Rejoins notre web-communauté pour une expérience sans pubs ! C'est fun et gratuit ;-) Inscription

HypnoFanfics

Une Massue, Un Magnum et Un Tournevis Sonique

Série : Doctor Who
Création : 09.02.2021 à 17h13
Auteur : ShanInXYZ 
Statut : Terminée

« Cross-over entre Doctor Who et City Hunter. Quand il se passe des trucs étranges au Japon et que City Hunter rencontre un type bizarre se faisant appeler le Docteur. Toute une aventure en perspective. » ShanInXYZ 

COMMENTER CETTE FANFIC

Cette fanfic compte déjà 4 paragraphes

Afficher la fanfic

Il existe une légende urbaine à Tokyo : si vous n’avez plus personne vers qui vous tourner, écrivez XYZ sur le tableau de la gare de Shinjuku et City Hunter viendra à votre secours…

Une rumeur court aussi dans l’univers et cette dernière parle d’un fou dans une boîte bleue qui débarque régulièrement sur Terre car cette planète et ses habitants sont sous sa protection…

 

Tout avait commencé comme une journée ordinaire dans la vie de Kaori Makimura.  Comme tous les matins, elle était passée par la chambre de son partenaire pour tenter de le réveiller mais ce dernier préférait ronfler comme un sonneur en murmurant des mots doux à son oreiller. Comme d’habitude, il l’avait énervée et s’était retrouvé encastré entre le sommier et le matelas. Puis comme tous les jours, elle s’était rendue au panneau d’affichage de la gare de Shinjuku afin de voir s’il y avait des messages pour City Hunter.

 

Ce jour-là, elle fût étonnée de découvrir  un nouveau message, émanant visiblement d’une femme, vu l’écriture. Mais ce qui la surprit le plus c’est qu’il ne soit pas effacé, car quand il s’agissait de jolies femmes, Ryô, son partenaire, avait le chic pour se pointer avant elle afin de draguer. 

 

Elle s’interrogea un instant sur ce qui clochait pour qu’il ne se soit pas dérangé mais comme ils avaient besoin d’argent, elle se rendit au rendez-vous.  En repartant, elle manqua de rentrer en collision avec une cabine bleue où il était marqué « police » et se demanda ce que ce truc fichait là. Mais elle ne s’en inquiéta pas plus que ça, il y avait souvent des expositions bizarres dans la gare, alors une de plus ou de moins.

 

Arrivée au café « Cat’s Eye », où il était convenu qu’elle rencontre la cliente, elle salua Umibozu qui se tenait derrière le comptoir et lui demanda s’il n’avait pas vu son crétin de partenaire. Il lui répondit par la négative tout en ajoutant qu’une jeune femme l’attendait à la table du fond. Elle jeta un coup d’œil vers sa future cliente et fut surprise de voir que c’était une jolie jeune femme.

 

  • T’es sûr qu’il n’est pas dans le coin, prêt à bondir sur sa proie ? insista Kaori.
  • Sûr et certain, quand il vient pour draguer il n’est pas très discret, je le repère très vite, rétorqua Umibozu.

 

Kaori rejoignit donc la jeune femme qui se présenta. Elle s’appelait Kaiko Hazuki, elle était archéologue et travaillait depuis plusieurs mois sur un nouveau site ; ses découvertes étaient assez surprenantes et avaient attiré l’attention du Ministère qui souhaitait que les fouilles demeurent secrètes pour l’instant.

 

Kaori l’écoutait tout en s’attendant à ce que son partenaire débarque à tout moment mais tout ce qu’elle aperçut fut un homme brun plutôt maigrichon, les cheveux en pétard portant un costumes 3 pièces marron ainsi qu’un manteau et qui regardait à travers la vitrine ; il attirait de suite l’attention car à cette période de l’année sa tenue n’était pas vraiment de circonstance et en plus il n’était pas dans le quartier des affaires.

 

Elle arrêta de le regarder et demanda à Kaiko en quoi City Hunter pouvait l’aider. La jeune femme lui expliqua que depuis plusieurs semaines, des phénomènes étranges se déroulaient sur le site. Il y avait eu de nombreux accidents et beaucoup parlaient de malédictions voire même de fantômes.

 

A ce mot, Kaori eut des frissons, elle avait horreur des fantômes, mais elle n’en fit rien voir à sa cliente. Elle lui précisa seulement que City Hunter n’était pas un chasseur de fantômes.

 

La jeune fille répondit qu’elle ne croyait en aucun cas aux spectres mais qu’elle connaissait ce genre de situation ; durant sa carrière, elle en avait vu des choses, certaines personnes étaient prêtes à tout pour récupérer un terrain ou le fruit de recherches et c’est pourquoi elle soupçonnait que l’on veuille faire peur à l’équipe du site pour que les fouilles s’arrêtent.  En fait, elle souhaitait qu’on l’aide à prouver ses soupçons pour pouvoir continuer son travail sans aucun danger.

 

Kaori réfléchit un instant : une enquête, donc un travail et de l’argent. Mais la cliente était jolie et toujours pas de Ryô à l’horizon, c’était bizarre. Quand soudain elle eut une révélation.

 

  • Il n’aurait pas osé ?! il s’est dit que s’il y avait des fantômes, je refuserais et il attend tranquillement que je l’envoie balader pour venir à son secours. Alors là, il se met le doigt dans l’œil ! fulmina-t-elle intérieurement

 

Elle allait lui prouver une bonne fois pour toutes qu’elle était digne d’être la partenaire de City Hunter. Elle allait combattre sa peur et lui faire voir comment elle se débrouillait sans lui.

 

Après avoir accepté l’affaire, Kaori donna rendez-vous à sa cliente un peu plus tard afin que cette dernière l’emmène sur le site pour y déceler la moindre trace de sabotage. Elle quitta le café en saluant son ami qui lui indiqua qu’il avait aussi repéré le mec bizarre puis fila récupérer quelques affaires pour préparer son expédition.

 

Pendant le trajet, Kaori se demandait où était passé Ryô. Quand elle était passée à l’appartement, il n’y était pas, elle avait juste entendu un grondement sourd à l’intérieur mais en ouvrant la porte elle n’avait trouvé qu’une pièce vide. C’était étrange et même si elle se disait qu’il la mettait à l’épreuve et qu’il n’était sûrement pas bien loin, ce n’était vraiment pas son genre de laisser passer une occasion de draguer. Elle en était là de ses réflexions quand Kaiko lui indiqua qu’elles étaient presque arrivées. En effet, ce n’était vraiment pas loin de la ville et pourtant on se serait cru dans des terres beaucoup plus reculées.

 

Le terrain était situé au beau milieu d’une vaste plaine. Le paysage aurait été magnifique s’il n’y avait pas eu tout ce grillage et ces trous dans tous les coins.

 

Kaiko lui fit visiter le site, elle lui montra les différents lieux de fouille. Dans un coin, ils avaient retrouvé de la vaisselle,  dans un autre on pouvait voir ce qui avait été un mur, il devait y avoir eu des bâtiments, puis l’archéologue lui montra l’endroit le plus intéressant selon ses dires. On y avait trouvé des ossements et elle était persuadée qu’il s’agissait d’un lieu de sacrifice. Kaori fit un peu la grimace mais continua sa visite sans broncher jusqu’à ce qu’elle voit une sorte de monticule. Kaiko lui expliqua qu’elle pensait qu’il s’agissait d’une sorte de tombeau et qu’elle avait hâte de pouvoir le visiter car cela aiderait sûrement à comprendre qui vivait ici. Kaori fut étonnée qu’elle n’en ait aucune idée mais l’archéologue finit par avouer que jusqu’à présent tout ce qu’ils avaient trouvé n’avait rien à voir avec les différentes peuplades qui avaient vécu sur ce territoire. 

 

Comme la nuit allait tomber, Kaori proposa de se préparer à une nuit de surveillance pour voir ce qui se passait réellement. Kaiko lui indiqua les tentes pour mettre le matériel de recherches et elles s’installèrent. Après un petit encas frugal, elles décidèrent de surveiller à tour de rôle. Kaori prit le premier tour. Quand elle réveilla Kaiko pour prendre le second tour, elle croisa les doigts pour qu’un fantôme ne la réveille pas mais ce fut plutôt un grand fracas qui s’en chargea.

 

Kaiko n’était pas là, elle prit sa lampe torche et commença à la chercher, elle ne la voyait pas ; seule la lumière de la lune éclairait le site et pas l’ombre d’une autre lampe torche pourtant l’archéologue avait disparu avec la sienne.

 

Kaori avança prudemment, elle entendait des martèlements. Elle continua et se rendit compte que cela provenait du tombeau.

 

  • J’espère qu’elle n’a pas décidé d’ouvrir ce truc ! fit Kaori pas rassurée du tout.

 

Elle se rapprocha et vit une ombre gigantesque qui frappait sur le monticule mais bizarrement le bruit était métallique. Elle braqua sa lampe sur ce qu’elle pensait être une personne quand la chose se retourna. Ce n’était pas un fantôme, mais ce n’était pas un humain non plus : Un corps qui faisait penser à un ours, des yeux rouges effrayants et des dents saillantes prêtes à la manger toute crue !

 

Kaori ne demanda pas son reste et fila à toute vitesse pour essayer d’échapper à ce monstre sorti tout droit d’un film d’horreur et qui avait l’intention de faire d’elle son casse-croûte. Elle courrait à perdre haleine, sentant la bête se rapprocher dangereusement d’elle quand elle entendit le même bruit qu’à l’appartement mais cette fois elle vit comme un clignotement ; ça venait de l’arrière d’une des tentes, elle se demanda ce que c’était et préféra aller voir que d’attendre son poursuivant.

 

Elle avait à peine passé le coin de la tente qu’elle se retrouva nez à nez avec la même cabine bleue qu’à la gare. Avant qu’elle n’ait eu le temps de réfléchir, la porte s’ouvrit et l’homme qu’elle avait aperçu au café lui tendit la main.

 

  • Besoin d’aide ? lui demanda l’homme au complet marron.
  • C’est pas de refus, répondit Kaori en le suivant à l’intérieur, mais vu l’engin qui me poursuit, je suis pas sûre que vous ayez choisi la planque idéale !
  • Ne vous inquiétez pas, nous ne restons pas ! fit l’homme en costume.
  • Ah bon, et on va où, vous avez des roulettes sur ce truc ? fit Kaori qui fixait la porte d’entrée.
  • Mieux que ça, dit-il en poussant une manette qui fit vibrer l’intérieur de la cabine. Surprise, Kaori se retourna et découvrit qu’il y avait plus de place qu’elle ne le pensait. Et c’est là qu’elle entendit des gémissements dans un coin et y découvrit Ryô.
  • Mais qu’est-ce qu’il fait là ? Que lui avez-vous fait ? Et qui êtes-vous d’ailleurs ? hurla Kaori
  • C’est un peu compliqué, commençons par le commencement. Je suis le Docteur.
  • Il est malade, dit-elle soudain inquiète.
  • Pas que je sache même s’il me paraît un peu bizarre, fit-il avec une grimace.
  • Alors pourquoi est-il là dans votre… euh c’est quoi ce truc ?
  • Un Tardis, fit le Docteur comme si c’était évident.
  • Un quoi ? fit Kaori d’un air interrogatif.
  • Disons que c’est mon moyen de transport, expliqua le Docteur.
  • Et comment il a atterri ici ? demanda Kaori en indiquant Ryô du doigt.
  • Je vous l’ai dit, c’est compliqué… fit-il évasif.
  • Ça, j’ai compris, je vous écoute, je veux savoir ce qui est arrivé à mon partenaire, dit-elle d’un ton qui exigeait une réponse.
  • Eh bien, j’étais parti pour faire une surprise à des amis quand je me suis rendu compte qu’un Sontarien…
  • Un quoi ? interrogea Kaori.
  • Monsieur Patate, version pas très sympathique, pour faire simple, répondit le Docteur. Il voulait leur faire du mal, donc j’ai programmé le Tardis pour qu’il se positionne juste derrière lui et quand j’ai ouvert la porte avec mon maillet pour le surprendre, je suis tombé sur votre ami, il était devant le tableau d’affichage et relevait quelque chose sur un bout de papier, soudain il s’est retourné vivement en criant « ah non pas la massue !».
  • Vraiment ? fit Kaori en pouffant de rire.
  • Heureux que ça vous amuse, mais imaginez ma tête, je ne comprenais rien et puis il me regarde attentivement et dit « Kaori ? C’est toi ? T’es devenu un mec ? » et il s’est évanoui.
  • QUOI !!!!! Il a dit quoi ? fit-elle avec un ton pas du tout amusé.
  • Je viens de vous le dire, je n’ai toujours rien compris d’ailleurs, fit le Docteur.
  • Il va me le payer, Ryô !!!!!!!!!!! fit-elle en attrapant l’intéressé par le col et en le secouant comme un prunier.
  • Hum, laisse-moi dormir, Kaori, j’ai fait un cauchemar et j’ai encore envie de dormir.
  • Tu te fous de moi, debout espèce d’imbécile, t’es même pas dans ton lit !!!!
  • Hein ? fit Ryô tout en ouvrant les yeux et en découvrant tour à tour Kaori et le Docteur au-dessus de lui. Il fit un bond arrière. C’était pas un rêve ?
  • Non, firent en chœur le Docteur et Kaori.
  • Donc tu n’es pas devenu lui, ouf ! fit-il en rigolant.
  • Je ne vois pas ce qu’il y a de drôle ! fit Kaori d’un air méchant.
  • C’était juste une méprise, il avait une massue et comme tu es la seule personne que je connaisse qui en ait une, alors…
  • Alors la seule chose qui t’es passé par la tête c’est que j’étais devenu un mec, t’es vraiment insupportable !! hurla-t-elle avant de l’encastrer dans le sol d’un coup de massue.
  • Ca sort d’où cet engin ? fit le Docteur en enfilant ses lunettes pour l’étudier, c’est vraiment extraordinaire et vous le maniez avec une telle dextérité. Par contre si votre ami a confondu ce chef d’œuvre avec mon maillet il est évident que nous ne jouons pas dans la même catégorie fit-il en sortant un petit marteau de sa poche avec un grand sourire auquel Kaori ne put s’empêcher de répondre.
  • Trêve de plaisanteries, fit Kaori. Après avoir récupéré Ryô, pourquoi vous m’avez suivi partout ?
  • Je ne savais pas qui était votre ami, j’ai bien cherché dans les bases de données, inconnu au bataillon !

 

Elle aurait pu lui dire qu’il ne risquait pas de trouver quoique ce soit vu que Ryô n’avait pas d’existence légale mais elle préféra continuer d’écouter le récit de son nouvel ami.

 

  • Soudain le Tardis a ouvert une fenêtre sur vous. Vous vous souvenez quand vous êtes venu à votre tour au panneau ? lui indiqua le docteur.
  • Effectivement, mais après je vous ai vu au café, et vous êtes aussi passé à l’appartement, j’ai entendu le bruit de votre machine.
  • J’essayai de comprendre pourquoi lui, pourquoi vous, il m’arrive d’atterrir dans des endroits imprévus mais j’avoue qu’au Japon c’est rare.
  • Et alors vous avez trouvé une explication ? demanda Kaori.
  • Sur le pourquoi de notre rencontre, toujours pas. Le seul point positif est d’être arrivé au bon moment pour vous sauver d’un extra-terrestre un peu en colère, enfin pour l’instant.
  • C’était ça sur le site, un alien ?
  • En effet, répondit le Docteur.
  • Une idée sur la raison de sa présence ?
  • Aucune, j’ai croisé pas mal de choses au cours de ma longue vie mais jamais comme celle-là. J’ai lancé des analyses, nous aurons bientôt la réponse.
  • Votre grande vie, mais vous êtes qui, Docteur ? Un chasseur d’extraterrestres ?
  • Oh que non ou alors je devrais me chasser moi-même ! dit-il avec un grand sourire.
  • Qu’est-ce que vous voulez dire ?
  • Que c’est un grand malade intervint Ryô tout en essayant de s’extirper du sol.
  • Dit l’homme qui s’est fait écraser par une massue géante et qui en sort sans aucune cicatrice, rétorqua le Docteur.
  • Question d’habitude, j’y ai droit 15 fois par jour et puis je n’ai pas besoin d’inventer des histoires pour emmener les filles dans les étoiles, moi !
  • Des histoires ? fit le Docteur d’un ton outragé.
  • Si Kaori croit encore aux contes de fées, c’est loin d’être mon cas!  
  • Vous voulez bien aller jeter un œil par la porte pour voir si c’est sans danger ? demanda le Docteur à Ryô.
  • Ah, on reconnaît enfin qu’on a besoin du courage de City Hunter !
  • Qui ça ? fit le docteur pendant que Ryô se prenait un corbeau sur la tête.
  • Alors voyons voir, où sont les vilains méchants extraterrestres ? fit Ryô en ouvrant la porte et en se retrouvant pendu dans le vide,  accroché à la poignée. Eh, mais c’est quoi cette blague, on est où ?!
  • Regardez en bas, fit le Docteur.
  • Quoi en bas, qu’est-ce qu’il y a en bas ? Non, vous déconnez c’est pas…
  • Si c’est elle, fit le Docteur avec un sourire.
  • Qui ça ? fit Kaori en s’approchant. C’est la terre !
  • Eh oui, la seule et unique, rétorqua le Docteur.
  • Mais vous êtes qui ?? firent en chœur Ryô et Kaori.
  • Je suis le Docteur, je suis un seigneur du temps, je viens de la planète Gallifrey et j’ai plus de 900 ans. Maintenant arrêtez de faire le guignol et remontez à bord, Monsieur Hunter !!!
  • Trop cool, votre truc, fit Ryô en retournant vers le Docteur, vous l’avez trouvé où, je veux le même, c’est un vrai piège à minettes !

 

Et c’est à ce moment-là que le Docteur eut une expérience vraiment nouvelle pour lui, il tomba à la renverse en se demandant s’il n’était pas tombé chez des fous furieux.


ShanInXYZ  (09.02.2021 à 17:15)
Message édité : 15.02.2021 à 01:40

Kaori rejoignit le Docteur un peu inquiète de sa réaction.

 

  • Ça va, Docteur ? fit Kaori en se précipitant à ses côtés, vous ne vous êtes pas fait mal, ça surprend la première fois. Il faut dire qu’il débite tellement de conneries à la minute que c’est l’effet secondaire quand on n’a pas l’habitude !
  • C’est effectivement la première fois que je rencontre un spécimen dans le genre de votre ami ! répondit le Docteur tout en se relevant.
  • Ben quoi, t’as vu ça, c’est plus grand à l’intérieur, il voyage dans l’espace, il ne va pas me faire croire qu’il n’a jamais emmené des filles avec lui pour s’amuser. Allez, dites-moi, entre nous ! demanda Ryô.
  • Hum, fit le Docteur un peu gêné. Ce n’était pas dans le sens que vous croyez, j’ai eu des amis qui m’accompagnaient dans mes voyages et rien de ce que vous vous imaginez !
  • Même pas une petite copine ? insista Ryô voyant que ça gênait le Docteur.
  • Tu vas arrêter avec tes âneries ? fit Kaori en regardant son partenaire avec un mauvais regard.
  • Oh ça va, de toute façon c’est moi et toujours moi qui sauve la demoiselle en détresse à la fin ! fit-il en tirant la langue à Kaori.
  • Tiens donc ! fit le Docteur.
  • Parfaitement, je suis le grand Ryô Saeba, l’étalon de Shinjuku.
  • Je croyais que vous vous appeliez Hunter ? fit le Docteur.
  • Ah non, ça c’est mon surnom, City Hunter, vous devez venir de la lune pour ne pas connaître.
  • Un peu plus loin, fit le Docteur en se demandant si son interlocuteur avait écouté un traître mot de ce qu’il avait dit plus tôt.
  • Ah oui, c’est vrai. Bon alors qu’est-ce que j’ai loupé pendant que…
  • Vous étiez dans les pommes, termina le Docteur avec un grand sourire.
  • C’est pas vrai, City Hunter ne tombe pas dans les pommes ! hurla Ryô.
  • Pourtant il a bien fallu que je vous ramasse après votre… défaillance.
  • C’est vous qui le dites. Kaori, c’est quoi l’affaire, elle est où notre jolie cliente ?
  • Votre cliente ? dit le Docteur étonné, je croyais que c’était une amie à vous.
  • Quelle banane, celui-là, fit Ryô. Bien sûr que c’est une cliente !
  • Ryô, excuse toi immédiatement, comment veux-tu qu’il sache, nous ne sommes pas connus à travers tout le système solaire !
  • Ok, désolé, monsieur l’ovni, fit Ryô avec un air de gamin. Mais je veux savoir ce que tu as fait de la cliente, Kaori, j’espère que tu n’as pas refusé l’affaire ?
  • Non, je ne l’ai pas fait, on a besoin de travailler je te signale ! rétorqua Kaori. Et comme tu n’étais pas dans les parages, c’est moi qui m’en suis chargée.
  • Oh là, je crains le pire, qu’est-ce qui s’est passé ? fit Ryô avec une grimace.
  • Un monstre m’a attaquée et je m’en suis sortie de justesse grâce à l’arrivée du Docteur, fit Kaori.
  • Je vous en prie, fit le Docteur. Tandis qu’un « ding » venait de retentir sur la console du vaisseau.
  • Très bien, dans ce cas, on va y retourner, je colle une balle dans la tête du monstre et je sauve la cliente, fit Ryô.
  • Et si vous faites ça, vous tuez votre cliente, bravo ! fit le Docteur.
  • Pourquoi ? fit Ryô interloqué.
  • Parce que c’est elle, le monstre.
  • Comment ça ? fit Kaori. C’était elle, depuis le début, mais pourquoi elle nous a engagés alors ?
  • Je pense qu’elle ne se rendait même pas compte de son état, la pauvre. Elle a dû être contaminée pendant les fouilles et son corps a subi une mutation progressive. Elle voulait continuer ses recherches et vous a engagés pour l’aider sans savoir qu’elle était elle-même la cause des incidents. Maintenant, j’ai bien peur qu’elle essaie de faire en sorte de ne plus être seule.
  • Elle avait hâte d’ouvrir ce tombeau et je l’ai vue taper sur le monticule de terre à coups de pelle mais ça sonnait métallique, ajouta Kaori.
  • C’est sûrement une capsule qui contient des micro-organismes capables de transformer toute la terre comme votre amie.
  • Alors là, ça sent pas bon, fit Ryô.
  • Je vous le fais pas dire, conclut le Docteur.
  • Mais comment vous savez tout ça ? demanda Ryô.
  • J’ai fait quelques analyses du sol pendant que vous étiez… euh en train de faire la sieste et les résultats viennent d’arriver.
  • Et donc, ils ont déterré un virus qui transforme les humains en monstre, c’est ça ? demanda Kaori.
  • Cette espèce a dû atterrir ici, il y a des milliers d’années, expliqua le Docteur. Ils ont peut-être même vécu ici, mais l’espèce s’est éteinte sinon ils seraient toujours là. Ce qui me chiffonne c’est ce qui les a réveillés ; en sommeil pendant aussi longtemps et soudain…
  • Moi, ce serait plutôt ce qui les a éteint qui m’intéresserait, intervint Ryô en prenant soudain un air plus sérieux.
  • Et si on peut faire quelque chose pour sauver Kaiko et… tout le monde, fit Kaori.
  • Avant tout, il faut contenir la contamination. Il ne reste qu’un moyen, on va appeler la cavalerie.
  • Si vous pensez aux flics, c’est pas vraiment mes copains, fit Ryô, et puis je doute de leur efficacité car ils finissent toujours par m’appeler, moi, en cas de pépins.
  • Non, je pensais plutôt à UNIT, c’est une organisation mondiale spécialisée dans ce genre de problèmes, j’ai déjà travaillé avec eux, je suppose qu’ils doivent avoir un bureau dans le coin. Il prit le téléphone et composa un numéro.
  • Il téléphone depuis l’espace, c’est trop cool, vous avez du réseau ? fit Ryô en se marrant avant que Kaori ne lui mette un coup derrière la tête.
  • Aïe, quoi c’est marrant, t’imagines, je suis en ligne et je fais à mon correspondant, ne quittez pas je passe sous une comète ! et il rigola encore plus.
  • T’es vraiment irrécupérable !
  • Bonjour, c’est le Docteur, je suppose que vous me connaissez même s’il est rare que je me balade dans votre pays, nous avons un code rouge, eh oui, cette fois c’est pour vous, désolé, je vous envoie les détails et les coordonnées, je vous attends sur place.
  • Attention, les choses sérieuses commencent, fit Ryô, faut appeler des renforts ? On connaît du monde et pas les derniers pour la bagarre !
  • Si par renforts, vous parlez de personnes comme vous, qui veulent absolument mettre une balle dans la tête de la personne qui se trouve en face, on s’en passera !
  • Mais vous avez le meilleur tireur du monde avec vous ! s’énerva Ryô.
  • En général, j’essaie d’éviter la violence, mais si votre talent peut m’être utile, vous vous servirez de ça, fit le Docteur en lui lançant un objet que Ryô attrapa au vol.
  • Un flingue mais j’ai déjà le mien et puis celui-là est drôlement léger, ne me dites pas que…
  • Si, celui-là tire des fléchettes tranquillisantes, j’avoue que je suis épaté par votre facilité à remarquer ce genre de détail aussi rapidement, mais concernant l’affaire en cours je pense que c’est préférable pour vous comme pour moi !
  • Il est pas marrant ton nouveau mec, Kaori, fit Ryô avant de se prendre à nouveau une massue sur la tronche qui l’envoya valdinguer au-dessus de la console du Tardis et l’encastra dans un mur.
  • Ce n’est pas des plus discrets comme technique mais j’avoue que c’est efficace pour le faire taire, conclut le Docteur.

 

Quand le Tardis se posa sur le terrain de fouilles, Kaori et le Docteur sortirent pour attendre les renforts. En un rien de temps, UNIT occupa le terrain et très vite le site ressembla à un camp retranché. Des bâches, des barrières, des gardes, tout y était mais ce bazar avait attiré l’attention de quelqu’un qui s’était empressé de venir voir ce qui se passait et malgré le fait qu’elle n’ait aucune autorisation, cela ne l’empêcha pas de passer et de rejoindre Kaori quand elle l’aperçut sur les lieux.

 

Un homme volant totalement identifié lui sauta dessus, mais il se prit un escarpin dans les dents avant de se faire écraser à nouveau par une massue.

 

  • Vous êtes sûre qu’il est humain ? demanda le Docteur à Kaori après avoir vu la scène qui venait de se jouer sous ses yeux.
  • En fait, je me le demande tous les jours ! répondit Kaori.
  • Vous vous connaissez, je suppose, dit le Docteur en indiquant la personne qui venait de se joindre à eux.
  • Oui, fit Kaori du bout des lèvres essayant tant bien que mal de cacher son énervement.
  • Bonjour, Saeko Nogami, dites-moi, beau brun, fit-elle au docteur en s’amusant avec sa cravate. Pourriez-vous m’expliquez ce qui se passe ici ? fit l’inspectrice.
  • Je ne crois pas que vous soyez habilitée, rétorqua le Docteur après avoir regardé attentivement cette femme qui semblait un peu trop sûre d’elle et de son physique.

 

Saeko fut tellement surprise qu’elle se prit une libellule sur la tête, c’était la première fois que son charme n’opérait pas.

 

  • Mais mes amis sont bien ici, eux ? bredouilla-t-elle devant une Kaori qui se retenait de rire. Et puis d’abord qui êtes-vous ?
  • Ça ne vous regarde aucunement, Mademoiselle, veuillez quitter les lieux, insista le Docteur à une Saeko au comble de l’humiliation.
  • Commandant Shinigami
  • Monsieur, intervint soudain une femme en uniforme qui fit le salut au Docteur. Vos ordres  ont été exécutés, le périmètre est bouclé.
  • Pas tout à fait Commandant, faites escorter cette dame vers la sortie, elle n’a aucune habilitation et dites à vos hommes d’essayer de résister à ses charmes, je ne veux pas la revoir ici !
  • Très bien, Monsieur, à vos ordres ! fit le commandant tout en sifflant deux de ses hommes pour embarquer une Saeko hystérique et outrée.
  • Quels sont vos ordres pour la suite, Monsieur ? demanda le commandant.
  • Occupez-vous de la sécurité, rien n’entre, rien ne sort, je m’occupe du reste avec mes « amis » fit-il avant d’aller aider Kaori à relever Ryô. Allez debout, Monsieur « l’étalon », on a du boulot.
  • Et vous comptez faire quoi, Monsieur « surtout pas de flingue », fit Ryô en se redressant brusquement. Appeler le monstre avec un drapeau blanc en lui demandant de se rendre gentiment ?
  • On va déjà localiser le problème et on avisera, rétorqua le Docteur. Kaori, pouvez-vous nous montrer où se trouve ce fameux tombeau métallique ?
  • Oui, bien sûr, c’est par ici, répondit Kaori avant de leur montrer le chemin.

 

En s’approchant du tombeau, le Docteur sortit son tournevis sonique et fit une rapide analyse. Ryô ne put s’empêcher de lui demander ce qu’il fichait avec son mini sabre laser, parce que vu le gabarit de la bestiole, il faudrait sûrement prévoir le modèle au-dessus.

 

  • Je vous ai déjà dit que je n’utilisais pas d’arme, ceci est un tournevis sonique et…
  • Vous voulez monter un meuble en kit, c’est pas vraiment le moment ! l’interrompit Ryô moqueur.
  • Je ne sais pas comment votre charmante partenaire peut vous supporter, fit le Docteur.
  • Charmante, argh, mais mettez vos lunettes, c’est une planche à pain et elle n’a rien de féminin, fit le nettoyeur.

 

Le Docteur se baissa promptement pour laisser passer la massue que Kaori envoya dans la figure de son partenaire.

 

  • Je l’examinerai plus tard, il y a forcément un truc pour qu’il survive à des chocs pareils, il me rappelle un ami qui ne meurt jamais ! fit le Docteur.
  • Vraiment ? fit Kaori étonnée.
  • Parfaitement, mais c’est un cas à part, répondit le Docteur.
  • Parce que vous trouvez qu’il n’est pas à part ? fit-elle en indiquant son partenaire.
  • Certes, il n’a rien de commun, fit le Docteur en souriant. Bon revenons à nos affaires. Visiblement, ce que vous appelez le tombeau n’a pas été ouvert, il n’y a pas de fuites, donc c’est toujours ça de gagné, maintenant reste à retrouver votre « amie » et essayer de la maîtriser sans lui faire de mal.
  • On pourrait faire un piège ? fit aussitôt Kaori.
  • Peut-être mais je ne suis pas un expert, avoua-t-il.
  • Vous avez de la chance, j’ai appris avec le meilleur, fit Kaori.
  • Si c’est de l’asticot qui vous sert de partenaire, je crains le pire !
  • Mais non, c’est Umibozu, le patron du café où vous m’avez suivie.
  • Le type aveugle !
  • Comment vous avez su ? En général, personne ne s’en rend compte.
  • Je l’ai scanné avec mon tournevis sonique, quand j’ai vu le colosse je me suis demandé s’il était humain ! avoua-t-il.
  • Non, c’est un ancien mercenaire, c’est d’ailleurs comme ça qu’il a perdu la vue, mais certainement pas la main. Il m’a tout appris, en général, je m’en sers pour calmer Ryô, mais là je peux adapter pour attraper notre bestiole.
  • Dans ce cas, je vous laisse faire, moi je vais essayer de réanimer votre collègue et on va tenter de débusquer la bête pour l’attirer dans vos filets. Ce qui m’étonne c’est qu’elle ne soit pas près de ce tombeau vu l’attachement qu’elle semblait y manifester. Debout, Monsieur Hunter, finit la sieste, on a du boulot, fit-il en secouant Ryô.
  • Oh ça va, l’homme de l’espace, on va l’attraper votre petite bête, stressez pas ! fit Ryô en se relevant.

 

Ils visitèrent le site minutieusement quand soudain ils découvrirent une forme bizarre sur le sol. On aurait dit un énorme cocon et il était rempli de poils.

 

  • Oh oh, fit le Docteur après examen avec son tournevis sonique.
  • Quoi ? demanda Ryô énervé.
  • Je crois que la bête a muté une nouvelle fois et elle risque de ne pas ressembler au monstre qui poursuivait Kaori.
  • Et on doit s’attendre à quoi ?
  • Allez savoir, peut-être quelque chose d’encore plus gros.
  • Genre King Kong ? fit Ryô d’un air évasif en regardant au loin.
  • Miss Kaori a raison, vous passez votre temps à dire des bêtises, Monsieur Hunter, mais je vous prierai d’arrêter cinq minutes, nous ne sommes pas dans un film !
  • Alors déjà, mon nom, c’est Saeba et ce n’est pas un film que je vois au loin sur la Tour Skytree fit-il en indiquant la direction avec son doigt.

 

Le Docteur se retourna et faillit en tomber une nouvelle fois à la renverse.

 

  • Bon sang, mais à quoi elle joue cette bestiole ? fit le Docteur tout en courant vers le Tardis suivi de près par Ryô.
  • Kaori, fit Ryô en interpellant sa partenaire, laisse tomber le piège, il ne sera pas assez grand, fit-il en lui montrant la tour au loin.
  • Mince, fit-elle en lâchant tout et en les suivant.
  • Commandant Shinigami, cria le Docteur pour attirer l’attention de la militaire. On a un gros problème sur cette tour là-bas. Envoyez des troupes sur les lieux le plus rapidement possible.
  • A vos ordres, Monsieur, fit le Commandant alors que le Tardis venait de disparaître.

ShanInXYZ  (14.02.2021 à 17:24)
Message édité : 15.02.2021 à 01:37

Quand ils arrivèrent aux pieds de la tour, il y avait déjà pas mal de monde qui avait remarqué ce qui s’y passait et d’ailleurs Ryô ne tarda pas à sentir quelqu’un taper sur son épaule, tandis qu’il regardait en l’air.

 

  • Alors, cette fois, vous allez me dire ce qui se passe ! fit une Saeko passablement énervée. Parce que là, vous n’allez pas me dire que c’est confidentiel et qu’on tourne un remake de King Kong !
  • Ah, tiens, Saeko. Si on te dit ce qu’il en est, tu ne vas pas nous croire, fit-il sans la laisser argumenter. Puis s’adressant au Docteur : « franchement là, je veux pas me croire plus malin que tout le monde, mais vous comptez faire quoi, Doc ? Vous êtes sûr qu’on n’a pas besoin de renforts ? »
  • Laissez-moi réfléchir une seconde, fit le Docteur, qu’est-ce qu’elle fait là-haut ? C’est quoi cet endroit d’abord ?
  • C’est une antenne de radiodiffusion, intervint Saeko. Ça a déjà brouillé tout le quartier et…
  • J’ai compris, fit le Docteur en fonçant vers le Tardis, suivi par Kaori et Ryô. Saeko les regarda entrer chacun leur tour dans une cabine bleue de police anglaise et se demanda ce qu’ils pouvaient faire coincés à trois dans un si petit espace. Elle finit par aller voir et fut surprise de ce qu’elle vit à l’intérieur.
  • Vous faites partie de la police anglaise ? demanda-t-elle.
  • Saeko, c’est pas le moment, fit Ryô.
  • Etant de la police, moi-même, j’estime que j’ai droit à une réponse !
  • Pas le temps, fit le Docteur. Il faut couper le signal.
  • Elle fait quoi, demanda Kaori ?
  • Je crois qu’elle appelle du secours, fit le Docteur c’est pourquoi il faut l’empêcher d’émettre.
  • Si vous permettez, fit Ryô, je pense que là je peux vous aider.
  • Vraiment, fit le Docteur, et comment ?
  • Comme ça, fit Ryô en sortant de la cabine et en se hissant sur le toit.

 

Ils sortirent tous pour regarder ce qu’il allait faire, il avait sorti son python 357 magnum et visait la tour.

 

  • Il ne va tout de même pas essayer de l’abattre ? fit le Docteur hors de lui.
  • Je ne pense pas, fit Kaori en lui faisant un clin d’œil.
  • Dans ce cas, qu’est-ce qu’il fiche ? hurla le docteur.
  • A mon avis, il vise l’émetteur, intervint Saeko.
  • Vous plaisantez ? à cette distance, c’est impossible ! fit le Docteur.

 

C’est à ce moment-là que le coup de feu retentit et qu’une fraction de seconde plus tard, ils entendirent un gros « boum » au niveau de la tour, il y eut des grésillements et tout ce qu’il y avait d’électrique aux alentours s’éteignit. Puis Ryô redescendit tranquillement du toit du Tardis en demandant ce qu’on faisait pour la bestiole maintenant qu’elle ne pouvait plus téléphoner.

 

  • Mais comment vous avez fait ? l’interrogea le Docteur.
  • J’ai tiré dans le boîtier d’alimentation de l’antenne, tout simplement.
  • Avec un simple pistolet ?
  • Celui-là est un des plus puissants au monde. Si j’avais eu un fusil, j’aurais pu être plus précis, mais je me suis adapté comme d’habitude. Estimez-vous heureux, si mon pote Umichou avait été là, il aurait explosé l’antenne à coup de bazooka.
  • Un bazooka !!! Mais je suis tombé chez des fous !!! Et en plus, il tire au petit bonheur la chance sur un truc qui se trouve à je ne sais combien de mètres et coup de bol en plein dans le mille, c’est hallucinant !
  • Ce n’était pas un coup de bol, ne cherchez pas à comprendre, je suis City Hunter et ce que je viens de faire c’est mon boulot, donc maintenant faites le vôtre, débarrassez-nous de la grosse bête sinon on va avoir une émeute sur les bras !
  • Vous êtes bien sérieux tout d’un coup, constata le Docteur. Où est passé l’idiot qui sautait dans tous les sens et qui sortait une ânerie toutes les deux minutes.
  • Il y a un temps pour tout, Doc, alors allez bidouiller ce que vous voulez, mais trouvez vite une solution ! fit Ryô avec le plus grand sérieux.
  • Je fais ce que je peux, et arrêtez de m’appeler, Doc ! fit le Docteur
  • Désolé, question d’habitude j’ai un pote que j’appelle comme ça, mais lui c’est un vrai médecin alors que vous, j’ai des doutes.
  • Arrêtez donc de faire votre malin et laissez-moi faire mon travail ! dit le Docteur en retournant à la console du Tardis.
  • Comment allez-vous faire ? demanda Kaori.
  • Dans un premier temps je vais analyser le message qu’elle tentait d’envoyer si je trouve à qui il était destiné je saurais peut-être comment la neutraliser.
  • Apprends à connaître ton ennemi, conclut Ryô.
  • Sauf qu’il ne s’agit en aucun cas de notre ennemi, il s’agit d’une personne victime d’une mutation par une espèce extra-terrestre.
  • Une victime qui peut faire de gros dégâts, donc bougez-vous ! rétorqua Ryô.
  • Deux minutes, je récupère le message. Ca y est, maintenant, écoutons, fit le Docteur après avoir appuyé sur un bouton qui lança la voix de quelqu’un qui pleurait.
  • Oh mes frères et sœurs, aidez-moi, notre mission a échoué, nous devions sauver notre héritage pour nous éviter l’extinction et je me réveille seule sur une planète où l’on nous veut du mal et j’ai peur que nos descendants ne soient en grave danger la capsule qui les maintient en vie est endommagée, elle ne fonctionne plus correctement et j’ai peur de les perdre, je vous en prie venez à mon aide… Oh mes frères et sœurs…. Et le message repartait en boucle.
  • Y en a d’autres comme elle dans la capsule ? fit Ryô avant de demander pourquoi il comprenait soudainement l’extra-terrestre.
  • Le Tardis a traduit ce qu’elle disait, répondit le Docteur. Si j’ai bien compris, elle faisait partie d’une mission de sauvetage avec pour seul but de sauver la descendance de cette race alien, mais apparemment ils ont atterri ici, qu’est-il arrivé à l’équipage ?
  • Kaiko a parlé d’ossements, elle pensait qu’il y avait eu des sacrifices, intervint Kaori. Peut-être ont-ils péri dans un accident ?
  • Ou tué, à peine arrivés, fit Ryô.
  • Mais votre amie, elle est humaine et dans son message, elle se dit survivante, comme si… oh mince, pourquoi je n’y ai pas pensé plus tôt ! fit le Docteur qui sautait sur place.
  • Quoi ? Compris quoi ? demanda Ryô avec insistance.
  • Ce ne sont pas des enfants dans la capsule, l’héritage de ce peuple, ce sont leurs consciences !
  • Comment ça ? fit Ryô avec une grimace.
  • Ils ont mis leurs esprits dans cette capsule pour sauver leur descendance, fit le Docteur et c’est plutôt futé car au lieu de sauver des personnes de chair et de sang, ils ont fait une base de données ça tenait moins de place et ils n’avaient plus qu’à trouver une forme de vie pour...
  • S’y télécharger, conclut Kaori.
  • Exactement, fit le Docteur avec un sourire. C’est pourquoi votre amie se comporte comme ça, elle se croit de cette espèce.
  • Et elle veut sauver ce qu’elle pense être les siens, en appelant les autres à l’aide alors qu’ils n’existent sûrement plus, c’est bien ça, Docteur ? fit Kaori avec un regard triste.
  • Oui, elle ne se rend pas compte du temps passé depuis son départ, ni du fait qu’elle a pris le corps d’une humaine pour faire tout ça.
  • Peut-être bien, intervint Saeko, mais on fait quoi, on doit s’attendre à d’autres possessions et à une invasion de trucs du même genre ?
  • Il faut lui expliquer et si on peut sauver ce qui se trouve dans la capsule on l’aidera, fit le Docteur.
  • En évitant, la colonisation par des hommes-singes tant qu’à faire, j’espère, conclut Ryô.
  • Je me demande si c’est vraiment leur forme originelle, une espèce si développée intellectuellement qui apparaît sous une forme aussi primitive, j’avoue que ça m’étonne un peu, c’est peut-être dû au gène humain, fit le Docteur en pensant tout haut.
  • Parce que ce serait de notre faute, maintenant ! fit Ryô.
  • Non, mais l’homme descend du singe vous devez le savoir, et peut-être qu’en s’insérant dans le corps de votre amie, l’esprit de l’alien a réveillé des gênes primitifs en sommeil et vous avez devant vous l’une des possibilités d’évolution de l’espèce avec un soupçon d’extra-terrestre pour corser le tout, conclut le Docteur en rigolant.
  • Eh bien, ça vous amuse sans doute mais pas moi, alors faites marcher vos petites cellules grises, Monsieur le Docteur, qu’on règle ce gros problème au plus vite ! fit Ryô.
  • Ce qu’il est sérieux, votre partenaire, Kaori. Un vrai rabat-joie ! fit le Docteur avec un clin d’œil.
  • C’est bon, vous vous êtes bien foutu de moi ?! fit Ryô, maintenant au boulot !
  • Du calme, qui vous dit que je ne sais pas déjà quoi faire ? rétorqua le Docteur.
  • Eh bien, faites-le ! répondit Ryô
  • D’accord, alors commençons par le début, si je ne me trompe pas, votre amie qui nous fait un remake de King Kong là-haut, est sur ce site de fouilles depuis plusieurs semaines, voire des mois. C’est sûrement à ce moment-là qu’elle a été exposée, mais ce que je ne comprenais pas c’est ce qui avait réveillé la bête en elle et puis j’ai pensé à un truc, avant d’être un site archéologique, cet endroit, c’était quoi, on y faisait quoi, j’ai fait quelques recherches et j’ai découvert qu’un petit malin avait voulu y lancer la ruée vers l’or, il a prétendu y avoir trouvé des pépites et tous ses petits copains se sont pointés sur les lieux, persuadés de devenir riches, ça l’a tellement fait rire qu’il a fait un site internet. Evidemment, personne n’a trouvé d’or mais certains ont trouvé d’autres choses, des vestiges et c’est pour ça que c’est devenu un site archéologique où travaillait votre amie. Tout aurait pu se passer sans embrouilles si les chercheurs d’or n’avaient pas rempli le site d’ondes diverses et variées grâce à leurs détecteurs de métaux, car ce sont les interférences qui ont réveillé l’esprit de la bestiole qui dormait tranquillement dans sa capsule. Ensuite, elle a sauté sur la première forme de vie qu’elle a croisée et s’est mis en tête d’accomplir sa mission, sauver sa race, résuma le Docteur.
  • Et pour ses compagnons ? demanda Ryô.
  • Soit ils sont morts, soit ils font comme elle, faudra vérifier, faites-moi penser de dire au Commandant Shinigami de retrouver tous ceux qui ont travaillé sur ce site avant qu’il ferme. Mais je pense que c’est parce qu’elle était têtue et qu’elle a continué de s’y rendre malgré tout que notre archéologue s’est retrouvée dans ce pétrin, elle a été exposée plus longtemps que les autres, conclut le Docteur.
  • Bon, alors, vous avez un plan pour la faire descendre de là-haut ? demanda Saeko.
  • Oui, je pense qu’en l’exposant à d’autres ondes, on pourrait inverser la métamorphose, d’ailleurs je dois avoir un truc par-là qui pourrait faire l’affaire fit le Docteur en soulevant une plaque au sol, je crois que je l’ai rangé par ici, ah le voilà, je le pensais plus gros mais ça fera l’affaire, quelques petites modifications et nous pourrons gérer le gros problème et après on s’occupera du plus petit.

 

Il bidouilla pendant au moins dix minutes et réussit à fabriquer une arme assez similaire à celle qu’avait bricolé son double lors de sa dernière rencontre avec Davros pour tenter de l’attaquer à travers ses gênes, c’était l’idéal mais dans ce cas-là, il fallait le configurer pour que la personne visée retrouve ses gènes d’origine.

 

  • Allez, à vous de jouer, l’expert, fit le Docteur en lançant l’arme à Ryô.
  • Plus de fléchettes, fit Ryô d’un ton narquois.
  • Non, mais vous n’aurez droit qu’à un seul essai, alors ne vous loupez pas ! insista le Docteur.
  • Vous oubliez à qui vous avez à faire ? fit Ryô.
  • Oh que non, alors faites nous voir que vous êtes à la hauteur de votre réputation ! fit le Docteur avec un clin d’œil pendant que le Japonais commençait à s’énerver.
  • Ryô, calme-toi, il faut sauver Kaiko, je compte sur toi, fit Kaori.
  • T’inquiète pas, si le machin de ton Docteur fonctionne, ce sera vite fait, répondit Ryô tout en sortant de la cabine. Dites, Doc, votre machin, il a quoi comme portée ?
  • Ah, mince, c’est vrai, il n’est pas aussi puissant que le truc que vous avez utilisé tout à l’heure, il vaudrait mieux vous rapprocher. Je n’avais pas pensé à ça mais un vol stationnaire du Tardis devrait arranger ça, allez, grimpez, on y va !
  • Bien, Monsieur, fit Ryô en s’asseyant sur le pas de la porte de la cabine bleue qui commençait à monter dans les airs. Dites, vous vous rendez-compte que tout le monde regarde une cabine bleue de police anglaise voler dans le ciel de Tokyo ?
  • Le coup de feu de toute à l’heure, a éloigné pas mal de monde, fit Saeko. Et puis sans vous vexer, la grosse bestiole sur l’antenne, doit avoir plus de fans.
  • Eh bien, nous verrons plus tard pour les détails, alors comment ça va pour la visée ? demanda le Docteur
  • Votre engin n’a pas de lunette de visée au cas où vous n’auriez pas remarqué, fit Ryô.
  • Je parlais de votre œil d’expert, si vous avez pu exploser le boitier d’alimentation depuis le sol, vous devriez me dire si l’angle vous convient ou non, n’est-ce pas ? rétorqua le Docteur
  • Vous adorez avoir le dernier mot, vous, je me trompe ? fit Ryô.
  • C’est pas faux, mais ne le dites à personne, avoua le Docteur.
  • Trop tard, on a deux témoins, fit Ryô en indiquant Saeko et Kaori.
  • Je fais confiance à leur discrétion, fit le Docteur.
  • Arrêtez un peu de vous chinoiser tous les deux, on a plus important à se tracasser fit Kaori.
  • Vous avez raison, Miss Kaori, je me suis laissé prendre au petit jeu que votre partenaire doit faire habituellement avec vous, veuillez m’en excuser.
  • Je crois que tu as un ticket, Kaori, profites-en, pour une fois qu’on ne te prend pas pour un mec, remarque c’est normal, il n’est pas humain et il doit avoir grandement besoin de ses lunettes ! fit Ryô moqueur.
  • Seriez-vous jaloux, Monsieur Saeba ? fit le Docteur d’un ton sec.
  • Moi, ça va pas, vous êtes dingue ?! Vous pouvez l’emmener avec vous le travesti, ça me fera des vacances !!
  • Kaori, si vous pouviez attendre pour lui balancer votre massue dans la figure, je vous serais très reconnaissant, on a besoin de lui pour finir cette opération délicate mais après vous ferez ce que vous voudrez de lui et je vous aiderais volontiers ! fit le Docteur.
  • C’est sûr qu’un crétin pareil, on finit toujours par avoir envie de lui taper dessus ! ajouta Saeko.
  • Ca y est, tout le monde se ligue contre moi, grogna Ryô.
  • Occupe-toi plutôt de ton boulot, fit Kaori, et si tu le fais correctement, j’oublierais peut-être la correction !
  • Ok, je suis un professionnel, moi, bon c’est bon, Doc, vous pouvez arrêter votre machine, je pense que là je ne pourrais pas louper la cible.
  • Faites attention, un seul tir, rappelez-vous, insista le Docteur.
  • Je sais, on fera avec, fit le nettoyeur. Maintenant, silence, s’il vous plaît ! Alors on y va, ne bouge pas trop ma belle, fit-il comme si la bête qui grognait en face de lui pouvait l’entendre.

 

Un bruit sourd retentit quand il pressa la détente, lui-même se demanda si ça avait bien marché, avant de voir la bête avoir un soubresaut et lâcher l’antenne avant de tomber. Pendant sa chute, ils purent tous constater qu’elle semblait diminuer de volume jusqu’à ne plus être qu’une forme couchée sur le toit de l’immeuble où elle avait atterri.


ShanInXYZ  (21.02.2021 à 17:05)

Le Docteur fit une manipulation pour relancer le Tardis et il atterrit auprès d’elle. A première vue, elle était redevenue humaine. Le Docteur descendit le premier pour aller la voir aussitôt suivi par Kaori. Devant l’empressement de la jeune femme inquiète pour sa nouvelle amie, le Docteur lui demanda de bien vouloir attendre un peu en retrait avant de se précipiter. A ces mots, Ryô ne mit pas longtemps pour attraper sa partenaire par la taille afin de la retenir, ce que ne manqua pas de noter le Docteur tandis qu’il s’approchait de Kaiko. Il l’examina minutieusement à l’aide de son tournevis sonique. Après son examen, il conclut qu’elle était belle et bien redevenue humaine mais comme elle avait perdu connaissance, il préférait attendre son réveil pour être totalement rassuré sur son état.

 

Il autorisa une équipe médicale envoyée par UNIT à s’occuper d’elle. Elle resterait en observation le temps d’en savoir plus. Il retournait vers ses nouveaux amis quand Kaori l’interpella.

 

  • Alors, Docteur, elle va bien ?
  • Bien sûr qu’elle va bien, on va juste la garder en observation au cas où, répondit le Docteur. Au fait, Monsieur Saeba, je pense que vous pouvez lâcher votre partenaire, tout danger est écarté maintenant fit le Docteur avec un petit sourire en coin.

 

Kaori vira au rouge en constatant que Ryô la tenait par la taille bien serrée contre lui et ce dernier la lâcha promptement comme pris en faute avant de reprendre contenance pour demander au Docteur ce qu’il comptait faire pour le site de fouilles et la base de données qui s’y trouvait.

 

  • Eh bien, nous allons nous en occuper, fit le Docteur en s’amusant de l’attitude du nettoyeur.
  • Et vous comptez faire quoi ? demanda Ryô.
  • Mon boulot, Monsieur Saeba, mon boulot, rétorqua le Docteur en se dirigeant vers le Tardis.
  • Vous allez où ? demanda Saeko en voyant les nettoyeurs le suivre.
  • On va finir le boulot, fit Ryô, tu devrais peut-être rester ici pour faire le ménage par contre.
  • Le ménage, et puis quoi encore ? Les amis de votre copain s’en chargeront bien mieux que moi, fit-elle en rentrant dans le Tardis d’un pas décidé et tout en se disant que ce petit trio s’était assez foutu d’elle pour qu’elle loupe le final.

 

Le Docteur joua avec les boutons de la console et le Tardis atterrit sur le site, exactement à l’endroit où il était la première fois.

 

  • C’est quoi le plan ? demanda Ryô.
  • Cette capsule contient la mémoire de tout un peuple, le mieux pour éviter toute possession non volontaire est de trouver un endroit où stocker toutes ces données, fit le Docteur.
  • Comme un grand ordinateur ? fit Kaori.
  • Quelque chose comme ça, rétorqua le Docteur. Une sorte de bibliothèque où l’on pourrait les stocker virtuellement, tiens ça me rappelle quelque chose, dommage, ça aurait été l’endroit idéal mais j’ai promis aux propriétaires des forêts de ne pas revenir.
  • Qu’est-ce qu’il raconte ? demanda Saeko tout doucement.
  • Fais pas attention, fit Ryô, on ne comprend pas toujours ce qu’il raconte !
  • Tout comme on ne comprend pas toujours votre comportement, Monsieur Saeba, lança le Docteur.
  • Je ne vois pas de quoi vous parlez, dit Ryô.
  • Si vous le dites, mais faites-moi confiance pour tirer ça au clair avant mon départ, marmonna le Docteur pour lui-même.
  • Docteur, vous pensez pouvoir arriver à les aider ? demanda Kaori.
  • Bien sûr, c’est ma spécialité, répondit-il en lui faisant un clin d’œil. Eh le comique, fit-il en s’adressant à Ryô, attrapez ce câble et allez me le brancher sur la capsule.
  • Hein, mais pourquoi moi ! En plus, vous avez dit qu’il ne fallait pas s’en approcher à cause d’une possible possession.
  • Justement, ils ne s’attaquent qu’aux esprits supérieurs, vous ne risquez donc rien, rétorqua le Docteur.
  • Retenez-moi ou je l’assomme ! fit Ryô.
  • Vous savez Docteur, je crois qu’il déteint un peu sur vous, fit Kaori en souriant.
  • Non, j’ai juste une grande capacité d’adaptation à l’environnement dans lequel je me trouve.
  • Et vous avez l’air de vous amuser beaucoup, je me trompe, fit-elle amusée.
  • Non, mais j’ai bien le droit d’en profiter un peu, après tout…. Il se tut subitement et reprit son sérieux sans explications.
  • Un souci, Docteur ? demanda Kaori.
  • Non, rien d’important. Bon, Monsieur Saeba, vous y allez ou je dois tout faire moi-même ?
  • Je m’en occupe, mais je le branche où j’ai rien vu pour brancher quoique ce soit, demanda Ryô.
  • Approchez le câble de la coque et ça se fera automatiquement, répondit le Docteur.
  • Eh bien, allons-y, fit Ryô en sortant du Tardis sans voir le sourire du Docteur en entendant ces mots. Il revint quelques secondes plus tard en indiquant qu’il avait présenté le câble et que la capsule l’avait absorbé.
  • Très bien maintenant, je lance le téléchargement, fit le Docteur.
  • Vous allez les mettre dans votre vaisseau ? fit Kaori.
  • C’est le seul endroit où il y a assez de place pour les contenir et ils seront en sécurité en attendant que je leur trouve un foyer, j’ai une petite idée mais faudra que je négocie avec les ombres.
  • Ne me dites rien, fit Saeko, on ne comprend pas toujours ce qu’il dit.

 

Le téléchargement dura quelques minutes et pendant ce temps le Docteur alla parler des opérations avec le Commandant Shinigami. Soudain, une lumière apparut au milieu du Tardis dans une sorte de colonne et une voix demanda où elle se trouvait. Aussitôt, Ryô fonça à l’extérieur pour prévenir le Docteur qu’ils avaient de la visite. Ce dernier rappliqua, en courant, tout excité à l’idée de parler avec un représentant de cette race. Après avoir expliqué à ses amis que la forme qui venait d’apparaître était un hologramme généré par le Tardis d’une espèce qu’il ne connaissait pas encore, il s’empressa de trifouiller sur la console pour avoir une image nette de leur invité. Quand il y parvint, leur apparut alors un être très mince, de forme humanoïde, la peau bleue, des vêtements longs et fluides et des yeux étincelants. Sa voix était douce quand elle s’exprima pour demander à nouveau où elle se trouvait. Le Docteur se présenta et lui expliqua ce qui s’était passé auparavant. Aleana les remercia pour elle et son peuple, les Psychéas. Elle était vraiment désolée pour le désagrément causé à leur planète, elle ne se serait jamais imaginé que le voyage ne se déroulerait pas comme prévu mais elle faisait confiance au Docteur pour leur trouver un lieu où ils pourraient vivre en paix et en harmonie sans causer de soucis à autrui. Elle les remercia tous et disparut.

 

Kaori, Ryô et Saeko restèrent un moment à regarder l’endroit où s’était tenue Aleana. Malgré tout ce qu’ils avaient vécu aujourd’hui, ils avaient du mal à croire ce qu’ils venaient de voir. D’ailleurs, ils décidèrent de garder cette histoire pour eux, officiellement il était clair que cette affaire ne pouvait avoir existé. En quelques heures, tout le chambardement que cela avait déclenché disparut. Officiellement, il y avait eu une explosion de gaz près du site et concernant ce qui s’était passé en ville c’était la promotion pour un film prochainement à l’écran.

 

Le Docteur ramena Ryô et Kaori à la gare, après avoir déposé Saeko devant le commissariat.

 

  • Et voilà, là où tout a commencé, fit le Docteur en leur ouvrant la porte.
  • Quelle histoire, fit Kaori. Heureusement que vous étiez là. Même si vous ne saviez pas pourquoi, enfin au début.
  • Peut-être pour prendre votre partenaire sur le fait, fit-il avec un clin d’œil.
  • Quoi, qu’est-ce que j’ai fait ? dit Ryô avec un air innocent.
  • Vous êtes un être drôlement bizarre, Monsieur Saeba. Mais c’est peut-être pour ça que j’ai atterri ici, pour vous rencontrer et vous aider.
  • Nous aider en quoi ? fit Ryô.
  • Vous avez déjà oublié tout ce qui s’est passé ?
  • Mais non, Doc, allez, venez avec nous, fit Ryô, je vous offre un verre, vous ne pouvez pas partir sans trinquer avec nous.
  • C’est avec plaisir que j’accepte l’invitation, Monsieur Saeba.

 

Quand ils arrivèrent au café Cat’s Eye, Miki les accueillit chaleureusement et Kaori fut contente de retrouver sa meilleure amie après une journée pareille. Le Docteur retrouva l’espace d’un instant la joie  d’être avec des amis. Il était ému mais devait continuer son voyage pour faire ses adieux. C’était idiot de se faire de nouveaux amis juste avant de partir à moins qu’il y ait une autre raison. Il demanda à Ryô de le suivre dehors.

 

  • Qu’est-ce qu’il y a Doc, vous nous quittez déjà ?
  • Eh oui, je n’ai plus beaucoup de temps devant moi. En fait, on m’en a accordé un peu et j’essaie de revoir toutes les personnes qui ont compté dans ma vie mais il y a une personne qu’il m’est impossible de revoir et pourtant elle comptait beaucoup, mais c’est de ma faute. J’ai eu ma chance et je l’ai loupée, peut-être dans une autre vie, qui sait.
  • Qu’est-ce que vous voulez dire ? fit Ryô.
  • J’essaie de vous dire de ne pas faire la même bêtise que moi. Dites-lui que vous l’aimez, fit le Docteur.
  • Je ne comprends pas de quoi vous parlez, assura Ryô.
  • Je parle de votre partenaire, vous êtes insupportable avec elle mais j’ai vu que ce n’était qu’un jeu, car dès qu’il faut la protéger, vous ne la lâchez plus, vos instincts vous trahissent alors pourquoi cette comédie ? demanda le Docteur.
  • Mon métier est dangereux, je ne veux pas qu’elle soit en danger, fit Ryô avec une grimace.
  • Elle l’est déjà, c’est votre partenaire. J’ai jamais vu un idiot pareil ! Si vous lui avouez votre amour, que vous l’appréciez telle qu’elle est, elle reprendra confiance en elle et vous n’aurez plus à vous inquiéter car ça la rendra plus forte. Vous faites erreur depuis le début, mon vieux !
  • J’hallucine, un homme de l’espace qui me fait la morale !
  • Faites le malin et rigolez tant que vous voudrez, mais vous verrez que j’ai raison. Sur ce, je dois vous laisser, je dois finir mon voyage et trouver une maison à nos nouveaux amis, en route !
  • Vous partez déjà ? fit Kaori qui venait de sortir pour voir ce qu’ils faisaient.
  • Hélas, oui, ma chère, le temps passe trop vite. Vous être vraiment une personne exceptionnelle. J’ai été heureux de vous rencontrer. Au revoir, City Hunter, fit le Docteur en les saluant tout en s’éloignant.
  • Au revoir, Docteur, firent Ryô et Kaori en lui faisant signe.
  • Ryô, quand il parlait du temps qui passe, tu crois que cela voulait dire que…
  • T’inquiète pas, Sugar boy, on ne comprenait pas toujours ce qu’il disait, fit Ryô en lui prenant la main.

 

Le Docteur rejoignit son Tardis en espérant que City Hunter suivrait ses conseils mais il n’en doutait pas trop, cet homme avait beau être très bizarre, il n’était pas du tout idiot contrairement à ce qu’il lui avait affirmé. C’est donc en souriant qu’il continua son voyage vers la fin des temps.

 

FIN


ShanInXYZ  (28.02.2021 à 16:58)

HypnoCup
Ne manque pas...
Activité récente
Dernières audiences
Logo de la chaîne TF1

Je te promets, S01E10
Lundi 1 mars à 22:05
3.49m / 19.9% (Part)

Logo de la chaîne NBC

Debris, S01E01
Lundi 1 mars à 22:00
4.37m / 0.6% (18-49)

Logo de la chaîne TF1

Je te promets, S01E09
Lundi 1 mars à 21:05
4.18m / 18.2% (Part)

Logo de la chaîne The CW

Black Lightning, S04E04
Lundi 1 mars à 21:00
0.41m / 0.1% (18-49)

Logo de la chaîne FOX

9-1-1 : Lone Star, S02E07
Lundi 1 mars à 21:00
5.34m / 0.9% (18-49)

Logo de la chaîne France 2

Un si grand Soleil, S03E121
Lundi 1 mars à 20:45
3.68m / 14.4% (Part)

Logo de la chaîne France 3

Plus belle la vie, S17E126
Lundi 1 mars à 20:20
3.16m / 11.9% (Part)

Logo de la chaîne FOX

9-1-1, S04E07
Lundi 1 mars à 20:00
6.40m / 1.1% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
Audiences US - Bilan du 21 au 27 février

Audiences US - Bilan du 21 au 27 février
Un dimanche où le rouge prédomine avec, entre autres, la FOX qui voit ses animés en très petite...

Au programme de ce mardi soir

Au programme de ce mardi soir
En ce mardi 2 mars, Cheyenne et Lola débarquent sur les chaînes francophones. A la même heure,...

HypnoFanfics, le bilan du mois de Février

HypnoFanfics, le bilan du mois de Février
L'heure du bilan de Février a sonné pour la rubrique HypnoFanfics! Merci aux auteurs qui l'ont...

Découvrez les séries lauréates des Golden Globes 2021

Découvrez les séries lauréates des Golden Globes 2021
La 78e cérémonie des Golden Globes s'est déroulée le 28 février dernier, plus tard qu'habituellement...

HypnoCard du Mois

HypnoCard du Mois
La carte Evil de His Dark Materials gagne le titre d'HypnoCard du Mois. Elle a terminé sur la...

HypnoRooms

Luna25, Hier à 13:04

Le calendrier du mois est arrivé sur le quartier Legends of tomorrow ! Ainsi que nouveaux duel, pdm et sondage

SeySey, Hier à 14:40

Bonjour ! Nouvelles lectures sur le quartier Sex Education ;D

quimper, Hier à 17:48

De nouveaux calendriers sur les quartiers Elementary, The Closer, NCIS Los Angeles et Sherlock.

quimper, Hier à 17:49

Et un nouveau sondage sur Sherlock : quelle actrice de Doctor Who dans la saison 5. N'hésitez pas à venir

emeline53, Hier à 20:41

Nouveau sondage sur le quartier The Fosters portant sur le spin-off Good Trouble ! N'hésitez pas à commenter, je serai ravie de vous répondre

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage

De nombreuses BD ont été adaptées en série ! Parmi cette liste, quelle série vous a le plus marquée ?

Afficher plus d'informations

Total : 111 votes
Tous les sondages