HypnoFanfics

Un jour peut-être...

Série : 7th Heaven
Création : 10.03.2007 à 16h26

« C'est ma deuxième fic complète, j'espère qu'elle vous plaira. » naley4ever 

COMMENTER CETTE FANFIC

Cette fanfic compte déjà 2 paragraphes

Afficher la fanfic

Alors voilà, cela se passe 3 ans après la saison 11. Ruthie a 21 ans, elle est avec Martin depuis 2 ans et elle voudrait beaucoup qu’il la demande en mariage mais il ne semble pas pressé du tout ; elle va tomber enceinte par hasard mais elle n’osera pas l’avouer à Martin ; à la fin, ils se marieront. Lucy a maintenant 26 ans et elle est toujours mariée à Kévin. Lucy n’a pas fait de fausse couche pendant l’été comme dans la série, elle a donc eu des jumeaux, qui s’appellent Gabriel et Raphaël, ils ont 3 ans. Savannah a 5 ans et elle est heureuse d’avoir des petits frères avec qui elle s’entend très bien. Kévin, lui est toujours père au foyer et en est très heureux. Lucy continue d’être pasteur dans l’église de Glenoak. Kévin et elle aimeraient beaucoup un autre enfant mais Lucy n’est toujours pas enceinte. Matt et Sarah ont eux aussi eu des jumeaux : Benjamin et Jérémie, qui ont 3 ans. Sarah est de nouveau enceinte mais elle ne l’a pas encore dit à Matt et à sa famille. Ils habitent toujours à New York mais envisagent d’emménager à Glenoak. Mary et Carlos vivent quant à eux à Glenoak avec Charles Miguel qui a maintenant 7 ans et avec leurs jumelles : Hannah et Joanna qui ont 3 ans. Simon a 23 ans et est fiancé avec Cécilia, ils vivent à Glenoak avec leur fille : Alexandra qui va avoir 2 ans. Samuel et David ont 12 ans et vivent toujours chez leurs parents à Glenoak. Annie et Eric quant à eux sont contents que toute leur famille habite près de chez eux car ils peuvent se réunir le plus souvent possible…

Un jour peut-être...




Le matin se lève sur Glenoak, il fait beau, il fait chaud et le soleil brille. Une jeune femme sort de sa chambre et va dans la salle de bains, elle referme la porte derrière elle. Elle se regarde dans une glace, se met de profil, soulève son pull. On aperçoit alors un petit ventre à peine rebondi. Une larme coule sur la joue de la jeune femme, d’un revers de la manche, elle l’essuie vite et caresse son ventre. Des pas se font entendre derrière la porte alors très vite, elle rabaisse son pull et se retourne lorsque la porte s’ouvre sur un jeune homme encore en pyjama :

Homme : Ruthie, est-ce que ça va ?

Ruthie : Oui, merci. J’allais prendre une douche. Et toi tu fais quoi ?

Homme : J’allais sortir, j’ai rendez-vous avec mon nouvel entraîneur et toi tu va faire quoi ce matin ?

Ruthie : J’avais l’intention d’aller faire les boutiques avec Lucy et Mary pour qu’on puisse se retrouver entre sœurs.

Homme : Ok, on se voit ce soir. On va dîner chez tes parents non ?

Ruthie : Si. Maman m’a dit que Sarah avait quelque chose de très important à nous annoncer. Et je  pense que Mary aussi.

Homme : Alors, à ce soir mon amour !

Ruthie : Je t’aime Martin !

Martin : Je t’aime aussi ma puce !

Une fois qu’il fut parti, Ruthie s’allongea sur son lit et pleura toutes les larmes de son corps. Comment allait-elle faire pour annoncer à l’homme qu’elle aimait de tout son être qu’elle était enceinte de lui ? Lui qui, à peine quelques jours plus tôt lui avait dit qu’ils devaient attendre pour avoir des enfants ? Elle ne savait vraiment pas quoi faire ! Elle fut de nouveau secouée de sanglots et enfonça sa tête dans son oreiller.


Quelques mètres plus loin, dans la maison de Lucy et Kévin, Lucy est assise à la cuisine en train de prendre son petit déjeuner. Quelques minutes plus tard, son mari fit son entrée dans la pièce :

Kévin : Bonjour ma Lucy ! Ca va ?

Lucy, l’embrassant tendrement : Oui, et toi ? Bien dormi ?

Kévin : Oui. Les enfants ne se sont pas réveillés ?

Lucy : Si, Savannah est dans le salon devant la télévision et les jumeaux sont dans leur chambre.

Kévin : C’est demain que l’école reprend. Il faudrait peut-être les préparer à leur entrée en maternelle. Je pense que demain, ils vont se mettre à pleurer lorsqu’ils devront rester à l’école sans nous. Non ?

Lucy : Je ne sais pas. Gaby sûrement mais Raphi je ne pense pas. Il a grandi cet été. Ca lui a fait le plus grand bien de le séparer de son frère pendant quelques jours, tu ne trouve pas ?

Kévin : Si. A part ça, Savannah, elle est prête elle à rentrer en CP ?

Lucy : Oui, je crois qu’elle a hâte de rentrer dans la cour des grands. J’ai l’impression que c’était hier que j’étais enceinte d’elle alors qu’elle va entrer en CP demain, tu te rends compte ?

Kévin : Elle a grandi vite. Le temps passe beaucoup trop vite ! Et toi, ça va ?

Lucy : Oui, ça va même trop bien !

Kévin : Pourquoi ?

Lucy : Je n’ai pas de nausées.

Kévin : Lucy, arrêtes de te torturer avec ça. Bientôt nous aurons un enfant, pas tout de suite mais bientôt, je te le promets.

Lucy : Je ne veux pas attendre, j’ai déjà 26 ans et je veux avoir tous mes enfants avant mes 30 ans. Kévin, qu’est-ce que l’on fera si je ne peux plus avoir d’enfant ?

Kévin : Ne t’inquiète pas comme ça Lucy, ça va sûrement s’arranger. Prends rendez-vous chez ton médecin et explique lui ton problème. D’accord ?

Lucy : Oui, j’y vais demain. Elle embrasse son mari et sort de la cuisine.  



A New York, dans l’appartement de Matt et Sarah, Sarah réveille ses fils pendant que Matt prépare le petit déjeuner. Tous se retrouvent dans la cuisine pour le déjeuner.

Matt : Alors les garçons, prêts pour la rentrée ?

Benjamin : Voui. Moi, je suis prêt.

Jérémie : Moi aussi, je veux aller à la école.

Sarah : L’école Jérém’ pas la école.

Matt : Vous savez que nous prenons l’avion tout à l’heure, il ne faudra pas avoir peur.

Benjamin : Non. J’ai pas peur.

Jérémie : Pas peur non plus.

Sarah : Vous êtes contents de déménager ?

Benjamin : Oui, veux voir papi et mami.

Jérémie : Et tonton Simon, tonton Samuel, tonton David, tata Ruthie, tata Lucy, tata Mary et tous les cousins.

Sarah, rigolant à la remarque de son fils : C’est vrai Jérémie que ce soir nous allons voir tout le monde. Mais, comme nous prenons l’avion seulement à 14h cet après-midi, toi et ton frère, vous allez allez jouer un moment chez les voisins.

Jérémie, sautant de sa chaise : Ouais, on va voir Ethan.

Benjamin, imitant son frère : Ouais, on va voir Ethan.

Matt, à son épouse : Je les descends, et ensuite on finit les cartons.

Sarah : D’accord, dépêche-toi mon chéri.

Matt embrasse Sarah et sort avec ses fils.


Une fois Matt sorti, Sarah débarrasse le petit déjeuner et regarde son appartement. Et dire, qu’ils ne reverraient plus jamais ce joli appart’. Lorsque, à la fin de leurs études, Matt et elle avaient trouvé cette merveille, ils avaient été ravis, et lorsque les jumeaux étaient arrivés, quelques mois plus tard, cet appartement leur avait fait un très bon petit nid douillet. Maintenant que Ben et Jérémie avaient grandi, ils avaient besoin de plus d’espace et comme cela faisait pas mal de temps que Matt et elle pensaient à déménager pour se rapprocher de leur famille, ils avaient décidé d’aller emménager à Glenoak. Deux mois plus tôt, Matt et elle s’étaient rendus à Glenoak, et avaient trouvé la maison de leurs rêves, une jolie maison, plutôt spacieuse et grande, parfaite pour héberger toute leur petite famille. De plus, elle ne se trouvait pas trop loin de la maison des Camden, de l’école maternelle et de l’hôpital. Ainsi, le matin, Matt et Sarah pourraient conduire leurs enfants tous les deux à l’école, puis aller travailler à pied. Mais ce que Matt ignorait, c’est que pendant quelques mois, il allait devoir y aller tout seul à son travail parce que sa femme restera à la maison, pour se reposer. Et oui, Sarah allait avoir un bébé, mais elle n’osait pas encore l’annoncer à Matt de peur de sa réaction, déjà que sa première grossesse n’avait pas été désirée, Sarah avait peur que Matt pense toujours la même chose que 4 ans auparavant. Elle dut d’arrêter de penser parce que son époux arrivait, et il l’embrassait dans le cou, puis il l’allongeait sur le lit, puis il continuait de l’embrasser, puis…



Retour à Glenoak, dans la maison des Rivera. Carlos est dans la chambre des jumelles et Mary est encore couchée dans son lit avec Charles Miguel. Quelques minutes plus tard, Carlos rejoint Mary et leur fils dans leur chambre suivi de près par Hannah et Joanna. Tous les 5 s’allongent dans le grand lit de Carlos et Mary et restent allongés un bon moment, puis Carlos se lève, suivi de Charles et de Joanna :

Carlos : Debout tout le monde ! Maman doit se lever et se préparer car nous avons un rendez-vous chez le médecin dans moins d’une heure alors tout le monde fonce dans sa chambre, s’habille et on se rejoint à la cuisine pour prendre le petit déjeuner. Attention, top chrono !

Charles, Hannah et Joanna sautent du lit, et foncent dans leurs chambres pour se préparer. Pendant ce temps, Mary rigole et Carlos s’allonge à côté d’elle.

Carlos : Que penses-tu de mon super plan pour se débarrasser des enfants quelques minutes ?

Mary : Parfait.

Carlos : Et vous, ça va ?

Mary : Oui, ton enfant et moi, nous allons très bien. J’ai hâte de savoir si ce sera un garçon ou une fille, pas toi ?

Carlos : Oh si. Nous avons déjà deux filles et un fils alors que dirais-tu d’un garçon ?

Mary : Ce serait génial ! Mais si ce bébé est une petite fille, alors je l’aimerai autant !

Carlos : Oui, moi aussi mon ange !

Mary : Allez debout ! Il ne faut pas être en retard. Nous avons rendez-vous à 10h à l’hôpital, puis je dois rejoindre mes sœurs au centre commercial vers 11h, et enfin, on doit être chez mes parents pour 18h. Journée très chargée.

Carlos : Surtout que tu as oublié que nous devons nous retrouver à 15h devant le magasin pour acheter les affaires pour le bébé.

Mary : Ah oui, j’avais oublié. Et toi ? Ton programme pour aujourd’hui ?

Carlos : Nous allons à l’hôpital à 10h, je te dépose au centre commercial, je repasse chercher les enfants à la maison, nous avons rendez-vous avec les animaux du zoo à 11h30, puis nous irons manger au Mac Do aux alentours de 13h et nous irons ensuite au cinéma à la séance de 13h30, puis je les dépose chez ma mère, je te retrouve devant ce charmant petit magasin de meubles pour bébés, nous achetons ce qu’il faut pour le petit bout, je te dépose à la maison pour que tu te changes, je me changes aussi par la même occasion, puis nous allons chercher les petits chez ma mère et enfin, nous nous rendons chez tes parents. Journée très chargée tu veux dire.

Mary : Oui, je me sens déjà fatiguée.

Carlos, s’inquiétant : Si tu ne te sens pas bien, tu peux annuler ta sortie avec tes sœurs.

Mary : Non, je me sens très bien, mais je pense que ce soir, j’aurai besoin d’un bon petit massage de la part de mon époux.

Carlos : Tout ce que tu veux mon ange.

Et ils se préparent.



A l’autre bout de la ville, au même instant, Simon et Cécilia sortent de leur lit, après n’avoir dormi que 2h dans leur nuit, pour différentes raisons lol, mais pour principale que leur adorable fillette de 2 ans n’avait pas voulu fermer l’œil plus de 2h d’affilée. Ce matin, ce fut Cécilia qui s’occupa de Alexandra, elle lui donna son biberon, puis elle lui fit prendre son bain, elle l’habilla, elle la câlina et enfin elle la mit dans son parc. Pendant ce temps, Simon préparait le petit déjeuner. Cécilia vint prendre le déjeuner avec son mari qui ne dit pas un mot. Simon était plongé dans ses pensées, il ne pensait qu’à une chose, cette chose qu’il n’avait apprise que hier mais qui lui avait fait l’effet d’une bombe.

Flash back
Simon est seul dans l’appartement car Cécilia était partie se promener avec Alexandra. Quelqu’un sonne à la porte, une femme avec une petite fille qui lui tient la main, demande à parler à Simon Camden.
Simon : Oui, c’est moi.
Femme : Je suis désolée de vous déranger Mr Camden, mais j’ai une lettre pour vous. Simon : Entrez vous asseoir quelques minutes. Il les fit entrer et la femme et la fille s’assirent sur le canapé.
Femme : Désolée, j’ai oublié de me présenter. Je suis Amanda Lee, assistante sociale. Je viens de la part Mlle Stewart. Simon se rappelle, Stewart est le nom de famille de Deena. L’assistante sociale lui tend la lettre, il la prend et dessus il voit écrit Simon Camden. Il l’ouvre et la lit.
« Cher Simon,
Si tu lis cette lettre, c’est que je ne fais déjà plus partie de ce monde. Lorsque nous nous sommes revu à ton mariage, je t’ai dis que tout allait bien, or rien n’allait. Ma leucémie était réapparue seulement 1 mois avant ton mariage avec Cécilia, mon père ne voulait pas que j’y assiste, mais j’y suis quand même allée. Mon Simon qui se marie, ce n’est pas tous les jours que l’ont peut voir ça. Sache que ton mariage m’a beaucoup émue, mais je n’ai pas pu rester jusqu’à la fin pour une unique raison : je m’en voulais. J’aurais pu être à la place de ta femme mais je n’y étais pas. Dans un sens, c’était mieux ainsi, comme ceci tu n’as pas assisté à mes derniers jours de vie. Je sentais depuis déjà un moment que ma fin approchait, mais je ne voulais pas le croire. Je croyais tellement en l’espoir, en la vie, mais elle m’a lâchée. Je suis morte heureuse avec un sentiment de plénitude parce que je t’aimerai pour l’éternité Simon. Là où je suis maintenant, je suis libre de penser à toi, de te chérir, et de t’aimer. Je ne me pardonnerais jamais de te l’avoir caché Simon, mais j’ai une fille. Elle s’appelle Taylor et elle a 6 ans. Ca ne te dit rien. Il y a 6 ans, nous nous sommes revus lorsque tu étais à l’université et nous sommes sortis ensemble un soir, on ne s’est pas protégé, et je suis tombée enceinte, de toi. Je ne l’ai appris que 4 mois après, or tu étais déjà avec Cécilia et tu avais l’intention de te fiancer avec elle. Et pour rien au monde, je n’aurais voulu briser ton bonheur. Alors j’ai vécu ma grossesse toute seule, mes parents m’ont beaucoup aidé. Mais, lorsque Taylor est née, il y a eu des complications, et on a du me faire une césarienne, les médecins ont réussi à la sortir, mais moi, je restais inconsciente. J’avais perdu beaucoup de sang, trop de sang et pour moi, ne pas perdre de sang était capital. C’est là que mon père s’est souvenu de ta mère, qui, chose étrange, avait le même sang que moi, un sang très rare. Ils l’ont donc appelé et tu connais ta mère, elle a accouru à l’hôpital où j’étais. Elle a donné le maximum de son sang et elle a permit de me sauver. Grâce à elle, j’ai pu connaître les joies d’être mère, les bonheurs quotidiens à voir sourire ton enfant, à le voir apprendre. Ta mère a toujours été au courant de ma grossesse, j’ai été obligé de lui avouer que mon bébé était de toi, mais elle m’a juré qu’elle garderait le secret jusqu’au jour où je serais prête à te l’annoncer. J’aimais tellement ta mère, j’aimais toute ta famille d’ailleurs, si spéciale, mais si aimante et toujours prête à accueillir son prochain. Telle que je la connaît, ta mère a sûrement du garder le secret, ou peut-être l’a-t-elle dit à ton père, mais je ne pense pas qu’elle ait trahit ma volonté ; ta mère est quelqu’un de droit Simon, et je l’aime beaucoup. Je voudrais que Taylor puisse la rencontrer pour savoir qui est sa grand-mère. Je suis certaine que notre fille sera très heureuse de rencontrer ta famille Simon et je veux qu’elle connaisse tous les bonheurs que cette famille m’a apporté. Je t’en prie, ne m’en veux pas de t’avoir caché ma grossesse, j’avais peur de te perdre ou de perdre Taylor si tu la rencontrais. Un jour, j’ai pris l’avion pour Glenoak dans le but de t’annoncer ta paternité ; tu n’étais pas chez toi et je n’ai pas osé me rendre chez tes parents de peur de voir toute ta famille. Ce n’est que lorsque je suis rentrée chez moi, quelques jours plus tard, que j’ai appris que ta fille était née, Alexandra est un très joli prénom, et il te ressemble beaucoup. J’étais triste, mais heureuse pour toi et Cécilia, ainsi que pour ta fille. Mais cet évènement m’a conforté dans l’idée que t’apprendre l’existence de Taylor serait une erreur. J’ai donc continué de la cacher. Jusqu’à ce jour, où le médecin m’a annoncé que c’était fini pour moi, que j’allais mourir. J’ai passé ma dernière journée avec notre fille et j’ai écrit cette lettre. Je l’ai donné à mes parents, qui, à ma mort, l’ont remise à l’assistante sociale pour te la faire parvenir. Je sais que tu es un très bon mari, et je sais aussi que tu es un très bon père, c’est pour ça que je te demande de t’occuper de notre fille. Taylor est une enfant agréable et très vive. Elle t’aime déjà, je lui parlais souvent de son papa, de sa belle-mère et de sa demie sœur. Alors, je t’en conjure, accepte de prendre Taylor avec toi, en souvenir de notre amour. Aime la comme je l’aime et offre lui tout l’amour que je lui aurais offert. Dis à toute ta famille que je la remercie pour tout ce qu’elle a fait pour moi, en particulier ta mère. Je les aime tous très fort.
A toi, pour toujours
Deena »

Simon pleurait. Il regarda la fillette, elle était plutôt grande pour son âge, elle était blonde comme ses parents et elle avait de beaux et longs cheveux comme sa mère. Elle le regardait, ou plutôt, elle le dévisageait. Simon lui sourit. Elle lui rendit son sourire et lâcha la main de l’assistante sociale pour venir prendre celle de Simon. Il en fut tout retourné. Il se pencha pour se mettre à la hauteur de la petite, sa fille :
Simon : Ecoute Taylor, je sais que tu sais qui je suis et je veux que tu sache que j’aimais beaucoup ta maman. Mais de là où elle est maintenant, elle pense très fort à toi. Et elle est toujours présente dans notre cœur. Tu vas aller passer la nuit dans une chambre avec Amanda et demain, je viendrais te voir d’accord ?La fillette hocha la tête et serra plus fort la main de Simon. Il s’approcha de Amanda Lee :
Simon : Je vais vous réserver une chambre d’hôtel dans le centre ville pour la nuit. Il faut que je parle de tout ça avec ma femme et que je réfléchisse au sujet de  Taylor. Amanda : Allez-vous la garder avec vous ?
Simon : Je ne sais pas. Tout dépendra de la réaction de mon épouse. Je passerais vous voir demain dans la journée à votre hôtel.
Amanda : Très bien Mr Camden. A demain. Taylor, viens avec moi. Tu verras ton papa demain.Taylor serra fort la main de son père, puis elle lui fit un bisou sur la joue et elle lui lâcha la main pour prendre celle de l’assistante sociale. Simon les raccompagna à la porte et les salua. Une fois qu’elles furent parties, il s’assit dans le salon et resta pensif.

Simon fut ramené dans la réalité par Cécilia qui lui demandait ce qu’il allait faire de sa journée.

Cécilia : Hou hou Simon, tu m’écoutes ?

Simon : Oui, je ne sais pas ce que je vais faire aujourd’hui. Et toi ?

Cécilia : J’ai rendez-vous chez mon médecin à 12h. Tu t’occuperas d’Alex ?

Simon : Oui, sans problème. Cécilia ?

Cécilia : Oui ?

Simon : Il faudrait que je te parle. C’est un problème très important.

Cécilia : Vas-y. Explique-moi. Je t’écoute.

Simon : Alors voilà, est-ce que tu m’aime ?

Cécilia : Bien sûr que je t’aime Simon.

Simon : Hier, pendant que tu étais dehors avec Alexandra, une femme est venue ici.

Cécilia : Qu’est-ce qu’elle voulait ?

Simon : Me parler. Ou plus précisément, me donner une lettre qui m’a beaucoup perturbée.

Cécilia : C’est grave ?

Simon : Oui. Ma meilleure amie est morte.

Cécilia, lui prenant la main : Oh, je suis désolée Simon. C’est qui ?

Simon : Deena.

Cécilia : Deena Stewart ?

Simon : Oui, elle était ma meilleure amie depuis le lycée et je viens d’apprendre qu’elle est morte il y a quelques jours. Elle m’a écrit une lettre.

Cécilia : Deena n’était pas ta petite amie ?

Simon : Si, au lycée. On s’aimait beaucoup, et puis elle a déménagé et on s’est perdus de vue. Je l’ai revue le jour de notre mariage, mes parents l’avaient invitée et je n’étais pas au courant. J’étais cependant très heureux de la revoir. Elle m’avait beaucoup manqué.

Cécilia : Vous étiez très proches ?

Simon : Oui, on l’est resté. Elle me comprenait sans même que j’ai besoin de lui parler et je la comprenais tout aussi bien. Bref, on s’aimait beaucoup. Mais apprendre sa mort m’a perturbé.

Cécilia : C’est tout à fait normal Simon que la mort de ta meilleure amie te perturbe.

Simon : Ce n’est pas tout Cécilia. Elle avait une fille.

Cécilia : Ah bon ?

Simon : Oui, Taylor, elle a 6 ans, c’est une petite fille très vive et très agréable.

Cécilia : J’aimerai beaucoup la rencontrer.

Simon : C’est ma fille.

Cécilia : Pardon ?

Simon : Oui, lorsque j’étais à l’université, un soir, Deena et moi, on a remit ça. On n’a pas fait attention et elle s’est retrouvée enceinte. Elle ne me l’a pas dit par peur de briser notre couple et elle voulait mon bonheur. Elle a donc élevé notre fille seule. Avec l’aide de ses parents bien sûr. Mais aujourd’hui, Taylor n’a plus de famille, sa mère est morte, ses grands-parents aussi, elle n’a plus que moi. Tu comprends ?

Cécilia : Bien sûr. Simon, pourquoi, ne viendrait-elle pas vivre à la maison ?

Simon : C’est vrai ?

Cécilia : Mais oui. Je serais très heureuse de vivre avec ta fille et j’ai hâte de la rencontrer.

Simon : Je n’osais pas te le demander, j’avais peur que tu dises non.

Cécilia : Enfin, Simon, Taylor est la chair de ton sang et c’est une petite fille qui n’a plus de famille, et elle a l’air très gentille. De plus, Alexandra sera ravie d’avoir une grande sœur.

Simon : Oh, je t’aime ma chérie.

Et ils s’embrassent.



Au centre commercial, Mary, Lucy et Ruthie font les boutiques. Cela fait déjà plus de 2h qu’elles flânent dans les magasins. Pour l’instant, elles se reposent assises à la terrasse d’un café, elles se font bronzer.

Mary : Alors les filles, quoi de neuf ?

Lucy : Rien, hélas.

Ruthie : Tu n’es toujours pas enceinte ?

Lucy : Malheureusement non. Je ne sais pas pourquoi, ça fait bientôt 3 ans qu’on essaye mais en vain.

Mary : Ca viendra ne t’inquiètes pas. Et toi Ruthie ? Tout va bien avec Martin ?

Ruthie : Oui, tout va bien merci.

Lucy, voyant l’air triste de sa jeune sœur : Toi, raconte moi ton problème ?

Ruthie : Martin ne m’a toujours pas demandé en mariage. Et j’en ai marre d’attendre. Ca va faire 2 ans que l’on me dit « sois patiente ! » mais j’ai été patiente et je ne suis pas encore mariée.

Mary : Ca viendra ! Ne t’inquiète pas ! Mais il n’y a pas que ça n’est-ce pas ?

Ruthie : Non, c’est vrai. Mais je ne peux pas vous le dire pour l’instant.

Lucy : Ruthie, dis le nous ! Nous sommes tes sœurs et nous t’obligeons à nous le dire !

Ruthie, d’une voix à peine audible : Je suis enceinte.

Lucy : Quoi ?

Mary : Quoi ?

Lucy : Comment est-ce que tu peux être enceinte ? Tu n’as quand même pas couché avec Martin avant votre mariage ? Dis moi que c’est impossible. Ruthie, dis moi que tu plaisantes ? Que c’est une mauvaise blague ? Hein ? Martin n’aurait pas fait ça ! Et toi non plus d’ailleurs ! Papa et maman vont te tuer ! Enfin, tu sais bien que faire ça avant le mariage, ce n’est pas catholique Ruthie !

Mary, rigolant de sa sœur : Révérend Kinkirk vient de faire son sermon ! Lucy, je pense que Ruthie nous l’a dit pour qu’on l’aide et non pas pour qu’on lui crie dessus comme tu viens de le faire. Alors excuses toi auprès de notre sœur !

Lucy : Désolée Ruthie ! Je ne voulais pas te crier dessus comme ça.

Ruthie : C’est bon. Mais je ne sais pas quoi faire, Martin m’a dit qu’il voulait attendre plusieurs années avant que l’on ait des enfants. Et je me retrouve enceinte.

Lucy : De combien de mois es-tu enceinte ?

Ruthie : Le médecin m’a dit que j’étais enceinte de 7 mois.

Mary et Lucy baissent instinctivement les yeux vers le ventre de leur sœur, mais on ne distingue rien sous son tee-shirt qui pourtant est bien moulant.

Lucy : Comment peux-tu être enceinte de 7 mois sans le savoir ?

Ruthie : Je le sais depuis 3 jours.

Mary : Tu n’avais pas des soupçons avant ?

Ruthie : Non, aucun, je n’avais pas fait attention. Ce n’est que la semaine dernière que j’ai commencé à angoisser, lorsque je me suis aperçue que j’avais plus de 7 mois de retard. J’ai tout de suite été voir mon médecin, qui m’a annoncé que j’allais avoir un bébé. Je n’en suis pas revenue.

Lucy : Et dire, que notre Ruthie sera mère dans 2 mois. Je n’en reviens pas.

Mary : Vas-tu le dire à Martin ?

Ruthie : Oui, ce soir je pense.

Lucy : Je pense qu’il va bien le prendre enfin j’espère parce que un bébé toute seule à 21 ans, ce n’est vraiment pas facile. Déjà qu’à deux, c’est très dur mais alors si tu es toute seule, ce le sera deux fois plus.

Mary : Tu crois vraiment qu’elle a besoin d’entendre ça maintenant ?

Ruthie : Non, c’est bon, laisse Mary. Tu as raison, je sais que ce sera dur mais je veux ce bébé que Martin soit d’accord ou non !

Lucy : Très bien. Au fait, c’est un garçon ou une fille ?

Ruthie : Je ne sais pas, j’ai préféré garder la surprise.

Et elles éclatèrent de rire. Ainsi, se déroula leur moment de complicité entre sœurs. Vint l’heure de rentrer chacune chez soi.


Au magasin, Mary et Carlos regardent les lits pour bébés :

Carlos : Regarde celui-là ! Il est parfait.

Mary : N’oublie pas qu’il faut acheter en double !

Carlos : Ah oui, c’est vrai.

Et ils rigolèrent.

Après une heure et demie passée dans le magasin et plusieurs milliers de dollars dépensés, ils sortirent du magasin et s’assirent un moment pour discuter.

Mary : Es-tu content que ce soit des jumeaux ?

Carlos : Mais oui, bien sûr ! Notre famille sera équilibrée comme ça. Trois garçons et quatre filles.

Mary : Equilibrée ça ?

Carlos : Oui, parce que les filles comptent moins !

Mary, lui tapant le bras : Macho va !

Carlos : Que penses-tu de Nathan et Jessica comme prénoms ?

Mary : Ca me plaît bien ! J’aime même beaucoup ! Te rends-tu compte que dans 5 mois, nous serons 2 de plus à la maison ?

Carlos : Oui, cela fera 7 personnes dans la maison. Ouah !

Mary : On a recopié mes parents !

Carlos : Tout à fait !

Et ils partirent se préparer chez eux.



De retour à New York, les bagages sont finis, les enfants sont prêts et tout le monde est à l’aéroport. L’avion pour Glenoak va bientôt arriver.

« Les passagers du vol 324 à destination de Glenoak sont priés de se présenter à la porte d’embarquement n°6. »

Sarah prit Jérémie par la main et Matt prit Benjamin, et tous les 4 sa dirigèrent vers la porte n°6. Une fois à l’intérieur de l’avion, les enfants, très excités de voler dans le ciel, regardaient le paysage à travers le hublot, pendant que Matt avait la main posée sur le ventre de Sarah.

Matt : Je suis très heureux pour le bébé Sarah.

Flash back Le matin même, Matt remonte après avoir déposé les enfants chez la voisine, et voit sa femme assise dans son lit, les deux mains posées sur son ventre. Il s’approche d’elle et lui masse les épaules.
Matt : Ca va ma chérie ?
Sarah : Oui, ça va très bien.
Matt : On dirait pas. Tu as mal au ventre ?
Sarah : Non, j’ai quelque chose à te dire.
Matt : Je t’écoute.
Sarah : Je suis enceinte Matt.
Matt, embrassant sa femme : Mais c’est fantastique Sarah.
Sarah : C’est vrai ?
Matt : Bien sûr ma puce. Les jumeaux seront ravis d’avoir un petit frère ou une petite sœur.
Sarah : Une petite sœur.
Matt : C’est encore mieux. Oh, Sarah, pourquoi tu ne me l’a pas dis plus tôt ?
Sarah : Je ne sais pas, je ne voulais pas te donner de faux espoirs au cas ou ce ne soit qu’une fausse alerte. Tu sais, on attend depuis si longtemps, je ne voulais pas que tu sois déçu si je n’étais pas enceinte. Alors j’ai été voir le médecin, et là, il m’a annoncé que j’étais bel et bien enceinte de 3 mois, d’une petite fille.
Matt : C’est génial ! Je suis très content !
Sarah : Je t’aime mon amour !
Matt : Je t’aime aussi, mais tu aurais quand même du me prévenir.
Sarah : Je sais, je suis désolée. Pardonnée ?
Matt : Bien sûr, mais ma revanche sera terrible.
Sarah, en rigolant : Non, je suis enceinte.
Matt, commençant à la chatouiller : Ah oui, c’est vrai. C’est pas grave. Notre fille m’a dit qu’elle avait envie d’être chatouillée. Et ils s’amusèrent un bon moment comme ça. 


L’avion décolla enfin, Matt se dit que dans moins de 2h, ils seraient à Glenoak, dans leur nouvelle ville, et dans leur nouvelle maison. Il se dit ensuite que dans 6 mois, il y aurait une petite fille en plus dans leur maison, un peu plus de rire et de bonheur. A cette pensée, il sourit : la vie était parfaite.


De retour chez Ruthie et Martin :

Ruthie, ouvrant la porte d’entrée : Martin ! Je suis rentrée ! Tu es là ?

Martin, arrivant de leur chambre et embrassant sa petite amie : Ca va ?

Ruthie : A peu près. Je suis très fatiguée et j’ai mal au ventre.

Martin : C’est grave ?

Ruthie : Non, c’est normal, ça va passer.

Martin : J’ai quelque chose à te demander.

Ruthie : Vas-y, je t’écoute.

Martin, se mit à genoux : Je t’aime Ruthie, tu es le soleil qui éclaire ma vie, quand je ne suis pas près de toi, tu me manques, ton sourire me manque, ta douce et belle voix me manque, ton corps me manque. Si je ne te voie pas, je ne suis plus moi-même. Si tu es loin de moi, j’en meurs. Ruthie, je t’aime et tu es la femme de ma vie. Veux-tu m’épouser ?

Ruthie, pleurant face à cette belle déclaration : Oh Martin. J’ai tellement attendu ce moment. Oui, je veux t’épouser et je veux finir ma vie avec toi ! Je t’aime.

Et ils s’embrassent.


Quelques instants plus tard, Ruthie est dans la salle de bains, elle s’habille pour aller chez ses parents. Pendant ce temps, Martin est dans la cuisine, il lit une lettre qu’il a reçue le jour même :

«  Cher Mr Brewer,
Nous avons l’immense bonheur de vous annoncer que votre candidature pour la bourse du stage a été retenue. Vous êtes attendu au centre de formation dans 2 jours, pour effectuer votre stage de base-ball durant 2 mois. Je vous attends impatiemment
Avec mes salutations distinguées
Tyler Johnson, directeur du centre de formation de San Diego. »


Il referma l’enveloppe et sourit, il était heureux et voulait l’annoncer à sa fiancée.

Martin : Ruthie !

Elle sort de la salle de bain.

Ruthie : Quoi ?

Martin : Je vais faire un stage de base-ball à San Diego !

Ruthie : Je suis enceinte !

Martin : Quoi ?

Ruthie : Je vais avoir un bébé.

Martin : Depuis combien de temps le sais-tu ?

Ruthie : Quelques jours.

Martin : Quelques jours ?

Ruthie : Je suis désolée mais je ne savais pas comment te le dire.

Martin va s’asseoir sur le canapé, Ruthie s’approche de lui.

Ruthie : Tu peux me parler, me dire ce que tu penses ?

Martin : Tu veux toujours aller à l’université ?

Ruthie : Quoi ?

Martin : Oui, faire des études ?

Ruthie : Oui, bien sûr…

Le portable de Martin sonne, il regarde, c’est son meilleur ami Mac qui lui demande de venir le rejoindre le plus vite possible.

Martin : Je dois y aller.

Ruthie : Attends ! Martin, Martin !

Il se dirige vers la porte d’entrée. Il se retourne lorsque Ruthie l’appelle, il a la main sur la poignée.

Ruthie : Je suis enceinte. On va avoir un bébé. Dis-moi au moins comment tu te sens à ce sujet.

Martin : Je me sens comme tu aurais dû me le dire il y a quelques jours. Voilà comment je me sens.

Il regarde Ruthie, et sort de l’appartement en claquant la porte.



Martin se rend chez Mac :

Mac, lui ouvre sa porte : Salut mon pote !

Martin : …

Mac : Ca ne va pas ?

Martin : J’ai été accepté au stage de base-ball à San Diego.

Mac : Eh ! Mais c’est super ça ! Ca doit être le plus beau jour de ta vie mec !

Martin : Ruthie vient de m’annoncer qu’elle était enceinte.

Mac : Quoi ?

Martin : Il y a dix minutes, j’étais à ça de mon rêve. Pendant un moment, je savais exactement qui je voulais être. Et maintenant, j’apprends que je vais être père.

Mac : Je suis sûr que ça va aller.

Martin : Bien sûr, je dois beaucoup d’argent à l’hôpital pour l’opération de mon père, ma fiancée est enceinte et je ne réaliserai jamais mon plus grand rêve.

Mac : Ton bébé sera magnifique.

Martin : Bon, je dois y aller. Pourquoi voulais-tu me voir ?

Mac : Juste pour te voir et savoir comment ça va.

Martin : On ne peut mieux. Tu vois.

Mac : Ca va bien se passer, j’en suis certain.

Martin salue son ami et sort de sa maison. Il rentre chez lui mais Ruthie n’y est pas. Il s’asseoit à la cuisine et l’attend. Quelques minutes plus tard, elle sort de la chambre et vient s’asseoir en face de lui.

Ruthie : Tu sais mes sœurs m’ont félicité pour le bébé, en me disant que c’était merveilleux ce que je vivais.

Martin : Une partie de moi pense que c’est magnifique…

Ruthie : Une partie de toi ?

Martin : Ruthie, que veux-tu que je te dise ?

Ruthie : Je veux que tu dise que quoi que se soit, on va y faire face ensemble et que tu n’a jamais été aussi heureux et que tout va bien se passer.

Martin : Ruthie, je ne veux pas te mentir. Toute cette histoire me fait mourir de peur.  

Ruthie : Tu sais Martin, tout ce que tu veux, je le veux pour toi. Mais il ne s’agit pas de nos rêves, ni de nos études, j’aurais juste pensé que la nouvelle de ton enfant t’affecterait plus que la nouvelle d’une bourse pour un stage de base-ball.

Martin : Je ne vais pas me sentir coupable pour ça. Je ne vais pas me sentir coupable.

Ruthie, regardant sa montre : Il faut qu’on y aille, sinon on risque d’être en retard chez mes parents.

Martin et Ruthie ne se disent pas un mot de plus jusqu’à la maison des Camden.

Une fois arrivés, leurs manteaux posés et se retrouvant dans la salle à manger :

Eric regarde la table, tout le monde est réuni : Matt, Sarah, leurs fils Benjamin et Jérémie ; Mary, Carlos, leurs enfants Charles Miguel, Hannah et Joanna ; Lucy, Kévin, leurs enfants Savannah, Gabriel et Raphaël ; Simon, Cécilia, leur fille Alexandra et une autre fillette qu’ils ne connaissaient pas encore mais que Simon avait promis qu’il saurait tout à table ; Ruthie et Martin, qui semblaient être en colère l’un contre l’autre ; ainsi que les jumeaux Samuel et David et Annie sa femme, qu’il aimait plus que.

Eric : Je suis très heureux que nous soyons tous réunis aujourd’hui.

Annie : Toute la famille est réunie et c’est merveilleux.

Matt, se levant en même temps que Sarah : Nous avons quelque chose à vous annoncer.

Sarah : Nous avons déménagé et nous allons habiter à Glenoak dans la rue voisine.

Tout le monde applaudit et Annie pleurait de joie.

Matt : Ce n’est pas tout ! Sarah et moi, nous venons d’apprendre que nous allions avoir une petite fille.

Annie : Oh c’est merveilleux.

Ils se rassirent et Mary se leva, imitée par Carlos.

Mary : Carlos et moi avons aussi quelque chose à vous annoncer. Nous avons appris que j’étais enceinte de jumeaux.

Carlos : Une petite fille et un petit garçon.

Annie : C’est merveilleux.

Et ils se rassirent. Ce fut au tour de Simon et Cécilia de se lever.

Cécilia : Je voudrais vous présenter Taylor, notre fille.

Simon : Taylor est en réalité ma fille et celle de Deena mais Cécilia et moi avons décidé de l’adopte


naley4ever  (10.03.2007 à 16:38)

Simon : Taylor est en réalité ma fille et celle de Deena mais Cécilia et moi avons décidé de l’adopter puisque sa maman est morte il y a peu de temps.

Eric : Deena est morte ?

Simon : Oui.

Eric : Et vous avez eu une fille ? Tu ne nous l’a jamais dis !

Simon, désignant sa mère du doigt : Demande à maman.

Eric, regardant Annie : Annie, explique moi.

Annie : Il y a 6 ans, les parents de Cécilia m’ont appelé en me disant qu’elle allait mourir parce qu’elle avait perdu trop de sang alors je me suis rendue à l’hôpital et je lui ai donné mon sang. Une fois réveillée, elle m’a appris que Taylor était la fille de Simon et elle. Mais qu’elle ne voulait que personne ne le sache avant qu’elle ne l’ait dit à Simon. Elle m’a fait promettre de ne rien dire alors je me suis tu. Je n’ai jamais rien dis à personne. Mais elle n’a jamais eu la force de te le dire Simon. Elle ne voulait pas détruire ton couple avec Cécilia. Elle t’a donc toujours caché ta fille.

Simon : Oui, je sais tout ça. Deena m’a écrit une lettre avant de mourir en m’expliquant tout. Je ne lui en veux pas, parce que maintenant je compte rattraper le temps perdu avec Taylor. Et Cécilia a accepté qu’elle vienne vivre avec nous.

Annie : C’est vraiment remarquable Cécilia ce que tu as fais.

Cécilia, les larmes aux yeux : Merci Annie.

Et ils se rassirent. Puis vint le tour de Ruthie, elle se leva.

Ruthie : Alors voilà, Martin m’a demandé en mariage ce soir, et j’ai dis oui. Nous sommes officiellement fiancés !

Tout le monde applaudit les futurs mariés.

Martin se leva aussi pendant que sa future femme se rasseyait.

Martin : Je voulais vous annoncer que j’avais été reçu à un stage de base-ball à San Diego. Ca a toujours été mon rêve de jouer pour un grand entraîneur et Tyler Johnson est l’un des plus grands. Et je prévois d’y aller. Mais vous savez, mon meilleur ami m’a dit que ça devait être le plus beau jour de ma vie, et il avait raison. Mais ce n’est pas à cause de ce stage que je suis heureux. Vous voyez, j’ai appris aujourd’hui que ma fiancée était enceinte, tous les regards se dirigèrent vers Ruthie, et bien que ce soit un honneur pour moi d’avoir été accepté pour ce stage, je suppose que ce que je dois vous dire aujourd’hui, c’est ceci : où je jouerai au base-ball, si je jouerai au base-ball, ce n’est plus une décision que je peux prendre seul. C’est une décision que je prendrai avec ma femme, dans le meilleur intérêt de notre famille. Et je voulais juste dire quelque chose à ma fiancée : Ruthie, peut importe ce qui arrivera, on y fera face ensemble. Mais je te promets que je n’ai jamais été plus heureux. Tout va bien se passer. Je t’aime.

Ruthie, se levant à son tour : Je t’aime aussi Martin. Et elle l’embrasse devant toute la famille qui applaudit bien fort.

Après le dîner, Sarah annonça à tout le monde qu’elle était enceinte de 3 mois, Mary qu’elle l’était de 4 mois, et Ruthie, de 7 mois. Tous furent étonnés d’apprendre qu’elle était enceinte de 7 mois, alors que l’on ne distinguait rien à travers sa robe. Puis, vint l’heure de partir. Tous se dirent au revoir et rentrèrent chez eux.


Du côté de Ruthie et Martin :

Martin, ouvrant la porte d’entrée : Je suis heureux pour nous trois Ruthie. Très heureux !

Ruthie, l’embrassant : Je t’aime mon amour.

Martin : Moi aussi.

Et ils s’endormirent plus heureux que jamais, leurs quatre mains entrelacées sur le ventre de Ruthie.



Le lendemain matin, Martin annonce à Ruthie, qu’il veut vraiment faire le stage et Ruthie lui dit qu’elle et le bébé s’en sortiront très bien tous seuls pendant 2 mois. Martin prépare donc ses valises et prend l’avion pour San Diego.

 
1 mois et demi plus tard 


Ruthie est maintenant enceinte de 8 mois et demi, Mary de 6 mois et Sarah, de 5 mois. Martin rentre bientôt et Ruthie veut absolument attendre le retour de son futur mari pour accoucher, or le destin en avait décidé autrement…

 

On est au mois de juin, la chaleur de l’été devient presque étouffante. Ruthie est chez elle allongée sur le canapé, les jambes surélevées sur une pile de coussins. Mary et Lucy sont à côté d’elle et lui tiennent compagnie.

Lucy, se levant d’un coup : Je ne me sens pas bien du tout.

Mary, s’inquiétant : Ca va ?

Lucy : Non, j’ai des vertiges, des nausées et j’ai affreusement mal au ventre depuis quelques minutes.

Mary : Viens te rasseoir, ça va passer.

Lucy, regardant son pantalon : Je perds du sang Mary.

Mary : Oh mon dieu Lucy ! Tu es enceinte ?

Lucy : Non !

Mary : Tu es sûre ?

Lucy : Je ne suis pas enceinte, j’ai fait un test il y a deux jours et il était négatif. Je ne peux pas perdre du sang comme ça. Ce n’est pas normal. Emmène moi à l’hôpital.

Mary : Ok, va dans la voiture, je prends mes clés et je te rejoins.

Lucy sort de l’appartement.

Ruthie : Tu penses que c’est grave ?

Mary : Je crains qu’elle ait fait une fausse couche.

Ruthie : Mais elle vient de dire qu’elle n’est pas enceinte.

Mary : Peut-être un test ne suffit-il pas à dire la vraie vérité.

Ruthie : Oui, c’est possible. Dépêche toi, elle t’attend.

Mary, embrassant sa jeune sœur : Fais attention à toi !

Ruthie : Ne t’inquiètes pas pour moi ! Occupe toi de Lucy !

Mary sort de l’appartement et Ruthie se retrouve seule.



Une fois arrivées à l’hôpital, et Lucy prise en main par des spécialistes, Mary s’assit et composa le numéro de son beau-frère.

Kevin : Allô ?
Mary : Kévin, c’est Mary.

Kévin: Tout va bien?

Mary: Non, je suis à l’hôpital avec Lucy et elle ne va pas bien du tout.

Kévin : Que s’est-il passé ?

Mary : Je n’en sais rien, on était toutes les trois chez Ruthie et d’un coup, elle s’est levée en disant qu’elle se sentait mal, elle avait des vertiges, des nausées et elle avait mal au ventre, puis elle s’est mise à perdre du sang, alors je l’ai amené aux urgences.

Kévin : Elle est enceinte ?

Mary : Elle nous a dit avoir fait un test de grossesse il y a deux jours mais qu’il s’était avéré négatif, or elle avait tous les symptômes d’une femme enceinte en train de faire une fausse couche.

Kévin : Tu restes avec elle le temps que j’arrive à l’hôpital ?

Mary : Oui, mais dépêche toi !

Kévin : Je pose les enfants chez ta mère et j’arrive. J’en ai pour 10 minutes environ. D’accord ?

Mary : Ok, mais fais vite. Elle souffre beaucoup.

Kévin : Oui, je me dépêche. Bises.

Mary : Oui.



7 minutes plus tard, Kévin fit son entrée dans le hall des urgences de l’hôpital de Glenoak. Mary s’avança vers lui, elle avait pleuré, il la serra dans ses bras et elle s’arrêta. Mary lui indiqua la chambre de sa sœur, Kévin y va et Mary se retrouve seule.

Dans la chambre de Lucy :

Kévin, prenant sa femme dans ses bras : Tu m’a fais une de ces peurs !

Lucy : Je suis désolée.

Kévin : Est-ce que ça va ?

Lucy : Je n’ai plus de nausées mais j’ai encore des vertiges.

Kévin : Le médecin t’a-t-il dit ce que c’était ?

Lucy : Non, pas encore, il a dit qu’il arrivait dans quelques minutes.

Sur ces paroles, un coup frappé à la porte les interrompus :

Médecin : Bonjour Révérend Kinkirk. Je suis le docteur Sara Tancredi.

Lucy : Bonjour docteur.

Kévin : Alors que vous disent les résultats des analyses ?

Sara : Rien de grave. Ne vous inquiétez pas Mr Kinkirk.

Lucy : Pourquoi ai-je perdu du sang tout à l’heure docteur ?

Sara : Il est vrai que perdre du sang dans votre état n’est pas recommandé mais il ne semble pas y avoir de problème. Nous allons juste vous faire passer une échographie pour voir si tout se passe bien.

Lucy : D’accord.

Sara : On va venir vous chercher dans deux minutes, révérend. On se rejoint dans la salle de radio.

Kévin : Merci docteur.

Et elle sortit de la pièce.



Un instant plus tard, Lucy se retrouve dans la salle d’examen.

 Sara : Bon alors voyons ça.

Elle applique le gel froid sur le ventre de Lucy, qui ressent des petits chatouillis dans le ventre. Le médecin met en marche la machine et on voit de petits corps bouger.

Sara : Ils m’ont l’air en parfaite santé.

Lucy, surprise : Qui ça « ils » ?

Sara, plongeant son regard dans celui de sa patiente : Les bébés bien sûr.

Lucy, de plus en plus surprise : Quels bébés ?

Sara : Mais enfin Révérend vos bébés !

Lucy, interloquée : Mes bébés ? Les miens ?

Sara, comprenant au regard perdu de Lucy qu’elle n’était pas au courant : Puis-je vous appeler Lucy ?

Lucy : Bien sûr !

Sara : Très bien. Lucy, vous êtes enceinte de 2 mois, vous n’étiez pas au courant ?

Lucy, n’osant y croire : Je suis enceinte ?

Sara : Oui, Lucy vous êtes bel et bien enceinte.

Lucy : Oh mon Dieu ! Oh mon Dieu ! Merci Seigneur !

Sara : Pourquoi tous ces remerciements ?

Lucy : Mon mari et moi avons déjà 3 enfants : Savannah qui a 5 ans, Raphaël et Gabriel qui ont 3 ans et demi. Nous essayons d’avoir un autre bébé depuis tellement longtemps que je n’osais plus y croire. Alors voilà pourquoi j’avais des nausées depuis quelques jours.

Sara, souriant : Et oui.

Lucy : C’est génial !

Sara : Vous avez donc déjà eu des jumeaux ?

Lucy : Oui, pourquoi ?

Sara : Aimez-vous les grandes familles Lucy ?

Lucy : Oui, bien sûr, mes parents ont eu 7 enfants.

Sara : Seriez-vous contre l’idée d’avoir encore des jumeaux ?

Lucy : Non, bien sûr que non !

Sara : Et des triplés, ça vous ferait plaisir ?

Lucy : Bien sûr !

Sara : Je suis heureuse de vous savoir dans cet état d’esprit là !

Lucy : J’attends des triplés ?



Pendant ce temps, Kévin faisait les cents pas dans le couloir. Il s’inquiétait pour sa femme. Que voulait donc dire ces sous-entendus du médecin tout à l’heure. Lucy serait-elle enceinte ? Y aurait-il un problème avec sa santé ? Plus il tournait en rond et plus il s’imaginait les pires scénarios.

Après une bonne heure de consultation, Lucy sortit enfin de la salle d’examen. Elle avait un sourire cloué sur les lèvres et elle se tenait le ventre en rigolant. Elle aperçut Kévin et lui sauta au cou.

Lucy : Coucou mon chéri !

Kévin : Alors que t’as dit le médecin ?

Lucy : Je n’ai rien de grave. Je vais même très bien !

Kévin : Alors pourquoi as-tu perdu du sang cet après midi ?

Lucy : C’est normal pour une femme enceinte de perdre un peu de sang de temps en temps.

Kévin : Ah d’accord… une femme enceinte ? Tu es enceinte ?

Lucy : Oui.                              

Kévin, prenant Lucy dans ses bras : Mais c’est fantastique !

Lucy : Oui, je sais.

Kévin : Viens allons annoncer la nouvelle à tes parents.

Lucy : Où est Mary ?

Kévin : Elle est rentrée, elle était fatiguée.

Lucy : Appelle maman et dis lui d’organiser un dîner familial ce soir, je veux l’annoncer à tout le monde en même temps.

Kévin : Alors c’est un garçon ou une fille ?

Lucy : Tu le sauras en même temps que les autres mon chéri !

Kévin : Bon d’accord. Mais dis moi au moins si il va bien !

Lucy : Ils vont très bien !

Kévin : « Ils » ?

Lucy : Je ne te dirai rien de plus !

Kévin : D’accord ! Je t’aime mon amour.

Lucy : Je t’aime aussi mon cœur.

Et ils rentrèrent chez eux main dans la main.


Le soir même, tous se retrouvent chez les Camden. Personne ne sait ce qu’il se passe et Lucy ne veut rien dire. Le repas se déroule très bien, tout le monde rigole et est heureux. Même Ruthie, qui a apprit que l’amour de sa vie rentrait le lendemain. Au moment du dessert, Lucy se leva, imitée par son époux.

Lucy, souriant de toutes ses dents : Je suis très heureuse de vous annoncer que je suis enceinte.

Annie : Oh ma chérie, c’est magnifique !

Lucy : Kévin et moi allons avoir des quadruplés !

Kévin, interloqué : Quoi ?

Tout le monde rigola et applaudit les futurs parents.



Le lendemain, Martin rentré, Ruthie ressentit les premières contractions, il l’emmène à l’hôpital et là, elle met au monde une jolie petite fille qu’ils appelèrent Elsa.



3 mois plus tard, Mary mit au monde des faux jumeaux : Jessica et Nathan.

 

1 mois plus tard, Sarah mit au monde une petite fille qu’ils appelèrent Yaël.

 

2 mois plus tard, Lucy, après un accouchement long et difficile, mit au monde non pas 4 bébés, comme prévu mais 5 ! Et oui, un des bébés s’était caché derrière ses frères et sœurs. Ils eurent 3 filles et 2 garçons qu’ils appelèrent : Léa, Ava, Tania, Michaël et Nathanaël. Lucy et Kévin étaient aux anges.

   
5 ans plus tard 

*Matt et Sarah travaillent toujours à l’hôpital de Glenoak. Benjamin et Jérémie ont maintenant 9 ans et ils sont toujours inséparables. Ils ne cessent de s’occuper de leur petite sœur, ils adorent Yaël et à 5 ans, elle semble bien les aimer aussi. Matt et Sarah voulaient un autre enfant mais Sarah ne pouvait plus avoir d’enfant, ils ont donc décidé d’adopter un bébé. Judith, 2 ans vit avec eux depuis plus d’un an, elle vient du Vietnam. Toute leur famille est heureuse.

* Mary et Carlos vivent maintenant à Miami parce que Carlos a trouvé un travail là-bas. Lui et Mary ont ouvert un café sur la plage. Ils sont parfaitement heureux, et leurs enfants s’y plaisent aussi. A 13 ans, Charles Miguel passe ses journées à la plage avec ses amis, Hannah et Joanna ont 9 ans et aiment la plage et elles ont beaucoup d’amis, quant à Jessica et Nathan, qui ont 5 ans, ils s’y plaisent aussi. Tout le monde est heureux.

* Lucy et Kévin ont déménagé, ils vivent désormais à Los Angeles avec Savannah, 10 ans, Gabriel et Raphaël, 9 ans, Léa, Tania, Ava, Michaël et Nathanaël, 5 ans. Lucy exerce toujours le métier de pasteur mais elle passe le plus de temps possible avec sa famille. Kévin, lui a reprit son travail de policier mais il aime mieux être avec sa famille. Ils sont heureux.

* Simon et Cécilia vivent quant à eux à New York avec Taylor, 11 ans, Alexandra, 7 ans, Déborah, 4 ans et Aaron qui a 1 an et demi. Simon est écrivain et Cécilia est psychologue. Ils sont pleinement heureux.

* Ruthie et Martin se sont mariés 2 mois après la naissance de leur fille. Ruthie a été faire ses études à Harvard, et elle est devenue une grande avocate. Martin, quant à lui, est passé professionnel et il joue souvent pour de grandes équipes. Ils vivent maintenant à San Fransisco avec Elsa, 5 ans et Maya, 2 ans. Ils sont très heureux et prévoient d’avoir un autre enfant très prochainement.

* Samuel et David ont 18 ans et ne veulent plus qu’on les appelle les jumeaux. Ils sont devenus très différents en grandissant. Samuel veut devenir professeur des écoles alors que David veut faire des études de médecine comme son frère aîné pour devenir pédiatre. Samuel a une petite amie depuis 2 ans : Emma et David en a une depuis un peu plus d’un an : Margot. Elles sont sœurs jumelles.

* Annie et Eric sont toujours heureux ensemble et voient leur famille le plus souvent possible.



Voilà j’espère que ma fic vous a plu, en tout cas, moi j’était contente de l’écrire ! N’hésitez pas à laisser des coms ! Merci

Naley4ever

 




naley4ever  (10.03.2007 à 16:42)

Ne manque pas...

Une grande soirée Face à Face!
Le Face à Face | Inscrivez-vous

Retrouvez désormais tous les EVs de la citadelle dans la rubrique HypnoFanfics!
HypnoFanfics | Parcourez la bibliothèque!

Activité récente

HypnoGame
Hier à 18:25

Claire Forlani
Hier à 23:42

Justin Bruening
Hier à 23:42

Audiences
Hier à 22:50

Gotham
Hier à 16:21

Big Sky
Hier à 15:48

Call Your Mother
Hier à 08:43

Private Eyes S04E06
Aujourd'hui à 01:11

District 31 S05E41
Aujourd'hui à 01:10

Dernières audiences
Logo de la chaîne France 3

Vera, S10E03
Dimanche 22 novembre à 21:05
4.00m / 16.0% (Part)

Logo de la chaîne France 3

Mongeville, S07E05
Samedi 21 novembre à 21:05
5.54m / 21.9% (Part)

Logo de la chaîne M6

The Rookie, S02E18
Samedi 21 novembre à 21:05
2.24m / 8.7% (Part)

Logo de la chaîne M6

NCIS, S17E06
Vendredi 20 novembre à 21:05
3.13m / 12.0% (Part)

Logo de la chaîne France 2

Un si grand Soleil, S03E51
Vendredi 20 novembre à 20:45
4.35m / 16.5% (Part)

Logo de la chaîne France 3

Plus belle la vie, S17E55
Vendredi 20 novembre à 20:20
3.11m / 11.4% (Part)

Logo de la chaîne NBC

The Blacklist, S08E02
Vendredi 20 novembre à 20:00
3.53m / 0.4% (18-49)

Logo de la chaîne TF1

Demain nous appartient, S04E95
Vendredi 20 novembre à 19:10
3.70m / 16.5% (Part)

Toutes les audiences

Actualités
Audiences US - Bilan du 13 au 19 novembre !

Audiences US - Bilan du 13 au 19 novembre !
Encore une semaine compliquée pour les Networks. Sur la NBC, The Blacklist revient pour sa huitième...

Au programme de ce lundi soir

Au programme de ce lundi soir
En ce lundi 23 novembre, la mini-série Black Narcissus est diffusée en entier du côté anglophone...

À surveiller cette semaine sur les chaines anglophones

À surveiller cette semaine sur les chaines anglophones
La rentrée des séries se continue doucement sur les chaînes anglophones cette semaine ! Mercredi 25...

À surveiller cette semaine sur les chaines francophones

À surveiller cette semaine sur les chaines francophones
Voici ce qui vous attend cette semaine sur les chaînes francophones : Dimanche 22 novembre  10h...

La saison 4 de Black Lightning sera la dernière

La saison 4 de Black Lightning sera la dernière
The CW vient d'annoncer que la quatrième saison à venir de Black Lightning serait la dernière.  Le...

HypnoRooms

pretty31, Hier à 09:53

Lundi sur HypnoClap : Ciné-Emojis, programme télé de la semaine et nouvelle catégorie en vote aux Clap Awards !

Sevnol, Hier à 10:33

Nouveau sondage sur le quartier Men in Trees ! Venez nombreux Merci d'avance pour vos votes !

chouchou70, Hier à 11:20

Bonjour à tous, la 8éme catégorie de nos Friday Night Lights Awards est maintenant en ligne.

ShanInXYZ, Hier à 17:14

N'oubliez pas de venir poster la photo de votre Docteur préféré dans l'animation Voyage au centre du Tardis, vous avez jusqu'à minuit

ShanInXYZ, Hier à 17:14

Et vous avez également le nouveau quizz photos, vous pouvez participer sans connaître la série les réponses sont sur le quartier Doctor Who

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage