (maugréant) : Bel ours brun ?
Il obéit cependant à la Reine tandis que dans le corridor, le Shérif rejoint les mercenaires qui s'acharnent toujours sur la porte close.
Le Shérif : Arrêtez de cogner, bandes de gougnafiers !
Alors que Petit Jean se penche pour ouvrir la trappe, la Reine le gratifie d'une tape sur les fesses. Outré, il se redresse et lui lance un regard noir tandis qu'elle affiche un air innocent. Robin encoche une flèche et pointe son arc vers l'entrée.
Le Shérif : Il n'y a pas d'issue, mes hommes sont partout dans la forêt.
S'emparant chacun d'un anneau, Legrand et Petit Jean soulèvent la lourde trappe en pierre qui fermait l'accès à leur issue de secours.
Robin : Vous arrivez trop tard Shérif, le trésor est à nous !
Vaizey s'avance vers la porte et regarde à travers la petite trappe de visite. Il découvre avec stupéfaction la Reine Aliénor, debout dans la pièce.
Le Shérif : Oh ! Voilà donc ce Trésor National.
Reine Aliénor (avec autorité) : Qui est cet homme ?
Le Shérif : Shérif de Nottingham. Très jolie robe ! Il faut venir avec moi.
Robin (le menaçant toujours de son arc) : Pourquoi ? Pour la retenir en otage dans votre donjon ? N'y comptez pas trop !
Vaizey se met à hurler en montrant Robin du doigt.
Le Shérif : Cet homme est un ennemi juré de l’État ! Et en particulier de votre fils, le Prince Jean.
Reine Aliénor : Hélas, on peut choisir ses amis mais pas sa famille ! Vous et Jean êtes bien assortis.
Le Shérif : Oh, dans ce cas hélas, vous ne quitterez pas l'Angleterre vivante.
Reine Aliénor : Est-ce que vous êtes toujours aussi grossier ou vous faites un effort particulier pour moi ?
Sans attendre sa réponse, elle s'assoie au bord de la trappe et s'apprête à descendre dans le souterrain.
Le Shérif : Oh, vous n'en avez pas encore vu la moitié !
Un des hommes de Legrand referme alors brusquement le volet de la petite trappe de visite.
Le Shérif : Ouvrez cette porte !!
Robin se retourne vers ses compagnons tandis que la Reine descend dans les bras de Petit Jean.
Robin : Venez vite, on y va !
La Reine n'hésite pas à se plaquer contre son 'bel ours brun' et à lui lancer son regard le plus aguicheur.
Reine Aliénor : Quels bras puissants vous avez !

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
Enfermée dans sa chambre, Marian fait les cent pas. En regardant par la fenêtre, elle ne peut réprimer un frisson en découvrant qu'on installe la potence dans la cour. La porte s'ouvre, Allan s'efface pour laisser entrer Gisborne qui porte un plateau. La jeune femme s'avance rapidement vers lui.
Marian : Guy ! Je vous en prie.
Gisborne : Vous êtes de mèche avec Robin, un hors-la-loi. Je vous avais prévenu, le châtiment sera la mort.
Marian : Mais j'étais le Veilleur de Nuit bien avant que Robin ne revienne !
Gisborne : Ne me prenez pas pour un imbécile. Tout concorde : la façon dont vous vous comportiez avec moi, vos petites promenades en forêt... Tout le monde vous faisait confiance au château !
Marian (baissant les yeux) : Je sais...
Gisborne : Et moi, à chaque fois que je vous prenais pour mon amie, vous me trahissiez.
Marian : Ce n'est pas vrai !
Gisborne : Et alors que je vous aimais chaque jour un peu plus, vous vous moquiez de moi.
Marian tente de s'expliquer, des sanglots dans la voix.
Marian : Non, ça n'a rien à voir, je tenais à vous ! Et je tiens toujours à vous.
Il approche ses doigts de ses lèvres pour la faire taire.
Gisborne (doucement) : Chut... Vous êtes une menteuse.
Marian fond en larmes alors qu'il fait volte-face et se dirige vers la sortie.
Marian : Je suis restée à vos côtés... quand les hommes du Prince Jean menaçaient Nottingham ! Qu'est-ce qui me retenait auprès de vous ?!
Il lève les yeux au ciel, ricane puis lui assène froidement :
Gisborne : Vous n'êtes rien à mes yeux.
Marian : Donc, vous préférez me voir au bout d'une corde ? Et enterrer tout ce que nous avons vécu ou aurions pu vivre ?
Il se retourne sur le pas de la porte.
Gisborne : J'ai déjà perdu bien davantage.
Il sort et referme la porte derrière lui, laissant la jeune femme désespérée.

FORÊT DE SHERWOOD
Le groupe progresse à travers bois pour échapper au Shérif et à ses mercenaires. La Reine Aliénor peine un peu à suivre le rythme, entravée par sa longue robe. Petit Jean lui tend une main secourable pour l'aider à avancer.
Petit Jean : Venez par ici.
Reine Aliénor : J'ai besoin de me reposer, je ne peux plus courir.
Robin : Ce n'est pas une bonne idée Majesté, les hommes du Shérif peuvent nous tomber dessus d'une seconde à l'autre.
Elle lui jette un regard noir et sans un mot, se dirige vers un arbre. Robin cède.
Robin : Bon, un petit instant alors.
La Reine prend appui sur Petit Jean puis se laisse tomber lourdement sur le sol, entraînant le hors-la-loi à ses côtés. Elle dégrafe sa cape et se tourne vers Robin qui s'est lui aussi assis à quelques pas de là.
Reine Aliénor : Robin, vous avez renoncé à une vie d'aisance pour vivre traqué comme un vulgaire hors-la-loi. C'est un drôle de choix !
Robin : C'est le choix de l'évidence. Quand le pays vit sous la coupe d'hommes aussi corrompus que le Shérif ou le Prince...
Il s'interrompt brusquement. La Reine soupire puis affiche un sourire contrit.
Robin : Je ne devrais pas vous dire ça, pardonnez-moi.
Reine Aliénor : Chercher les ennuis chez vous, c'est une habitude ?
Robin rit puis répond.
Robin : Non, ce sont les ennuis qui sont habitués à moi.
Reine Aliénor : C'est l'excitation qui vous attire... Quelquefois c'est l'attirance qui vous excite.
Elle frappe l'épaule de Petit Jean qui évite de la regarder.
Reine Aliénor (innocemment) : Qu'en dites-vous ?
Petit Jean se met à bégayer.
Petit Jean : Euh... là je... euh...
Reine Aliénor : Silencieux, c'est comme ça que je les aime !
Legrand : Chut !
L'envoyé de Richard vient de percevoir des cris qui se rapprochent.
Le Shérif : Trouvez-les ! Trouvez-les immédiatement !
Le Shérif passe au grand galop en contrebas, vociférant après les mercenaires qui l'escortent. Robin se retourne vers la Reine.
Robin : C'est le Shérif.
Reine Aliénor : Non, là courir je ne peux pas.
Robin lance alors un regard appuyé à Petit Jean.
Robin : Jean ?
Reine Aliénor (ravie) : Allez !
Petit Jean lance alors un regard désapprobateur à Robin, soupire puis obtempère. Il se penche et jette la Reine sur son épaule. Robin s'excuse de bousculer ainsi les convenances.
Robin : Je vous demande pardon Majesté.
Reine Aliénor : Je vous en prie, ce n'est pas pour me déplaire.
Legrand éclate de rire et le petit groupe reprend la route.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
Arrivant près de la chambre où est enfermée Marian, Gisborne découvre qu'une épaisse fumée s'échappe par dessous sa porte. Inquiet, il accélère le pas.
Gisborne : Marian... (à Allan) Vite, ouvre la porte !
Quand ils ouvrent la porte, ils découvrent des bandes de tissus embrasés disposés à l'entrée de la pièce et une corde de draps noués qui pend par la fenêtre.
Gisborne : Elle s'est enfuie ! Gardes !! Arrêtez-la ! Gardes !!!
Mais la jeune femme est toujours là et, profitant du rideau de fumée, elle tente de gagner la porte. Gisborne l'aperçoit.
Gisborne : Allan, arrête-la !
Allan se saisit de la jeune femme.
Marian : Laisse-moi passer ! Non !!
Gisborne l'empoigne par les épaules et la jette violemment sur le sol en hurlant.
Gisborne : Idiote !
Marian (froidement) : Qu'espérez-vous de moi ? Que je reste ici à attendre qu'on m’exécute ?
Gisborne : Ce que j'attends, c'est que vous reconnaissiez votre défaite... (à Allan) Dehors toi !
Allan peine à se relever et Gisborne perd son sang froid et se met à hurler en le poussant vers la sortie.
Gisborne : Dehors !!
Il referme la porte derrière Allan et se retourne vers la jeune femme, toujours étendue sur le sol.
Gisborne : Il ne s'agit pas d'un jeu Marian. Dès que le Shérif sera de retour, vous mourrez !
Marian : Qui a-t-il ? Vous n'avez pas le courage d'en finir sans son aide ? Pourtant, après toutes mes soi-disant trahisons, vous devriez être ravi de le faire.
Gisborne : La décision ne m'appartient pas.
Marian : Elle devrait. Après tout, c'est bien vous qui prétendiez m'aimer.
Gisborne : Oui, je croyais vous connaître !
Marian se redresse et élève la voix.
Marian : Mais c'était moi ! Je suis tout ça ! Je suis le Veilleur de Nuit et le reste ! Vous dites que vous m'aimez et vous ne savez pas qui je suis !
Gisborne (en colère) : Je vous ai défendue contre le Shérif maintes fois, bien plus souvent que vous ne croyez !
Marian : Et je l'ai trompé pour sauver des gens, et pour ce faire j'ai dû vous tromper vous et je le regrette... Mais est-ce un tel crime d'avoir suivi mon cœur ?
Il tombe à genou devant la jeune femme toujours assise sur le sol.
Gisborne (enflammé) : Comme j'ai suivi le mien, qui me conduisait toujours à votre porte... (doucement) Marian, vous n'auriez pas dû me mettre dans cette situation. N'avez-vous pas une seule fois senti ce que je pouvais éprouver, ou avoir en tête ?
Il se relève et la dévisage longuement.
Gisborne : Quand vous êtes partie, j'ai cru vous avoir perdue. Peut-être eut-il mieux valu que ce soit vrai...
Il sort et referme la porte derrière lui.

FORÊT DE SHERWOOD
Le petit groupe mené par Robin progresse toujours en courant pour échapper au Shérif.
Robin : On continue vers l'est !
Soudain, il s'arrête et lève la main pour demander à ses compagnons d'en faire autant. L'air inquiet, il scrute attentivement les hauteurs du petit défilé dans lequel ils viennent de s'engager. Legrand fait de même et la Reine, toujours juchée sur l'épaule de Petit Jean, s'interroge.
Reine Aliénor : Qui a-t-il ? Pourquoi nous sommes-nous arrêtés ?
En haut des rochers, des mercenaires apparaissent et bandent leurs arcs. Robin et Legrand comprennent qu'ils viennent de tomber dans un piège et sont encerclés. Escorté par trois hommes, Vaizey s'avance vers eux et répond à la souveraine.
Le Shérif : Ceci, Madame, est une embuscade. Quel décor charmant !
Robin encoche une flèche sur son arc et se tient prêt tandis que Petit Jean dépose le Reine à terre.
Reine Aliénor : Merci mon brave.
Elle s'avance vers leur ennemi, altière.
Reine Aliénor : Je suppose qu'en y mettant le prix, il devrait être possible de passer Shérif ?
Le Shérif : Oh non Majesté, vous valez bien plus à mes yeux que de simples joyaux.
Reine Aliénor : Vous ne me faites pas peur.
Le Shérif : Oh, sacré caractère hein ! Amenez-là et tuez-moi le reste !
Aussitôt, Legrand s'élance en avant, son bâton à la main. Le Shérif panique un peu et ajoute rapidement.
Le Shérif : Et lui d'abord !!
Robin donne alors le signal de l'attaque.
Robin : Pour la Reine !!
Des flèches se mettent à pleuvoir depuis le rocher et deux d'entre elles se fichent dans le dos de Legrand qui n'arrête pas pour autant sa course et engage le combat contre les mercenaires qui entouraient Vaizey. Robin tente de le couvrir au mieux en tirant sur les archers postés sur les hauteurs. Legrand finit par se débarrasser de ses adversaires, il arrive devant le Shérif et fait tournoyer son bâton, menaçant. Un mercenaire tire et la flèche atteint cette fois l'envoyé de Richard en pleine poitrine. Il vacille et Vaisey en profite pour se rapprocher et le poignarder. Assistant à la scène, la Reine pousse un cri d'effroi. C'est alors que Will, Djaq et les hommes de Legrand surgissent à leur tour sur les hauteurs et prennent leurs ennemis à revers.
Djaq : Pour la Reine !!
Le combat fait rage en haut des rochers et le Shérif ne peut cacher son dépit.
Le Shérif : Pourquoi rien n'est-il jamais simple ?!
Alors que Robin s'approche de lui, Vaizey ramasse une épée et tente de le transpercer mais le hors-la-loi évite agilement le coup. Pendant ce temps, Petit Jean conduit la Reine à l'abri d'un rocher.
Petit Jean : Par ici, cachez-vous là, ne bougez pas. Moi j'y vais !
Much lui adresse un signe de tête, prêt lui aussi à se jeter dans la mêlée.
Much : Alors tu viens bel ours ?!
Flèche contre épée, Robin affronte toujours Vaizey. Sur les hauteurs, les hors-la-loi reprennent l'avantage. La Reine se redresse pour suivre les affrontements et Petit Jean la met en garde.
Petit Jean : Ne bougez pas !
Tous les coups sont permis pour Vaizey qui n'hésite pas à lancer des feuilles mortes pour aveugler son adversaire puis à lui mordre le bras. Robin parvient cependant à le vaincre, il l'assomme d'un violent coup de poing en pleine figure. Les hors-la-loi ont finalement raison de leurs adversaires et Petit Jean apostrophe la Reine.
Petit Jean : Allez, on bouge !
Il se précipite aussitôt vers Legrand, étendu sur le sol, agonisant, et lui prend la main. Agenouillé à ses côtés, Robin fixe son compagnon d'armes.
Petit Jean : Un homme aussi fort que toi, moi j'en ai jamais vu.
Legrand : La Reine ?
Reine Aliénor : Je suis là Legrand.
La Reine Aliénor se tient debout à quelques pas, un regard bienveillant posé sur l'homme à l'agonie. Rassuré sur son sort, Legrand émet un rire grave qui résonne dans le petit défilé puis il rend l'âme.
Petit Jean : Lui, je l'aimais bien.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
La porte du château s'ouvre, et Marian s'avance lentement vers la potence, résignée. Au même moment, le Shérif passe sous la herse et Gisborne vient à sa rencontre.
Gisborne : Le trésor vous a échappé ?
Le Shérif : Ne vous pavanez pas trop Gisborne, hum ! Où est le Veilleur de Nuit ? Je sens qu'une pendaison se prépare. Il faudra bien tirer quelque chose de cette journée.
Gisborne jette un regard en coin à Marian qui se rapproche et le Shérif remarque à son tour sa présence.
Le Shérif : Ah tiens, Marian ! Juste à l'heure pour notre petit divertissement ! Voyez, nous allons exécuter le Veilleur de Nuit.
Marian (calmement et les yeux rivés sur Gisborne) : Je suis prête.
Soudain, un homme vêtu comme le Veilleur de Nuit décoche une flèche depuis le haut d'une des tours. Elle vient se planter au pied de la potence. Vaizey se met à hurler tandis que Marian, incrédule, regarde l'inconnu se mettre à courir sur le chemin de ronde.
Le Shérif : Le Veilleur de Nuit ! Il est censé être derrière les barreaux !
Gisborne : Il s'est évadé, poursuivez-le !
Après un coup d’œil rapide jeté à Marian, le bras-droit du Shérif s'élance à son tour pour rattraper le mystérieux justicier. Dissimulé dans un puits, celui-ci est parvenu à fausser compagnie à ses poursuivants. Une fois la voie libre, Allan s'extrait de sa cachette, enlève le masque de Veilleur de Nuit et pousse un long soupir. Dans la cour, le Shérif fait les cent pas, peinant à maîtriser sa colère. Gisborne revient vers lui, la tête basse.
Le Shérif : Des nouvelles Gisborne ? Tout est arrangé ? Dites-moi que vous l'avez capturé, dites-moi que tout est prêt pour le pendre. Dites-moi que je vais avoir mon exécution.
Gisborne : Il s'est échappé.
Dépité, le Shérif ferme les yeux.
Gisborne : Le Veilleur de Nuit s'est enfui.
Le Shérif laisse alors exploser sa colère et gifle violemment son bras-droit.
Le Shérif : Vous avez une fois de plus failli !
Marian s'avance, choquée par cet accès de violence mais Vaizey n'en a pas fini. Il sort son épée, attrape Gisborne par sa veste et place l'arme contre sa gorge.
Le Shérif : Je ne tolérerai pas l'incompétence ! Désormais, l'enjeu est trop important, il s'agit d'un royaume. Dernière chance Gisborne.
Il le relâche et s'éloigne rapidement. Gisborne, meurtri et humilié, traverse la cour et croise Marian en évitant son regard. La jeune femme est troublée par la scène à laquelle elle vient d'assister.

*** Épilogue ***

FORÊT DE SHERWOOD
Les hors-la-loi échangent une chaleureuse poignée de main avec les hommes de Legrand qui s'apprêtent à escorter la Reine. A cheval, celle-ci fait ses adieux à la bande.
Will : Bonne route.
Robin : Vous n'avez qu'à suivre la route jusqu'à la côte. Un bateau vous attend au bout du cap. Les hommes de Legrand vont vous conduire à vos amis en Irlande. De là, vous partirez pour la France.
Reine Aliénor : Pauvre Legrand.
Robin hoche la tête.
Robin : Il sera enterré dignement, promis.
Reine Aliénor : Cet homme était un héros, ainsi que vous tous. Merci ! Le roi Richard saura avec quelle bravoure et quel sens du sacrifice vous m'avez sauvée.
Elle tend sa main vers Robin et, alors qu'il se penche pour la baiser respectueusement, elle l'embrasse affectueusement sur les deux joues.
Robin : Votre Majesté...
Il lui adresse un sourire bienveillant puis pose sa main sur l'épaule de Petit Jean, debout à côté de sa monture. Elle se penche alors vers lui.
Reine Aliénor : N'oublie pas mon invitation, beau brun !
Petit Jean est embarrassé tandis que Robin ne peut s'empêcher de rire. La Reine lance alors une lourde bourse au chef des hors-la-loi.
Reine Aliénor : Ma contribution.
Robin : Majesté, non c'est trop, je ne peux pas...
Reine Aliénor (l'interrompant) : Voyons je suis riche ! Les pauvres sont pauvres, c'est bien pour ça que vous êtes là.
La Reine commence à partir accompagnée par les hommes de Legrand et les hors-la-loi s'inclinent respectueusement quand elle passe devant eux.
Robin : Bon les gars, on y va ?
La bande lui emboîte le pas mais Petit Jean reste en arrière et jette un dernier coup d’œil en direction de la souveraine. Celle-ci se retourne et croise son regard. Gêné, il se hâte de faire volte-face et de s'enfoncer dans les bois à la suite de ses compagnons.

CHÂTEAU DE NOTTINGHAM
Pensive, Marian sursaute lorsqu'on frappe à la porte de sa chambre.
Marian : Entrez.
Gisborne entre, Allan sur ses talons.
Marian : Guy...
Gisborne : Vous ne craignez plus rien.
Elle lui offre alors son plus beau sourire.
Marian : Vous m'avez sauvée.
Allan : Hum...
En entendant sa protestation discrète, elle rectifie.
Marian : Vous m'avez sauvée tous les deux !
Allan : Oh c'est rien ! Entre amis, on peut bien se faire pourchasser par des soldats du Shérif !
Marian rit de bon cœur tandis que Gisborne désigne à Allan le costume de Veilleur de Nuit qu'il a apporté avec lui.
Gisborne : Brûle-moi ça... (il se retourne vers Marian) Il n'y a plus de Veilleur de Nuit, c'est votre dernière chance.
Allan : Ah, je l'ai déjà entendue celle-là !
Gisborne : Je ne crois pas t'avoir demandé ton avis, tu peux sortir.
Marian s'avance alors vers Allan, l'attire contre elle en nouant ses bras autour de son cou, émue.
Marian : Merci... tu m'as sauvé la vie.
Allan affiche un large sourire avant de sortir et de refermer la porte derrière lui. Elle fixe alors Gisborne.
Marian : Après tout ce que vous avez dit...
Gisborne : Vous ne me connaissez pas si bien que ça.
Marian (embarrassée) : Guy...
Il l'interrompt d'une voix douce.
Gisborne : Voulez-vous faire une chose pour moi ?
Marian : Je vous écoute.
Gisborne : Restez. Rendez-moi cet endroit plus supportable.
Marian (souriant) : Je resterai.
Il lui sourit en retour et, comme elle l'avait fait avec Allan, elle l'étreint en chuchotant.
Marian : Merci...
Elle dépose un baiser sur sa joue puis Gisborne sort de la chambre.

CAMPAGNE DE NOTTINGHAM
La vie reprend un cours normal pour la bande qui traverse une prairie sous un soleil radieux.
Much : Vous savez, il y a quelque chose de spécial avec Sherwood.
Will : C'est chez nous ?
Much : Ouais...
Il trébuche soudain et tombe dans les hautes herbes sous les moqueries de ses compagnons.
Robin : Allez debout ! Le soleil va bientôt se coucher, je connais beaucoup de gens qui seront très heureux d'avoir l'argent de la Reine Aliénor.
Djaq (moqueuse) : Alors Jean ? Tu songes à visiter l'Aquitaine un de ces jours ?
Petit Jean lève les yeux au ciel sans répondre.
Much : Tu plais bien à la Reine !
En cœur : Bel ours brun !
Les hors-la-loi éclatent de rire tandis que Petit Jean grogne.
Petit Jean : Oh ça va !
En cœur : Oui le bel ours brun ! Bel ours brun !
Ils se chamaillent et font sciemment tomber Petit Jean dans les hautes herbes dans de grands éclats de rire.

*** Fin de l'épisode ***

Ce script a été réalisé par Allthingsrobin sur le site Hood Winked.
This transcript was made by Allthingsrobin on Hood Winked.

SHERWOOD FOREST.

Robin runs through the forest and slides down the side of a ravine. The gang follow. Robin hops over an old fallen tree, climbs up the other side and lies down to spy on the road. Will is next to arrive.

ROBIN to Will : Get down ! Get down !

Will lies down on Robin’s right. Djaq climbs up and lies down between Will and Robin. They look down see Allan leading a group of Scottish mercenaries down the road. Little John climbs up and lies down to Robin’s left, leaving a space in between.

ROBIN to Little John : Where’s Much ?

LITTLE JOHN : Don’t know.

Much comes running up, trips and falls between Robin and Little John, landing awkwardly.

MUCH : Ooh ! Right on my sword.

ROBIN : Shh.

Allan looks around as if he heard something, but doesn’t react. Much quietly grunts in pain.

ROBIN : Mercenaries. Fitting to see Allan’s at the head, eh ? The Sheriff must be stepping up his plans.

At the end of the caravan is a large covered wagon.

ROBIN : There’s a regiment’s worth of food there. [Getting up] That’ll feed Locksley for the whole winter. Come on.

Allan stops his horse and motions to the caravan to continue. The gang goes round the back, walking silently behind the wagon. Robin walks behind Little John, Djaq, Will and Much, who are holding their weapons ready and creeping up behind two mercenaries bringing up the rear of their caravan. Much looks at Will. Will looks at Djaq. Djaq nods to Little John, who strides up behind the two large men and brings his staff down on the back of their heads. One is knocked out, but the other turns around and Little John knocks him out with a swinging blow, then extends his arm forward, inviting Robin for his turn. Robin hops up on the back of the wagon and jerks his head forward.

ROBIN, Mouths : Come on.

Robin pulls himself up to the top of the wagon, crawls along its cover, then jumps down next to the driver. The driver gasps and Robin kicks him in the face, knocking him onto the ground. Robin sits in his place and takes the reins, driving the wagon off the road, smiling and shaking his head at the oblivious mercenaries continuing on.

 

SHERWOOD FOREST. OUTLAWS’ FOOD STORE.

Little John carries a sack on each shoulder into the food store, a small, partly dugout building with a steep but low roof. Will and Djaq are in the wagon, handing out loads to the others. Robin and Much walk out of the store, passing Little John going in.

ROBIN : It’s all right, lads. We’ll be done soon.

WILL : There’s enough here to feed an army, Robin.

ROBIN, Leans on the back of the wagon : I know. That’s what I’m worried about. Something [Much motions to Djaq for another sack and she tosses one to him] big’s happening and we need to be ready.

Little John picks up a large bundle behind Robin. A bird squawks repeatedly in alarm. Robin hears it and listens. Djaq looks up. Much turns around and a tall man with a cloth over his face punches him out. Robin rushes forward to take him on as Much falls unconscious to the ground. Robin ducks the man’s large staff as Will and Djaq jump off the wagon to face a second man running in to attack. Will parries with his hand axe. Robin punches his man solidly in the jaw, but he’s not fazed. A third man runs in. Little John, who is holding the bundle by its straps over his shoulders, turns around and is kicked in his unprotected chest as Djaq hurls a sack at the second man’s back, spinning herself round, but the man ducks it. Robin punches the tall man again, then gets a fist in return. The second man holds his staff at both ends, blocking Will’s axe, and kicks him in the chest, knocking him onto his back. The stranger turns to Djaq as the first man throws Robin onto the low roof. Djaq tries to kick the staff from the second man’s hand, but he catches her leg and pushes her onto her back. The tall man punches Robin again, sending him to the ground and Robin’s knife tumbles from its sheath. The first man raises his staff with the intent of thrusting its end into Robin, but Robin pushes himself backward and it harmlessly hits the ground between his legs instead. As the second man holds his staff at Djaq’s throat, the tall one reaches up for another try, but suddenly stops.

LEGRAND : Robin !

The other two men, who have their opponents at their mercy, stop and look at Legrand.

LEGRAND, A deep, ringing laugh : Ha-ha-ha !

Robin kicks him in the groin.

LEGRAND : Oof !

Legrand doubles over and Robin kicks him in the face, sending him sailing to his back. Robin jumps to his feet, picks up his knife, holds it at Legrand’s neck, and pulls down the scarf with his other hand.

ROBIN : Legrand !

LEGRAND : I have a message from the King.

 

OPENING CREDITS

 

Robin leans against a narrow tree near the food store, looking at a piece of brown waxed paper with an ornate border framing a picture of a king holding a sword under a large eye.

ROBIN, Puzzled : This is it ? The King’s message.

Legrand comes out of the food store.

LEGRAND : You’re hard men to find. We’ve been wandering this infernal forest for days.

On“days,”Little John, blinded by a large sack on his shoulder, bumps into Legrand’s shoulder. Legrand and Little John look back and glare at each other.

MUCH, Leaning against the roof and rubbing his jaw : Well, still, you might have announced yourselves a little less violently. [Looks at Robin] Huh ?

ROBIN : And this... an eye looking down upon a king. [Looks at Legrand] It could mean anything.

Legrand holds a large, full basket up at the wagon and Djaq puts a sack on top it.

ROBIN : The King gave you no more clues ? [Legrand shakes his head once] Well, who’s the contact ?

Will hands a sack to Legrand’s Man 1. Djaq loads another sack onto Legrand’s basket.

LEGRAND : A wool merchant, goes by the name of Paxton. [Tries to take a step with his loaded basket] He awaits us.

Little John takes Legrand’s basket effortlessly and carries it to the store. Legrand stares at Little John as Much gets a small basket from Will.

LEGRAND, Walking to Robin : The King was insistent we complete this mission by Midsummer’s Day.

ROBIN : And what are we looking for ?

LEGRAND : Thesaurus Patriae.

DJAQ : That’s Latin... for “treasure of the nation.”

Robin thinks what that could mean.

LEGRAND, Looks back at Djaq : She speaks Latin. What a woman.

Little John steps in front of Legrand with both their staffs.

LITTLE JOHN : Oi.

Little John sets the ends of each on the ground and looks back and forth between his and Legrand’s, which is a bit taller, thicker, and reinforced with iron and a round, spiked head.

LEGRAND, Takes his staff, A bit disdainfully : Thanks.

Little John goes back to the wagon, shaking his head. Robin studies the message again.

 

LOCKSLEY.

The mercenaries have arrived and are turning the villagers out of their homes, riding around on horses and terrorising them. Gisborne strides in from the manor.

GISBORNE : Allan !

Allan stops his horse by the church. Gisborne walks around the pond to him.

ALLAN, to a mercenary : Here, hold this.

Allan hands the reins over and dismounts as Gisborne yells.

GISBORNE : Where are the supplies ?! [Allan raises his hands in exasperation] These men are tired and angry and we have no food for them. Tell me this is some kind of a joke.

ALLAN : Look, I think I know where it is, all right ? There’s a food store Robin used to use near Nettlestone. He used to keep the food there in the winter.

GISBORNE : And you’ve just remembered this ?

Marian rides into the village.

ALLAN : Yeah.

GISBORNE : Convenient. You’re lying.

ALLAN : No, I’m not !

GISBORNE, Grabs a fistful of Allan’s collar : I’m sick and tired of being made to look like fool by you and your friends, when [pulls on the collar] you are in on their secrets.

Marian dismounts and walks towards Gisborne.

ALLAN : What secrets ?

GISBORNE : You know what I’m talking about. You’re going to tell me everything, now.

ALLAN, Sighs : Look, you know about Robin. The rest are just peasants like me—

GISBORNE, Roars, interrupting and raising a fist at Allan : Tell me !

MARIAN, From several paces away : What’s going on ?!

GISBORNE, Steps back and lowers his fist, and lets go, Speaking to Allan : You. Wait here.

Gisborne herds Marian away from Allan towards the church.

MARIAN, Furiously : Why has the entire village been cleared ?

GISBORNE : The village has been requisitioned for military purposes, Marian. You shouldn’t have come here, not with these men here.

MARIAN, Turns around at the door : Because I am a woman ? How about the women and the children who are being forced out of their homes ?

GISBORNE : There is nothing I can do ! The Sheriff has ordered it. No arguments.

Gisborne passes Marian into the church. She follows.

MARIAN : Not long ago you were willing to defy Prince John’s men !

GISBORNE : Yes, well, the situation has now changed.

MARIAN : Because the Sheriff is back ? [Gisborne sighs and looks aside, Gently] While he was gone, I thought I saw a different side to you, Guy. [Gisborne looks at Marian] Kind... brave... I was mistaken.

Marian stares at Gisborne a moment, then leaves. Gisborne turns around into the church, which has been set up as a dining hall.

 

SHERWOOD FOREST.

Robin, Legrand, the gang and Legrand’s men are walking briskly through the forest towards Nottingham.

ROBIN : You and your men should rest, Legrand. Three days without sleep ?

LEGRAND : I could go ten and still run rings around the lot of you.

ROBIN, Chuckles : So, you think the King is collecting treasure ?

LEGRAND : He needs men and equipment to take on the Sheriff and Prince John. That means money. [Stops] I think he’s trying to get his fortune out of the country.

Robin stops. The gang catch them up, Will standing behind Robin.

ROBIN : The King’s gone to real pains. I mean, two messages, a code, rendezvous on specific days... I think this is bigger than gold and money. [Legrand shrugs] I think this plan has been in place for a while.

Legrand looks around.

WILL : Well, Midsummer’s Day is the day after tomorrow. It doesn’t leave us much time.

ROBIN : It’s time enough for us to pay this Paxton a visit. Come on.

They continue walking through the forest.

 

NOTTINGHAM TOWN. PAXTON’S HOUSE. INTERIOR.

Paxton rolls out a cloth which has pockets with several knives of various shapes and sizes on the table. He selects one and slides it into his boot as the camera pans to show the empty room behind him, beyond the front door. He puts another knife into his belt and looks up as he hears a horse whinny on the street. He steps towards the window, looks out, sees nothing unusual and goes back to the table to collect more knives. This time Robin is standing in the distance behind him, leaning against a table.

ROBIN : Expecting an army ?

Paxton drops the knives, takes the one from his belt, turns around and walks towards Robin.

PAXTON : You get out of my house, now !

Robin laughs as Legrand steps away from the wall by the front door behind Paxton and grabs him round the shoulders with his left arm and Paxton’s wrist with his right. Legrand turns Paxton around and pushes him facedown into the table.

LEGRAND : What’s the password ?

PAXTON : Thesaurus Patriae.

Legrand jerks him as Robin walks towards them.

PAXTON, Insistently : Thesaurus Patriae.

Legrand lets go and pulls Paxton upright.

LEGRAND : Nice to meet you, Paxton.

Legrand slaps Paxton’s shoulder and laughs his ringing laugh. Robin leans on the jamb.

ROBIN : This is Legrand from the King’s private guard.

Legrand and Paxton nod at each other. Robin glances out the window.

ROBIN : My name is Robin Hood. [Walks to the foot of the table.]

PAXTON : I was afraid you were the Sheriff‘s men. I wanted to be prepared, [Robin leans on the table, looking at him sternly] just in case. Sorry. If I’d known it was you—

ROBIN, Interrupting : Do you have the message ?

PAXTON : It’s been a heavy burden... [reaches inside his coat]... but an honour to carry it.

Paxton pulls out a piece of brown paper. He unfurls it and hands it to Robin. Robin and Legrand both look at it.

LEGRAND : What’s it mean ?

The paper has a similar ornate border and a picture of fire spreads across the bottom in a concave arc. In the lower left of the fire are three people. There are sketches in the upper corners : wings protruding from a purple cloud and two tall, skinny mushroom-like figures. They stare at it a moment, then Robin notices a scent. He sniffs the paper. Paxton frowns. Robin looks around, then sets the paper down on the table.

ROBIN : Hang on.

Robin walks behind Paxton and gets a tall candlestick from the sideboard. He guards the flame with his hand as he carries it back to the table. Robin picks up the new message and sighs. Then he resolutely holds the paper over the flame. Legrand immediately grabs his wrist.

LEGRAND : What are you doing ? You’ll burn them !

ROBIN : Sh-sh-sh-sh-sh.

PAXTON : He knows exactly what he’s doing.

Robin holds the paper over the candle again, watching, holding his tongue to the roof of his mouth.

ROBIN : There... you see ? [Several dots appear to the right of centre on the paper] Zaffir. [Puts the paper down and picks up the other one]It’s an element used in alchemy. [Holds the first message over the candle] It only reveals itself when you apply heat.

Three more dots appear to the left of the king.

PAXTON : Very clever.

Robin holds the messages side by side. Legrand looks over his shoulder.

LEGRAND : Might be clever. Still doesn’t look like anything.

 

SHERWOOD FOREST. OUTLAWS’ FOOD STORE.

Allan opens the doors and steps inside.

ALLAN : What did I tell you ? It’s all in here !

Gisborne sits on his horse outside, still a bit angry. Marian sneaks up on them and peers out from behind a tree. Allan brings out a sack.

ALLAN : We used to bring stuff we’d stolen here, grain or what have you, for the poor. [Sets the sack down]

GISBORNE : Good. Bring everything.

Gisborne turns his horse around and leaves.

ALLAN : Right, you lot. Let’s get it all back in the wagon.

Marian peers out behind her tree as the mercenaries get to work.

 

SHERWOOD FOREST.

The gang and the visitors are trying to decipher the messages. Will looks over Robin’s left shoulder. Much comes up in front of Will. Paxton steps up behind Much and looks over their shoulders.

MUCH : No-no-no. It’s a star map, I’m telling you, look. Djaq ! [Djaq hurries over to Robin’s right side] That’s the moon, this is the night sky, and those are the stars.

DJAQ : Mm, no, Much. They don’t work that way. [Traces the dots on the paper] Wrong shape.

WILL : Yeah, that’s not a moon anyway. It’s the sun if anything.

ROBIN, Nods, Quietly : Right.

Little John looks over Djaq and Robin’s shoulders.

PAXTON : What if the dots make a circle.

ROBIN : Eh ? [Looks back at Paxton, frowning]

PAXTON : A circle.

ROBIN, Almost inaudibly : A cir...

Robin looks at each paper as Will scratches his cheek, then slides the king behind the fire.

ROBIN : Hang on.

Robin puts the papers tightly together and holds it up to the light.

ROBIN : Right. Good. Now we’re getting somewhere.

WILL, Pointing to each detail as he speaks : Hey, look, it could be a building. Each dot represents a foundation stone and the sword points to the entrance.

ROBIN : Right, but there’s no clue as to what kind of building it is or... or where.

Little John gets an idea and steps away as a loud two-toned whistle is heard. Legrand’s men draw their swords.

ROBIN : Hold ! Hold, hold, hold.

The whistle sounds again.

MUCH : I think that might be for you.

Robin hands the papers to Much.

ROBIN : Carry on working. I’ll be back.

Robin leaves. Paxton and Much watch him go.

PAXTON, Leans to Much : That signal. Is that a member of the gang ?

MUCH, Vaguely : Er, something like that. [Turns away]

 

NEARBY IN THE FOREST.

Robin makes his way down a hill. Nearby, Marian sits on a fallen tree on a rise. She smiles brightly and softly giggles as Robin, unaware of her location, passes her below.

MARIAN : I’m up here.

Robin looks up, smiles and climbs up to her. Marian smiles and slides down to sit on a lower branch of the dead tree. Robin wraps his arms round her and they kiss a long moment, pull back a brief moment, then kiss again.

ROBIN : Oh, I’ve missed you.

Robin gives her another kiss.

MARIAN : I’ve missed you.

Marian laces her fingers round the back of Robin’s neck.

MARIAN, Sighs : Do you know what’s happening in Locksley ?

ROBIN, Shakes his head : What do you mean ?

MARIAN : Gisborne’s turned all the villagers out.

Robin looks at her in shock, then turns his head aside.

MARIAN : He’s made it a garrison for his mercenaries.

ROBIN : What about the people ? Where are the villagers ?

MARIAN, Uncertainly : In the forest... or with families from other villages...

Robin turns his head and sighs. Marian releases her hands, but leaves her left behind his neck.

ROBIN : Right. Well, we’ll get food to them.

MARIAN : You can’t. Allan told Gisborne about the secret food store and he’s taken everything.

ROBIN : What ?!

MARIAN : But if we move now we could take the garrison by surprise.

ROBIN, Looks aside, Quietly : I know, but... we can’t. Not just yet.

MARIAN : Why not ?

ROBIN : We’ve had word from the King, Marian.

Marian looks aside in awe and frustration.

ROBIN : Now I promise I’ll restore Locksley, but I can’t until we complete this mission.

MARIAN : And what are the villagers supposed to do in the meantime ?

ROBIN : You know I would go to them if I could.

Marian stares out at nothing over his shoulder, disappointed that they won’t be working together.

ROBIN : King Richard needs me now more than ever. [Marian still doesn’t look him in the eye] Hey.

Robin puts his hand on Marian’s shoulder. Marian finally looks at him.

ROBIN : We’ll be together soon, I promise.

Marian nods a bit, then he gives her a kiss. They stare at each other a moment, then Robin slides down the hill. Marian sighs and looks down, disappointed. Robin turns around.

ROBIN : And Marian...

MARIAN, Looks up : Hm ?

ROBIN : Promise me you won’t do anything in Locksley alone.

Marian scoffs, rolling her eyes.

ROBIN : Marian !

MARIAN : I promise. I promise I won’t do anything.

Robin gives her a pointed look, then leaves to rejoin the gang.

MARIAN, Quietly : But... the Nightwatchman might.

 

SHERWOOD FOREST. BACK WITH THE GANG.

Will and Paxton are curiously watching Little John, who is kneeling by a cleared circle on the ground. Several stones are spaced around its perimeter. Inside are the two messages and two stones at the centre. He tosses an extra rock away and picks up the papers as Robin returns.

MUCH : You all right ?

ROBIN, Irritably : Yeah.

Robin goes over to Little John, passing Legrand, who holds his arm out at Little John and giggles.

ROBIN : What are you doing, John ? [Kneels next to Little John in front of Paxton]

LITTLE JOHN, Simply : A circle of stones.

ROBIN : Standing stones, yeah ?

LITTLE JOHN : Mm-hm.

ROBIN, Understanding : The standing stones at Hathersage Heath.

LITTLE JOHN, Looks back at Legrand : Told you he’d get it.

Little John hands the papers to Robin, stands and walks past Much.

MUCH : Yeah, I’d have got that.

LITTLE JOHN, Looking over his shoulder at Much : No, you wouldn’t.

PAXTON, Thinks a moment : Robin, I need to leave you now, but I’ll prepare a ship to leave tomorrow night from Hull, with the treasure.

ROBIN, Stands : Thank you, my friend. [Robin and Paxton shake hands] The King is in your debt.

PAXTON : Proud to have been of service. [Leaves.]

ROBIN : Right, you lot ! To Hathersage Heath !

All follow Robin.

 

HATHERSAGE HEATH.

The gang approach the stone circle in a meadow. All stop at the edge except for Djaq, who enters without hesitation with the papers.

LEGRAND : What sort of place is this ?

Djaq compares the stones’arrangement to those on the papers. The others enter and look around at the marvel. Robin follows Djaq.

WILL : It’s been here as long as anyone can remember. Some kind of settlement ?

MUCH : Or a shrine.

DJAQ, Turns the papers, then points at the northernmost stone : The sword points to that one !

Robin stands behind her, follows her gaze and nods, then looks up at the stone behind them, which has a large notch carved out of its side near its top. The others are still looking around in wonder as Robin crosses to the northernmost stone, passing the two centre stones, one with a notch halfway up its side.

ROBIN, Points forward with his bow, looking at four stones in a row : These stones are all perfectly aligned. But what if the sword isn’t pointing north ?

Robin steps behind the northernmost stone and bends over a bit to peer through the notch in its side. He nods.

ROBIN : What if it’s an instruction to follow this line ?

Robin points south, as notches in the two centre stones line up to form a hole, reiterated by the third notch beyond. Legrand hurries to stand behind Robin and looks through the notches. Little John and Much, standing in the middle, notice the notches above their heads in the stones and try to follow their line. Robin takes a step forward, pulls an arrow from his quiver, nocks it into his bow, draws, aims through the hole, and lets the arrow fly. It sails perfectly through the notches and into a grove of trees in the distance. The others stand, watching it go. Robin starts running.

ROBIN : Well, come on. Follow the arrow !

They all run into the trees.

 

THE GROVE OF TREES.

The wind is blowing briskly. Much discovers the arrow stuck in the trunk of a tree.

MUCH, Pointing with his sword : Look !

Much goes over and points to the arrow as the others gather round and the wind picks up even more.

MUCH : Here. [Sheathes his sword] What does this mean ?

They all look up and around. Robin spies a hole under a slab of rock on the ground.

ROBIN : Hey ! John ! [Points to the hole with his bow] That must be the way in.

MUCH : Way in ? To where ?

Robin steps down into the opening.

ROBIN : Come on !

Robin ducks inside. Djaq follows, then Much.

 

THE TUNNEL.

Robin comes down the steps, an arrow nocked in his bow, and turns into a narrow tunnel reinforced with blocks of stone. Much comes down behind him with two candles in his hands, one lit.

MUCH : I knew these would come in handy. [Lights the second candle from the first and turns the corner.]

ROBIN : Wait, wait. [Looks around]Come on.

Much waits as Robin enters. Djaq follows Robin in. Much takes a step forward and gasps loudly.

MUCH : Something I trod on just moved !

Robin stops and looks back.

DJAQ : It was me.

Djaq takes a candle from Much and passes him inside.

ROBIN : Come on. Keep moving.

Robin and Djaq step slowly forward to a vertical flat slab of rock at the end.

DJAQ : It’s a dead end.

Djaq holds the candle up and she and Robin inspect the edges. She traces the edge of the slab with the candle and the flame flickers.

ROBIN : Wait. [Points at the candle] That candle’s flickering. [Glances quickly across the top edge, then runs his hand along the edges] Fresh air’s getting through here.

Djaq holds her hand up to feel, too, as Much lights another candle.

ROBIN : Yeah, I can feel it.

Legrand, standing behind Little John, leans his staff on the wall and pulls on Little John’s shoulder to pass him. Little John gives him a sullen look.

LEGRAND : Stand aside.

Legrand walks up to the slab, takes a deep breath, spits on each hand and rubs them together. He kneels in front of the slab. Much hands the third candle to Will. Little John leans his staff on the wall and folds his arms, knowing his rival will accomplish nothing. Legrand groans as he tries to lift up the slab.

ROBIN : Legrand, you have nothing to prove, my friend. You’ll never move it alone.

LEGRAND, Still lifting, groans : My boys.

ROBIN, to Legrand’s men : Well, come on.

Legrand’s men move forward and Little John eyes them sceptically as they pass. They kneel one to each side of Legrand, and lift with him. It still doesn’t move.

ROBIN : John, we need your help.

LITTLE JOHN, Irritably : Right. [Steps forward] Move.

Little John cups his hands together to stretch his arms, but his hands slip apart and his elbow hits the wall. A stone block moves backward and Little John reacts to catch it, but the slab slides up with the sound of scraping rocks and a gear ticking to reveal a narrow doorway. They all peer wideeyed inside at a small cave.

 

THE CAVE.

Legrand stands. His men, Robin and Djaq follow him in. They all look around in the semi-darkness at a natural cave. A cylindrical stone is set in the centre. The top has been hollowed out to form a basin and is filled with water. They can hear water dripping.

LEGRAND, As Little John comes in : I loosened it.

LITTLE JOHN : Yeah, right.

Much and Will enter last.

ROBIN, Twists his head to look up : There’s light getting in from somewhere. And it’s getting stronger.

Will looks up with him.

WILL : Hey, it’s coming from over there. And it’s almost midday.

Little John braces the open slab with his and Legrand’s staffs. Will looks at the pool.

WILL : I get it, when it’s directly overhead... [Robin and Will kneel by the basin] ... it should just...

The sunlight suddenly reflects off the surface of the water, flooding the room with light. Will holds out his hands and smiles brightly. They all chuckle in awe. Little John turns back into the room and frowns at something he sees. Robin, Will and Djaq see stone tile with the relief of an eye and two engraved bars above and below it set into the wall opposite them.

DJAQ, Pointing : That... looks like the eye on the King’s message.

Robin and Will stand. Legrand goes to the tile and tries to pry it from the wall.

ROBIN : Wait, wait !

Legrand stops.ROBIN glances behind him, follow the line of the eye. Legrand looks at the eye, then behind him. Djaq, Will and Legrand’s men search the crevices in the wall. Djaq feels inside a crevice, starting at its bottom.

ROBIN to Djaq : What is it ? What is it ?

Djaq works her way up the crack to shoulder height.

DJAQ : Yes !

Djaq pulls out a leather scroll. Robin takes it and moves to the light in the middle, then looks around at them all.

ROBIN : Right. Thesaurus Patriae. [Unfurls the scroll onto his arm]

LEGRAND : What is it ?

ROBIN, Glances at the leather and is flustered :It’s another map ! [Looks at it more carefully] It’s a cross. [Turns the map slightly] It’s at Kirklees.

MUCH : The sign of the cross at Kirklees—Kirklees Abbey !

SHERIFF, From behind them in the doorway : Kirklees Abbey ! How interesting !

Paxton and a couple mercenaries stand behind the Sheriff in the tunnel.

LEGRAND : Paxton ! You traitor !

SHERIFF : Last one there’s a rotten egg.

The Sheriff knocks the staffs out from under the slab.

ROBIN : Stop him !

The slab falls and the Sheriff waves.

SHERIFF : Bye, Hood. Nice knowing you.

The slab crashes down, trapping the gang inside. Legrand runs over and tries to lift it with a loud groan.

LEGRAND : Aarghhh !

Robin puts his hands on his hips and looks up at the ceiling in dismay. Legrand stands. The room gets dimmer.

MUCH : The light’s fading !

WILL, Irritably : The sun’s passing over.

MUCH : Well, what now ?

LEGRAND : We’re trapped.

 

THE GROVE OF TREES.

The Sheriff climbs out of the hole. Paxton follows him out.

SHERIFF : Assemble the men. We ride immediately. [Walks towards their horses]

PAXTON : About the treasure... I deserve a cut... for services rendered.

SHERIFF : A cut ? Well... [Stops and reaches inside his coat for a dagger] Yes, if you want a cut, a cut you shall have.

The Sheriff quietly pulls out his dagger and stabs Paxton, who falls to his knees, sputtering.

SHERIFF : Payment in full, hm ?

The Sheriff pulls out his dagger and Paxton falls to his back. The Sheriff walks to his horse.

SHERIFF : To Kirklees Abbey !

 

LOCKSLEY.

On top of the hill overlooking Locksley, Marian puts on the scarf, mask and hood of the Nightwatchman. She sneaks into the smoky village amongst the tents set up in the middle. One young mercenary, sitting on the doorstep of the church, sees her in and around the tents and stands up, watching her enter another tent. He loses track of her, then suddenly the Nightwatchman cartwheels beside him and knocks him out with her foot. She enters the church and closes the doors behind her.

 

CHURCH. INTERIOR.

Marian turns around and sees all the food stored inside. She walks to the back. Allan, sleeping on a large chest with his head resting on a pile of sacks by the door, rolls over and sits up.

ALLAN : Oh, great. What are you doing here ?

Marian spins round to face him but says nothing. Allan gets to his feet.

ALLAN : Look, you just walk away now, all right ? No-one needs to know you were ever here.

Gisborne opens the door and enters. Marian’s eyes open wide. Allan turns and sees Gisborne.

ALLAN : Guy, I’ve caught the Nightwatchman !

Marian swings a sack at Allan, who falls backwards and rolls over a table. Gisborne draws.

GISBORNE : Into the lion’s den, eh ?

Gisborne swings his sword. Marian ducks and hits Gisborne in the stomach with her sack and brings it back at his head, sending him headlong into the pile of sacks. Marian runs for the door, but Gisborne grabs a sack and swings it into her back, knocking her into the closed doors. Gisborne punches her in the back, throws her into the sacks, then grabs her by the shoulders.

GISBORNE : Fearless... ?

Gisborne punches Marian in the stomach. He picks her up and flips her over his arm into a table.

GISBORNE : ... or stupid ?

Gisborne stomps at her head, but she rolls away and stands up, then cartwheels at him. Gisborne steps back, waits for her to be upright and punches her in the jaw. Marian falls backward to the floor.

GISBORNE, Advancing on Marian : Let’s find out who you really are.

Gisborne kneels over her and holds his hand under her chin. He grabs a poker from a pile of hot coals in the corner and holds it near her face. Allan grabs Gisborne’s arm.

ALLAN : Leave him. He’s had enough, Guy !

Gisborne shakes Allan’s arm loose and drops the poker, then turns to Marian and reaches for her mask. Allan watches dismally, knowing what he’ll see. Marian closes her eyes. Gisborne rips off the mask.

GISBORNE, Under his breath : No. [Gisborne pulls the scarf down] Not you.

Marian glances at Allan. Gisborne, utterly disconcerted, crawls backward, stands, and runs out. Allan looks down at Marian, who relaxes and lets her head fall back to the floor, but her eyes are still full of fear and dismay.

 

THE CAVE.

Robin studies the map, kneeling and leaning his arms on the stone basin, using the little light coming from the hole in the ceiling. Much is letting his frustrations out by striking a flint and making sparks. Legrand and Legrand’s Man 2 are trying to lift the slab. Legrand’s Man 1 and Will are checking the blocks beside the door, looking for another trigger.

ROBIN : We only have a few hours to get to that rendezvous point. And I’m sure Kirklees Abbey is to the north of the river... and this is to the south.

MUCH : North, south, what does it matter if we die here ?

Legrand and Legrand’s Man 2 stand up.

LEGRAND : And this rock won’t move for anyone.

Little John turns, scoffs and glares at Legrand, who returns a sceptical scowl. Little John glares at Robin, silently asking for permission to try.

ROBIN : Go on, John. [Flips the map onto itself, folding it.]

Little John strides to the slab as Legrand steps away.

LEGRAND : Oh, you’ve got no hope.

Little John deliberately bumps Legrand’s shoulder in passing. Will and Djaq are reaching into crevices in the side wall as Robin folds the map again. Little John faces the slab, spits on his hands and looks back at Robin, who is standing with his arms folded.

MUCH, Whispers : Come on, John.

ROBIN : Go on.

Little John takes a deep breath, squats down and grabs the staffs under the slab with a grunt.

ROBIN : Go on, John. [Leans his hands on his thighs, watching.]

Little John stops to take a breath. Djaq reaches into another crevice. Little John tries again, groaning loudly. After a moment, the slab starts to move. Everyone starts urging him on.

ROBIN : Go on !

MUCH : Yes !

ROBIN : Go on, John ! Get it up !

ROBIN/WILL/MUCH : Come on ! Come on, John !

MUCH : Yes ! Lift it !

Little by little, the slab opens and Djaq joins in the cheering.

ROBIN : John, get it !

LEGRAND : I don’t believe it !

Robin tosses Will his broadaxe then picks up his bow and quiver. Little John crawls under the slab to lift it with his back.

LEGRAND : Come on ! Yes !

Little John gets his feet under him and stands under the slab, holding it up with the back of his shoulders. Everyone cheers.

LEGRAND : Yes ! Yes ! Yes !

Little John braces his feet against the sides, then pulls open his coattails and peers through his legs.

LITTLE JOHN : Out ! Now !

Robin pushes Much forward.

ROBIN : Go-go-go !

Much gives one more cheer and goes to crawl through Little John’s legs, followed by Robin, Djaq, Will, and Legrand’s men. Legrand takes one last look around before crawling through.

 

THE TUNNEL.

Little John is trembling from the effort of holding up the slab.

ROBIN : John, let it go. Come on, John.

Little John doesn’t move, but is still trembling.

ROBIN : John, let it go.

DJAQ, Realising his situation : He can’t. If he does, he’ll be crushed.

ROBIN : John, push it away. Come on now.

LITTLE JOHN, Strains : Nothing... left... [The trembling increases.]

Legrand falls to his hands and knees before Little John and looks up into his eyes.

LEGRAND : A hand ?

Little John nods fervently. Legrand stands, steps forward, grabs Little John’s shoulders and helps him take a step forward, both grunting with the effort.

ROBIN/DJAQ : Come on !

Legrand pulls Little John out and the slab crashes down safely behind them.

 

THE GROVE OF TREES.

Much leads the gang out of the hole and helps the others out : Djaq, Will and Robin first.

ROBIN : Djaq, take these.

Robin hands his bow and quiver to Djaq, then looks at the map again as Legrand’s men, Legrand and Little John come out, each with the other’s staff. Will looks at the map over Robin’s shoulder.

ROBIN : Right. To Kirklees.

MUCH, Steps to Robin, Whines : The Sheriff ‘s going to get there first. He’s going to get the treasure !

ROBIN : Not if he’s going the wrong way.

WILL : Well, Kirklees Abbey. You said it. That’s where he’s going.

ROBIN : But that’s before I looked at the map properly. [Pointing at the map] Look, the cross is on the south side of the river. The Abbey of Kirklees, the one that we know, is on the north bank.

DJAQ : So we’re searching for a church on the south side.

ROBIN : Yeah.

The others chuckle with relief.

ROBIN : And the Sheriff doesn’t know that. Now we need to hurry. We’ll go across country, avoid the roads. That means running.

Robin pats Much on the back, knowing how he complains about physical activity, but this time he doesn’t mind.

MUCH : This is for the King !

All but Little John take off after Robin. Little John watches Legrand pass him with his staff and notices he has the wrong one as well.

LITTLE JOHN : Hey.

Legrand stops.

WILL, Standing by Paxton : The Sheriff ‘s killed Paxton.

Little John steps up to Legrand and holds out the staff. They trade staffs and Little John offers his hand. Legrand shakes it and laughs. They embrace, patting each other’s backs, then catch up Will and run after Robin.

 

HATERSAGE HEATH.

Robin runs, leading the gang through the standing stones.

 

BARNSDALE FOREST, NEAR KIRKLEES.

The Sheriff and the mercenaries are on horseback. The Sheriff stops.

SHERIFF : Where is the treasure ?! It’s not at Kirklees, so you, you find me a church and you find it now !

 

ANOTHER PART OF BARNSDALE FOREST.

The gang run through the trees.

 

The Sheriff and the mercenaries ride through the forest.

 

The gang run through the trees.

 

The Sheriff and the mercenaries ride through the forest.

 

The gang run through the trees.

 

The Sheriff and the mercenaries ride through the forest.

 

The gang run through the trees. Much slides down the side of a ravine. Robin runs through the trees.

 

LOCKSLEY. CHURCH . INTERIOR.

Marian is sitting dejectedly at the far end. Allan is sitting nearby.

MARIAN : Help me.

Allan looks at her.

MARIAN : Distract them long enough so that I can get into the forest.

ALLAN : This place is surrounded.

MARIAN : Please ! We have to do something.

ALLAN : I don’t have to do anything.

Marian is taken aback.

ALLAN : I’m sorry, if I mess up with Gisborne now, I’ve got nothing left, Marian. [Turns away]

MARIAN, Stands : I could talk to Robin for you.

ALLAN : You don’t get it, do you ? Even if I wanted to go back, I couldn’t. It’s too late. So I’ve helped you wherever I can, Marian, you know that, but this— [The door squeaks open and Allan falls silent. Gisborne enters and stands in the doorway.]

GISBORNE, Quietly : A year ago... [holds up his curved dagger]... I put this dagger into the Nightwatchman’s side.

Marian’s eyes glances aside.

GISBORNE : Show me.

Gisborne slowly steps towards her. Marian can’t look him in the eye. He stops in front of her, waiting. When she does nothing, he starts to reach for her coat, but she slowly pulls it up herself to reveal the ragged scar on her right side. Gisborne pulls the coat open a bit further to see it better,then sucks in his breath, realising that what he had hoped was not true, is.

GISBORNE, Without looking at Allan : Prepare the prisoner. I’ve sent word to the Sheriff that we’ve captured the Nightwatchman.

Starts for the door.

MARIAN : Guy...

GISBORNE, Pointing at Marian : You !... do not speak to me !

Marian is silent, her eyes full of sympathy for him.

 

KIRKLEES. BARNSDALE CHURCH. INTERIOR. (THE CASTLE REDRESSED.)

Robin leads the gang inside the dimly lit, plain stone building. They walk cautiously, looking all around.

MUCH : Why would the King trust something so precious to a place like this ?

LEGRAND : That map must being playing tricks again.

ROBIN : This is the only church south of the river.

WILL : I don’t know. I think this might be the right place.

They approach a small chapel at the far end with sheer curtains in the doorway, screening a brightly painted wall with an image of Christ on the cross.

ROBIN, Holds his hand behind him : Wait.

Robin steps slowly forward and sees a person in a blue cloak with the hood up kneeling at the altar. Robin pulls aside the curtains and the cloaked person rises and turns around. Much gasps. Robin sinks to one knee and bows his head.

ROBIN : Your Majesty.

The gang enter behind him. Much gapes.

MUCH : I know you...

Much kneels, and the others, except for Djaq, follow his lead.

MUCH : Queen Eleanor of Aquitaine. The Queen Mother.

Djaq sheathes her sword. Robin looks up at the Queen, keeping his head low.

ROBIN : Thesaurus Patriae. You’re the treasure of the nation.

QUEEN ELEANOR, Stepping forward : Why such formality, Robin of Locksley ?

The Queen offers her hand to Robin. Robin smiles and stands.

QUEEN ELEANOR : I thought we were friends ! [Facetiously sternly] You’re late, Robin.

The Queen turns back to the altar.

ROBIN, Glances back, then walks into the room : Apologies, Your Majesty. We, er... [The Queen faces Robin and pushes back her hood] ... we ran into a few problems.

LEGRAND, Steps forward : But you’re meant to be in France.

QUEEN ELEANOR : No wonder you’ve taken so long to find me, Legrand, if that’s where you’ve been looking. [to Robin] My son, Prince John, invited me to spend Christmas with him. The festive celebrations entailed locking me in the tower of Pontefract Castle.

ROBIN : So Prince John announces your allegiance to him, secures the army of Aquitaine to fight against King Richard.

LEGRAND : But you’re the Queen Mother.

QUEEN ELEANOR, Sternly : Less of the “mother,” thank you. [Congenially] So... [looks around at the gang]... you are Robin Hood’s famous outlaws.

Much nods stiffly. The Queen walks down the chapel, between two lines of people : Much, Will, Djaq and Legrand’s Man 2 to her left, Legrand’s Man 1 and Little John to her right.

QUEEN ELEANOR : It appears you have been doing most of the work for my son, King Richard. [Stops at Djaq, then glances back at Robin] And who is this ?

Djaq looks at the Queen in awe.

ROBIN : This is Djaq from the Holy Land, Your Majesty.

QUEEN ELEANOR : Interesting. You’re a long way from home, Djaq. Why did you choose this particular battle here ?

DJAQ : It chose me, Your Majesty. I fight here [glances around at the gang] with my friends.

QUEEN ELEANOR, Smiles : I should like to know you better.

The Queen turns to Little John, but Much steps in front of her, taking her hand.

MUCH : I’m Much, Your Majesty.

Much kisses the Queen’s hand. Will smiles at her.

MUCH : And, er..., this is, er... [Nods at Will.]

WILL : Will.

MUCH : Will.

The Queen pulls her hand from Much and offers it to Will.

QUEEN ELEANOR : Of course.

Will kisses her hand as the Queen turns to Little John, eyeing him with interest.

QUEEN ELEANOR : But who is this fellow ? [Steps towards Little John.]

ROBIN : This, Your Majesty, is Little John.

QUEEN ELEANOR : Little ? I can’t believe there’s a part of you that’s little.

Little John’s eyes widen only to be interrupted by Legrand’s laughter.

QUEEN ELEANOR : I need a man like you around the castle in Aquitaine. [Pointedly] We will talk later.

Suddenly two arrows land in a bench next to the Queen. Startled, she steps forward and faces the door. From the main entrance, the mercenaries run into the church, led by two archers. Legrand pulls the Queen behind him.

LEGRAND : Behind me, Your Majesty.

Little John bumps against Legrand’s side, and together they shield the Queen from the intruders. Will and Legrand’s Man 1 close the door, but there is still a small window in the door. Djaq joins the Queen.

ROBIN : It’s time to leave !

DJAQ : That’s the only way out of here !

MUCH, Leaving the window : Here we go again !

Much runs to the other side of the room. The mercenaries bang and shout at the door. Will and Legrand’s Man 1 brace the door with a bench as the Queen speaks.

QUEEN ELEANOR, Calmly : Provision has been made for all eventualities.

The Queen looks down at two rings set into a stone under her feet.

QUEEN ELEANOR : This leads directly to Barnsdale Forest.

They all look back at the Queen. The Queen looks at Little John.

QUEEN ELEANOR : Perhaps you would do the honour ? You... [sultrily] Big Bear ?

LITTLE JOHN, Frowns, mouths : Big Bear ?

Little John obeys as the mercenaries continue to bang at the door. The Sheriff walks in behind them.

SHERIFF, Calmly : Stop banging, you blithering oafs.

Little John bends down to lift out the stone. The Queen looks aside, feigning innocence, and pinches his backside. Little John jumps back.

LITTLE JOHN : Oh !

Little John glares at the Queen, who looks majestically back at him.

SHERIFF : There is no escape.

Robin draws his bow at the door as the Sheriff steps towards its small window.

SHERIFF : My men are all over the forest.

ROBIN : You’re too late, Sheriff !

Little John and Legrand, each with a ring, pull the stone out of the floor.

ROBIN : This treasure is ours !

SHERIFF, Peeks in the window smiling, then his face falls : Oh...

The Queen gives him a stern and royal look.

SHERIFF : And what a national treasure it is.

QUEEN ELEANOR : Who is that man ?

SHERIFF : Sheriff of Nottingham. Love the dress. [Chuckles] You’d better come with me.

ROBIN : What ? So you can hold her to ransom in the tower ? I don’t think so.

SHERIFF, Pointing through the window : That man... is a sworn enemy of the state and especially your son, Prince John.

QUEEN ELEANOR : Alas, [glances at Much] one can choose one’s friends but not one’s family. You and John deserve each other.

SHERIFF : Oh, then, “alas”, you shall never leave England alive.

QUEEN ELEANOR : Are you always this odious ? [Slight smile] Or have you just practised for me ?

The Queen sits at the edge of the floor with her feet in the secret passage. Much, Djaq and Will rush forward to help her as the Sheriff continues.

SHERIFF : Oh, you haven’t seen the half of it.

Legrand’s Man 1 pushes up the iron door to cover the small window.

SHERIFF : Open this door !

ROBIN : Let’s go. Come on !

Little John, standing in the passage, lifts the Queen down as the Sheriff bangs on the door.

QUEEN ELEANOR : My ! What strong arms you have.

SHERIFF : (Stop ! Open this door, now ! Open this door !)

The Queen smiles as Little John sets her down, then disappears into the passage. Little John glances at Much before disappearing below the floor.

 

NOTTINGHAM CASTLE. MARIAN’S CHAMBER.

Marian looks out the window to the courtyard below and sees a noose being set up on the gallows. She tries to breathe steadily and keep her composure. The door opens. Marian turns around. An unhappy Allan holds the door open for Gisborne, who steps inside and sets a tray on the table. Marian goes over to him as Allan steps back outside and closes the door.

MARIAN : Please...

GISBORNE, Looking ahead : You’re in league with Robin Hood—

MARIAN, Interrupting : No—

GISBORNE, Ignoring her outburst : —an outlaw. I warned you the sentence would be death.

MARIAN : I was the Nightwatchman years before Robin returned.

GISBORNE, Faces Marian : Don’t take me for a fool ! [Turns around and walks away towards the bed] It all fits. The way that you behaved with me, your little rides into the forest... [Faces and points at her] You were trusted here at the castle by all of us—

MARIAN, Interrupting, looking down : I know.

GISBORNE : Every moment... that I thought you were a friend to me, you were betraying me.

MARIAN : I wasn’t !

GISBORNE, Steps towards Marian slowly : Every day [Marian bites her finger to keep herself from crying] that I grew more and more to love you, you were mocking me.

MARIAN : It wasn’t like that. I cared for you ! I still care for you !

GISBORNE : Shh. [Holds up a gloved finger at Marian’s lips, Quietly] You are a liar. [Glares into her eyes a moment, then turns to go to the door.]

MARIAN, Earnestly, tears welling up : I stayed at your side... [Gisborne stops at the door, but doesn’t turn around] ... when Prince John’s men were threatening Nottingham. I could easily have left you !

GISBORNE, Leans back his head and scoffs, then looks at Marian] You are nothing to me. [Opens the door and starts to leave.]

MARIAN : So you would rather I was put to death... lose everything we’ve ever had or ever could have ?

GISBORNE, Menacingly : I’ve lost far more than that already.

Gisborne closes the door behind him, leaving Marian frustrated and hopeless.

 

BARNSDALE FOREST.

Robin stops running on the top of a rise and looks over the edge to check for anyone following. The Queen stops near the top.

QUEEN ELEANOR : Oh !

Little John pulls her up the hill by the hand and leads her on as Legrand crests the rise.

LITTLE JOHN : This way.

Robin turns away from the edge and starts to run, but the Queen stops.

QUEEN ELEANOR : I must rest. I can’t... I can’t run any more.

ROBIN : We really shouldn’t, Your Majesty.

Legrand passes Robin and takes up watch over the forest.

ROBIN : The Sheriff ‘s men could be on us at any minute.

The Queen glares at him and heads for a boulder on which to sit. Robin relents.

ROBIN : A few moments, then.

Much, up the hill next, glances with concern at Robin.

QUEEN ELEANOR : Oh !

The Queen sits, pulling Little John down next to her as Robin sits near her feet, watching the forest. Little John starts to get up and she pulls him back by his coat. He glances uncomfortably at her.

QUEEN ELEANOR : Oh. [Unfastens the clasp of her cloak at her throat] Robin, you gave up a life of ease to be hunted down [Much, sitting and leaning against a tree, looks meaningfully at Robin out of the corner of his eye, supporting the Queen’s thoughts] like a common outlaw. [Drops the cloak behind her] Strange choice.

ROBIN : It’s an easy choice...

Legrand looks back at him.

ROBIN : ... when the country’s being run by corrupt men such as the Sheriff and Prince J—

Little John looks out of the corner of his eye to see the Queen’s reaction to Robin’s words. She merely sighs.

QUEEN ELEANOR, Quietly : Hm.

ROBIN, Looks down, then at the Queen : I speak out of turn. I’m...I’m sorry.

QUEEN ELEANOR : Do you always seek out trouble ?

ROBIN, Laughs : No. Trouble has a habit of finding me.

Little John is deliberately looking away from the Queen.

QUEEN ELEANOR : It’s the attraction of excitement. Like the excitement of attraction.

The Queen claps her hand on Little John’s shoulder. Little John flinches, sitting up straighter.

QUEEN ELEANOR : What do you say ?

LITTLE JOHN, Not knowing how to reply : I, er... erm...

QUEEN ELEANOR, Looking at Legrand : I like the quiet ones.

SHERIFF, From a distance : Find them !

LEGRAND, Holding back a hand to them : Shh !

SHERIFF : Find them now !

Robin, Much and Little John stand and look towards the voice. The Queen grudgingly gets to her feet.

SHERIFF : You’re a tracker ! Track !

The Sheriff and his mercenaries gallop through the forest below them.

ROBIN, Looking back at the Queen : That’s the Sheriff.

QUEEN ELEANOR : I c—I can’t run any more. [Gathers her cloak in her arms.]

ROBIN, Looks up in frustration, then at Little John : John ? [Nods towards the Queen.]

Little John looks incredulously at the Queen. The Queen returns his look with an eager smile and a nod. Little John looks at Robin, agape. Robin stares back at him. Little John sighs and relents. He turns around to face the Queen as Much retrieves his staff.

ROBIN : Apologies, Your Majesty.

Little John picks up the Queen and puts her over his shoulder like a sack.

QUEEN ELEANOR : Please ! I’m rather enjoying myself.

Legrand lets his laugh ring.

 

NOTTINGHAM CASTLE. NORTH EXTERIOR CORRIDOR.

(REDRESSED AS AN INTERIOR CORRIDOR.)

Gisborne walks down towards Marian’s chamber and sees smoke pouring out from under the door.

GISBORNE : Marian ?

Gisborne hurries to the door. Allan is sitting guard on the top of the side steps with his back to the door.

GISBORNE to Allan : Get that door open !

Allan runs to the door behind Gisborne.

 

MARIAN’S CHAMBER.

Gisborne opens the door and sees a smouldering roll of cloth at the edge of the step inside the door. Gisborne sees a chain of knotted sheets tied to the bedstead and runs to the window.

GISBORNE : She’s escaped ! Guards ! Stop her ! Marian !

Allan stomps the fire out. Marian runs out of an alcove into the room towards Allan.

GISBORNE : Allan, stop her !

Allan stands and catches Marian, who knees him in the groin.

MARIAN : Get out of my way !

Allan doubles over, keeping hold of her over his shoulder, and Gisborne pulls her back and throws her facedown to the floor in front of the fireplace.

GISBORNE : You little fool !

He circles around her. Marian lifts her face off the floor.

MARIAN, Quietly, bitterly : Do you expect me to sit here and wait to be executed ?

GISBORNE : No, I expect you to know when you’re beaten !

Allan is on his hands and knees on the floor.

GISBORNE to Allan : Get out. [Allan looks up slowly] Get out !

Gisborne storms over, pulls him up by the arm, pushes him out the door and slams it behind him.

GISBORNE : This isn’t a game, Marian. [Steps towards her] When the Sheriff returns, you are going to die. [Turns towards the bed.]

MARIAN, Half sitting up, looking at the floor : Don’t you have the courage to finish this yourself ?

Gisborne faces her.

MARIAN : After all my so-called betrayals... [looks at Gisborne]... you should be glad to do it.

GISBORNE, Raises his hands : This is not my decision.

MARIAN, Bitterly : Then perhaps it should be. After all, you were the one who professed to love me.

GISBORNE : Well, I thought that I knew you.

MARIAN, Rolls over and leans on both hands behind her : But this is me ! This is who I am, the Nightwatchman, everything ! You say you love me and you don’t know me.

GISBORNE : I defended you against the Sheriff countless times, more than you know !

MARIAN : And I deceived the Sheriff to help people, and in so doing, I had to deceive you, [softer tone] and I’m sorry for that. But is it such a crime to follow my heart ?

GISBORNE, Putting a hand to his heart : Or the way that I followed mine ?

Gisborne rushes to kneel at her feet and she backs away.

GISBORNE : And always to your door ! [Quietly] Marian, why did you have to put me in this position ? Did you even once understand what I was feeling... or thinking ?

Marian is silent. Gisborne stands. She relaxes.

GISBORNE : When you left, I thought that I’d lost you for good. Perhaps it would have been better if I had.

Gisborne turns and goes out the door, leaving Marian miserable and ashamed.

 

BARNSDALE FOREST.

Robin leads Legrand, Much and Little John, who is still unceremoniously carrying the Queen, into a ravine.

ROBIN, Loud enough for their pursuers to hear : We keep heading east !

They run a few paces, then Robin holds up his hand to stop them. He looks up at the walls above, which appear empty. They all look around as Little John catches them up with alarmed look. Robin looks all around.

QUEEN ELEANOR : What is it ? Why have we stopped ?

Two mercenary archers run up to the ravine’s edge and draw. Three more appear on the opposite ridge. The Sheriff and three more mercenaries climb up the hill towards Robin.

SHERIFF : This, my lady, is an ambush.

Robin switches his bow to his left hand and pulls an arrow from his quiver.

SHERIFF, Raising his arms, indicating the men on the ridges : Such a charming scene.

Two more mercenaries appear behind Much and Little John. Much throws the Queen’s cloak, which he has been carrying, aside and draws his sword. Little John sets the Queen down.

QUEEN ELEANOR : Thank you, Big Bear.

Little John nods. The Queen strides forward.

QUEEN ELEANOR : I presume for the right price, Sheriff, you’d be willing to let us go ?

SHERIFF : No-no-no, Your Majesty. You’re worth far more to me than jewels.

QUEEN ELEANOR : You do not scare me.

SHERIFF : Oh ! Such spirit, hm ? Bring her and kill the rest.

Legrand charges at the Sheriff with the end of his staff.

SHERIFF : And him.

MUCH/ROBIN : Legrand !

The two archers shoot and hit Legrand in the back. Two of the three mercenaries by the Sheriff draw and charge. Undaunted, Legrand swings his staff into the jaw of one. Robin draws and shoots the third squarely in the chest. Legrand uses his staff to push the first into the second. Robin aims up at a mercenary rearing back to throw a spear as Legrand pulls his staff back and swings it over his head. Robin lets loose and the spear thrower falls into the ravine with an arrow in his chest. Legrand whips his staff into the back of the first man and knocks him to the ground. The second charges in with his sword and Legrand catches it with his staff, twists it away and brings the butt end around to knock him in the face. The Sheriff stands alone. Legrand swings his staff over his head, looking maniacally at the Sheriff, who steps back. As Legrand starts another swing overhead, an archer shoots him in the chest. The long end of the staff drops to the ground. The Sheriff eagerly steps forward. The Queen takes a step forward, worried. Legrand breaks off the arrow, keeping hold of the staff behind him. Legrand puts both of his hands on his staff over his head, intending to bring it forward, but the Sheriff pulls a long dagger out of his coat and stabs Legrand, who finally falls to the ground. The mercenary archers shoot into the ravine. Behind them, Will, Djaq and Legrand’s Man 1 charge at them.

WILL/DJAQ : For the Queen !

The mercenaries turn. Will attacks an archer, swinging his broadaxe. The man dodges him. Djaq and Legrand’s Man 1 attack with swords as Will ducks a swinging bow. Djaq’s foe ducks her first swing, but she comes at him with a backhand across his belly as he stands. Will, dangerously close to the edge, steps back to avoid the bow as Legrand’s Man 1 battles on.

SHERIFF : Why is nothing ever simple ?

On the opposite wall, Legrand’s Man 2 knocks the arrow from an archer’s bow, then kicks him in the chest. The Sheriff reaches down to a mercenary at his feet and takes his sword. Robin, abandoning his bow, edges towards the Sheriff. Little John escorts the Queen behind a boulder.

LITTLE JOHN : This way.

The Sheriff swings at Robin. Robin jumps back. The Sheriff swings back and Robin jumps back again. The Queen crouches behind the boulder as Much prepares to defend himself against the two mercenaries.

LITTLE JOHN : Get down and stay down !

The Queen nods meekly with no intention of disobeying or chastising him for his disrespectful manner.

LITTLE JOHN, Adds : Milady.

MUCH : Well, come on, Big Bear !

The two mercenaries converge on Much, who blocks the first’s overhand blow, then grabs his sword arm with his other hand and spins him round to Little John behind him, but takes a punch in the back from the second. Little John knocks the first out with his staff. The Sheriff swings overhand and Robin ducks under his arm, jabbing his fist into the Sheriff ‘s stomach as he does. The Sheriff doubles over as Robin seems to dance, spinning round behind him, pulling another arrow from his quiver and brandishing it at the Sheriff. The Sheriff turns and swings forward, knocking the arrow away. He swings again and Robin ducks, then rises, reaching back for another arrow. The Sheriff swings backhanded, and Robin grabs his arm and slaps the arrow at his cheek, but the Sheriff grabs Robin’s hand, then steps back and pulls Robin past him onto his back. Meanwhile, Will catches a mercenary’s sword with the blade of his axe and arcs it over his head, twisting the hilt from his opponent’s grip, then comes back and slices him across the belly. Djaq has done a similar manoeuvre and swipes at the mercenary’s stomach. Legrand’s Man 1 swings, but is blocked by a shield as Will runs over. Little John hits the second mercenary in the jaw with his staff, knocking him to the ground. The first one attacks him from behind and Little John raises his staff high over his head to block the sword, then jabs his staff behind him. The Queen pops her head up to look.

LITTLE JOHN : Stay down !

Little John reaches back again and jabs his staff into the first man’s side as the Queen ducks down again. He spins round and swings his staff into the first man’s back. On the opposite ridge, Legrand’s Man 2 is battling two men at once. The Sheriff swings his sword and Robin twists to avoid it. The Sheriff swings back and Robin catches his arm and jumps to pull his feet out of the way as he twists the Sheriff‘s arm behind his back. The Sheriff screams. Robin kicks him in the buttocks, pulling his sword free, and shoves him forward. The Sheriff grabs a handful of dead leaves and throws them into Robin’s face as a distraction. Will ducks past a mercenary’s overhand blow, then drives his blade into his stomach. Legrand’s Man 1 swings his sword into his opponent’s chest with a forceful blow. Djaq stabs her foe, puts her foot on his chest and pulls out her blade. Legrand’s Man 2 parries, then swings his sword into the mercenary’s back. He quickly turns to parry the second man, then holds the man’s sword arm with his left hand and pulls his sword into the man’s belly. The Sheriff goes to pick the sword up off the ground, but Robin steps on it and punches him. The Sheriff catches Robin’s follow-through with his left hand and attempts to throw a punch with his right, but Robin catches his arm with his left. Robin tries to pull their hands together, then the Sheriff pulls Robin’s right hand forward and bites his forearm. Robin yelps. Much swings his sword into the first man’s helmet. The mercenary falls to his back and Much and Little John stab him together with sword and staff. The second man is already lying dead on the ground. Robin puts his hand on the Sheriff ‘s shoulder and kicks him in the groin. The Sheriff lets go and Robin punches him in the jaw. He spins and falls facedown, unconscious. Robin slowly turns around, watching the Sheriff to make sure he’s not faking it.

LITTLE JOHN to the Queen : Up now !

The Queen comes out as Little John, Much and Robin move quickly to Legrand. Will, Djaq and Legrand’s Man 1 and then Legrand’s Man 2 look down from above. Little John kneels and takes Legrand’s hand. Legrand stares at him with painful eyes.

LITTLE JOHN : A stronger man I never knew.

LEGRAND : The Queen ?

Little John and Much look at the Queen standing behind him.

QUEEN ELEANOR : Legrand.

Legrand looks up a her and laughs his ringing laugh. He gasps and dies. Little John sighs. Robin looks away.

LITTLE JOHN : Him... I liked.

Little John lays Legrand’s hand on his chest and stands up.

 

NOTTINGHAM CASTLE. COURTYARD.

Marian stands several paces back in the archway to the stables, looking out at the gallows platform, calmly waiting. The Sheriff strides in through the gate as Gisborne comes down the steps to meet him.

GISBORNE, Smugly : The treasure prove elusive ?

SHERIFF : Don’t be smug, Gisborne.

They meet by the gallows. Marian walks slowly and bravely towards the courtyard.

SHERIFF : Where’s the Nightwatchman ? I can feel a hanging coming on, hm ?

Gisborne looks into the archway and Marian stops.

SHERIFF : Determined to get something out of today. [Sees Marian in the archway] Ah, Marian !

The Sheriff nods once at her, oblivious to her grim face as Gisborne steps to her.

SHERIFF : Just in time for a little entertainment. We’re going to [looks up at the gallows] execute the Nightwatchman.

MARIAN, Impassively : I am ready.

Gisborne stares at her, trying to visually convey a message, but Marian is only looking up at the gallows. Suddenly, on top of the tower, a man in the Nightwatchman’s mask and wearing black beneath his cloak, aims his bow and shoots an arrow into the floor of the gallows. Gisborne quickly turns around to look. The Sheriff looks up to the tower as the“Nightwatchman”lets loose another arrow.

SHERIFF : It’s the Nightwatchman ! He is supposed to be behind bars !

Marian looks up at the tower, perplexed. The Nightwatchman runs along the battlements.

GISBORNE : He’s escaped ! Get after him !

Marian looks questioningly at Gisborne, who gives her a meaningful look before running out of the gate. Marian watches but stays put, saying nothing.

 

NOTTINGHAM TOWN.

The Nightwatchman runs through the tunnel to the well, holding his hand on his head to hold down his hood, then grabbing a post to help him turn the corner to the well. Soldiers in pursuit turn the corner and spread out in the square, running past the well and not noticing a bit of the Nightwatchman’s cloak hanging over the side of the well, nor his two hands holding the edge. More soldiers swarm the area, then run off. When all is quiet, the Nightwatchman pulls himself out of the well, then removes his hood and mask. Allan breathes heavily and hangs his head in relief, his job done.

 

NOTTINGHAM CASTLE. COURTYARD.

The Sheriff paces by the gallows. Marian watches from the outside corner below the cloister. Gisborne returns through the gate.

SHERIFF : Good news, Gisborne.

Gisborne sheathes his sword and stops by the Sheriff.

SHERIFF : Only good news. Tell me [Gisborne hangs his head in shame] you have caught him. Tell me you’re ready to string him up. Tell me I can have my execution.

GISBORNE : He escaped. [The Sheriff squints, then closes his eyes] The Nightwatchman is gone.

SHERIFF, Through his teeth : You have failed me again.

The Sheriff backslaps Gisborne, who falls into the platform with his upper arm taking the brunt of it. Marian steps towards them as the Sheriff draws his dagger.

SHERIFF : I will not tolerate incompetence !

The Sheriff holds the dagger to Gisborne’s neck. Marian stops.

SHERIFF : There is too much at stake now. A kingdom ! [Pause, Quietly] Last chance, Gisborne.

The Sheriff releases Gisborne and goes inside. Gisborne grimaces and grabs his sore arm, then looks up at the Sheriff. He walks straight past Marian with barely a glance and goes up the stairs to the east corridor. Marian remains standing in the courtyard, trying to piece it all together.

 

BARNSDALE FOREST.

Robin is giving directions to the Queen as she sits on the Sheriff‘s white horse and Little John untangles himself from under her cloak, presumably after helping her into the saddle. Much, Djaq and Will say goodbye to Legrand’s men on her other side, then go to stand behind Robin at the horse’s head with the hands clasped behind their backs.

ROBIN : You should follow the road down to the coast. There’ll be a boat moored for you at the headlands. And Legrand’s men will sail you to your friends in Ireland and then back on to France.

QUEEN ELEANOR : Poor Legrand.

ROBIN, Nods, looks down : We’ll give him a proper burial. Don’t worry.

QUEEN ELEANOR : He was a hero... [looks up at the others, smiling]... as are you all. Thank you.

Much bows his head.

QUEEN ELEANOR : King Richard will know of your bravery and sacrifice in helping me.

The Queen holds out her hand to Robin. Robin steps forward.

ROBIN : Your Majesty.

Robin kisses her hand and the Queen bends down to kiss both his cheeks. Robin stands up and nods once, smiling. The Queen smiles, then turns to Little John, who is starting to leave her side, but she puts her hand on his shoulder and leans over, putting her face to the top of his head and reaching behind him.

QUEEN ELEANOR, Huskily : Remember your invitation, Big Bear.

The Queen pinches Little John’s buttocks. Little John flinches. Robin silently chuckles. The Queen sits up, pulls out a fat purse and shakes it.

QUEEN ELEANOR : My contribution.

The Queen tosses the purse to Robin, who catches it.

ROBIN : Your Majesty... [shakes his head ] I can’t take this !

QUEEN ELEANOR, Shrugs : I am rich, the poor are poor. [Smiles, looks around at them all, smiling] Isn’t that where you come in ?

Legrand’s Man 2 pulls on the horse’s reins and the horse starts to walk forward. Little John, Much and Will bow their heads fully, Robin only slightly. The Queen is led up out of the ravine.

ROBIN : Right, lads, come on.

Robin turns around and walks down the ravine towards Legrand’s body. Much, Djaq and Will follow. Little John looks back at the Queen, who turns left at the top of the ridge and looks back at him. Little John, caught looking, clears his throat and hastily turns to follow the gang.

 

NOTTINGHAM CASTLE. MARIAN’S CHAMBER.

Marian stands in the centre, staring at the fire. She hears a knock at the door.

MARIAN, Timidly : Come in.

Gisborne enters. Marian sighs in relief.

MARIAN : Guy.

GISBORNE : You’re safe.

Marian smiles. Allan follows him in with the Nightwatchman’s disguise.

MARIAN : You did this for me ?

ALLAN : Er... [holds a hand up, pointing at his chest.]

MARIAN : So, both of you. [Smiles]

ALLAN : Well, what’s being chased by angry soldiers between friends, eh ?

GISBORNE, Looks back at Allan’s bundle : Burn that. [to Marian] The Nightwatchman is no more. You will not get another chance.

Marian nods.

ALLAN : I’ve heard that one before.

Marian chuckles.

GISBORNE : I don’t think I asked for your opinion. You can go.

Marian goes to Allan and gives him a big hug. Allan chuckles.

MARIAN : Thank you. [Marian releases Allan] You saved my life.

Allan smiles warmly at her, then leaves. Marian turns around to face Gisborne, who hasn’t moved.

MARIAN : After everything you said ?

GISBORNE, Turns around to face her : You don’t know me as well as you think.

MARIAN : Guy...

GISBORNE : Would you do something for me now ?

MARIAN, Steps forward : Name it.

GISBORNE : Stay... and make this place bearable.

MARIAN, Smiles : I will stay.

Gisborne shows a slight, brief smile. Marian gives Gisborne a sincere hug of thanks.

MARIAN : Thank you. [Kisses Gisborne’s cheek.]

Gisborne smiles shyly and leaves. Marian, smiling, watches him go.

 

A FIELD ON THE WAY BACK TO SHERWOOD FOREST.

The gang are walking through the field towards home.

MUCH, Looking out at the sky, thinking : You know, there’s something about Sherwood.

WILL : It’s home.

MUCH : Yeah.

Much, not watching the ground, steps into a low spot and falls down.

MUCH : Oh !

The rest all laugh. Robin stops.

ROBIN : Come on. [Starts walking again] It’s nearly sunset. [Jogs to catch up Little John] And I know plenty of people who will be very grateful of Queen Eleanor’s money.

DJAQ, Facetiously : So, John ? Planning on visiting Aquitaine any time soon ?

Little John rolls his eyes.

MUCH : The Queen Mother fancies you !

MUCH/WILL : Big Bear !

Little John quickens his step.

LITTLE JOHN : You’re all jealous !

Robin playfully kicks him in the buttocks and they all chase him.

LITTLE JOHN : Get off me ! Right, that’s it !

Little John turns, wraps his arms around Robin and pushes him to the ground as Much grabs Little John from behind and pushes him down, too. Will adds a last-second push. They all laugh.

 

END OF EPISODE ELEVEN

Kikavu ?

Au total, 20 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

stella 
08.07.2017 vers 21h

loveseries 
23.04.2017 vers 21h

naadd 
18.04.2017 vers 16h

Kiraven 
26.03.2017 vers 20h

clothilde 
27.10.2016 vers 15h

blady 
02.10.2016 vers 16h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Illustration pour le sixième numéro d'HypnoMag avec Graham Patrick Martin en couverture.
HypnoMag | Découvre le numéro 6 !

Le quartier The Good Doctor ouvre ses portes sur HypnoSeries
Nouveau quartier | Vidéo d'ouverture

Activité récente
Actualités
Cible du shérif n°98

Cible du shérif n°98
Après la discrète mais néanmoins indispensable sarrasine préférée, le shérif a décidé de...

Liar sur TF1 le 7 décembre

Liar sur TF1 le 7 décembre
Chose rarissime pour une série britannique, Liar avec Joanne Froggatt et Ioan Gruffudd avait été...

Prêts pour la Bataille des Cinq Armées ?

Prêts pour la Bataille des Cinq Armées ?
Préparez vos arcs ! Affûtez vos épées ! Ce soir aura lieu la Bataille des Cinq Armées, 3ème et...

Hobbit 2 : poursuite du voyage ce soir sur France 2

Hobbit 2 : poursuite du voyage ce soir sur France 2
On repart pour la 2ème étape du grand voyage entrepris par Martin Freeman, jeune hobbit, et la...

Northanger Abbey sur Arte

Northanger Abbey sur Arte
Arte diffusera ce jeudi 26 octobre dès 20h55 Northanger Abbey adaptation du roman éponyme de Jane...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Partenaires premium
HypnoPromo

arween, Hier à 11:21

Bonjour ! Nouveau sondage sur The Walking Dead ! N'hésitez pas venir voter pour le personnage que vous aimeriez voir dans un spin-off !

grims, Hier à 11:30

Le quartier The Tudors vous propose un nouveau sondage !

grims, Hier à 11:30

Et si on fêtait Thanksgiving à la cour? Drôle d'idée bien sûr, mais essayons juste de savoir pour quoi Henry remercierait ?

grims, Hier à 11:30

Nous vous attendons nombreux

CastleBeck, Aujourd'hui à 05:19

Quel est le moment le plus fou de Riggs? Venez-nous le dire en votant au sondage du quartier Lethal Weapon

HypnoBlabla

Locksley, Hier à 13:48

Bonjour Malice825 : désolée pour ce petit désagrément sur notre page d'accueil, ça se produit de temps en temps...

Locksley, Hier à 13:48

... et jusqu'ici, nous n'avons pas encore réussi à solutionner ce problème.

Locksley, Hier à 13:49

Quand ça se produit, inutile de recharger 5 fois ta page, ça se remet en place tout seul au bout de quelques minutes

Locksley, Hier à 13:49

Bonne journée !

Supersympa, Hier à 15:21

Bonjour z'à toutes z'et à tous !

Viens chatter !