Black Mirror
#202 : La Chasse

Une jeune femme presque totalement amnésique se réveille dans une chambre lugubre. Pour comprendre ce qui l'a menée là, elle explore d'abord la maison où elle se trouve, puis finit par sortir. Elle découvre un quartier froid et désolé : les habitants qu'elle aperçoit l'épient à l'aide de leurs smartphones, ignorent ses appels à l'aide, et s'enfuient quand elle se rapproche d'eux ; soudain un homme cagoulé descend d'une voiture, prend un fusil de chasse et commence à tirer sur elle... 

Popularité


4.33 - 6 votes

Titre VO
White Bear

Titre VF
La Chasse

Première diffusion
18.02.2013

Première diffusion en France
05.06.2014

Vidéos

Diffusions

Logo de la chaîne Channel 4

Grande-Bretagne (inédit)
Lundi 18.02.2013 à 22:00
1.69m

Plus de détails

Réalisation : Carl Tibbetts 

Scénario : Charlie Brooker 

Invités : 

  • Lenora Crichlow (Victoria Skillane)
  • Michael Smiley (Baxter)
  • Tuppence Middleton (Jem)

Des images se brouillent et on voit apparaître une petite fille. D’autres éléments apparaissent et un symbole se matérialise.

 

INTÉRIEUR – Dans une maisonMatinée

Une femme se trouve assise sur une chaise et se réveille. Elle se met à avoir mal à la tête et se la touche. Elle ne semble pas savoir qui elle est et où elle se trouve. Elle a un bandage à son poignet ainsi qu’à l’autre. Elle les touche aussi. Sur un écran de télévision, un symbole est dessus et se brouille. Elle se retouche l’arrière de la tête et se met à regarder le tapis où se trouve des médicaments ainsi que deux flacons, pensant peut-être qu’elle a fait une tentative de suicide. Elle regarde par la fenêtre et se met à se lever pour voir ce qui se passe et ouvre les rideaux. Devant elle, il y a des habitations avec un jardin d’enfants. Elle regarde ne sachant que faire, puis se met à se voir dans le miroir. Elle s’avance mais ne se reconnaît pas. Elle se touche le cou. Elle se retourne pour voir de nouveau le symbole qui se brouille et éteint la télé.

Victoria : Il y a quelqu’un ?

Elle sort de la chambre et se met à descendre dans le salon où un autre écran s’y trouve avec toujours le même symbole. Elle voit le verre sur l’évier et se met à le remplir d’eau pour le boire. Le minuteur du micro-onde clignote. Elle s’approche du calendrier où les dates sont marquées d’une croix. Cela s’arrête au 17 octobre. Nous sommes le 18. Des cadres sont posés sur la cheminée dont un couple avec une fille. Elle prend la photo de cette dernière. Des images brouillées de la petite apparaissent la montrant en train de rigoler dans sa chambre. Elle se met à souffrir de la tête. Elle regarde le couple et la femme semble être elle-même. Le symbole sur l’écran se brouille et elle se met à l’éteindre. Elle pleure et voit des chaussures sur le sol. Elle prend une veste de survêtement pour la mettre sur elle. Elle met également ses chaussures, regardant la photo puis la rangeant dans sa poche. Elle ouvre la fenêtre puis se met à sortir à l’extérieur de la maison.

 

EXTÉRIEUR – Dans le jardin d’enfantsMatinée

Elle se met à arpenter le jardin d’enfants, ne comprenant toujours pas ce qu’elle fait là. Elle regarde autour d’elle et voit des fenêtres au-dessus.

Victoria : Il y a quelqu’un ? (Deux personnes sont devant une de ses fenêtres en train de la regarder avec un téléphone portable. Elle les voit.) Il y a quelqu’un là ? Il…

Devant une autre fenêtre, une autre personne est également en train de la regarder avec son téléphone. Elle s’avance et deux autres personnes font pareil devant une autre fenêtre mais cette fois-ci dans la maison d’en face. Dans une autre maison également, deux personnes s’y trouvent aussi. Devant deux fenêtres, deux autres personnes aussi la scrutent.

Victoria : Vous pouvez m’aider ? Vous savez qui je suis ou pas ? J’ai… Je ne me rappelle pas, j’ai oublié. Je ne sais pas qui je suis. (Près d’une clôture, une jeune fille la regarde et elle l’a vue. Elle se met à courir puis la femme se met à la poursuivre. Un vélo est sur le sol. Elle regarde autour d’elle et se met à lever la tête pour voir une autre personne la regarder avec son portable.) Hey, vous savez qui je suis ? Je vous en supplie, je ne me souviens plus de rien. Elle se retourne et voit une voiture qui se roule doucement puis s’arrête. L’homme avec son enfant les regarde faire. Un homme en sort avec une cagoule où est dessiné le symbole vu sur les écrans de télévision dans la maison. Il ouvre le coffre et prend un fusil. Il s’avance vers elle et se met à la mettre en joue. Elle s’enfuit. Alors que l’homme continue de la poursuivre, des gens se mettent à les regarder en scrutant leur téléphone portable, se mettant à les suivre. Sur la route, elle rencontre d’autres personnes qui sont avec leur téléphone.

Victoria : C’est qui ? Aidez-moi. (Continuant de courir sous le regard des passants.) Aidez-moi. Au secours. (Elle continue de courir jusqu’à arriver à une station-service où une femme est en train de faire son plein.) Aidez-moi, il est armé. À l’aide.

Jem : (Elle la voit, pose le pistolet et se met à taper sur le toit de la voiture. Elle se met à crier.) Hey, il faut qu’on s’en aille, vite. Dépêche-toi. (L’homme armé du fusil arrive vers elles qui se sont cachées derrière la voiture.)

Victoria : Oh, mon Dieu. (L’homme tire sur le pneu en le crevant.) Oh mon Dieu.

Jem : (Voyant son ami sortir de la station-service.) Reste où tu es. Reste à l’abri, planque-toi. (Il veut entrer mais reste au pas de la porte. Elle voit l’homme recharger son arme et se met à courir vers le magasin.) Entre. Entre. (Ils entrent.)

Victoria : (En courant vers la porte.) Oh non, non, attendez, attendez. (Elle entre dans le magasin. Jem veut bloquer la porte mais elle arrive tout de même à entrer.) Laissez-moi entrer, laissez-moi entrer.

Jem : Aide-moi, aide-moi. (Victoria s’est cachée derrière le comptoir pendant que Jem et son ami bougent un distributeur devant la vitre. Victoria est toujours aussi effrayée alors qu’ils se mettent à terre. L’homme armée arrive et commence à les viser.)

Damien : (Montrant vers une porte.) Il y a une porte derrière.

Jem : Elle est verrouillée.

Damien : T’en sais rien.

Jem : Si, elle est à code.

Damien : Il faut quand même essayer. (Il veut se relever mais l’homme armé veut viser vers eux.)

Jem : Couche-toi. (Il s’exécute.) Le premier qui se lève, il lui dégomme la tête.

Victoria : (Toujours aussi choquée.) Il cherche à me tuer. (Pendant ce temps, les gens avec leur téléphone continuent de filmer la scène.) Mais qu’est-ce qu’il lui prend à celui-là ?

Damien : La ferme, on réfléchit là.

Jem : Il te voit là, recule. (Victoria tente de se lever pour voir ce qui se passe et les gens continuent de filmer.)

Victoria : Mais qu’est-ce qu’ils ont tous ces gens, qu’est-ce qu’ils attendent pour nous aider ? Il faut faire quelque chose.

Jem : Mais tu es à la ramasse ou quoi ?

Victoria : Mais pourquoi ?

Jem : (Montrant l’extincteur.) Attrape l’extincteur.

Victoria : (Se levant pour voir où il se trouve.) Non, je n’y arriverai pas.

Jem : Si allez, vas-y, dépêche-toi.

Victoria : D’accord, d’accord, d’accord, d’accord. (Elle se lève pour aller le chercher pendant que l’homme armé commence à briser la vitre avec sa crosse.)

Jem : Allez. (Damien respire difficilement alors que Victoria attrape l’extincteur.) Allez, fais-le rouler jusqu’à moi. (Victoria le fait rouler par terre et Jem l’attrape.) Damien, s’il arrive à passer, tu l’attrapes et tu lui prends son fusil.

Damien : Non, je ne peux pas.

Jem : T’as pas le choix.

Damien : Il va nous descendre.

Jem : T’es obligé. Je m’occupe de la serrure (regardant vers Victoria) et toi, aide-le avec le mec armé. (Victoria fait non de la tête.) Il ne peut pas tous nous tuer, il sera forcé de recharger s’il tire alors soit on l’affronte, soit on s’enfuit, d’accord. (Damien fait non de la tête.)

Damien : C’est au-dessus de mes forces.

Jem : On n’a pas le choix, tu vois bien. (L’homme continue de taper sur la vitre. Elle regarde encore vers Victoria.) Aide-le. (Elle court vers la porte et commence à briser le boitier du code. L’homme arrive à briser la glace pendant que les gens continuent de regarder avec leurs téléphones.) Ça va être à vous. (Victoria est toujours autant paniquée tandis que Damien ne sait toujours pas quoi faire alors qu’il se prend les éclats de verre.) Attrapez-le. (L’homme enjambe la vitre sous les rires des passants. Il entre dans le magasin. Damien commence à paniquer et voit les jambes de l’homme et les prend, ce qui le déséquilibre. Il tombe au sol avec son fusil braqué sur lui. Il la pointe désormais vers Victoria qui s’enfuit en le voyant. Un début de bagarre s’engage entre les deux hommes. Elle se cache dans un autre endroit du magasin alors que les deux hommes sont toujours au sol, Damien voulant le désarmer. Jem continue de taper sur le boîtier et arrive à ouvrir la porte. Victoria l’a vue et elle se met à partir dans sa direction. Elles vont dans l’arrière-boutique puis quittent le magasin pour se trouver derrière. Un coup de feu se fait entendre. Elles se cachent derrière des containers.)

 

EXTÉRIEUR – Derrière le magasin - Journée

Jem : Baisse-toi. (Victoria s’exécute en se mettant à côté d’elle.) Chut. (Elle met sa main sur sa bouche pour qu’elle se taise. Damien sort à son tour en se touchant le ventre car il est blessé.) Putain. (Il s’écroule au sol. L’homme armé arrive à son tour et se remet à charger son arme. Elle demande à Victoria de ne rien dire.) Chut. (Les passants en profitent pour sortir également du magasin pour filmer la scène. Ils prennent en photo le corps de Damien. Victoria regarde la cagoule de l’homme et se met à revoir des images brouillées de ses souvenirs. Il y a un homme dans une voiture avec une jeune fille sur la banquette arrière. Victoria se trouve à côté et sourit. L’homme sourit. Elle se remet de ses souvenirs et un son strident se fait entendre tandis que les gens continuent d’arriver devant le corps de Damien en prenant les photos.) Je pense qu’il faut se barrer de là, viens. (Elle l’emmène plus loin du magasin. Fais chier (Elles arrivent près d’une clôture. Devant elles se trouve une route. Un véhicule roule et s’arrête. Elles se cachent derrière d’autres containers. Elle parle à voix basse.) Bouge pas. Merde. (Victoria regarde à travers les containers et deux personnes en sortent dont une avec un couteau électrique à la main.) Bouge pas surtout. (La femme fait marcher le couteau électrique tandis qu’un homme ayant un casque sur la tête avec le symbole en sort aussi.)

Victoria : Qui sont ces gens et pourquoi ils ont cette dégaine ?

Jem : Leur truc, c’est de faire peur aux autres.

Victoria : Quoi ?

Jem : (Voyant un trou dans la clôture.) Bon, on va courir jusqu’à cette ouverture.

Victoria : Non, ils vont nous voir.

Jem : Pendant qu’ils s’occupent de lui, on va les semer, d’accord ?

Victoria : (Faisant non de la tête.) Non.

Jem : Tu ne me lâches pas d’une semelle, d’accord ?

Victoria : Oui.

Jem : T’es prête ? (Victoria fait encore non de la tête.) Suis-moi. (Elles courent vers l’ouverture et s’enfuient pour rejoindre un mur où se trouve de l’autre côté, un jardin.) Attends. (Elles se retournent puis se remettent à courir pour aller dans une maison abandonnée.

 

INTÉRIEUR – Dans une maison abandonnée - Matinée

Le canapé est tourné vers le bas et Victoria s’approche de la fenêtre.)

Jem : Fais gaffe. Parfois les spectateurs sont derrière les fenêtres à l’affût. C’est comme ça qu’ils nous trouvent, j’en suis sûre. (Elle pose son sac sur le sol.) Avec leur appareil photo sans doute. Le public te repère et au bout de quelques minutes, ça se sait.

Victoria : C’est de la folie, c’est n’importe quoi.

Jem : Écoute, il faut que tu tiennes le coup et que tu fasses ce que je te dis, sinon, on va se faire tuer toutes les deux.

Victoria : Je, je me suis réveillée dans une maison, je ne sais même pas si c’était ma maison. Je ne sais même plus comment je m’appelle.

Jem : T’as pas pu tout oublier.

Victoria : (Sortant la photo de la fillette.) Oh, c’est ma fille ça, je crois.

Jem : Mais tu ne la reconnais pas.

Victoria : Elle pourrait être n’importe où.

Jem : (Voyant les bandages aux poignets de Victoria.) T’as peut-être fait une tentative de suicide. C’est plausible.

Victoria : Il y avait des comprimés.

Jem : Je te comprends. Il y en a beaucoup qui ont pris ce parti-là depuis que tout a commencé.

Victoria : Depuis que quoi a commencé ?

Jem : Tu n’es vraiment pas au courant ?

Victoria : Non.

Jem : Il y a eu un signal, comme des images, des espèces de flashes qui sont apparus sur chaque téléviseur, le moindre écran, les ordinateurs. (Victoria recommence à avoir des flash-backs sur un écran de télévision avec le symbole.)

Victoria : Oui, je les ai vus, je les ai vus. (Jem regarde par la fenêtre puis entraîne Victoria derrière le canapé.)

Jem : Attention. (Deux hommes sont avec leur téléphone pour continuer de les filmer.) Depuis, les gens ne sont plus pareils. Tout le monde ou presque est devenu un spectateur qui s’est mis à regarder, à filmer ce qui l’entoure, comme un public qui se contrefout de ce qui se passe. C’est le cas de neuf personnes sur dix aujourd’hui.

Victoria : Mais ce n’est pas notre cas.

Jem : Pour une raison que j’ignore, certains n’ont pas été affectés.

Victoria : Comme cet homme armé d’un fusil et cette femme.

Jem : Je les appelle les « chasseurs ». Tu as dû le remarquer, ils te traquent. Au début, ils semblaient normaux avant de s’apercevoir qu’ils pouvaient faire ce qu’ils voulaient. Ils se sont mis à voler des trucs, à chourer des voitures et on les a laissés faire. Puis ils se sont attaqués aux objets mais aux hommes aussi. C’est devenu de pire en pire. (Elle sort une carte de son sac.) Et maintenant, ils ont un public.

Victoria : Donc, ce truc à la télévision…

Jem : Le signal.

Victoria : C’est ça la cause de tout, c’est ça qui explique leur comportement ?

Jem : Non, à mon avis, ils ont toujours été comme ça. Il suffisait que les règles changent. (Elle regarde toujours la carte.) Que personne ne réagisse.

Victoria : Qu’est-ce qu’on va faire ? Qu’est-ce qu’on va faire ?

Jem : On va rien faire, on va sortir de là.

Victoria : Comment on fait ?

Jem : (Montrant un point sur la carte.) On est ici.

Victoria : Oui.

Jem : On doit partir vers le sud, là-bas, les émetteurs sont endommagés, on ne craint rien. (Voyant le regard inquiet de Victoria.) Ça passe par les émetteurs de télé. Il n’y en a qu’un entre nous et la zone protégée, on va le bousiller. (Montrant un point entouré sur la carte.) Tu vois, à White Bear. (Voyant qu’elle se souvient de quelque chose.) Qu’est-ce qu’il y a ?

Victoria : White Bear ? (Elle regarde vers les deux personnes qui filment dont un qui prend une photo avec son flash, ce qui lui fait mal aux yeux. Elle bouge la tête et se souvient de la petite fille qu’elle regarde sur son téléphone alors qu’elle est en train de jouer dans sa chambre. La petite dit quelque chose et Victoria fait signe de la main et la fille en fait de même.)

Jem : Mais qu’est-ce qui te prends encore ?

Victoria : White Bear, t’as parlé de White Bear.

Jem : Oui et alors ? (Victoria se lève.) Écoute, je ne sais pas ce que t’as mais il va falloir que tu te ressaisisses. Tu m’écoutes. (Victoria s’approche des deux hommes avec leur téléphone.) Ne vas pas dehors.

Victoria : (S’adressant aux deux hommes.) C’est quoi votre problème, hein ? Vous voulez que je vous montre quelque chose ? Parce que j’ai un truc à vous montrer.

Jem : (Tentant de la retenir.) Il faut qu’on foute le camp.

Victoria : (Se dégageant.) Non, j’ai deux mots à leur dire. (Aux deux hommes.) J’ai deux mots à vous dire. (Elle prend une brique et la lance vers les deux hommes.) Tenez. (Ils s’enfuient.) C’est moins drôle d’un seul coup, hein. (Jem prend son taser et s’approche d’elle qui prend le téléphone de l’un des deux hommes. Jem arrive devant elle et fait marcher le taser.)

Jem : Pose-le par terre.

Victoria : Je veux seulement voir ce qu’ils regardent.

Jem : Repose-le par terre, j’ai dit. C’est dangereux, leurs téléphones sont dangereux. C’est le signal, les images sont dessus, sur l’écran.

Victoria : Quoi ?

Jem : Ne le regarde pas. Ne le regarde pas. (C’est plus fort qu’elle mais elle regarde l’écran. Dans ses souvenirs, elle se revoit, regardant la petite Jemima à travers le téléphone en train de jouer dans sa chambre. Elle se trouve aussi dans la voiture avec un homme à côté d’elle.)

Victoria : (À travers l’écran.) Jemima. (Elle se trouve dans la voiture, il fait nuit et un bûcher se trouve devant elle. Le symbole se matérialise de nouveau. Revenue à elle, elle lâche le téléphone puis se lève et se met à crier de douleur dans la tête.) Non, non, c’est n’importe quoi. C’est n’importe quoi. (L’homme et la femme arrivent derrière elles.)

Jem : Ils arrivent, viens. Vas-y, cours. (Elles se mettent à courir dans l’autre sens, l’homme et la femme à leur poursuite. Elles arrivent près de la route, la traversent alors qu’un véhicule se met en travers de leur chemin.) Ah, qu’est-ce qu’il fout ? (Elles reculent et il ouvre la portière passager.)

Baxter : Montez. (D’autres passants sont en train de les filmer.) Allez, montez. (Jem monte dans le véhicule mais pas Victoria qui reste plantée sur la route.)

Jem : (À Victoria.) Allez, viens. (Victoria fait non de la tête.)

Victoria : Non.

Jem : Allez, dépêche-toi, ils se rapprochent, vite. (Elle descend de véhicule et la prend par le bras pour qu’elle monte aussi dans le véhicule.) Qu’est-ce que tu fous, putain ? Viens. (Elles montent dans le véhicule alors que l’homme et la femme sont près d’eux, cette dernière faisant fonctionner son couteau électrique. Jem ferme la porte et la femme tente de la découper, toujours sous les yeux des passants qui filment. L’homme et la femme leur courent après.)

 

INTÉRIEUR – Dans la camionnetteJournée

Jem : (Au chauffeur.) Ça va pas non, vous avez bien failli nous tuer.

Baxter : Oui, ben moi, je ne pouvais pas deviner que vous seriez là. Je viens de vous sauver la vie, alors un petit merci, ce ne serait pas du luxe. J’aurais dû vous renverser, tiens. (Victoria regarde fixement le chauffeur.)

Victoria : Vous êtes qui ?

Baxter : Et vous, vous êtes qui ? (N’obtenant pas de réponse.) Ce n’est pas difficile comme question.

Victoria : (Regardant Jem et Baxter l’un après l’autre.) Je le connais, je vous ai déjà vu.

Baxter : Ah bon, où est-ce qu’on se serait vu si vous me connaissez. (Voyant qu’elle ne répond pas.) C’est bien ce que je pensais. Ouais.

Jem : Elle a l’esprit confus, elle ne va pas bien.

Baxter : C’est peu de le dire. (Alors que Jem soupire.) Bon et dites-moi, qu’est-ce que vous allez faire ?

Jem : On va vers le sud.

Baxter : Ce n’est pas vraiment un bon calcul. Tout le sud est paralysé.

Jem : Il y a un émetteur là-bas. Si on y arrive…

Baxter : Vous n’avez pas l’air de saisir, quand je vous dis que vous faites un mauvais calcul, c’est parce que je n’ai pas l’intention de vous y conduire. Je connais une bonne petite planque.

Victoria : Dans les bois. Elle est dans les bois, votre planque.

Baxter : Comment vous le savez ?

Victoria : Non, non, je n’en sais rien.

Baxter : Ah, c’est peut-être vrai que vous me connaissez.

Victoria : La voiture s’arrête et puis tout le monde descend. On échange quelques mots, on n’est pas poursuivi.

Baxter : Madame Soleil.

Jem : Et après, qu’est-ce qui se passe ?

Victoria : (Après une pause.) On mange. (Ils continuent la route jusqu’à arriver vers un  endroit dans les bois. Ils se sont arrêtés et Victoria regarde la photo de la petite Jemima.)

 

EXTÉRIEUR – Dans les boisJournée

Baxter : (Regardant son téléphone.) Je vous l’avais bien dit, il n’y a pas de réseau. (Jem est en train de manger du pain.) Ils nous retrouveront jamais ici. (Voyant la photo dans les mains de Victoria.) C’est votre fille ?

Victoria : Oui, je crois, oui. (Elle range la photo.)

Baxter : Elle est où ?

Victoria : J’en sais rien.

Baxter : Qu’est-ce que vous avez aux poignets ?

Victoria : Je ne sais pas.

Baxter : Des antécédents psychiatriques ? Ça crève les yeux, je suis prêt à parier. (Se tournant vers Jem.) Bon, et vous alors ?

Jem : Quoi et moi ?

Baxter : Des troubles mentaux, des points faibles ?

Jem : (Finissant ce qu’elle a dans la bouche.) Des points faibles, on en a tous.

Baxter : Ouais, vous deux, un peu plus que la moyenne. C’est pour ça que vous en faites les frais, trop vulnérables.

Jem : On fait les frais de quoi ?

Baxter : (Regardant autour de lui.) De ça, de tout ce qui se passe. Vous êtes des proies faciles.

Victoria : Et vous, c’est quoi vos faiblesses ?

Baxter : Moi, je vais vous les montrer, si ça vous dit. Une petite seconde, ne bougez pas. (Il va vers la camionnette, prenant sans doute quelque chose.) Ça va vous plaire, enfin, vaut voir. (Victoria fait signe de la tête.)

Jem : J’espère que ce n’est pas le naturisme.

Baxter : Oh, arrêtez de rêver. (Il revient avec un fusil et Jem s’enfuit.) Tala. Si tu t’échappes, je te tire dans le dos. (Jem lève les bras avec son sac à la main, tout comme Victoria, qui commence à paniquer.) Allez, viens par là. Mets-toi là. (Jem se met à côté de Victoria. Il se tourne vers Victoria.) Toi, tiens, mets ça sur la tête. (Il lui donne une cagoule avec un symbole blanc dessus. Victoria semble se souvenir de quelque chose.) Allez, mets-le à l’envers pour couvrir tes yeux. (Il lui lance et elle le met à l’envers, ne voyant plus rien. Il la relève et la met derrière Jem.) Mets tes mains sur ses épaules. Tu ne les enlèves pas de là, elle va être tes yeux, t’as compris ? (Mettant son fusil sur le bas du dos de Victoria.) Et ça là, c’est un fusil de chasse, pigé. Un coup sur la détente et je vous réduis en bouilli toutes les deux. Alors, pas de mauvaises plaisanteries. (Victoria fait non de la tête.) Allez, on avance maintenant. On va tout droit, on va passer entre les arbres. (Ils avancent dans la forêt.) Allez, on accélère le pas. On arrive vers une magnifique aire de jeux là. Voilà, par ici. (Victoria tente de découvrir ce qu’est l’endroit.) C’est ça, droit devant vous. (Victoria semble paniquer et ne sait toujours pas où elle se trouve. Elle s’approche trop du précipice. Il parle à Jem.) Retiens-la. (Elle la rattrape in extremis.) Enlève-lui son passe-montagne. (Jem lui retire la cagoule et Victoria voit où elle se trouve. C’est un grand espace où des bouts de bois sont accrochés aux arbres ainsi qu’un tronc et un grand bout de bois au sol. Une personne est accrochée à un arbre. Victoria voit qu’une corde est suspendue à un autre arbre et semble paniquée. D’autres personnes sont accrochées à des arbres. Baxter leur sourit.) Allez, on descend. (Ils descendent alors que Victoria voit une personne accrochée avec un sac sur la tête.)

Victoria : Oh, putain. (Un homme est accroché aussi.)

Baxter : On avance, vers l’échelle, là-bas. (Ils s’y approchent alors qu’une femme est accrochée à un arbre. Des gens, qui s’étaient cachés derrière des arbres, sortent avec leur téléphone à la main pour filmer la scène.) Allez, descendez. On s’arrête là. (Ils s’arrêtent au point indiqué par Baxter.) Toutes les deux, à genoux. Donne-moi ce sac, ce putain de sac. (Il le prend et le jette derrière elles.) Couche-toi. (Il la fait allonger alors qu’elle est toujours en panique.) Arrête de pleurnicher. Ferme ta putain de gueule. (Son téléphone se met à sonner.) Arrête de pleurer. Oh. (Il prend son téléphone alors que Jem regarde autour d’elle tandis que Victoria est toujours allongée. Il parle à son interlocuteur.) Ouais, ouais, on vient juste d’arriver. Ouais, ouais, nickel, je n’ai plus qu’à les attacher à un arbre. (Jem en profite pour se faire la malle alors que Victoria pleure toujours, allongée.) Ou à je ne sais pas quoi. Magne-toi le cul, je ne voudrais pas trop tarder, il va pleuvoir. (Il la voit s’enfuir et se met à tirer vers elle.) Eh merde. (Il la rate et elle parvient à quitter la zone. Il prend la veste de Victoria en la relevant.) Ta copine s’est barrée, tu vas prendre une double peine ma petite. Monte sur ce rondin, allez. (Elle s’exécute toujours en panique.) Bouge. Passe les mains là-dedans, passe-les là dedans. Passe-les complètement, les bras en avant, tends-les. (Elle se trouve prise au piège avec les mains attachées devant elle.) Tends-les jusque là. (Il pose son fusil.) Ils ne sont pas venus pour rien, ils veulent du spectacle, eux là-bas. (Il ricane alors que les gens continuent de filmer la scène. Il prend son sac et le pose par terre.) Regarde ce que papa a dans le sac. (Il sort une perceuse électrique.) Ah, mama mia. (Il la fait fonctionner. Victoria se met à paniquer de plus en plus.)

Victoria : Au secours, à l’aide, pitié, aidez-moi. (Les gens s’approchent de plus en plus d’eux avec leur téléphone à la main.) Pourquoi vous faites tout ça ? (Baxter tourne autour de lui en criant avec sa perceuse à la main qu’il fait fonctionner.) Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? Aidez-moi, aidez-moi. (Baxter s’approche d’elle avec sa perceuse.) Je suis un être humain. À l’aide.

Baxter : Ils ne vont pas t’aider. (Les gens descendent vers l’endroit où se trouvent Baxter et Victoria.) Ils sont là pour regarder ce que je vais faire, mon petit chou. Je vais seulement te transpercer tes omoplates. (Il appuie avec sa perceuse sur le dos de Victoria qui crie de douleur.)

Victoria : Aidez-moi, pitié. (Jem est revenue et a pris le fusil qu’elle pointe vers Baxter. Elle lui tire dessus et s’effondre. Victoria ne comprend pas ce qui se passe mais est soulagée. Jem pose le fusil tandis que les gens regardent toujours avec leur portable. Elle se met à libérer Victoria.) Je te remer… Je te remercie.

Jem : Merci de quoi ? (Elle revient vers Victoria, son sac sur le dos.)

Victoria : D’être revenue pour moi.

Jem : Non, c’est pour ça que je suis revenue. (Elle montre son sac. Elle fouille dans le sac de Baxter et prend ses clés.) On va en croiser d’autres comme lui. (Elle s’en va alors que Victoria est toujours aussi paniquée, respirant difficilement. Jem se retourne.) Allez, viens. Victoria hésite mais se met à partir avec elle. Les gens se mettent autour de Baxter, qui semble mort et le prennent en photo. Elles arrivent à monter dans la camionnette de Baxter et se mettent à partir. L’homme avec la batte arrive vers elles mais Jem arrive à quitter les lieux. L’homme tape sur la carrosserie tandis que la femme masquée d’un lapin utilise son couteau contre la portière. L’homme continue de frapper sur la camionnette. Les gens continuent de filmer alors que l’homme jette sa batte au sol mais il est trop tard, elles ont réussi à fuir.)

 

INTÉRIEUR – Dans la camionnetteSoirée

Jem : White Bear n’est pas loin d’ici. Si on se dépêche, peut-être qu’on arrivera à le trouver avant qu’ils nous rattrapent.

Victoria : Qu’est-ce qui se passe si on n’y parvient pas ?

Jem : On va réussir.

Victoria : Mais de quelle façon ? On s’introduit dans le système ou ?

Jem : On est dans un système de contrôle, on n’entre nulle part. C’est très simple : on répand de l’essence tout autour, on y met le feu et finit l’installation électrique. (Elle donne son sac.) Tiens, là dans mon sac. (Victoria sort une carte.) C’est le plan du site de l’émetteur. J’ai pensé à tout, tu vois. (Un homme s’approche d’elles avec son téléphone portable, il prend un photo avec son flash, ce qui a pour conséquence que Victoria commence à avoir de plus en plus de souvenirs. Elle voit toujours le même homme.)

 

FLASH-BACK

INTÉRIEUR – Dans une voiture - Journée

Victoria : Jemima. Allonge-toi, ma chérie. Allez, vas-y, c’est un jeu. Oui, dans la même position que ton nounours. (La petite se cache sous le siège. La voiture passe à côté d’une voiture de police dont le passager semble parler avec quelqu’un.) Couche-toi, ma chérie. (Elle se voit que quelqu’un l’attache à une chaise.)

 

INTÉRIEUR – Dans la camionnetteSoirée

Victoria : (Regardant ses poignets.) Fais demi-tour.

Jem : Quoi ?

Victoria : White Bear, il ne faut surtout pas aller dans cet endroit, je me rappelle maintenant.

Jem : Tu te souvenais du bois aussi, j’ai un petit doute sur tes intentions.

(Elles arrivent devant la grille de la station électrique.) Bon, apparemment, il n’y a personne. (Elle sort de la camionnette et s’approche de la grille. Elle voit qu’elle est cadenassée. Pendant ce temps, Victoria a de nouveaux souvenirs lorsqu’elle a été dans la voiture et qu’elle se regarde dans le rétroviseur. Jem ouvre la portière arrière.) Allez. (Victoria se touche la tête et elle se revoit encore dans la voiture. L’homme semble chercher quelque chose dans la banquette arrière. Dans le présent, Jem sort une cisaille et un bidon.) Il n’aura pas été complètement inutile. (Victoria se touche le visage et se souvient d’une forêt avec un bûcher. L’homme se tient près de lui en train de regarder quelque chose brûler. L’homme est revenu à côté d’elle et elle semble stoïque par les événements. Pendant que Victoria se demande toujours que sont ces souvenirs, Jem parvient à enlever le cadenas de la grille.) Dépêche-toi, il faut qu’on y aille. (Elle ouvre la portière passager.) Allez, sort de là. (Victoria descend. Jem la prend par la main et elles avancent vers la grille.) Viens avec moi. (Victoria ne sait toujours pas où elle se trouve mais voit un logo où se trouve noté « Émetteur Ours Blanc ». Elle revoit d’autres souvenirs où elle regarde la petite Jemima jouer dans sa chambre via son téléphone portable. La petite dit quelque chose alors qu’une autre image montre l’homme vu de son cou où se trouve le symbole bizarre tatoué derrière lui. Revenant à elle, elle ne veut pas continuer.) Allez, viens.

 

EXTÉRIEUR – Dans la station émetteurSoirée

Sur la grille se trouve l’inscription « Réservé au personnel autorisé ». Victoria et Jem entrent dans l’enceinte de l’émetteur et se mettent à courir. Elles arrivent vers des bâtiments où il y a une caméra de vidéosurveillance.

Jem : (S’adossant à un hangar.) Merde alors, ils sont là d’une minute à l’autre. Donne-moi le plan. (Elle regarde vers d’autres bâtiments.) L’émetteur est par là-bas, il y a des câbles souterrains qui vont jusqu’à ce bâtiment. (Elle regarde le plan.) Allez, viens. (Elles se mettent à courir de nouveau et rejoignent une porte qui est fermée avec un cadenas.) J’en étais sûre. (Elle prend la cisaille et tape sur le cadenas jusqu’à ce qu’il cède. Victoria se trouve à côté, semblant se souvenir de quelque chose. Jem prend le bidon.) Viens, on y va.

 

INTÉRIEUR – Dans les tunnels de l’émetteurSoirée

Jem et Victoria marchent dans les tunnels menant à l’endroit où se trouve l’émetteur. Elles arrivent dans une salle où se trouvent des boutons et des voyants allumés ainsi que le symbole sur plusieurs écrans. Jem voit un boîtier et appuie sur un levier. Victoria regarde les symboles sur les écrans. Jem actionne un levier mais rien ne se passe, à part la lumière qui clignote. Victoria voit que les symboles bougent. La lumière continue de clignoter et Jem appuie sur une poignet du boîtier. Un bruit se fait entendre et un symbole clignote. Jem ouvre le bidon d’essence et en met sur le boîtier et en met autour aussi. Elle prend son briquet et l’allume. La femme masquée arrive au même moment avec l’homme derrière elle. Jem pointe le briquet allumé vers eux.

Jem : Reculez, sinon je vais tout exploser, je ne plaisante pas. (L’homme semble choquer en voyant Victoria les mains en l’air. La femme masquée fait fonctionner son couteau électrique. Jem est toujours aussi menaçante avec son briquet allumé.) Reculez.

La femme la désarme avec son couteau et une bagarre s’engage entre elles. Jem est blessée au bras. Elles tombent au sol et se battent. L’homme les regarde, ce qui permet à Victoria de le désarmer en prenant son fusil. Elle le bouscule en utilisant la crosse du fusil et le pointe vers lui. Jem regarde vers eux mais la femme pointe son couteau dans le corps de Jem qui hurle. Victoria tire mais ce sont des confettis qui en sortent. Elle ne comprend pas ce qui se passe. La porte derrière elle s’entrouvre alors que des projecteurs s’allument vers elle et qu’un public qui se trouve devant elle, applaudit. Victoria regarde devant elle, ne sachant pas quoi faire alors que le public continue d’applaudir et de crier. L’homme prend le fusil des mains de Victoria qui se cache les yeux alors que Jem met la chaise au milieu de la pièce. Elle prend Victoria et l’installe dans la chaise avec l’aide de l’homme. Victoria ne sait toujours pas ce qui se passe. Ils avancent la chaise sur la rampe et ils se mettent à lui entraver les poignets et les pieds, toujours sous les acclamations du public. Victoria les regarde faire sans savoir ce qui se passe alors qu’ils saluent le public comme pour la fin d’une pièce de théâtre. Victoria regarde autour d’elle et tente de parler mais ne sait pas quoi dire. Jem la regarde en souriant. L’homme qui semblait mort dans la forêt réapparait devant le public, changé et muni d’un micro.

Baxter : Merci. (Il salue le public qui continue de les acclamer. Victoria le regarde, stupéfaite. Il s’adresse à Victoria.) Bon, vous vous demandez ce que vous faites là. Le moment est venu de vous dire qui vous êtes. (Il retourne la chaise et une autre porte s’ouvre montrant un écran avec Victoria qui se trouve derrière. Les projecteurs s’éteignent pour allumer d’autres qui montrent le visage de Victoria.) Vous n’êtes pas à votre avantage là. (Sur les côtés de la scène se trouvent deux antres écrans montrant Victoria. Devant elle, une autre photo montre la photo de l’homme qui s’est trouvé dans la voiture dans les souvenirs de Victoria. Au-dessus, se trouve le symbole qui a été mis sur les écrans.) Vous le reconnaissez ?

Victoria : Ah, oui.

Baxter : Votre fiancé, Ian Rannoch. Ou devrais-je dire, votre regretté fiancé. (Victoria regarde son fiancé et Baxter en même temps.) Au cas où vous auriez encore un doute, votre duo n’a pas vraiment bonne presse. Ce qui est indiscutable en revanche, c’est que vous êtes célèbre. (La photo de Victoria est remise sur les trois écrans alors qu’un journaliste se met à parler.)

Patrick Lacey : (Via les écrans sur un reportage de UKN News.) Le procès de Victoria Skillane s’est enfin achevé aujourd’hui. Elle a été reconnue coupable. Avec la complicité de son fiancé, Ian Rannoch, (une photo du couple apparaît sur l’écran) dont le décès survenu en détention a retardé le déroulement du procès, Skillane avait enlevé la petite Jemima Seights, âgée de six ans à quelques kilomètres de son domicile, (une vidéo apparaît montrant un policier expliquer l’enlèvement ainsi que les parents qui se trouvent à côté et que la mère pleure) ce qui avait donné lieu à des recherches dans tout le pays accompagné de messages suppliant (alors que la caméra filme la réaction de Victoria) de la part de ses parents. Pendant des mois, le mystère de sa disparition est resté entier. (Sur les écrans se trouvent une photo d’un ours en peluche dans un sachet ainsi que la réaction de Victoria qui se met à pleurer.) Avec pour seul indice, un ours en peluche blanc retrouvé dans une aire de repos à trois kilomètres du domicile familial. Un ours devenu le symbole récurrent des recherches menées (alors que dans un endroit, se trouvent des fleurs et un ours en peluche blanc) pour retrouver Jemima. Une traque qui s’est terminée dans une forêt de la région. C’est ici qu’on a retrouvé le cadavre de la fillette.  (Le journaliste parle depuis l’endroit où ils ont retrouvé la petite.) Il avait été enveloppé d’un sac de couchage avant d’être brûlé. (Victoria pleure de plus en plus.) Des images prises avec le téléphone portable de Skillane montrant des scènes de torture et de meurtre de Jemima ont permis de confondre le couple. (Une image avec le symbole sur le cou de Rannoch.) Ian Rannoch, identifié grâce à un tatouage sur la nuque, a tué la fillette pendant que Victoria Skillane tenait la caméra. Alors qu’elle fondait en larmes, Skillane a reconnu avoir filmé les derniers moments de Jemima tout en déclarant avoir cédé aux pressions de son fiancé qui, a-t-elle soutenu, l’aurait manipulé. (L’image de Rannoch est de nouveau visible sur l’écran.) Le jury ne s’est pas laissé convaincre par le récit de Skillane, pas plus que le président de la cour qui l’a qualifié d’« individu cruel et malveillant ». (Pendant que les dessins du procès apparaissent sur les écrans.) « Les spectacles de souffrances de Jemima a été pour vous source de jouissance, vous vous êtes délectée de son angoisse », a-t-il asséné, ajoutant que sa peine serait proportionnelle à la gravité des faits. Beaucoup estiment qu’en se pendant dans sa cellule, Ian Rannoch a échappé à la justice. (Une autre image montre le véhicule cellulaire qui roule alors que Victoria est toujours en train de pleurer.) L’opinion publique est désormais attachée à ce que sa complice ne puisse se dérober à son tour. Patrick Lacey, UKN.

Victoria : (Pleurant toujours alors que les projecteurs se sont rallumés.) Non. Non. (Les autres la regardent toujours.)

Baxter : (Revenant sur la scène.) Oh, vous allez arrêter de chialer, les larmes de crocodile me donnent la nausée. (Il retourne la chaise alors que le public la conspue et lui crie dessus. Baxter leur demande de s’arrêter.) Vous ne pleuriez pas en regardant faire. Vous filmiez pendant qu’il agissait. Une pauvre petite fille sans défense et pétri de terreur et vous étiez là en observatrice. Ça vous plaît d’être à sa place ? (Alors qu’elle continue de gémir et pleurer, il se met à crier.) Ça vous plaît, oui ou non ? (Le public la regarde en la filmant.)

Spectateur 1 : Meurtrière.

Spectateur 2 : Meurtrière.

Spectatrice : Meurtrière. (Ils la filment toujours alors qu’elle pleure.)

Baxter : Foutez-la dehors, qu’on la ramène là d’où elle vient. (Le public continue de la conspuer.)

Spectateur 3 : Sortez-la.

Quatre hommes avec des barres-porteurs les accrochent à la chaise et la soulèvent, emmenant Victoria loin de la scène.

Victoria : (Suppliant.) Non, non, aidez-moi. Aidez-moi, à l’aide. (Le public continue de la conspuer alors que les projecteurs s’éteignent.)

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueSoirée

Victoria est toujours assise et attachée mais se trouve dans un espace clos à la vue de tous, le public étant massé autour du véhicule. Baxter est à l’extérieur.

Baxter : Bonsoir, cher public. (Les gens l’acclament alors qu’il lève les bras. Quelqu’un filme la scène.) Merci mille fois d’être ici avec nous, ce soir. C’est fabuleux. On arrive au point culminant de la journée. (Il y a une pancarte où il y a noté « Tueuse d’enfant ». Prenez autant de photos que vous voulez, oui, prenez autant de photos que vous pouvez mais d’abord et avant tout, ce que j’attends de vous, c’est que vous criez et que vous fassiez du bruit pour que cette putain sache que vous êtes là. Et que le spectacle reprenne la route. (Il lève les bras puis se met à s’installer dans le véhicule côté passager. Le public les acclame de plus en plus. Les ampoules dans l’espace se mettent à s’allumer alors qu’elle est toujours en train de pleurer mais ne se débat plus, comme résignée.)

Spectatrice 1 : On t’a vu, assassin.

Spectatrice 2 : Tueuse d’enfant.

Spectatrice 3 : Ignoble sorcière.

Spectateur 4 : Traînée, va.

La porte se referme et les quatre hommes suivent le cortège.

Spectateur 5 : Sorcière. (Baxter salue la foule en souriant. Victoria voit tout le monde qui filme et qui acclame le cortège qui roule doucement suivi par les quatre hommes.)

Spectateur 6 : Meurtrière.

Spectatrice 4 : Meurtrière.

Spectatrice 5 : Meurtrière.

Le cortège avance et le public continue de la filmer et de jouer avec des bougies étincelantes.)

Spectatrice 6 : Meurtrière.

 Il se met aussi à lui jeter des éponges avec du liquide rouge sur la vitre. En passant, un stand s’y trouve et propose des éponges humidifiées à 2 livres. Elle est toujours en train de pleurer et fait non de la tête, voulant que tout s’arrête. Le véhicule s’arrête près de la maison, l’un des hommes ouvre la porte et ils entrent pour mettre les deux bâtons porteurs pour la prendre et l’emmener à l’extérieur. Dans le véhicule, Baxter enlève son micro et le pose sur le tableau de bord, se recoiffe.

Victoria : Pitié, non, pitié. Non.

Les gens continuent de filmer et de les acclamer. Baxter en profite pour sortir de la camionnette. Il lève les bras et une personne le filme en train de saluer le public. Il sourit puis se tournent vers les hommes pour leur faire signe qu’ils peuvent la faire entrer dans la maison. Un autre spectateur filme la scène et ils se mettent à la faire entrer. Baxter longe le public avec Victoria derrière lui puis tout le monde filme la scène. Ils l’acclament alors qu’elle est toujours aussi stoïque. Ils la prennent en photo.

 

INTÉRIEUR – Dans la maisonSoirée

Les quatre hommes l’installent dans la chambre et ils s’en vont en prenant les bâtons-porteurs. Baxter se trouve près de la télévision et de la commode. Elle continue de pleurer. Il allume la télévision.

Victoria : Tuez-moi, s’il vous plaît, tuez-moi.

Baxter : Chut.

Victoria : Pitié.

Baxter : (Prenant les flacons de médicaments et les met au sol.) Toujours la même chanson. (Il prend la télécommande ainsi qu’une sorte de casque.) Dou, pa, da, dou, pa, da. Sale journée mais on va tout effacer, que vous soyez d’attaque pour recommencer. (Il se met derrière elle et met ses mains autour de sa tête.)

Victoria : (Suppliante.) Non, non, ne me touchez pas.

Baxter : Chut.

Victoria : Qu’est-ce que vous faites ?

Baxter : Il faut compter environ une demi-heure pour être sûr que ce soit bien efficace. Il met deux embouts autour de la tête de Victoria et les met en route, les faisant clignoter.) Alors, en attendant, je vous propose un petit divertissement pour passer le temps.

Victoria : Non. (Via l’écran.) Fais coucou à la caméra. (Jemima fait coucou à la caméra alors qu’elle se trouve dans une chambre. La petite dit quelque chose.)

Baxter : Vous devriez apprécier, c’est vous qui filmiez.

Jemima : (Via l’écran ; Baxter range la télécommande dans le tiroir de la commode.) Et maintenant, je vais les mettre là. Alors, on va tout nettoyer. Après, on va préparer un pique-nique pour les vieux amis.

Le bruit du casque se fait de plus en plus rapproché et un bruit sourd se fait entendre, faisant souffrir Victoria qui hurle de douleur. Elle est toujours sur sa chaise, attachée alors que sur l’écran se trouve Ian Rannoch. Un homme se trouve à côté de la chambre et Baxter s’en va, éteignant la lumière et fermant la porte, la laissant en train de souffrir. Elle hurle toujours et les images défilent sur l’écran. Pendant ce temps, au rez-de-chaussée, les autres hommes s’affairent à remettre en place comme les chaussures ou mettre la photo de Jemima dans le cadre où se trouvent Rannoch et Victoria, toujours sous les cris de cette dernière. Quelqu’un nettoie le verre pour le remettre sur l’évier et appuyer sur le minuteur du micro-ondes. Les hommes quittent la maison alors que Baxter descend les escaliers pour aller dans un tiroir sortir un feutre et mettre une croix sur la journée du 18 octobre puisqu’elle est terminée. Il le referme et, après avoir entendu les cris de Victoria, quitte à son tour la maison alors que les gens se mettent à partir.

 

EXTÉRIEUR – Près du parc de justice White BearJournée

Le lendemain, deux hommes se mettent à ouvrir la grille du parc. Il y a un panneau évoquant le parc de justice « White Bear ».

Jem : (Hors cadre.) Bien, votre attention s’il vous plaît. Nous allons entrer dans le parc, je vous confie donc à Baxter. (Le public se met à applaudir alors que les gens arrivent dans le parc. Dans la salle, Baxter les salue.)

 

INTÉRIEUR – Dans une salle du parcMatinée

Baxter : Merci, tous les rôles revêtent de l’importance, y compris le votre, lequel comprend quelques règles. La première d’entre elles, ne pas parler. Non seulement à elle, mais aussi entre vous, d’accord, sauf en cas de nécessité absolue, puisque notre objectif est de lui donner l’illusion que vous êtes hypnotisés. (L’assistance se met à rigoler.) Et oui, aussi étrange que ça puisse sembler, jusqu’à présent, elle y a cru.

 

EXTÉRIEUR – Dans l’entrée du parcMatinée

Le gardien arrête les véhicules pour récupérer les tickets d’entrée.

Gardien : Bonjour, votre ticket s’il vous plaît. Merci beaucoup.

Dans la fausse station-service, deux hommes s’affairent pour remettre une nouvelle glace.

 

INTÉRIEUR – Dans une salle du parcMatinée

Jem : Alors, règle numéro deux, garder ses distances. On ne saurait vraiment trop y insister. N’oubliez pas qu’on a à faire à un individu dangereux. Imaginez un fauve échappé du zoo. (L’assistance se met à rigoler.) Hier, elle a jeté un projectile. Si elle s’approche trop de l’un de vous, nous interviendrons. (Elle sort un taser.) Nous sommes tous équipés de taser mais si on devait suspendre l’histoire, on perdrait une journée donc, vaut mieux garder vos distances, restez à au moins trois mètres d’elle. Utilisez le zoom de votre caméra.

Baxter : Enfin et surtout, amusez-vous. C’est probablement la plus importante de toutes les règles. Prenez pleins de photos, promenez-vous dans les bois, mais bon essayez de rester prudents et puis bon, on sera évidemment vigilants quant à votre sécurité. (Jem sourit.) Alors, amusez-vous et maintenant chers amis, place au spectacle, en avant. (Il rigole alors que le public applaudit.) Bonne journée. (Ils s’en vont alors que la femme avec le couteau électrique intervient.)

Femme : Très joli discours.

 

INTÉRIEUR – Dans la maisonMatinée

Victoria se réveille le lendemain matin comme si de rien n’était, se touchant la tête, ayant mal et que l’écran montre le fameux symbole.

 

EXTÉRIEUR – Dans le parcMatinée

Deux personnes regardent le réveil de Victoria à travers la caméra. Ils la voient s’approcher de la fenêtre alors qu’elle se regarde dans le miroir où se trouve derrière une caméra que les gens peuvent voir ses moindres faits et gestes. Un jeune homme et une jeune fille la regardent en souriant.

 

INTÉRIEUR – Dans une autre maisonMatinée

Homme : Tiens, regarde, la voilà. (Une femme la regarde sortir de la maison avec son appareil photo.) Tu la vois ?

Femme : Oui.

 

EXTÉRIEUR – Près de la station-serviceMatinée

Jem : (Après avoir regardé la vidéo de la sortie de Victoria.) Je ne sais pas trop, je suis un peu crevée.

Damien : Moi aussi.

Homme : (Au téléphone.) Elle vient de sortir de chez elle. Deux minutes, à tout casser.

Jem : (Au téléphone.) OK, ça marche. (Elle range son téléphone et parle à Damien.) Ça va être à nous.

Damien : Ouais. (Il boit un liquide.)

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée

Baxter se trouve dans la voiture et met sa cagoule en sifflant et se met à partir.

 

INTÉRIEUR – Dans une autre maisonMatinée

Un homme regarde la sortie de Victoria avec son téléphone portable alors qu’elle ne sait pas ce qu’elle fait là et ce qu’elle doit faire.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueMatinée

Sous les yeux des visiteurs, Victoria court sur la route.

 

INTÉRIEUR – Dans la station-serviceMatinée

Jem : Attention. (Damien s’allonge sur le sol alors que Baxter vise Victoria.) Putain.

Victoria : (Hors cadre.) Il cherche à me flinguer, c’est quoi ce bordel. (Les gens continuent de les filmer.)

Jem : Attrape l’extincteur.

 

EXTÉRIEUR – Derrière la station-serviceMatinée

Baxter : C’est bon, ils sont partis. (Damien se relève comme si de rien n’était alors que les gens continuent de les filmer. Ils sourient.)

Damien : Convaincant, non ? (Damien et Baxter se tapent dans la main.)

 

EXTÉRIEUR – Dans les boisJournée

Un homme siffle pour que les gens présents se mettent en position contre les arbres. Il fait un signe avec sa main.

Homme : En place dans deux minutes. (Une femme se sert d’une échelle pour s’accrocher à l’arbre tandis qu’un homme prend sa batte et son casque avec le symbole pour se tenir prêt quand Baxter, Victoria et Jem arriveront.)

Victoria : (Suppliante.) Au secours. (Baxter se sert de la perceuse, sourit alors qu’elle est attachée au rondin de bois. Les gens sont toujours autour d’eux pour les filmer.)

 

INTÉRIEUR – Dans la salle de théâtreSoirée

Les gens attendent le moment où Victoria et les autres arriveront pour voir la tête de Victoria lorsqu’elle apprendra la vérité.

 

EXTÉRIEUR – Dans la rueSoirée

Baxter : (Au public qui s’est attroupé autour de la maison.) Je vous entends bien, vous êtes chauds, ce soir ? (Une personne est en train de filmer Baxter.) Je veux que vous fassiez du bruit. Et c’est parti. (Il monte dans la camionnette où se trouve Victoria dans l’espace clos mais allumé pour que les gens la voient, continuant de la filmer.)

 

INTÉRIEUR – Dans la chambreSoirée

Elle est de nouveau sur la chaise, attachée et criant sous l’effet du casque qui lui enlève tous ses souvenirs de la nouvelle journée passée.

 

INTÉRIEUR – Dans la chambreMatinée

Des images se brouillent dans l’esprit de Victoria qui se réveille pour une nouvelle journée dans le parc. Elle souffre de nouveau de la tête et se la touche.

Kikavu ?

Au total, 51 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

kimiM 
16.07.2019 vers 16h

Kassandr4 
24.01.2019 vers 22h

Malice825 
02.01.2019 vers 15h

seriepoi 
31.12.2018 vers 12h

Juju1299 
27.12.2018 vers 22h

btvsfan 
05.08.2018 vers 20h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Le quartier The Mandalorian, issu de l'univers Star Wars, est ouvert !
Nouveau quartier ! | The Mandalorian

HypnoPlume 2019: Votez!
HypnoPlume 2019 | Votez!

Activité récente
Dernières audiences
Logo de la chaîne TF1

S.W.A.T., S03E02
Mardi 12 novembre à 21:55
3.27m / 15.7% (Part)

Logo de la chaîne TF1

S.W.A.T., S03E01
Mardi 12 novembre à 21:05
3.83m / 16.0% (Part)

Logo de la chaîne NBC

This Is Us, S04E08
Mardi 12 novembre à 21:00
7.10m / 1.4% (18-49)

Logo de la chaîne France 2

Un si grand Soleil, S02E57
Mardi 12 novembre à 20:45
3.75m / 17.8% (Part)

Logo de la chaîne France 3

Plus belle la vie, S16E27
Mardi 12 novembre à 20:20
3.44m / 14.7% (Part)

Logo de la chaîne TF1

Demain nous appartient, S03E57
Mardi 12 novembre à 19:20
3.52m / 17.8% (Part)

Logo de la chaîne ABC

The Good Doctor, S03E07
Lundi 11 novembre à 22:00
5.93m / 0.8% (18-49)

Logo de la chaîne NBC

Bluff City Law, S01E08
Lundi 11 novembre à 22:00
3.59m / 0.5% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
The Witcher, une seconde saison avant même le lancement !

The Witcher, une seconde saison avant même le lancement !
Attendue dans quelques semaines sur Netflix pour le lancement de sa première saison, The Witcher se...

Au programme de ce mercredi soir

Au programme de ce mercredi soir
En ce mercredi 13 novembre, American Horror Story se termine en horreur sur les chaînes anglophones...

L.A.'s Finest arrive prochainement sur les ondes de TF1 !

L.A.'s Finest arrive prochainement sur les ondes de TF1 !
Acquise par TF1 depuis quelques semaines, L.A.'s Finest renommée pour l'occasion Los Angeles Bad...

La dramatique canadienne Nurses arrive en janvier !

La dramatique canadienne Nurses arrive en janvier !
Global TV a annoncé que sa nouveauté Nurses arrivera sur la chaine dès janvier. Plus précisément, le...

You, la saison 2 mise en ligne le 26 Décembre prochain !

You, la saison 2 mise en ligne le 26 Décembre prochain !
Pour digérer comme il se doit après les fêtes de Noël, Netflix vous propose de visionner la seconde...

HypnoRooms

SeySey, Avant-hier à 15:42

Hello! Nouveau design sur le quartier Manifest pour les 1 an du quartier! sans oublier nos Awards de la S1

juju93, Avant-hier à 17:51

Encore quelques heures pour voter à la 6ème catégorie des L d'or de The L Word : "le couple le plus improbable". Un petit clic . Merci.

sabby, Avant-hier à 18:11

Bien le bonsoir la citadelle ! Un tout nouveau sondage vous attend sur Dallas

quimper, Aujourd'hui à 00:12

Le calendrier de novembre de Rizzoli & Isles est arrivé. Vous pouvez le voir et le commenter sur le quartier.

quimper, Aujourd'hui à 00:13

N'hésitez donc pas à passer. Très bonne semaine à toutes et tous

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage